Procédure judiciaire contre le journaliste Lookman SAWADOGO : L’UPC encourage plutôt les magistrats à se pencher sur les dossiers de crimes de sang et de crimes économiques qui attendent

COMMUNIQUE • vendredi 4 août 2017 à 23h34min

Ceci est un communiqué du secrétariat national à l’information t à la communication de l’Union pour le progrès et le changement (UPC).

Procédure judiciaire contre le journaliste Lookman SAWADOGO : L’UPC encourage plutôt les magistrats à se pencher sur les dossiers de crimes de sang et de crimes économiques qui attendent

L’Union pour le Progrès et le Changement (UPC) suit avec grand intérêt la procédure judiciaire entamée par six hauts magistrats contre le journaliste Lookman SAWADOGO, Directeur de publication du journal Le Soir.
Au cours du procès tenu le 27 juillet 2017, le Procureur du Faso a requis douze mois d’emprisonnement avec sursis, et une amende de trois cent mille francs CFA contre le journaliste mis en cause.

L’UPC, en tant que parti social-libéral, est attachée d’une part à l’indépendance de la justice, et d’autre part, à la liberté de presse. C’est ce qui explique les prises de positions sans équivoque du parti, à de multiples reprises, contre les velléités de remise en cause de l’indépendance de la justice.

Néanmoins, sur ce sujet-ci, l’UPC estime que le procès contre Lookman SAWADOGO constitue un grave précédent dans la lutte continue pour la liberté de presse dans notre pays. Ce procès semble déséquilibré, au regard des fonctions qu’occupent ces hauts magistrats, comparés à un seul journaliste qui n’a que sa plume. Il est aussi disproportionné au regard de l’utilisation du Code pénal en lieu et place du Code de l’information.

Par ailleurs, dans l’écrit incriminé, le journaliste a simplement attiré l’attention de la commission sur l’existence probable d’une plainte contre un de ses membres et les éventuelles conséquences de ladite plainte.

Enfin, la peine requise contre la journaliste Lookman SAWADOGO nous semble très lourde, eu égard aux avancées arrachées de haute lutte, souvent au prix de sacrifices suprêmes, par la presse nationale et le peuple burkinabè en général.
De ce qui précède, l’UPC affirme son soutien moral au journaliste Lookman SAWADOGO et à l’ensemble de la presse burkinabè.

Le parti encourage les magistrats à se pencher davantage sur les dossiers de crimes de sang et de crimes économiques qui attendent d’être élucidés. C’est surtout sur ce terrain d’une justice crédible, prompte et impartiale que les Burkinabè attendent nos juges.

Ouagadougou, le 04 août 2017

Le Secrétariat national à l’information et à la communication de l’UPC

Messages

  • Message limpide. Merci à l’UPC pour cette réaction responsable.

  • Bien dit UPC. Le peuple attend avec impatience que les juges se penchent sur les gros dossiers de crimes économiques et de sang.

  • .Quand quelqu’un manque de clarté dans ses propos c’est ainsi qu’il agit. Après le départ du régime compaoré, nous peuple Burkinabè aspirons à une justice et une vrai sur les crime de sang et économique.Pour ces cas ils trottinent attestant qu’ils sont à la recherches de preuves palpables.Mais quand il s’agit des faibles comme nous autres, rapidement les preuves ne manquent jamais.Ceci est une façon de nous faire croire que le justice travail mais nous ne disons pas le contraire, sauf qu’elle travail dans le faux.Et ceci met en doute la crédibilité des tenants du pouvoirs actuel.Nous voulons la vrai justice,pas besoin de s’attaquer a des journalistes dans l’exercice de leurs foncions.Nous reviendrons sur ce sujet après le 10 prochain. Les 30 et 31 octobre il ya eu des morts que vous avez appelé martyres.Qui est l’auteur de ces crimes ? ou est il ?A quand son jugement ? Voici des questions parmi tant d’autres auxquelles vous devez vous intéressé au lieu de nous tourner en rond.

  • tres bien dit bande de corrompus gracieusement payé avec nos maigre ressources au lieu de dire le droit sur certains dossier c’est autre choses qui vous unteresse

  • C’est quoi ce monstre sémantique de social libéral. Non l’upc est un parti néo libéral point barre. Ce procès est déséquilibré ou ’’semble déséquilibré’’ ? Prenez clairement position.bref , le plus important est de savoir si le droit a été dis ou pas.
    Toēenga

  • Vraiment hein ! On peut dire maintenant que l’UPC descend très bas ! Devenue Syndicat ou Osc nul ne le sait ? Toujours est-il qu’à part le simple tapage auquel elle s’adonne, ce genre de profession de solidarité, n’a aucun autre effet sur la sanction de l’intéressé.

  • "Par ailleurs, dans l’écrit incriminé, le journaliste a simplement attiré l’attention de la commission sur l’existence probable d’une plainte contre un de ses membres et les éventuelles conséquences de ladite plainte."
    Nous ne voulons pas d’un journalisme au rabais. Quant on n’est pas sûr, on se tait tout simplement. Même si en matière de liberté de la presse il semble que le Burkina soit meilleur dans le classement que les Etats Unis, ce ne remplit pas le ventre.

  • L’UPC FAIT HONNEUR AUX BURKINABE EPRIS DE PAIX ET DE JUSTICE. LA POLITIQUE AUTREMENT C’EST L’UPC. BON COURAGE.

  • Est ce que l’UPC était représenté au procès de Lookman ? Arrêtez de racontez vos histoires politiques. Quand le débat battait son plein sur l’annulation des poursuites contre Soro, qu’est ce que l’UPC a dit ?N’importe quoi ?

  • Certainement que Mr SAWADOGO est un membre influent de L’UPC. Il faut encourager les journalistes dans l’excellence . Cultiver la médiocrité ne fait pas grandir nos journalistes à la plume facile et sans investigations aucun. Il n’y a pas de petit dossier à la justice. Critiquez toute la justice de notre pays qui dort. Loockman est un grand aux yeux de l’UPC qui n’a pas chercher a investiguer sur la page 128 du programme présidentiel de ZEPH. Son PPP allait être géré par AREVA ou par des Burkinabé.

  • il faut que les financiers aussi poursuivent certains journalistes excités sur le fonds commun et qui se permettent certains propos discordants. certaines éditions de presse en font leur générique avant certaines émissions. ou bien parce qu’ils sont des financiers ?

  • Ça c’est vrai.

    Ils doivent se pencher sur les dossiers brûlant au lieu de faire de la comédie

  • c’est du propre. je partage totalment cette déclaration de l’upc.

  • Ne me dites pas qu’à l’UPC vous espérez une justice avec les amis de Blaise Compaoré qui tiennent les rênes du pouvoir. Ils ne vont quand même pas se faire hara kiri non ?
    Si vous commencez à juger un, tout le monde y passera. Ou bien il faudra museler les Diendéré, Bassolet et autres. Alors, on fait quoi ?

  • Dossiers de crimes de sang et de crimes économiques attendent d’être traités. C’est sur ça que les Burkinabè vous attendent messieurs les juges. Depuis 27 ans n’avez pas pu juger de ces dossiers importants pour le peuple burkinabè. Laissez Lookman tranquile, vs avez beaucoup de dossiers importants dans vos mains (assassinat de Thomas SANKARA...,David OUEDRAOGO, Norbert ZONGO, Flavien NEBIE, votre défunt collègue juge NEBIE, ...... Le peuple s’en souvient comme si c’était aujourd’hui. Travaillez messieurs les juges.

  • Tout laisse croire que le pauvre a toujours tort dans notre pays,de quoi reproche t-on à notre cher journaliste pendant que des dossiers graves dorment dans les tiroires ?Je comprends maintenant pourquoi quelqu’un me disait que la corde se casse toujours à l’endroit le plus fin,plus jamais ça SVP !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés