Populations africaines : Enfin un livre sur comment améliorer la fortune

LEFASO.NET | Ernestine Ouédraogo (Stagiaire) • jeudi 3 août 2017 à 00h11min

C’est sous la présidence du ministre de la culture Tahirou BARRY représentant le Président du Faso que s’est déroulée la soirée de présentation et de dédicace du livre « MAKING AFRICA WORK ». Coécrit par Greg Mills, l’ancien président du Nigéria Olusegun Obasanjo, Jeffrey Herbst et Dickie Davis, ce livre montre des stratégies qui ont réussi ailleurs, afin que l’Afrique s’en inspire pour réduire la pauvreté.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Populations africaines : Enfin un livre sur comment améliorer la fortune

La cérémonie a débuté par le mot de bienvenue du représentant de la représentante Afrique de l’Ouest de la fondation KONRAD ADENAUER. Celui-ci est revenu sur l’importance de ce type de livre qui aide à la prise de conscience et à mieux agir, et souhaité la bienvenue aux délégations et à tous les invités.

La soirée s’est poursuivie par la présentation du livre aux invités et au public par le Dr Greg Mills. En bref, ce livre partage des idées pratiques sur comment faire décoller les performances économiques de l’Afrique et assurer sa croissance au-delà des matières premières. C’est un ouvrage de 371 pages en version française. Composé de 11 chapitres et subdivisé en deux parties.

Le président Obasanjo a pris la parole et a fait une série d’observations sur le livre. Au début de son propos, il a lancé : « Le continent africain n’est pas là où il devrait être, et tous les africains et les bons amis de l’Afrique le savent très bien ». Selon lui, l’Afrique doit avoir ce qui lui revient de droit. Il a prôné un partage équitable et global des richesses, surtout celles de l’Afrique. Pour lui, la pauvreté de l’Afrique est un choix que les dirigeants et les africains ont fait, car nous n’avons pas fait ce que nous devions faire. « Il faut, dit-il, oublier le passé, il ne s’agit pas dans ce livre de remuer le couteau dans la plaie, mais de montrer les bons exemples sur lesquels il faut se baser pour amorcer la marche vers le développement et pour ne pas commettre les même erreurs. Nous n’avons pas à blâmer n’importe qui. Si nous continuons à importer des produits fabriqués à partir de nos matières premières que nous avons exportées, nous ne sortirons pas de cette spirale. »

Le Ministre de la culture burkinabè a pris la parole pour féliciter les écrivains et leur souhaiter la bienvenue. Il a apprécié la qualité du document profondément orienté vers des solutions pour l’Afrique, pour la croissance économique et des créations d’emplois.

La cérémonie s’est poursuivie par une série de questions à l’endroit des auteurs. Tour à tour, les participants se sont succédé pour poser des questions d’éclaircissement sur le contenu du livre.

A la fin, les auteurs ont procédé à des dédicaces de livres offerts aux présents à la cérémonie.

Ernestine W. Ouédraogo (Stagiaire)
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 3 août à 06:01, par Mawa
    En réponse à : Populations africaines : Enfin un livre sur comment améliorer la fortune

    Bravo aux auteurs et merci pour votre contribution pour le rêve de notre cher continent.
    où peux t on trouver le livre ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 16:18, par Dr Mamadou SANOU
    En réponse à : Populations africaines : Enfin un livre sur comment améliorer la fortune

    Merci pour l’article. j’ai hâte de lire ce livre écrit par des Africains de renom. Au regard des commentaires de l’article, j’espère que ce livre sera un véritable outil pour les praticiens du développement

    Où peut-on avoir le livre ?
    Dr Mamadou SANOU

    Répondre à ce message

  • Le 4 août à 07:40, par Pa Bah Wendé
    En réponse à : Populations africaines : Enfin un livre sur comment améliorer la fortune

    Bonjour,
    Merci pour l’article. Toutefois, regardez de quoi sont juponnées les tables sur les photos : une copie de notre gang la pelgha, synthétique, "made in China". Il s’en est vendu des kilomètres dans ce pays, au motif que "c’est plus durable que le coton, ça ne se froisse pas...". Mais comment comprendre que dans des cérémonies officielles, l’on puisse arborer fièrement ces preuves de la concurrence déloyale que subissent nos artisans ? Ces cérémonies ne sont-elles pas l’occasion, si l’on a opté pour une déco traditionaliste, de mettre en avant nos artisans, ces gardiens de notre culture, de nos traditions ? Que faisons-nous pour eux vraiment ?
    Rendez vous compte : dans certaines de nos ambassades, ces étoffes servent de rideaux et de jupons de tables, au nom de la culture, de la tradition. C’est un comble !!!
    Mda lé yan yé !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés