Inhumation du Mdl. Yassia Sawadogo : L’émouvant témoignage de son Commandant d’unité

LEFASO.NET | Tiga Cheick SAWADOGO • lundi 21 août 2017 à 23h45min

Le maréchal des logis Yassia Sawadogo a été inhumé ce 21 aout 2017 au cimetière municipal de Ouagadougou. Ce gendarme de l’Unité spéciale d’intervention de la gendarmerie nationale (USIGN) a succombé à ses blessures, suite à l’attaque terroriste du 13 aout 2017. Le commandant de l’unité, Evrard Somda dans un ultime hommage, a loué les qualités d’un sous-officier exceptionnel qui avait 6 années, neuf mois et 12 jours de services dans les Forces armées nationales.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Inhumation du Mdl. Yassia Sawadogo : L’émouvant témoignage de son Commandant d’unité

Les guerres se succèdent, mais l’âme du soldat reste éternelle, disait l’artiste américain. Ainsi peut-on résumer cet après-midi d’hommages au jeune sous-officier, le Mdl. Yassia Sawadogo, mort sur le champ de bataille, les armes à la main. Des larmes, aussi bien des parents et connaissances, civils, mais aussi dans les rangs de ses frères d’armes. Les yeux rouges, les poings serrés, certains ont retenu vainement leurs émotions, derrières des lunettes noires.

Né le 12 novembre 1987 à Bobo-Dioulasso, le Mdl. Yassia Sawadogo a été incorporé dans les Forces armées nationales en novembre 2010. Lors de sa formation, il est désigné délégué de sa promotion, la 38e.

Le titulaire du numéro d’incorporation 80 02 a, par la suite, raté de peu le test pour intégrer l’Unité spéciale d’intervention de la gendarmerie nationale (USIGN), selon le commandant Evrard Somda. “ En février 2013, il se présenta pour le test de recrutement de l’Unité spéciale. Alors que l’étape de sélection de Ouagadougou était déjà passée sans qu’il ne puisse y prendre part, c’est à Koudougou qu’il se déplaça personnellement pour subir et réussir avec brio au test”, a confié le commandant Somda, avant de poursuivre. “En son temps, il me confia ceci : mon capitaine, ma place est dans cette unité...”.

Une prémonition le 12 aout 2017 ?

La veille de l’attentat terroriste du café restaurant Aziz Istanbul, le jeune sous-officier poste un message sur sa page Facebook, comme une prémonition. Le commandant Evrard Somda s’en rappelle. “’’Il y a peu, on m’acclamait, on me remerciait pour mon boulot. Aujourd’hui, je suis à terre, pour la même raison, mon boulot”, écrivait-il. Quelques heures après, il sera dans le feu de l’action, au vrai sens du terme.

Le 13 aout 2017, l’avenue Kwamé Nkrumah est encore le théâtre d’une attaque. Cette fois, c’est le Café Aziz Istanbul qui est la cible. L’USIGN dont l’une des missions est de lutter contre le terrorisme se déporte sur le terrain des opérations.

Sur place, face aux tirs nourris des forces du mal, les ’’sauveurs’’ opposent une réponse en feu. “Il s’est particulièrement illustré de par son courage, son engagement, sa volonté de combattre et son humanisme. Il a d’abord bravé les balles des terroristes pour sauver une fillette de 3 ans. Ensuite, tout en galvanisant ses camarades, il se mettait devant eux pour les inciter à faire face aux terroristes”, témoigne le commandant de l’USIGN.

Au milieu des échanges de tirs, le Mdl. Yassia Sawadogo est gravement atteint et est immédiatement admis à l’hôpital national Blaise Compaoré pour des soins intensifs. “C’est en essayant tout seul d’aller neutraliser un terroriste qu’il sera atteint d’une balle”.

Mort “en soldat inconnu et justicier bénévole”

Admis en soins intensifs, il subit plusieurs interventions chirurgicales, et sur instruction du président du Faso, a dit le commandant Evrard Somda, la décision pour son évacuation est prise pour assurer une meilleure prise en charge.
Les espoirs qui commencent à poindre à l’horizon, ne vont pas durer. Le soir de son évacuation, soit le 18 aout, “c’est au pied de l’avion médicalisé venu de Tunisie que les médecins spécialistes vont constater que son état suffisamment grave, ne permettait pas une évacuation sanitaire par avion. Il sera donc reconduit à l’hôpital national Blaise Compaoré”. Il faut stabiliser son état avant de procéder plus tard à l’évacuation.

Malheureusement, il succombera à ses blessures le 19 aout, aux environs de 6h du matin. Pour son chef, en se battant jusqu’au sacrifice suprême pour sa patrie, le Mdl. Yassia Sawadogo a démontré à tous et de la façon la plus éloquente, qu’il incarnait toutes les valeurs dignes d’un soldat d’une unité spéciale.

Le sous-officier qui était proposable au grade de Mdl chef pour le 1er janvier 2018, aura passé une jeune carrière riche et bien appréciée de ses supérieurs hiérarchiques. “Jeune sous-officier dynamique et très engagé. Fait montre d’un esprit d’initiative et du sens du devoir très élevé, donne entière satisfaction sur le plan professionnel et social...”, c’est l’une des notes du regretté lue par le chef d’unité.
Il était un sous-officier exceptionnel. Il avait une grande vocation militaire et une conscience professionnelle sans faille. Toujours disponible, il se montrait très efficace dans le service.

Il n’est pas mort, car il sera à jamais cité comme l’exemple d’un soldat accompli, d’un engagement inconditionnel et d’une bravoure exceptionnelle. Il mérite à jamais et pour toujours qu’on lui rende un hommage digne du sacrifice qu’il a consenti, a conclu le commandant Evrard Somda.

C’est sous un sol, bien arrosé par la pluie quelques minutes avant, que le Mdl. Yassia Sawadogo a été inhumé par ses frères d’armes.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés