L’humeur de Pathé Barry : Salif Diallo n’était pas ce qu’on dit de lui

Opinion • mardi 22 août 2017 à 19h54min

Depuis l’annonce du départ de Salif Diallo, que de concerts de louanges. Chacun y va de son souvenir. Il était bon, généreux, humain, ange, génie… Est-ce que ceux qui débitent ces choses savent même de qui il parlent ? Moi qui le connais de fond en comble parce que compagnons depuis le début de son aventure politique, j’ai une autre idée de l’homme.

L’humeur de Pathé Barry : Salif Diallo n’était pas ce qu’on dit de lui

Alors, ne comptez pas sur moi pour vous imiter dans vos discours dithyrambiques. Non ! Non ! Non ! Et j’ai mes raisons tout à fait personnelles.

Figurez-vous que ce monsieur m’a un jour proprement grondé devant des camarades au siège provincial du parti. Nous y étions pour une réunion-bilan et il en avait profité pour me « remonter les bretelles », selon ses propres termes. Pour une banale histoire de quelques 1 million et demi de nos francs qu’il m’avait chargé d’utiliser pour une activité de mise en place de structures du parti dans une région.

Or, il se trouvait qu’à la même période je traversais un moment difficile. Voici quelques mois que ma petite amie me réclamait un scooter et un phone Galaxie S7.Vous même connaissez les petites de maintenant. Elle me menaçait de me quitter pour aller avec un jeune. Mon âge ne militant pas en ma faveur, j’ai jugé prudent d’utiliser les sous à moi confiés pour la satisfaire et évidemment, que croyez-vous, je comptais prendre un prêt scolaire pour combler le trou. Mais une fois le prêt pris, la midinette revint avec d’autres lubies qui ont englouti encore les sous.

Tout humain comprendrait cela. Mais pas ce type ! Publiquement donc il entra dans une colère noire, proclama que je n’étais pas digne de confiance. Que je ne pensais qu’à moi. Ce qui était un grossier mensonge. Que le parti n’irait pas loin avec des militants de mon acabit.

« Acabit ! » Ah non ! Doucement là ! Que signifie ce mot ? « Ce n’est pas pour ton petit million que tu vas utiliser ton gros français pour m’insulter deh ! Que vient faire mon acabit dans nos histoires de parti ? »
Inutile de vous dire que cette réflexion était un monologue intérieur.

Il fit d’autres révélations comme par exemple l’argent pour la scolarisation de mes enfants qu’il m’avait remis suite à ma demande, et qui n’était pas arrivé à destination, ou mes tournées dans les services pour arnaquer (c’était son terme) les fonctionnaires. Alors que, ce faisant, mes intentions étaient louables.

Voila ce que ce camarade de parti disait, sans gants, de moi, son compagnon de longue date… en public !

Je réussis à placer un bout de phrase : « Calme-toi, Salfo ! » « Me calmer ? Tu te moques de moi ? », reprit-il. Alors je me tus pour ne pas m’énerver moi aussi. Etait-ce là l’esprit de camaraderie, qu’il se targuait de vouloir promouvoir ?

Je rappelle que Salif et mon grand frère ont été camarades de classe. Si lui n’en tient plus compte, moi je ne suis pas ainsi. Voulait-il dire que le mot Camarade a changé de sens ? Ko « acabit ! ». Acabit, toi-même ! Tchrrr !

Depuis cet épisode, nous étions en froid. Je le boudais. Même s’il feignait n’en être pas affecté, je savais que je lui étais indispensable. Ma connaissance du milieu militant lui manquait terriblement. Mais si lui ne voulait pas faire le premier pas, ce n’était pas à moi de le faire. J’ai quand même ma dignité à défendre. La Réconciliation ce n’est pas une fin en soi pour moi. Qu’il se le tienne pour dit.

Mais après quelques mois d’attente, mon esprit de réconciliation me dit de ne pas tenir compte du passé et de travailler à un rapprochement. Je demandai donc à quelques sages d’aller lui dire que je mettais un terme à notre conflit. Que je lui pardonnais et acceptais sa main tendue.
Nos relations reprirent donc. Même s’il ne me confiait plus de missions importantes. Financièrement s’entend. J’avais même l’impression qu’il voulait me tester. Je me mis donc à me mouiller. Les activités du parti que je boycottais avant, maintenant je les initiais même.
Mais ma situation financière devenait intenable. Et la p’tite m’avait quitté.

J’envoyai alors des émissaires lui dire que je me contenterais bien d’un poste de préfet quelque part. Là, en cas de famine, je pourrais vendre à mon profit les vivres que le gouvernement enverrait pour les paysans. Sans compter les petites cotisations que j’initierais de temps en temps auprès des militants du département, au nom du parti. Personne n’y trouverait à redire, sachant ma proximité avec le Big Boss. Tout ceci réuni me permettrait certainement de joindre un temps soit peu les deux bouts.
Je crois que cela l’a davantage fâché. Il ne daigna même pas réfléchir à cette proposition.

Des « Mounafika » ont dû me devancer chez lui. J’en suis convaincu. Un ami commun a pu me trahir en allant lui dire que j’avais créé des faux profils sur Facebook où je faisais incognito des publications toxiques pour me venger de lui. Et que j’écrivais des articles sous un nom d’emprunt pour saquer ses initiatives et vendre les secrets du parti. Il me fit encore appeler, me révéla tout cela me dit sans ménagement de disparaitre de sa vue. Refusant de croire que ce fut un moment de colère liée à ma situation qui m’avait fait agir de la sorte.

Eh bien ! C’en était trop ! Entre lui et moi c’était fini. Si lui Salif, n’est pas capable de tolérer un petit égarement d’un frère, je ne sais plus quelle vertu il peut incarner. Je coupai encore les ponts avec lui tout en continuant, en homme de foi, de lui envoyer des émissaires pour lui accorder mon pardon s’il acceptait reconnaitre son tort et retourner au bercail de notre camaraderie.

Et voilà qu’on m’annonce son décès. A quelques jours de la Tabaski. Décidément, il a la rancune tenace. Je dis cela parce que malgré notre brouille et surtout à cause du remords qui le tenaillait pour m’avoir laissé tomber, il m’envoyait chaque année mon bélier de tabaski. Et voilà qu’il tire sa révérence juste avant cette fête.

Et quand je dis que c’est fait exprès pour encore me punir, que c’est de l’acharnement, il y a des individus qui me répondent que je suis sans cœur. Que je n’ai pas peur de Dieu. Que je suis matérialiste. Encore des gros mots. Matérialiste ? Qui m’a déjà vu avec une carte du parti communiste ? Ou lisant la fausse littérature de Karl Marx ou de Engels ?

Cependant, je ne suis pas rancunier. Son inhumation devant se faire à Ouahigouya ce vendredi, j’y serai dès mercredi pour repérer les meilleurs endroits près du cercueil où je pourrais me faire photographier.

D’ailleurs, j’ai meilleure idée. Je passerai la nuit prés de la tombe. Là, quand le moment viendra, je serais parmi ceux qui poseront la main dessus juste avant sa mise en terre. Inconsolable, je verserai d’abondantes larmes qui couleront sous les verres de mes lunettes noires de deuil. Un photographe de renom a déjà été contacté pour me faire les plus belles poses de toutes. Pour Facebook ! Et Instagram !

Simon remarquera, je l’espère, mon dévouement à la mémoire de notre leader arraché trop tôt à notre affection.

Qui sait ? Peut être qu’à la prochaine nomination de préfets….

Kaya, le 22 Aout 2017
BARRY Pathé

Messages

  • Ceci est supposé être de l’humour pour nous ? S’il vous plaît soyons serieux.

    • Libère ton esprit et tu verra mieux. Cela est au dessus une comédie.

    • Internaute Freedom is a state of mind, tu n’as rien compris alors ! c’est de l’humour bien sûr.....

    • Internaute AD VITAM AETERNAM, c’est plus que de l’humour. Il en a profité pour dire beaucoup de bien de Salif et se moquer de ces pêcheurs en eaux troubles, de ces m’as-tu vu, de ces larbins gastropodes ventripotents, enfin de ces indignes qui croiront tirer un quelconque bénéfice de leur hypocrisie grotesque et ignoble devant la dépouille de Salif. Pour en rajouter, je dirais même que bien de ceux-là qui font ce cynique cinéma là sont de vrais ennemis de Salif qui veulent ainsi montrer leur joie de le voir enfin mort. Parmi eux, il y a les adversaires politiques de l’opposition et ceux mêmes de l’intérieur du MPP.

  • Vous êtes un génie, en tout cas vous avez du génie !
    Chapeau !! Gorba appréciera.
    Et que votre message touche tous les faux-types de "la patrimonialisation du pouvoir" qui font semblant de pleurer sa disparition sans pourtant épouser le patriotisme qu’il prônait.

  • Genial mon frère ce recit !
    Vrement cet homme serai fier de vous lire

  • Il a vraiment de l’humour ce BARRY ; à la lecture du titre, je me suis dis que voilà un qui va certainement quitter les sentiers battus pour nous faire des révélations. Ce fut le cas, pour qui connait ce Pathé à travers ses écrits.Pour sûr des frustrés, des meurtris, des aigris à jamais, Salif en a fait au cours de son parcours, mais pour le moment, Pathé est resté dans le giron. félicitations pour ce sens de l’humour.

  • Salifou Diallo une bête politique ? Oui !
    Salifou Diallo un amoureux du Burkina ? Oui !
    Salifou Diallo amoureux de la région du Nord et de son Yatenga natal ? Oui !
    Salifou Diallo embaucheur d’enfants de parents du Yatenga ? Oui !
    Salifou Diallo grand initiateur de programmes ? Oui mais on peut en faire le constat :
    - Les barrages sous-terrains ? Qu’on nous en montre les résultats.
    - le front de terre ? Quel résultat ?
    - La gomme arabique ? Qu’on en fasse la situation.
    - SOPROFA à Bobo Dioulasso : gouffre à sous mort de sa belle mort.
    - Agro business : où en est-on ?
    On nous traitera d’avocat du diable mais intérieurement chacun fera son constat.

    • Bien vu ! Je profite dire à mon ami et promo Kôrô Yamyélé, que les vacances prennent fin, et qu’a Banfora et Boromo les champs de maïs ont bien donnés, surtout que le forum de Lefaso.net est très enrichissant en ce moment, et que ses critiques fondées sur des vécus et des argumentations solides sont les biens venues.

    • Toi même à sa place, tu aideras tes parents. Soungalo Ouattara n’a pas aidé ses parents ? Salia Sanou n’a pas aidé ses parents ?
      Mon frère, il n’y a rien de mal à aider ses parents. Mais il n’a pas fait qu’aider ses parents, renseigne toi. Dans le systeme politique, chaque leader a son fief qu’il doit toujours conquerir. Sans fief, il ny a pas d’homme politique. Tu sais comment garde t’on son fief ? C’est en y investissant. C’est ce que fait tout politique. Tu peux critiquer Salif en le traitant de démon et je ne dirai rien mais surtout pas pour son attachement à sa région d’origine. Pour Diawara, pour finir, le Burkina ne va tellement au delà de bobo.

    • Ka !
      Etes vous sure que le Koro Yamyele est de ce monde ?Gorba etant le beau de Yamyele,il se devrait de ns dire quelque chose sur la disparition brutale de son ancien allie.

    • Soyez assurer cher internaute, mon ami Körö yamyélé avec les manques de pluies, et aussi les grimaces de la nature pour tous les paysans agriculteurs du Burkina très inquiétants, a d’autres chats à fouetter que de s’énerver face à des jeunes internautes venus sur la toile pour saboter les critiques fondées de nous autres de bonne foi. La vie de mon ami Kôrô Yamyélé et sa famille dépende des champs cultivables avec des rendements, et la saison des pluies est capitale pour réussir à atteindre l’autre année. Vous aurez certainement de ses nouvelles le moment venu. Dans les champs mon cher internaute, il n’y a pas de la corruption à ciel ouvert pour vivre au dépend de la caisse de l’état, on vie au dépend de ses bras : Et mon ami Kôrô Yamyélé lutte en ce moment contre cette nature capricieuse afin de pouvoir joindre les deux bouts. Merci de me lire.

  • Bien joué ! Félicitations pour cet écrit plein d’humour et de vérités cachées.

  • Grand merci Mr Barry Pathé ! C´est le genre d´écrits que je lis et relis. Merci, Poulo ! Quel humour !? Félicitations. Mais je suis vraiment navré que malgré tous tes efforts, la "petite go" ait tout de même fini par te larguer. Dis nous si c´était une "poulotte". Rires !! Courage, elle va revenir, quand tu seras nommé peut-être Haut Commissaire ou Gouverneur ! Mais ne vides surtout plus les caisses.Courage à toi, cher ami !

    • La petite GO ne peut être qu’une BOBO facile à deviner... rire !
      Courage mon cher Pathé si tout se passe comme prévu Simon va te remarquer et j’ose espérer qu’il n’hésitera pas à essuyer tes larmes et la petite BOBO va revenir sûrement puisque tu seras Haut Commissaire quelque part...

  • Merci d’avoir reconnu, à travers ce récit humoristique, vos torts d’une part et les comportements conséquents et justes de Salfo d’autre part.

  • Merci d’avoir reconnu, à travers ce récit humoristique, vos torts d’une part et les comportements conséquents et justes de Salfo d’autre part.

  • J’en suis ému, Monsieur BARRY ! Votre texte pourrait effacer les larmes des littéraires. Je parle de ceux qui comprennent les vertus de de belles lettres. Cela s’appelle du psychodrame.

  • Merci d’avoir reconnu, à travers ce récit humoristique, vos torts d’une part et les comportements conséquents et justes de Salfo d’autre part.

  • Merci d’avoir reconnu, à travers ce récit humoristique, vos torts d’une part et les comportements conséquents et justes de Salfo d’autre part.

  • Barrry ,le peuple burkinabé a besoin de consentration arrète tu humour.....

  • Mon cher Barry ?
    Avez vous pu épouser votre copine en question ? Dieu merci vous n’avez pas gravi les échelons, sinon une telle copine vous enverrez en prison car vous auriez volé pour la maintenir !! ou bien elle vous tromperait chaque jour pour de l’argent.
    Pourquoi veut-elle un Samsung S7 pendant qu’elle ne travaille pas ? Salif vous a sauvé du désastre au nom de Dieu !!

  • Mr Pathe Barry. Votre chef d accusations sont d apres vous une baguatelle dun million de franc cfa que vous avez detourner en abusant la confiance que le parti vous avait confier.

    Alors jen vois pas pourquoi votre acharnement sur le defunt Salif Diallo. Etonnant que vous avez employe cette somme qui voua appartient dans des conneries de fesses. Une femme qui vous vous aime pas. Mais une materilaliste coureuse de bonheur a autrui.

    Avec cette mentalite, comment vous responsable d un parti peut se prendre ce luxe irresponsable d employer l argent qui ne vous appartenait pas, et l employer a votre guise sans souci ? C est de l egoisme pure et simple. Vous ne merite pas cette confiance malgre votre mea-culpa. Et de surcroit vous baguatelliser votre immoralite d action.

    A cet elan, comment on peut battir ce beau pays qui vous a donner tout ? C est honteux de vous lire sur ce ton. Cette mentalite vous place en bas de l echelle de ceux qui ont confier une grande responsabilite etatique pour notre bien commun.

    Nous crions toujours depuis belle lurette. Halte a la corruption, a la mauvaise gouvernance pour developpper notre cite democratique et de droit. Pendant ce temps des comme vous utilsent l argent de son parti pour ne pas perdre la face a cote d une femme capricieuse qui pourra se tourner le dos sans que ses besoins ne sont satisfaits par votre naivite.

    Les partis politiques sont crees pour diriger et developper le Burkina- Faso, et non developper ses membres ou ses adeptes. En incluant tous burkinabe,femmes, hommes et enfants.

    Le pays abesoin des femmes et des hommes exemplaires pour relever ses Challenges du present que du futur. Si tous les responsables devraient faire comme vous, alors-la, la Caisse serait videe pour les affaires privees qui n ont rient de liens avec les activites du parti.

    Vous avez abuser Salif Diallo. C est lui la victime.

    • Alexio, relisez l’écrit de monsieur Barry, les commentaires des internautes et vous comprendrez peut-être ma remarque. Et si vous ne voyez toujours pas le gros poteau au milieu de la route, je dirai tant pis pour votre accident. En tout cas, éviter la précipitation. Vous êtes 2 ou 3 internautes dans le cas.
      Bonne journée à vous.

    • Monsieur ou Madame, vous n’avez rien compris de l’écrit. Relevez un votre concentration et votre intellect. Cet écrit élève au contraire le défunt Salif Diallo.

  • Si par chance Simon te remarque et t’offre prochainement un poste plus important, c’est bien possible que la petite "Go" te revienne. Mais, un conseil ne soit pas un DEUXIEME GAOU, UN GNATA. cela dit j’ai pris du plaisir à lire Mr Barry, bonne journée.

  • Whalai ! Silmiga y a similga ! Ça fait énormément grand plaisir à vous lire.
    Cher Monsieur Barry vu la parenté à plaisanterie qui vous lie au défunt ! Quoi de plus normal pour le respect de nos traditions gages de notre vivre ensemble sur cette terres de nos ancêtres et de leurs mânes.
    Merci à vous pour avoir fait naitre le sourire en nous en ce triste moment.

  • Monsieur LIBRE, en fait Pathé crée une fiction et revèle les caratère du PAN : intégrité, franchise, travail, fidélité malgré tout en amitié. c’est de l’eau sortie de la roche cet écrit.

  • Félicitations, monsieur Barry. Si des gens n’ont pas compris, cet écrit de haut vol ne parle pas de monsieur Barry. Monsieur Barry est un faux personnage de l’écrit. Il s’est utilisé pour montrer que Salif était un grand. L’écrit montre que l’homme avait des principes nobles. Comment peut-on accepter les agissements d’un homme qui se comporte en irresponsable (en voulant profiter des petites filles) et qui milite dans un parti politique sans aucun idéal mais juste pour ses propres intérêts ? Comment peut-on accepter qu’on ne se suive que pour de seuls intérêts matérialistes ? Barry a montré que l’homme Salif détestait ces choses là. Point barre.

  • Je voudrais savoir. Que devient notre cher internaute Kôrô Yamyéllé ? Je ne le lis plus depuis que Salif était tombé malade ces derniers temps. J’espère qu’il ne s’en est pas allé avec Salif hein ?

  • Mille excuses Monsieur LIBRE, mon post est relatif au post1 de Freedom is a state of mind. En fait Pathé crée une fiction et révélé les carastères du PAN : intégrité, franchise, travail, fidélité malgré tout en amitié. c’est de l’eau sortie de la roche cet écrit.

  • Sacré Pathé. C’est du propre. Tu as l’esprit très fertile. C’est ce que nos ancêtres ont fait pour le mort en chantant ses louanges et en faisant de la plaisanterie (femmes des petits fils) pour adoucir les cœurs meurtris. C’est du propre mon cher.
    J’attendrai un autre poste de ta part après l’enterrement
    Que la Terre libre du Burkina soit légère au Grand Gorba, qu’il repose en paix

  • M. BARRY, ça c’est un témoignage concret ! Félicitations pour ta plume, pardon ton stylo ou écrit !
    On peut dire que tu es génie, car tu as trouvé un titre et un contenu qui incitent à te lire jusqu’au bout. bravo !
    Puisse Dieu le sauver pour ces positions qu’il a dû prendre !

  • Dans un de mes post j’avais dit que les amis et les adversaires de Salif se mettrons d’accord pour magnifier l’oeuvre de l’homme.
    Comment reconnaitre la sincerité de toutes ces declarations unanimistes ?
    Car l’homme n’avait pas que des amis.
    Ce qui est sûr il va falloir s’adapter.
    Salif manquera beaucoup au Faso.

  • Vandale de peul, est -ce vraiment ton histoire ?
    Beaucoup de politiciens lumpen se reconnaitront

  • C’est pas DABO BOUKARI qui dira le contraire ! Paix aussi à l’âme de Dabo

  • Bravo à toi Barry pour ces compliments supplémentaires vis à vis du défunt, mais qui constituent tout de même des louanges à suspense pour les lecteurs superficiels, tout naturellement déroutés par les difficultés qu’ils avaient à te suivre au départ !

  • mon ami es tu sérieux avec ton récit ? tu dois te voiler la face en écrivant ca.

  • Votre ecrit semble un melange de genre : argumentative, ironique (rakiire ?! ) et ne transmet que le seul message de la "non-tolerance" de Salif Diallo. En passant, est-ce que vous ne confondez pas mechancété et severité ? Si l’ecrit est d’objectif purement humouristique, a mon avis, l’objectif n’est pas tellement atteint (9/20). Si c’est une trope communicationnel, alors je ne peux rien en dire. En tout etat de cause, j’ai l’impression que cet ecrit recèle des traces autobiographiques. Et si c’est le cas, votre memoire en defense est lamentable et indigne. Vous auriez pu etre licencié, radié et MACO-ifier si vous etiez employé dans une entreprise. Beaucoup de caissiers ont fait les frais de ces finambulismes comptables. Et je serai prêt à beatifier et à le sanctifier Salif Diallo rien que pour cela. Enfin j’espère que c’est pas le cas et que votre ecrit est purement d’un humour imaginaire ! Vive la rigueur et son grand frère la coherence !
    A bas Dieu mon salaud et vive la reverence vis-à-vis de la vie de son prochain sur la route.

  • N’importe quoi ! Tu détournes 1 million et tu viens dire que n’importe quI aurait compris cela ?... Au fond, c’est un bel hommage que tu rends à Salif Diallo. Je suis entièrement d’accord avec lui dans cette affaire. Encore heureux qu’on ne t’ait pas livré aux kogelweoogos !

  • Sacré Pathé ! J’avoue que je me suis toujours incliné lorsque je vous lis sur le faso.net !
    Mais je comprends tous ceux qui s’acharnent sur toi, en lisant cet écrit. Il n’est pas en effet donné à n’importe qui de comprendre ton écrit. Il faut sans aucun doute un minimum de hauteur et aussi quelque chose dans la tête ! Ceux qui ne savent pas lire entre les lignes ne comprendront pas, ce qui est du reste normal, cet autre genre d’hommage que tu rends à Salif Diallo. Sa droiture, sa rigueur, sa combativité, etc., que tu loues et que tu opposes aux nombreux vices des opportunistes qui l’entourent et qu’il ne passe pas par quatre chemins pour dénoncer avec véhémence et conviction. Encore merci. Paix à l’âme de M. Salif Diallo !

  • Mon gars va te faire. A césar ce ki à partie à césar. Il a bien di c’est un détournement ce que tu a fait. Il a bien fait de te moraliser et même tinsulté. Paix à son âme.

  • Respects Mr Pathé ! Une belle interpellation à certains politiciens qui se reconnaîtront à travers votre écrit. Respects !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés