Grève des chauffeurs routiers : Le mot d’ordre levé

COMMUNIQUE • samedi 5 août 2017 à 22h30min

Ceci est un communiqué du Ministère des transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Grève des chauffeurs routiers :  Le mot d’ordre levé

Afin de trouver des solutions idoines aux difficultés récurrentes affectant le bon fonctionnement des Postes de Contrôle Juxtaposés (PCJ) de Cinkansé, le Gouvernement, à travers les Ministères en charge des Transports, de la Sécurité et des Finances, a entrepris des concertations avec les organisations des transporteurs et l’Union des Chauffeurs Routiers du Burkina (UCRB) depuis le 8 mai 2017. Ces concertations ont été sanctionnées par un procès-verbal le 25 juillet 2017 fixant la date de reprise des paiements de la redevance de passage aux PCJ le 29 juillet 2017.

Dans le cadre de la mise en œuvre des conclusions de ce procès-verbal et suite à des incompréhensions, la situation a dégénéré le 1er Août 2017 à TENKODOGO amenant l’UCRB à lancer un mot d’ordre d’arrêt de travail illimité à compter du 04 Août 2017.
Le Ministère des Transports, de la Mobilité Urbaine et de la Sécurité Routière a aussitôt engagé de nouveaux échanges avec les différents acteurs. Ces échanges ont abouti à un protocole d’accord avec des engagements de part et d’autre, signé le 5 Août 2017, mettant fin au mot d’ordre d’arrêt de travail illimité et fixant la reprise du paiement de la redevance de passage aux PCJ au 1er Septembre 2017.

Le gouvernement qui a toujours fait de la concertation son credo, salue l’esprit d’ouverture et de dialogue des différents acteurs, esprit de dialogue qui a permis d’aboutir à ces solutions consensuelles gage d’un apaisement du climat social.

Pour le Ministre des Transports, de la Mobilité Urbaine et de la Sécurité Routière / PD le Secrétaire Général

Issiaka SIGUE

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 6 août à 07:56, par pathe Diallo
    En réponse à : Grève des chauffeurs routiers : Le mot d’ordre levé

    C’est une bonne chose et un soulagement pour tous, mais c’est quand même incroyable de voir que dans ce communiqué le gouvernement ne condamne même pas l’attitude des forces de l’ordre qui ont bastonné publiquement dans la rue, des chauffeurs routiers ! Ce genre de compartement doit cesser totalement dans ce pays. Chaque citoyen a droit au respect et tout le monde doit se soumettre à la loi. Tout homme de tenue que ce soit militaire, gendarme, policier qui agresse un citoyen doit répondre de son forfait devant les tribuneaux ! J’encouage très fortement les victimes et l’Association des Transporteurs routiers à porter plainte et d’aller jusqu’au bout ! C’est aussi effarant de constater que la societé civile notamment les mouvements des droits de l’homme toujours prompt à bondir sur des questions politiques, n’en disent rient !!!

    Répondre à ce message

  • Le 6 août à 21:02, par Le citoyen
    En réponse à : Grève des chauffeurs routiers : Le mot d’ordre levé

    Bon courage à ce ministère qui est tir au four et au moulin

    Répondre à ce message

  • Le 6 août à 21:51, par BONJOUR
    En réponse à : Grève des chauffeurs routiers : Le mot d’ordre levé

    Ainsi donc les patrons de ces chauffeurs étaient au courant, mais n’ont pas pris les dispositions pour le paiement. Comme ils sont habitués à frauder....
    Quel pays ;

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés