Cité Burkindi de PNBF à Bassinko : Des familles ont reçu leurs clés

LEFASO.NET | Par Aïssata Laure G. Sidibé • mardi 8 août 2017 à 06h00min

Le représentant du directeur général de l’entreprise PNBF (Pablo and Nathalia-Burkina Faso), Pedro Martin Fernandez, a procédé à la remise officielle de clés de logements à des familles, le samedi 29 juillet 2017, à la cité Burkindi de Bassinko. La cérémonie a vu la présence du conseiller commercial, Ousmane Tapsoba, et des membres de l’entreprise.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Cité  Burkindi de PNBF à Bassinko : Des familles ont reçu leurs clés

Contribuer à offrir un toit à chaque burkinabè tient à cœur l’entreprise PNBF (Pablo&Nathalia Burkina Faso). Cette volonté a été matérialisée par la construction de logements dénommés« cité Burkindi ». Construits en moyenne sur une superficie de 240 m2, et 300 m2 ces logements bioclimatiques et extensibles ont une technique particulière de construction, intégrant les valeurs culturelles du terroir, avec en bonification un kit ménage d’installation solaire. Des familles sont entrées en possession de leurs clés le samedi 29 juillet 2017, à Ouagadougou. C’était au cours d’une cérémonie sobre en présence du représentant du directeur général de l’entreprise. A travers cette démarche, PNBF apporte sa contribution au mieux-être des populations, en matière de logement.

L’agent de santé, Fatoumata Ouédraogo ne dira pas le contraire : « Le problème de maison est devenu crucial à Ouagadougou. Et une fois que vous avez les clés d’une villa, je pense que vous ne pouvez que remercier le bon Dieu ». Aujourd’hui propriétaire d’une maison, Mme Ouédraogo est enviée par certains de ces proches. « Beaucoup m’envient parce qu’ils ont tenté de construire mais ils étaient découragés à la fin. Alors que moi, j’ai versé l’argent et je suis allée m’asseoir. Ils ont construit et aujourd’hui, on me dit prend tes clés », explique-t-elle. Ce logement social lui a couté 7 500 000 F CFA. Une somme acquise sous-forme de prêt auprès d’une banque de la place.

« C’est avec plaisir que nous recevons les clés de cette maison. On dit un grand merci à PNBF pour avoir enlevé une épine de nos pieds », déclare, pour sa part, l’enseignant Noufou Bela. Avant d’inviter le gouvernement à désenclaver la cité Burkindi. « Nous avons fait ce que nous pouvons faire. L’entreprise a aussi honoré ses engagements. Il serait bien que l’Etat grouille pour rallier Bassinko à Rimkièta. De même que la bretelle Bassinko à la nationale N°2 pour qu’on puisse rentrer en toute sécurité », a-t-il demandé.

En marge de cette cérémonie, Pedro Martin Fernandez et sa suite se sont déportés dans les familles Yanogo et Koursangama. A leur arrivée, ils ont été accueillis par la délégation des femmes de la cité. A cette occasion, le représentant du directeur général de l’entreprise a laissé parler son cœur en offrant des présents aux toutes premières « bout de chou » de la cité Burkindi, à savoir, Samata Yanogo et Koursangama Carys Milca. Cette générosité a été saluée par les chefs de familles. « Je vous remercie beaucoup pour ce cadeau, cette reconnaissance. Je vous remercie également pour avoir construit ces logements pour nous », a dit Boubacar Yanogo.

« Nous tenons à exprimer notre gratitude à la société pour ce don de solidarité qui nous va droit au cœur. Notre prière est que Dieu les bénisse et étende les limités de leur société (…) », a renchéri le professeur de mathématiques, Pegwendé Koursangama.
Par ailleurs, M. Yanogo a lancé un appel à la population : « N’hésitez pas à souscrire chez PNBF pour les logements. Ici, on ne se plaint pas beaucoup. On se plait dans notre logement avec toutes les commodités ». Pour lui, au regard de la qualité des prestations, PNBF est un modèle de société à encourager dans le cadre de la promotion immobilière au Burkina Faso.

Pour Maïmouna Zampaligré, l’initiative de la société auprès des nouveaux nés est légitime. « C’est une manière non seulement pour nous de partager la joie avec les familles, mais aussi pour la confiance qu’elles ont placée en nous ». Puis d’expliquer la procédure à suivre pour la souscription : « Lorsque le client vient chez nous, on lui montre le plan et il choisit, avant de monter le dossier. Pour les logements sociaux, il faut forcément passer par une banque. Le client est impliqué du début jusqu’à la fin dans la construction du bâtiment ». Elle a conclu en invitant le gouvernement à faciliter l’accès des crédits aux clients.

Membre du groupe espagnol P&N Holding, PNBF s’est installé au Burkina Faso en fin 2013. En plus des logements sociaux, il met à la disposition des populations des logements économiques construits sur une superficie de 300 m2 et à des coûts acceptables.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés