Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Alassane Sakandé, président de l’Assemblée nationale : Une victoire pour le MPP, du mérite pour la classe politique !

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET | Par Oumar OUEDRAOGO • vendredi 8 septembre 2017 à 15h36min
Alassane Sakandé, président de l’Assemblée nationale : Une victoire pour le MPP,  du mérite pour  la classe politique !

C’est fait ! Le nouveau président de l’Assemblée nationale (PAN) est connu ! Lui ? C’est Bala Alassane Sakandé. Il est porté à cette haute responsabilité par 104 voix, 19 abstentions, deux voix contre et deux bulletins nuls. Le désormais « deuxième personnalité de l’Etat » fait ainsi une entrée confortable, en convergeant le maximum de voix et de sensibilités politiques.

A chaud, on peut tirer quelques notes, tant sur l’esprit qui a prévalu au sein du parti au pouvoir que sur l’ensemble de la classe politique nationale. Comme nous le disions, le premier défi du parti au pouvoir, le MPP, était de pouvoir faire un choix ... Pour un poste aussi convoité, une candidature sans frissures internes n’était pas évidente. Des campagnes ont été menées ; les unes aussi discrètes que les autres. C’est présumer donc que l’élu a été un choix issu d’un tamisage.

Peu importe ! On retiendra simplement que le parti au pouvoir, a su préserver l’essentiel en évitant d’offrir à l’opinion un spectacle de tiraillements hideux. Et cela est une victoire pour l’ensemble du parti, de ses députés, de ses cadres. Ensuite, le nouveau PAN a été le choix du groupe parlementaire allié, Burkindlim ; l’autre défi relevé, qui montre que tous ont regardé dans la même direction et que le parti au pouvoir a su également manager à ce niveau. Enfin, l’opposition politique qui a, en quelque sorte, acquiescé le candidat désigné par la majorité.

Dès lors, l’ultime challenge résidait maintenant dans l’issue du vote. Bala Alassane Sakandé était certes unique candidat, mais cela n’impliquait pas son élection d’office ; en ce sens qu’avec le bulletin secret, tout était possible. Les dissensions (s’il y en avait) pouvaient s’exprimer à cette dernière étape. Ce qui allait se solder par un vote avec un score limite-limite (entrée inconfortable) ou en-deçà du seuil requis (64 voix ; une désapprobation). Toute chose qui mettrait l’institution dans une situation difficile, synonyme de crispation nationale. C’est donc un « ouf ! » pour tous les Burkinabè !
Porté donc au perchoir de la VIIème Législature par 104 voix (sur 127 députés que compte l’Assemblée nationale), le nouveau PAN est bien confortablement en fonction.
En attendant de juger la suite sur les actes, on peut dire que l’ensemble des acteurs politiques (majorité comme opposition) ont franchi une étape décisive et fondamentale dans la vie de l’institution.

Lucarne sur le nouveau PAN : Bala Alassane Sakandé

Que peut-on retenir du nouveau président de l’Assemblée nationale ? Né le 21 août 1969 à Ouagadougou, Bala Alassane Sakandé est un cadre supérieur de Banque. Marié et père de deux enfants, le nouveau PAN est titulaire d’un Diplôme de Conseiller commercial de Banque (DCCB) obtenu en 2010 et d’un Master/ MBA en commerce extérieur/ Affaires Internationales en 2006.

Ancien pensionnaire des Lycées Yamwaya de Ouahigouya, Bambata de Ouagadougou et Philippe Zinda Kaboré de Ouagadougou, M. Sakandé fut, sur le plan politique, conseiller municipal de la commune de Ouagadougou (de 1995 à 2000 et de 2006 à 2012). Transfuge de l’ex-parti au pouvoir, CDP, d’où il a fait parler de lui par son franc-parler et son intrépidité, Bala Alassane Sakandé est, depuis le dernier congrès de son parti tenu en mars 2017, secrétaire exécutif national adjoint au sein du Bureau exécutif national du MPP. Jusque-là président du groupe parlementaire MPP, le successeur de Salifou Diallo fut, à un autre niveau, dans les années 92, un des leaders des mouvements estudiantins à l’Université de Ouagadougou, notamment le Rassemblement des étudiants non boursiers (RENBO).

« C’est un homme de poigne, de caractère, de conviction, mais aussi altruiste », foi d’un de ses proches collaborateurs.
Les derniers images et propos forts du nouvel élu qui nous reviennent datent du 12 août 2017. C’était à la faveur de la « tournée de redevabilité » des députés MPP du Kadiogo et de la liste nationale dans les communes de Koubri et de Komsilga. A la tête de l’équipe, Bala Alassane Sakandé ne s’était pas borné au seul compte-rendu des activités des sessions parlementaires. C’était bien plus, puisqu’il invitait ses « camarades » à la discipline, aux mœurs politiques et à la vertu publique. Revisitant la vie nationale, dominée en son temps par l’actualité de la grève des transporteurs routiers, M. Sakandé avait clashé : « Ce qu’il faut reconnaître aussi est que notre gouvernement communique mal. Il faut qu’on soit clair ! ... ».

Ensuite, des vérités aux responsables locaux de son parti. « Le sujet sur lequel je voudrais aussi revenir, c’est sur ce qui est à la mode aujourd’hui : les crises au sein des Conseils municipaux. Vous voyez qu’à Saponé, c’est chaud, à Banfora, ce n’est pas la sérénité, à Tanghin-Dassouri, etc. Je voudrais que ce soit très clair, qu’au sein du MPP, à partir de maintenant, les actions de neutralisation, d’humiliation .... doivent prendre fin. C’est clair. C’est net. Il faut arrêter ça, parce qu’à partir de maintenant, nous allons prendre des dispositions pour cela. Laissez les maires travailler, c’est vous qui les avez mis là-bas, aidez-les plutôt à travailler pour le bien de tous. Aidez-les, parce que seul, le maire ne peut rien faire. C’est comme Roch Marc Christian Kaboré, s’il n’y a personne autour de lui, il ne pourra rien faire. Il n’y a pas de pouvoir sans hommes. Vous avez donc une obligation de solidarité pour affronter les défis de développement ... ».

Bien au-delà, il avait fait un diagnostic de la société burkinabè. « Regardez ce qui se passe sur les réseaux sociaux, en circulation... où on profère des injures publiquement, même aux vieilles personnes. (...). Comment se fait-il que les enfants ne respectent pas les personnes âgées ? Comment se fait-il que les citoyens ne respectent pas l’autorité ? Il y a problème ! Ce n’est pas une question de démocratie, non ! Il faut qu’on multiplie les efforts, que chacun redouble d’effort au sein de sa cellule familiale avec l’éducation des enfants. Faisons tout possible pour ne pas que notre société s’écroule. Sinon, ça va être très compliqué pour nous tous », avait-il interpellé sur un ton de révolte.

En attendant de revenir dans les détails de cette actualité, ce sont-là, et à chaud, des indices qui pourraient aider chacun à se faire une idée du nouveau Président de l’Assemblée nationale, Bala Alassane Sakandé, un homme jusque-là plus discret qu’efficace.

Oumar L. Ouédraogo
Lefaso.net


Le CV de Bala Alassane Sakandé

I/ ETAT CIVIL

Nom : SAKANDE
Prénom : Alassane Bala
Date et lieu de naissance : 21 aout 1969 à Ouagadougou (Burkina Faso)
Situation de famille : Marié père de 02 enfants
Profession : Cadre supérieur de banque
Adresse : Ouagadougou

II/ DIPLOMES

- 2010 : Diplôme de Conseiller commercial de Banque (DCCB)/ Centre de formation des banques et établissements financiers du Burkina Faso ;

- 2006 : MASTER/ MBA en commerce extérieur/ Affaires Internationales/ Université de Ouagadougou/ Université de Lyon ;

- 1982-1986 : Lycée Yamwaya de Ouahigouya ; Brevet d’Etudes Premier Cycle (BEPC).
- 1987-1990 : Lycée Bambata de Ouagadougou
- 1990-1991 : Lycée Philippe Zinda Kaboré de Ouagadougou ; Baccalauréat série D.

II/ EXPERIENCES PROFESSIONNELLES

- 2012 – 2015 : Chef de Département Moyens Généraux à la United Bank for Africa (UBA) ;
- 2010 – 2012 : Chef de Département Secteur Public à la United Bank for Africa (UBA) ;
- 2008 – 2010 : Chef de Département Relations Extérieures à la United Bank for Africa (UBA) ;
- Janvier 1995 : Cadre de banque à la Banque International di Burkina (BIB).

III/ EXPERIENCES POLITIQUES

- Mars 2017 : Secrétaire exécutif national adjoint au Bureau exécutif national
du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) ;
- 2016 -2017 : Président du groupe parlementaire MPP ;
- Depuis le 29 novembre 2015 : Député élu à l’Assemblée nationale ;
- 2014 : Secrétaire chargé des structures géographiques au Bureau exécutif national
du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) ;
- 2006 à 2012 : Conseiller municipal de la ville de Ouagadougou ;
- 1995 à 2000 : Conseiller municipal de la ville de Ouagadougou .

Messages

  • Félicitation aux députés. Maintenant que train redémarre. On attend ses actions

  • Toutes mes félicitations au président SAKANDE. La jeunesse burkinabé est ainsi honorée. Bravo au MPP. Nous devons jouer à la cohésion pour le bonheur de notre peuple.

  • Félicitations au nouveau PAN. Puisse Dieu être à ses côtés pou l’aider à réussir cette mission très noble et exaltante qui est désormais la sienne.

  • Du renbo a la bib et puis l’Assemblée. Sacrée politique. Des étudiants non boursiers au PAN bien bourré de sous.

    • Oud, tu as bien trouvé. Je remarque aussi qu’il y a quelque chose de pas clair dans le CV : Janvier 1995 : cadre de banque. Etait-il déjà cadre de banque en ce moment ? Il a eu son diplôme bien après. Revoyez le CV !

    • Vraiment pauvre de nous ! vérifier bien le CV publié, vous verrez "Cadre de Banque en 1995" alors que tous ces camarades avaient déjà la maitrise !!! il a eu ses 2 "diplômes" en 2006 et 2010, donc cadre de banque avec le Bac D. Mes chers banquiers jugez en vous même.
      Pendant que les étudiants revendiquaient le pain et la liberté et bossaient consciencieusement d’autre étaient former par encore Salif Diallo et ses camarades militaires du RSP pour faire mater et enlever des étudiants sur le Campus et ont été récompenser par des P50, honte à la jeunesse Africaine !!! vous allez payer tôt ou tard, ou est passé le mérite, l’intégrité mes chers professeurs de l’UO.
      Vous aurez chers internautes les bonnes informations dans peut les moments à venir avec des coupures de journaux à l’appui.
      André Tibiri je sais que as reçu le coup dans ta tombe, repose en paix !

  • Franchement ca fat pitié. Mon pays va tres tres mal. Que Dieu et les ancêtres nous viennent en aide.

  • Celui-là est un pur produit du défunt Salifou DIALLO. Prenez les tracts des années 90 de l’ANEB et vous verrez qui est notre nouveau PAN ! Toute chose étant par ailleurs égale le dossier DABO Boukary est désormais bel et bien classé. BAMBA Mamadou sera bientôt libéré

  • Bonjour. Félicitations au PAN. Il y a rarement un sans deux. J`espère qu’il en tiendra compte. Langage des gens de la la savane et des combattants de longues dates

  • Félicitation à Alassane SAKANDE.
    Tous mes voeux de succès et de réussite !
    un nouvel épisode commence pour l’AN et le pays !

  • Felicitations Monsieur le Président et chapeau au chef de fil de L’opposition Zephirin qui prouve qu’il est un grand homme d’état. Il en a fait la preuve aux obsèques de Salif Diallo et à l’élection du président de l’assemblée Nationale par des interventions a son honneur. Nous sommes en démocratie et chacun dit ce qu’il veut et ce qu’il pense. A mon avis Le Ablassé National est certainement actionnaire à Radio Oméga qui lui permet de renverser la calebasse de lait . Un lépreux qui ne pas traire le lait de la vache mais qui sans soucis renverse a chaque occasion la calebasse de lait . Il y a même des spots publicitaires ou on entend la voix de Ablassé.

  • Toutes mes félicitations au nouveau président de l’Assemblée nationale. Je constate que le président du Faso est un banquier. le premier ministre est aussi un banquier..le président de l’Assemblée national est également banquier.Trois banquiers à la tète de l’Etat ,il est évident que les questions sociales ne seront pas une priorité dans un pays où la grande majorité navigue dans la misère...

  • Félicitations à toute la classe politique qui s’est brillamment illustrée de la sorte et bon vent au nouveau PAN. Monsieur le journaliste, on ne dit pas "les années 92". On dit simplement "en 92" ou "en 1992". Quand on dit "les années..." avec donc années au pluriel, c’est par périodes de 10 années. On dit par exemple "les années 90" pour la période allant de 1990 à 1999 inclus et non pour désigner l’année 1990 ou encore, les années 70" pour la période allant de 1970 à 1979 inclus et non l’année 1970.

    • Je suis d’avis sur ce point que la classe politique s’est bien illustrée sur ce coup, elle a montré qu’elle sait surpasser les intérêts partisans pour préserver l’intérêt supérieur de la Nation.
      Cependant pour ce qui est de votre observation sur "les années 92" plutôt que "en 92", je dirais que vous avez raison, mais le journaliste aussi n’a pas tort. Car si effectivement le vieux français utilisait "les années...." pour désigner la période, aujourd’hui, il est admis que le même terme soit utilisé pour désigner l’année. En français facile, lorsqu’on dit par exemple "dans les années 92", cela sous-entend que c’est soit une année avant 92 soit une année après 92 ou même en 92. Contrairement à la période qui est bague, la formulation telle qu’employer par le journaliste est plus précise que la première, par exemple " les années 90". On comprend que celui qui l’a employé est certain que c’est entre les trois dates (un an avant 92, un an après 92 ou 92). Ce n’est donc pas une faute, c’est un français qui est bel et bien correct. En conclusion, Noé TRAORÉ a raison, le journaliste n’a pas tort. Tout est question de compréhension.

  • CHAPEAU BAS AU PAN .BON VENT A LUI.A DÉFAUT DE FAIRE MIEUX QUE SON PRÉDÉCESSEUR IL FAUT TENDRE VERS L’ ACCEPTABLE.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Rentrée politique du CDP : Des ovations nourries pour l’ancien président, Blaise Compaoré
Situation nationale : Les universitaires et experts associés affiliés au MPP se penchent sur le défi sécuritaire au Burkina
CDP : Une rentrée politique, de grands défis en face !
Audience parlementaire : Alassane Bala Sakandé reçoit une délégation de généticiens burkinabè
Hausse du prix du carburant : Le pouvoir du MPP fait payer aux Burkinabè ses propres erreurs de gestion, selon l’opposition
Politique : « Celui qui a remporté la guerre est celui qui détermine les conditions de la paix » (Boubacar Sannou du CDP)
Assemblée nationale : Alassane Bala Sakandé désigné président de l’Union parlementaire africaine
Assemblée nationale : Le Balai citoyen présente son nouveau projet à Bala Sakandé
Politique : L’UPC a « enfin » obtenu son récépissé, « mais la question de fond demeure »
15e édition des Journées de la commune burkinabè (JCB) : Rendez-vous à Kaya du 15 au 17 novembre 2018
Rentrée politique : Le CDP dénonce une gestion « des plus obscures » des gouvernants actuels
Crise à la CENI : Harouna Dicko analyse les « scènes du film »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés