Armée burkinabè : Les trois régions militaires ont de nouveaux chefs

LEFASO.NET | Par Herman Frédéric Bassolé • jeudi 3 août 2017 à 00h17min

Dans un décret datant du mardi 1er août 2017, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a procédé à la nomination d’Officiers supérieurs à la tête des trois Régions militaires. La Brigade nationale de Sapeurs-pompiers a également un nouveau commandant et le Chef d’Etat-major de la Gendarmerie nationale, un adjoint.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Armée burkinabè : Les trois régions militaires ont de nouveaux chefs

Le Colonel Bationo Giles, après trois ans passés aux commandes de la 2e région militaire, rejoint désormais la 1re Région militaire dont l’état-major est basé à Kaya. Il remplace à ce poste, le colonel-major Jean Calvin Traoré, nommé toujours par le même décret, Sous-Chef Opérations de l’Etat-Major Général des Armées.

Quant à la 2e Région militaire, elle est désormais placée sous la houlette du Colonel Edmond Compaoré, tandis que la 3e Région militaire a pour premier répondant le Colonel Pierre Ouédraogo qui était jusque-là, le commandant du 30e régiment de commandement d’appui et de soutien camp 11-78.

JPEG - 72 ko
Colonel Bationo Giles

A la Brigade nationale de Sapeurs-Pompiers, un « Ernest » en remplace un autre. En effet, après avoir pris fonction officiellement le 1er juillet 2015, le lieutenant-colonel, Ernest Yélémou, cède désormais sa place au Colonel Kisbéogo Ernest. Et du côté de la Gendarmerie nationale, le Chef d’Etat-major, Tapsoba Marie Omer Bruno, a un nouvel adjoint en la personne de Ouédraogo Z. Blaise. Ce dernier, rappelons-le, a été nommé à la tête de la 3e Région de Gendarmerie, il y a une semaine de cela, le 24 juillet 2017. Il cumule ainsi ces deux fonctions.

Six chefs de Corps ont été également nommés par le président du Faso. Le Lieutenant-Colonel Ouédraogo Yves Patrick est désormais le Chef de corps de l’Académie militaire Georges Namoano tandis que le Commandant Tankoano Victor est promu chef de Corps par intérim de l’Ecole nationale des Sous-Officiers d’Active (ENSOA). Les Régiments d’infanterie Commando (RIC) de Ouahigouya, Gaoua, Dédougou et Tenkodogo ont aussi leurs chefs de Corps. Il s’agit respectivement des Commandants Damiba Paul Henri, Ouédraogo Wilfried, Sanou Souleymane et Sorgho Fabien.

Herman Bassolé
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 2 août à 15:51, par Un détachement à Koudougou
    En réponse à : Armée nationale : Les trois régions militaires ont de nouveaux chefs

    Depuis l’attaque du camp militaire BIA de Koudougou en octobre 1987, suivie de sa dissolution, plus de militaires à part les sapeurs pompiers et la gendarmerie, bien sûr et les autres (policiers, eaux et forêt, douaniers, GSP).
    Il est impératif qu’il y ait au moins un détachement militaire à Koudougou. Koudougou est à 100 km de Ouaga, 130 km de dédougou. Elle est la 3ème ville du Faso.
    Je me souviens encore de ce massacre des militaires valeureux du camp BIA de Koudougou. C’est purement de l’assassinat, du génocide ; aller prendre vos frères d’armes non armés, non en tenue militaire pour aller fusiller comme des lapins sous-prétexte qu’un certain officier sanguinaire, Gilbert Diendéré, vous a donné l’ordre de tirer sur tout ce qui bouge. Franchement il faut être tramazolé, drogué pour faire ça à son frère d’arme non armé, non en tenue de combat. Et venir dire que Koudougou est une ville rebelle. On ne nait pas rebelle mais on le devient par la force des choses.
    Une question aux spécialistes des questions militaires : que signifie cette expression solennelle qu’on prononce lorsque le commandement militaire change : " soldats, hommes du rang, sous-officiers, officiers, vous reconnaitrez désormais un tel comme votre nouveau chef et vous lui obéirez en ce qu’il vous commandera". On va l’entendre encore ces temps-ci avec ces changements à la tête des casernes. Cette expression solennelle, si je comprends bien protège le subalterne qui obéit aux ordres de son chef. Par conséquent, s’il y a des réprésailles, c’est le chef qui est responsable. Même si le Lion avait demandé à ses hommes de combattre ou resister au coup d’Etat du 15 octobre 1987, ils ne devraient pas être massacrés. Ils devraient être mis aux arrêts pour être jugés ou valsés dans d’autres camps comme ce qui s’est passé avec le coup d’Etat le plus bête du faux Général Sanguinaire. L’unique responsable, c’est le chef.
    Familles et ayant-droits des militaires ou civils massacrés du camp BIA, il est temps pour vous de saisir la justice du Faso pour porter plaintes contre les cerveaux de ce massacre d’octobre 1987 à Koudougou. Avocats du Faso, votre devoir est de porter conseils et assistance à ces gens là pour que justice leur soit rendue.

    Répondre à ce message

    • Le 2 août à 19:47, par Par Moi
      En réponse à : Armée nationale : Les trois régions militaires ont de nouveaux chefs

      Humm...! 1987 ,nous Etions Pas Encore Né. Mais Cela Est Nouveau Pour Nous. Effectivement Un Jour Jai Posé La Question A Un Encien Militaire A Savoir Pourquoi Ya Pas De Camp Militaire A Koudougou (3ème Ville).? Il M’a Repondu : << Sais Long A Expliqué Jeune..,on Di Que Ya Trop De Rebelle A Koudougou>>. Je Ne Comprenait Rien. Mais A Present Roch Peut Faire Implanter Une Base Militaire A Koudougou Oubien ? Courage Au Beret Rouge. Respect !!!

      Répondre à ce message

    • Le 2 août à 22:46, par Yes
      En réponse à : Armée nationale : Les trois régions militaires ont de nouveaux chefs

      Vous avez raison, cette fameuse formule est obsolète car maintenant on parle du "principe de la baïonnette intelligente".
      À quand pour le changement dans les autres corps de la gendarmerie où certains chefs s’éternisent dans leur poste, ne quittent pas ouaga ou occupent plusieurs ? Jetez y un oeil grand chef, pas à la macron...peut être si !

      Répondre à ce message

      • Le 3 août à 09:24, par Le point
        En réponse à : Armée nationale : Les trois régions militaires ont de nouveaux chefs

        Mon frère, il y a carence d’officiers à la Gendarmerie pour pourvoir à tous les postes devant être occupés par des officiers. Du coup, même quand quelqu’un a duré dans son poste, la hiérarchie est très embarrassée car elle ne sait pas comment le remplacer. Le problème est encore rendu difficile du fait de l’obligation de respecter l’ordre hiérarchique militaire dans les nominations. Renseignez-vous bien et vous serez au parfum des difficultés sous lesquelles ploie la Gendarmerie face à un certain diktat qui ne dit pas son nom et qui n’arrange pas non plus le pays, sauf à ceux qui pensent que le pays leur appartient

        Répondre à ce message

    • Le 3 août à 08:18, par L’Etalon Enragé
      En réponse à : Armée nationale : Les trois régions militaires ont de nouveaux chefs

      Grand merci à vous, Lefaso.net pour avoir publié mon message dont le titre est : un détachement à Koudougou. J’étais presque convaincu que vous n’allez pas le publier, étant entendu que c’est un domaine très sensible, l’armée. Une fois encore, grand merci !

      Répondre à ce message

    • Le 3 août à 10:52, par Silowe
      En réponse à : Armée nationale : Les trois régions militaires ont de nouveaux chefs

      Intervenant sans pseudo, je ne suis pas totalement en phase avec ce que vous affirmez. Le Lieutenant Diendéré n’a pas donné un quelconque ordre d’exécution à Koudougou. (NB : Il n’a pas non plus donné l’ordre d’exécuter le Capitaine Thomas Sankara.) C’est le Sous-lieutenant Gaspard Somé qui a pris des initiatives à Koudougou. Il a été suivi par les Sous-lieutenants L. Gambo, et A. Bonkian. Lorsque l’information est parvenue au Conseil le matin du 28 Octobre.87, l’ordre a été donné de tout arrêter. Le commandement a été retiré de suite aux tueurs. (Le jeune Capitaine Daniel Kéré par exemple, justement promotionnaire de Gaspard au lycée militaire, à été brûle vif par le même Gaspard. A l’EMP, ils ne s’entendait pas vraiment. Le Sous-lieutenant Bertin O., qui souffrait du paludisme et que le Capitaine Kaboré avait libéré de ses obligations à été enlevé et tué par balles dans la tête. Son camarade L. Gambo devrait pouvoir s’expliquer.)
      Les assassinats des éléments du BIA (qui ont chicoté l’armée malienne en 1986 pendant la "Guerre de 6 jours") ont continué en douce jusqu’à Bobo. Et c’est là, que le jeune Sous-lieutenant Traoré (qui n’était pas en odeur de sainteté avec le Sous-lieutenant Omar Traoré, porte-parole du Front Populaire) sera sera tué dans "son sommeil". Au camp de Kamboinsin, le Capitaine R. Kouama, dans son bureau, sera surpris et tué de plusieurs balles dans le dos, par le Sous-lieutenant Gaspard Somé.) Ils détruiront la vie des Professeurs Oumarou C. O., Tall,... Trop confiants, cette équipe de tueurs qui recrute, va ensuite tenter d’assassiner le Commandant Diendéré, le Colonel Diendéré. Les deux dernières tentatives en date viendront de son propre neveu, le Lieutenant-Colonel Zida. C’est selon cette logique, qu’en 1998, la vie de Norbert Zongo et celles de nos autres frères seront détruites.)

      Pour revenir à la tragédie de Koudougou en Octobre.87, vous souvenez-vous du Colonel Yurgnan G. Somé, du Commandant Bancé, et du Colonel Badinbié de la Gendarmerie ? Avez-vous su ce qui s’est passé la nuit du 8 au 9 août 1983 au sein du Conseil de l’Entente et qui a surpris plus d’un élément ? Il y a un lien de parenté entre les tueurs qui ont sévi à Koudougou les 27 et 28 Octobre.87 et ces trois officiers supérieurs que la Révolution sankariste a renversés.
      Au sujet du Capitaine Henri Zongo qui était Sergent ("Sergent-bac" après son succès au Bac.) et surveillant à l’Ecole Militaire Préparatoire ( devenue PMK et ensuite ECR), il a contribué légitimement et légalement à l’exclusion d’un certain élève nommé Gaspard Somé. Le Chef Lingani était à proximité. Gaspard aurait juré de les tuer, d’une manière ou d’une autre. Où est le rôle du jeune Aspirant Diendéré ici ?

      Je ne dis pas que le Général est un saint. Mais, quiconque d’entre nous n’a jamais péché, n’a qu’a lancer une pierre sur le Christ. Vous ignorez les turbulences traversé par notre pays. Vous ignorez totalement le rôle positif joué par l’officier Diendéré ; même si quelques innocents sont tombés pendant la lutte. (On ne fait pas d’omelettes sans casser des oeufs.)
      Vous pensez vraiment que le RSP (en 2014-2015) ne pouvait pas réduire en miettes les mercenaires (leur base était au Niger) mis en place par Salif Diallo, le Mogho Naba, les ambassadeurs de France et états-unien sous la Transition ? Pourquoi le Général a-t-il donné l’ordre à ses hommes de baisser les armes et s’est ensuite rendu à la gendarmerie lui-même ? Savez-vous combien de milliers de combattants aguerris (avec des armes dont vous ne soupçonnez même pas l’existence) attendaient l’ordre du Général pour marcher ou sauter sur Ouaga ? Dans l’Islam, connaissez-vous le rôle de l’ange Malik ? Evitez les jugements précipités. Nous voulons tous la paix du coeur et le vivre bien ensemble. Fraternellement à vous.

      Répondre à ce message

      • Le 3 août à 13:23, par L’Etalon Enragé
        En réponse à : Armée nationale : Les trois régions militaires ont de nouveaux chefs

        L’intervenant sans pseudo, c’est l’Etalon Enragé. Je n’ai pas inventé l’ordre du lieutenant Diendéré de tirer sur tout ce qui bouge à Koudougou lors de l’attaque du camp BIA. Je l’ai lu comme tout le monde dans l’interview d’un certain soldat Koama réalisé par le journal du journaliste Germain Nama (l’évènement). Ce soldat a tout relaté dans ce journal avant que la mort ne vienne le faucher ; il faisait partie des militaires qui sont allés attaquer le BIA.
        Je voudrais vous remercier pour tous ces détails donnés qui pourront au temps opportun aider à élucider sur cette affaire de massacre de Koudougou. Quand on lit tous ces détails, vous semblez être un militaire ou un très proche de militaires impliqués dans la vie militaire au Faso. Quant à moi L’Etalon Enragé, j’ai juste fait mon service militaire obligatoire de SNP dans la même année où il y a eu ces massacres au Conseil et à Koudougou. Contrairement aux massacreurs de vie sans loi ni foi, moi, je contribue à sauver des vies, à aider les vies à s’épanouir. Merci !

        Répondre à ce message

      • Le 3 août à 14:27, par Hussein
        En réponse à : Armée nationale : Les trois régions militaires ont de nouveaux chefs

        "(avec des armes dont vous ne soupçonnez même pas l’existence)" : cela entre dans le cadre de la formation des mythes et il n’y a pas de quoi en être fière même si cela était vrai, parce que ces armes ont été fabriquées par autrui selon ses besoins militaires. Elles ne sont pas les nôtres. J’ai constaté qu’on présente toujours des armes (mise à part la légendaire AK 47, l’arme du pauvre) désespérément vétustes qui ne font plus partie des inventaires des armées modernes actuelles et qui sont exposées depuis longtemps dans les musées techniques, comme des armes sophistiquées pour impressionner le publique africain. Et avec cette triste et mauvaise histoire de notre armée nationale heritée avec toutes ses tares héréditaires, on devrait penser à l’évaluer, ensuite la dissoudre et constituer une autre armée d’unité nationale efficace, disciplinée, bien organisée (avec des divisions, des brigades etc...), bien équippée avec notre propre matériel (du matriel mieux adapté aux conditions des champs africains) et qui n’est pas politisée à l’intérieur. La tuérie sauvage de frères d’armes craints est un no go absolut pour une armée nationale unie ! Au contraire on devrait avoir une armée dont on rêverait d’avoir des soldats de grandes valeurs guerrières qu’on aimerait à surpasser quand est appelé à servir le pays.

        Répondre à ce message

        • Le 3 août à 22:06, par Silowe
          En réponse à : Armée nationale : Les trois régions militaires ont de nouveaux chefs

          Les différentes versions du fusil d’assaut soviétique/russe Kalachnikov, depuis la 2nd Guerre mondiale à nos jours : AK-47 ; RPK ; AKM ; AK-74 ; AKS-74 ; AK-74M ; AKS-74U ; RPK-74 ; AK101 ; AK102 ; AK103 ; AK105 ; AK107 ; AK108 ; AK-12 ; AKS ; AKMS ; AK104,…

          La seule version que nous semblons connaitre en Afrique francophone est l’AK-47 « rouillé ». Quand on refuse de contempler la splendeur de la lune, forcément, on ne fait que regarder le doigt du sage et développer des frustrations.

          De -40°C à 65°C, dans l’eau, dans le sable, dans la boue (pendant 3 ans)… les 7 ou 8 dernières versions du kalachnikov restent automatiquement opérationnelles. (L’Angola, le Zimbabwe, l’Algérie en disposent quelques-unes.) Elles sont si « mauvaises » que la police de certains Etats aux Etats-Unis préfère les acheter pour s’en équiper et rejeter leurs propres productions locales américaines.

          Au Faso, il semble que nos seules références soient la France, le RU et les EU,… qui sont dans les faits, des pays de plus en plus en régression. (Le Porte-avions français Charles-de-Gaulle par exemple fonctionne grâce aux ingénieurs militaires russes. Et ça, le Coq ne le dira jamais en Afrique.) Des membres de l’OTAN s’équipent de plus en plus chez les russes (1ères armées conventionnelles du monde – 1ères armées « asymétriques » du monde – 1ère exæquo force nucléaire du monde) et nous imposent leurs merdes pour nous faire croire que nous avons des forces armées. De nos jours quand on dit Forces Armées d’un pays, on parle plus de cerveau que de muscles.

          Répondre à ce message

          • Le 4 août à 10:50, par Hussein
            En réponse à : Armée nationale : Les trois régions militaires ont de nouveaux chefs

            Mon cher Mr Silowe !
            Je suis militairement parlé Russe du coeur, je connais bien les sytèmes d’armement par intérêt, je ne suis pas militaire. Les sytèmes d’armement russes sont de loin les plus performants partout et les plus effectifs aussi. L’OTAN et le USA éblouissent le monde seulement afin de mieux simuler cette maladive hégémonie mondiale de l’Occident. Les Amis construisent des systèmes qui semblent impressionnantes parce qu’on en parle beaucoup, mais qui très souvent ne sont effectifs dans les théâtres, car inutilement trop compliqués. Si vous constatez les grandes forces armées non-occidentales (Chine, Inde, Corée du Nord, etc...), elles opèrent presque toutes des plate-formes construites sous licences (soviétiques) maintenant russes. La France d’abord vaincue par les Nazi, a été invitée à siéger comme un des vainqueurs de la guerre mondiale parce que les britanniques avaient peur de devoir un jour être tout seuls à se défendre contre l’URSS en Europe. Ainsi elle a recu tout pour devenir une puissance mondiale : l’arme nucléaire, un siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU (d’ailleurs aussi par la grâce des états africains) et l’Afrique comme zone d’influence pour piller selon ses désirs, jusqu’aujourd’hui, avec la complicité de politiciens africains cupides et des officiers africains qui en réalité garantissent sur place la continuité de l’armée coloniale francaise. Et puisqu’elle est là, les africains n’auront devant leurs yeux que ce qui vient de la France, jusquà ce que ceux qui sortent du continent puissent se rendre compte qu’il existe des systèmes meilleures. Comme vous le savez, le monde tourne en cycles karmiques, nous allons nous libérer un jour après tant de siècles passés dans la domination et la servitude, quand nous aurons appris suffisamment nos lecons ! Rien ne reste tel qu’il est dans la nature, l’évolution est un processus naturel.

            Répondre à ce message

            • Le 4 août à 12:00, par Silowe
              En réponse à : Armée nationale : Les trois régions militaires ont de nouveaux chefs

              Je suis en phase avec vous, cher frère Hussein. Nous avons besoin d’une Révolution des Pensées et des Actes pour redécoller à notre tour. Comme devise, je dirai : EN DIEU, PAR LE TRAVAIL, POUR NOTRE FASO.

              Pour ma part, j’accuse surtout notre système éducatif (Ecole) d’être totalement inadapté et donc, le principal facteur de notre pénible situation industrielle et économique. En passant, nos hommes politiques ne donnent pas toujours le bon exemple ; ou ne comprennent pas nécessairement les choses. Thomas Sankara était visionnaire et actif , "nous" l’avons tué. Blaise Compaoré à fini par comprendre : "pris en otage" par sa famille, il est trahi par ses camarades. Kafando et Zida étaient des "incidents de l’histoire". Rock à la volonté, mais ne comprend pas ce qui se passe et comment donc faire avancer les choses. Gardons cependant espoir : parmi nos enfants, de plus en plus d’entre eux prennent aussi conscience et n’ont pas peur de l’impérialisme occidental. Ainsi soit-il.
              Fraternellement à vous, Hussein.

              Répondre à ce message

      • Le 3 août à 20:47, par Dikiélté
        En réponse à : Armée nationale : Les trois régions militaires ont de nouveaux chefs

        Mon frère tu as oublié de citer le jeune sous lieutenant SANOU abattu froidement par Somé Gaspard, pendant que le sous lieutenant Bonkian, tentait de joindre l’état major pour décider du sort de ce jeune qui venait d’ être affecté au camp de Koudougou. Ce jour là, il souffrait également de palu.

        Répondre à ce message

      • Le 3 août à 23:51, par Sawadogo
        En réponse à : Armée nationale : Les trois régions militaires ont de nouveaux chefs

        M Silowe, j’ai lu avec intérêt votre écrit, il est riche et édifiant. Les détails que vous donnez dans votre récit, ajouté à la qualité de l’expression utilisée , trahissent le fait que vous êtes un militaire, mieux un officier supérieur . Je ne suis pas dans le secret militaire et je suis relativement jeune en plus, mais j’ai entendu parler de Gaspard Some et des crimes qu’il aurait commis. Personnellement je ne rends ni Diendere, ni Gaspard responsables du carnage de Kougougou, ce n’n’étaient que des officiers exécutants mais bien leur chef Blaise Compaore. Ce que je déplore dans votre écrit, c’est votre obsession à vouloir faire de Diendere un saint, un sauveur de la nation, meme si vous vous en defendez. Je ne sais pas ce qui vous lie au Général, mais s’ il vous plait, il est loin d’avoir été un simple observateur de certains massacres ou tueries perpétrés sous Blaise jusqu’en 98, date de la disparition de Norbert Zongo. Le général n’est peut être pas responsable de tout ce qu’on lui reproche, je vous le concède, mais il a sans foute été impliqué dans certaines affaires lugubres du régime.

        Répondre à ce message

  • Le 2 août à 17:05, par ngoonga
    En réponse à : Armée nationale : Les trois régions militaires ont de nouveaux chefs

    Ah Bationo, il fait partie des officiers valeureux et Républicains que le Burkina Faso possède ;vivement que le nombre augmente

    Répondre à ce message

  • Le 2 août à 20:57, par sidpawetta
    En réponse à : Armée nationale : Les trois régions militaires ont de nouveaux chefs

    Les choses se gèrent dans l’armée comme dans un club entre copains entre parents entre mentors et larbins. Je veux savoir ce que ces gens là ont fait pour meriter ces nominations . Ce clanisme dans l’armée sera dénoncé et combattu. ..bâsta le clànisme et larbinisme..

    allons seulement

    Répondre à ce message

    • Le 3 août à 21:08, par Richa
      En réponse à : Armée nationale : Les trois régions militaires ont de nouveaux chefs

      Votre intervention respire la haine et la jalousie. Vraiment, si le burkinabè pouvait se départir de la haine gratuite, de la jalousie et de l’envie, ce serait top. Hélas, trop de gens parmi nous ne sont guidés que par ces sentiments qui ne nous honorent pas, qui nous minent pour rien et qui dans la pire des situations, poussent certains à commettre des crimes odieux le plus souvent gratuits, quand leur position le leur permet. Sortons de ça car Dieu nous voit. C’est dommage et dommageable pour tous et pour le pays. Je ne suis pas sûr que la nomination de ces 3 chefs militaires se soit faite uniquement par le biais des clans dans l’armée, de la parenté, du "larbinisme". Du moins, si c’est le cas comme vous l’insinuez, donnez-nous en des preuves concrètes. Sinon, taisez-vous. Bossez dur aussi pour mériter d’être nommé à votre tour si vous ne l’avez pas encore été. Moi j’en connais parmi ces militaires qui son très valeureux et bons soldats sur le terrain. Bon vent à eux !

      Répondre à ce message

  • Le 2 août à 21:02, par Passegtawe
    En réponse à : Armée nationale : Les trois régions militaires ont de nouveaux chefs

    Cette fois ci les traîtres ne pourront pas fuir.on vous tient à l’oeil. C’est du mouta mouta

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 07:54, par joan
    En réponse à : Armée burkinabè : Les trois régions militaires ont de nouveaux chefs

    Toujours à se plaindre, même si on ne comprend rien. Burkina yaako..

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 09:47, par DP
    En réponse à : Armée burkinabè : Les trois régions militaires ont de nouveaux chefs

    Giles Bationo. toutes mes félicitations. C’est bien merité

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 11:34, par EBENEZER
    En réponse à : Armée burkinabè : Les trois régions militaires ont de nouveaux chefs

    Bon vent aux nouveaux responsables de l’armée burkinabè.......................................................................................

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 20:49, par Fils du pays
    En réponse à : Armée burkinabè : Les trois régions militaires ont de nouveaux chefs

    Notre pays doit guérir de son passé oú à chaque fois que certains militaires prenaient les armes, c´etait toujours contre leurs frères d´armes. Un de ses "héros" militaires vit aujourd´hui tranquillement en Côte d´Ivoire. Il n´a pas pris l´arme lui-même, mais était de l´esprit de ceux ou celui qui a tiré sur Tom-Sank, qui reste un vrai héros, mêmes 30 ans après sa mort causée sauvagement par ces gens sans âmes.

    Répondre à ce message

  • Le 4 août à 11:47, par
    En réponse à : Armée burkinabè : Les trois régions militaires ont de nouveaux chefs

    Moi,j’ai connu BATIONON lors d’une manoeuvre militaire en 1985 a Bobo Dioulasso.En ce temps, j’etais au SNP.Pendant cette manoeuvre ,il avait comme indicatif radio"Giraffe".Il possedait une YamahaXL 125 .il avait a ses cotes les lt ZERBO Dibana surnomme Farokoba,TOUE Sie,ZOUNDI qui a ete ...et devant il y avait feu SAYOGO Lamoussa Guy qui a ete assassine dans son someil.
    Qui peut me contredir ?

    Répondre à ce message

    • Le 4 août à 16:48, par Dikiélté
      En réponse à : Armée burkinabè : Les trois régions militaires ont de nouveaux chefs

      Personne ne peut vous contredire, mais en donnant ces informations, il faut aller jusqu’au bout ; ZOUNDI qui a été quoi ? IL faut dire qu’il ne fait pus parti de l’armée Burkinabè, sinon certains croiront que l’on l’a tué. Quant à Toué Sié qui doit être en principe colonel ou colonel major, son nom a été déformé à sa naissance, sinon c’est un TIOYE Sié.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés