Santé : L’hémophilie, une maladie essentiellement masculine

LEFASO.NET | Par Nicole OUEDRAOGO • mercredi 16 août 2017 à 14h36min

Ils seraient environ 2000 burkinabè atteints d’hémophilie, une maladie hémorragique héréditaire longtemps méconnue du public, qui touche « presqu’exclusivement » les garçons. Le vendredi 11 août 2017, l’Association des Hémophiles du Burkina Faso (AHBF), en collaboration avec la Fédération mondiale de l’hémophilie et l’Association française des hémophiles, ont organisé une conférence de presse. L’objectif était de permettre au public de mieux appréhender ce fléau.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Santé : L’hémophilie, une maladie essentiellement masculine

« L’hémophilie est une maladie du sang, génétique et rare. Elle se caractérise par la tendance à des saignements incontrôlables et souvent mortels, survenant spontanément sans cause apparente où à la suite de traumatismes très minimes » a expliqué Aristide Zongo, président de l’Association des hémophiles du Burkina, soulignant que lorsqu’une personne est détectée hémophile, elle est d’emblée déclarée membre de l’association. A ce jour, 47 cas d’hémophilie sont diagnostiqués au Burkina.

Cette maladie se manifeste la plupart du temps par des saignements qui touchent souvent les articulations par destruction de celles-ci, appelés hémarthrose (en ce qui concerne notamment le genou, hanche, etc.) et hématomes pour les muscles. Ces saignements sont responsables d’invalidité et d’handicap très important.

Répertorier les 2000 cas

Face à ce ’’tueur silencieux’’, l’AHBF et ses partenaires veulent faire de la sensibilisation, le remède principal, pour vaincre ce fléau. Il s’agit, selon Aristide Zongo, de répertorier dans un avenir proche, les 2000 cas estimés, afin que ceux-ci puissent également avoir accès à un traitement sécurisé, à l’instar des 40 cas suivis au CHU Charles de Gaulle. A ce sujet, le Pr Eléonore Kafando, médecin hématologue au CHU Charles de Gaulle, confie : « La maladie n’a pas de remède pour l’instant ». Du côté de la fédération mondiale de l’hémophilie, on annonce que des recherches sont en cours pour venir à bout de ce fléau.

Notons qu’à ce jour, les personnes atteintes d’hémophilie bénéficient d’une prise en charge gratuite au CHU Charles de Gaulle. Et cela, grâce à l’appui de la Fédération mondiale de l’hémophilie et l’Association française des hémophiles qui ont fait un don de médicaments d’une valeur de 1.250.000 dollars, soit plus de 600 millions FCFA.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 17 août à 12:42, par Bissélé Ernest Kambou
    En réponse à : Santé : L’hémophilie, une maladie essentiellement masculine

    Bonsoir, merci à AHBF d’avoir porté l’information au grand public. Cependant, si la maladie n’as pas encore de remède en quoi consiste la prise en charge gratuite qui s’effectue à la Pédiatrie Charles De Gaule ? Aussi quel examen de sang faut-il pour diagnostiquer la maladie ? Merci de me renseigner.

    Répondre à ce message

    • Le 17 août à 20:05, par AHBF
      En réponse à : Santé : L’hémophilie, une maladie essentiellement masculine

      L’hémophilie étant une maladie héréditaire consiste à un trouble de coagulation du à un manque de proteine dans le sang appélé facteur VIII et facteur IX ; C’est la présence de ces facteurs dans le sang qui permet à une personne bléssée de voir le saignement s’arrêter rapidement. l’hémophile n’ayant pas ce facteur, va saigner plus longtemps, voire jusqu’à se vider de son sang. ainsi une simple circoncision peut entrainer un saignement jusqu’à anémie mortelle. c’est encore plus grave en cas de traumatisme. les saignements peuvent être internes comme externes, les hémorrargies internes étant les plus graves. On a longtemps pensé que ce mal n’existait pas en Afrique. Mais en fait, il a toujours existé mais les sujets pour la plupart ne vivaient pas longtemps, la maladie étant méconnue du public et même des agents de santé. dans ces derniers temps, les examens effectués sur place permettent de le diagnostiquer.
      Si vous voyez des saignements anormalement prolongés chez une personne, ou des enflures dans les articulations coudes ou genoux, orientez la vers l’hopital charles de gaules pour un examen plus poussé.
      Le rémède qui est disponible actuellement n’est autre que des condensés de facteurs VIII et facteurs IX ; L’administration se fait pour faciliter la coagulation et arrêter le saignement. le facteur ne geurit pas la maladie, il est administré chaque fois qu’il y’a saignement ou lorque le sujet doit subir une intervention. D’autres sujets sont placés sous profilaxie c’est à dire que chaque semaine on les administre le facteur déficitaire. cela leur permet de vivre une meilleure vie.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés