Régions du Plateau central et du Centre-Est : Simon Compaoré galvanise ses hommes

LEFASO.NET | Maxime Jean-Eudes BAMBARA (stagiaire) • lundi 7 août 2017 à 00h17min

Prévue pour durer trois jours à compter du 05 août, la randonnée du ministre d’Etat et de la sécurité intérieure dans les régions du Plateau central et du Centre-Est n’aura véritablement pris qu’une seule journée. Randonnée qui a permis à Simon Compaoré d’aller au contact des forces de sécurités et de l’ordre présentes dans ces régions, de les galvaniser et surtout de constater de visu les réalités du terrain et recueillir leurs préoccupations.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Régions du Plateau central et du Centre-Est : Simon Compaoré galvanise ses hommes

Elle a certes été longue et exténuante, la visite du ministre en charge de la sécurité dans les 10 communes de la région du Plateau central et de celle du Centre-Est ; mais elle a le mérite d’avoir remonté le moral des troupes abandonnées dans les villages les plus reculés du Burkina. Partie de Ouagadougou dans la nuit du Samedi 05 août, la délégation composée des journalistes, des responsables du ministère en charge de la sécurité, des directeurs généraux de la police et de la gendarmerie avec à sa tête le ministre Simon Compaoré a fait sa première escale au commissariat de police de Mogtédo. Il est 5h. L’obscurité de la nuit fait doucement place à la lumière du jour. Les paupières sont toujours lourdes et le sommeil se fait toujours sentir. Mais le personnel (13 policiers) du commissariat de police de Mogtédo est bien début et prêt. Pas de temps à perdre surtout que la route sera longue.

Une revue de troupe et Simon Compaoré donne l’objet de sa visite : « Bonjour, je suis venu de Ouagadougou accompagné de quelques responsables du ministère en charge de la sécurité, et du DG de la police ainsi que celui de la gendarmerie et des journalistes pour vous féliciter et vous encourager dans votre travail. Vous avez le soutien de tout le gouvernement. Nous avons tenu à venir vous rendre visite, constater les réalités du terrain et recueillir vos préoccupations et voir dans la mesure du possible ce qui pourra être fait pour les satisfaire ».

Prenant la parole, le personnel du commissariat de police du district de Mogtédo a, par la voix de son responsable, remercié le ministre pour sa visite et égrainé des difficultés auxquelles il fait face au quotidien. « Géographiquement le CPD (Commissariat de Police de District) de Mogtédo est situé dans les murs du marché central et est à environ 80m de la grande mosquée. Ceci ne facilite pas l’exécution de nos tâches quotidiennes. Ensuite la commune compte 25 villages avec en moyenne 38 km de rayon et presque dans chaque village s’est installé un site d’orpaillage artisanal où le banditisme sévit toujours et l’incivisme avance à grand pas. Eu égard ces difficultés, le commissariat de police de Mogtédo vous adresse ses préoccupations suivantes : la construction du commissariat sur son site à lui attribuer, terrain déjà acquis d’une superficie de 2637 m2, la dotation d’un véhicule pour mener à bien nos missions (constats d’accidents et patrouilles sur les sites d’orpaillage), la dotation de matériel de maintien d’ordre (MO), et enfin le dépannage de l’appareil de transcription ». Voilà exposée la situation du commissariat de police de Mogtédo au ministre ; situation dont il dit avoir pris bonne note.

« C’est bien noté. Nous n’allons pas à avoir la prétention de résoudre tous les problèmes, mais nous ferons ce que nous pouvons faire. En attendant la cohésion, la solidarité, la discipline et la transparence sont des valeurs qui doivent régner au sein des troupes » a rappelé Simon Compaoré avant de prendre congé d’eux. La délégation se rend ensuite au poste de gendarmerie toujours dans la même commune. Et là aussi les difficultés sont presque les mêmes : manque d’effectif, manque de moyens financiers et de matériel roulant, problème d’armement et l’épineuse question de l’incivisme des populations.

Le cap est mis sur Zorgho. Si la gendarmerie dit avoir maille à partir avec les forces de sécurité locales, Koglwéogo dans cette commune, l’activité de ces derniers est saluée au niveau de la direction provinciale de la police nationale du Ganzourgou. Selon le directeur provincial, ils auraient contribué à la réduction du taux de criminalité de la zone. « A titre illustratif, 31 cas d’attaques à main armée et 35 agressions à main armée ont été enregistrées en 2015. En 2016 on a enregistré 06 cas d’attaques à main armée et quatre cas d’agression. Et dans le deuxième trimestre de l’année 2017 zéro cas enregistré ». A livré comme statistiques le directeur provincial de la police nationale du Ganzourgou. Par contre les cas d’accident restent légion. « En 2015, 68 cas ont été enregistrés dont 20 morts. 80 cas dont 29 morts en 2016. Et 41 cas dont 08 morts au deuxième trimestre de l’année 2017 ».

Après Zorgho c’est au tour des policiers et gendarmes des communes de Pouytenga et Koupéla d’accueillir respectivement la visite du ministre d’Etat et de la sécurité intérieure ainsi que sa délégation. Et le principal problème de ces localités serait la lutte contre la fraude puisque les populations sont en majorité commerçantes. Quatre heures de randonnée (05h à 09h) et la visite au Plateau central est ainsi bouclée.

Direction Centre-Est avec comme points de chute les communes de Garango, Bitou, Cinkassé, Sangha, Ouargaye et Tenkodogo. Le message d’encouragement et les conseils du ministre restent les mêmes : cohésion, solidarité, discipline, transparence dans la gestion. Aux problèmes de manque de personnel, de moyens financiers, de matériels roulant, s’ajoutent ceux relatifs au l’insuffisance des tenues, au manque de matériel bureautique et d’électrification de certains commissariats et brigades territoriales de gendarmerie. A Cinkassé qui fait frontière avec le Togo, le ministre a exhorté ses hommes à collaborer avec les forces de l’ordre et de sécurité togolaises afin de venir à bout du phénomène de la fraude. Cette visite a également été l’occasion pour Simon Compaoré d’interpeller les maires des différentes communes à s’impliquer dans la prise en charge des commissariats de district et de brigades territoriales de gendarmerie.

Pour le ministre d’Etat et de la sécurité intérieure, la synthèse des difficultés et préoccupations recueillies sera faite une fois de retour à Ouagadougou afin de mieux orientations les actions en fonction des priorités qui se présentent. « Le principal problème c’est la clôture. Nous en tirons une leçon fondamentale qui va nous amener dans nos budgets à venir et dans nos requêtes auprès des partenaires financiers de placer en bonne place la question de l’érection des clôtures au niveau des camps pour la gendarmerie et la police. Il s’agit de faire en sorte que les conditions de vie des policiers et des gendarmes soient améliorées dans leur lieu de service et qu’ils aient le minimum de ce qu’il faut pour accomplir leurs missions » a-t-il relevé faisant le point de sa tournée à 20h à la brigade territoriale de gendarmerie de Tenkodogo. Simon Compaoré rassure : « la cause a été entendue. Nous sommes venus, nous avons vu, nous avons touché du doigt la situation. Nous sommes très satisfaits qu’en dépit du manque de moyens à un certain niveau, les hommes aient le courage et la détermination de poser des actes qui donnent des résultats. C’est ça aussi le patriotisme ».

Mogtedo, Zorgho, Pouytenga, Koupéla, Garango, Bitou, Cinkassé, Sangha, Ouargaye, Tenkodogo, le ministre en charge de la sécurité a arpenté dix communes dont quatre dans la région du Plateau central et six dans le Centre-Est. Et dans chaque poste de police et de gendarmerie, des enveloppes ont été remises aux gendarmes et policiers pour la dotation en carburant et pour comme le dit le ministre ‘’remonter le moral des troupes’’. En somme, les commissariats de district de police et les brigades territoriales de gendarmerie visités ont pour la plupart un dénominateur commun, la vétusté des bâtiments et le manque de clôture.

Maxime Jean-Eudes BAMBARA (Stagiaire)
Lafaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 7 août à 06:36, par Ezéchiel
    En réponse à : Régions du Plateau central et du Centre-Est : Simon Compaoré galvanise ses hommes

    Les citoyens devraient faire l’effort de mieux comprendre le sens profond du bien commun. C’est tout ce qui appartient à tous et à chacun. Le territoire national, les édifices et infrastructures publics (services publics, routes, barrages, ponts etc…).constituent entre autres, le bien commun des citoyens burkinabè qu’ils doivent protéger et renforcer. Dans des établissements scolaires, cette notion de biens communs est enseignée dans le programme d’Education Civique et Morale(E.C.M).Ainsi, les élèves, étudiants et tous les citoyens burkinabè doivent éviter de saccager des biens publics comme les commissariats de police, les brigades de gendarmerie, les routes bitumées et bien d’autres infrastructures qui sont le patrimoine national. Dans la ville de Ouagadougou, les citoyens ont compris qu’ils ne doivent plus casser les feux tricolores lors des manifestations de protestations car, cela expose tout le monde à des risques d’accidents. De même, saccager des services de sécurité et de justice, prive les citoyens de la possibilité de légaliser des documents, d’avoir des casiers judiciaires pour les concours, des certificats de nationalité etc…Le ministre d’Etat en charge de la sécurité, Simon Compaoré fournit des efforts pour le renforcement des équipements des agents et services de sécurité. Il a fait le tour de commissariats et brigades de gendarmerie à travers les différentes régions du pays, pour constater de visu, les réalités des services de sécurité, dans l’optique de trouver des solutions adéquates en termes d’équipements et de réhabilitation des infrastructures. C’est ainsi qu’il est un interlocuteur crédible au sein du gouvernement et auprès des partenaires techniques et financiers pour des plaidoyers en faveur des appuis conséquents au secteur de la sécurité au profit de tous. La lutte contre le terrorisme demeure une action de tous les citoyens par une collaboration en matière de renseignement avec les Forces de Défense et de Sécurité(FDS), pour éviter les attaques contre les populations et les services de sécurité. Les citoyens peuvent aussi téléphoner gratuitement aux numéros suivants pour signaler tout cas suspect ou d’attaque : 17(police) ,16(gendarmerie) ,1010 (service de veille de la sécurité).

    Répondre à ce message

  • Le 7 août à 13:01, par J’aime mon pays
    En réponse à : Régions du Plateau central et du Centre-Est : Simon Compaoré galvanise ses hommes

    Je voudrai vous feliciter Monsieur le Ministre pour cette action de grandeur car il est dit que Le Maître véritable n’est pas celui qui a le plus de disciples mais celui qui crée le plus de Maîtres. Le leader véritable n’est pas celui qui a le plus d’adeptes mais celui qui crée le plus de leaders. Le roi véritable n’est pas celui qui a le plus de sujets mais celui qui en mène le plus grand nombre à la royauté. L’enseignant véritable n’est pas celui qui a le plus de connaissances mais celui qui amène le plus de gens à la connaissance.
    Les grand hommes sont ceux qui donnent le mieux d’eux-meme et non ceux qui prennent le mieux pour eux-memes.
    Tout les hommes qui ont donné le mieux d’eux (Sankara, Nelson Mandela...) meme ont marqué l’histoire de l’humanité.

    Quand un responsable sait ecouter ses hommes et s’impregner de des realites qu’ils vivent et est soucieux de leurs conditions, alors il saura anticiper sur toutes crises.
    Ecouter toujours vos hommes et les inviter toujours a prendre part a toutes reformes les concernants car c’est eux qui sont sur le terrain. Sankara ne disait t’il pas que : "Nous ne devons pas craindre les masses, et nous barricader dans des bureaux climatisés pour penser lourdement à sa place, avec les pesanteurs petites-bourgeoises, sans tenir compte de lui et de ses conditions concrètes de vie et de travail. En un mot, je voudrais vous dire que nous ne devons pas tenir le peuple en respect, mais réserver tout le respect au peuple ». Que Dieu vous donne la sagesse et la lumiere afin de mener a bien votre mission pour ce pays et pour la creation de Dieu.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août à 14:57, par neya
    En réponse à : Régions du Plateau central et du Centre-Est : Simon Compaoré galvanise ses hommes

    si tous les chefs faisaient comme TONTON SIMON, certaines situations n’allaient pas dégénérer , l’écoute des collaborateurs, le respect et les échange d’idées résolvent beaucoup de problèmes.
    félicitations à Mr le Ministre d’état pour cette vision.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août à 15:30, par jj
    En réponse à : Régions du Plateau central et du Centre-Est : Simon Compaoré galvanise ses hommes

    Bonjour je pense que Koupela fait partie de la région du centre-est et non du plateau central.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août à 16:03, par atab
    En réponse à : Régions du Plateau central et du Centre-Est : Simon Compaoré galvanise ses hommes

    Pouytenga et Koupéla font partie de la région du centre-Est et non le plateau central. Erreur de Journaliste.La tournée du ministre a concerné 08 communes du Centre-Est et 02 du Plateau Central(Zorgho et Mogtedo)

    Répondre à ce message

  • Le 7 août à 17:09, par Rappel
    En réponse à : Régions du Plateau central et du Centre-Est : Simon Compaoré galvanise ses hommes

    Région du Centre – Est :Tenkodogo(chef lieu) ,provinces rattachées : Boulgou(Tenkodogo), Koulpelogo(Wargaye), Kouritenga(Koupela).

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés