Journée mondiale contre l’hépatite virale : Eliminer la maladie à travers la sensibilisation, la prévention et le dépistage

Ceci est un communiqué du Ministère de la santé. • mercredi 26 juillet 2017 à 00h06min

Ce vendredi 28 juillet sera commémorée la Journée mondiale de lutte contre les hépatites virales, placée sous le thème « Eliminer l’hépatite ». En effet, les hépatites virales constituent un problème de santé publique dans le monde. Elles sont à l’origine de plusieurs maladies aigues et chroniques.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Journée mondiale contre l’hépatite virale :  Eliminer la maladie à travers la sensibilisation, la prévention et le dépistage

À l’heure actuelle, environ 500 millions de personnes à l’échelle mondiale, soit une personne sur 12, vivent avec l’hépatite virale B chronique ou l’hépatite C. Et le virus de l’hépatite B, à lui seul, est responsable de 600 000 décès par an, représentant ainsi la deuxième cause de décès par cancer après le tabac.

Malgré les ravages, les différentes hépatites, sont en grande partie méconnues et ne sont souvent pas diagnostiquées ni traitées. Conséquence, plus d’un milliard de personnes sont infectées par une hépatite virale de type B ou C. D’où la journée mondiale voulue par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour faire connaître les différentes formes d’hépatites et fournir des axes d’action.

Ce qu’il faut savoir de l’hépatite

L’hépatite se définit comme une inflammation du foie, le plus souvent provoquée par une infection virale. Il y a cinq virus principaux de l’hépatite, A, B, C, D et E. En général les hépatites A et E sont causées par l’ingestion d’eau ou d’aliments contaminés. Les hépatites B, C et D surviennent habituellement après un contact parentéral avec des liquides biologiques contaminés (transfusions sanguines ou procédures médicales invasives avec du matériel contaminé). L’hépatite B peut également se transmettre par voie sexuelle.

Les hépatites peuvent également être d’origine non virale. Dans ce cas, elles sont causées par la consommation excessive d’alcool ou de certains médicaments, les troubles du métabolisme comme la surcharge en graisse du foie ou la dysfonction du système immunitaire.

Ces hépatites diffèrent les unes des autres en termes de durée d’incubation, de mode de transmission, de niveau de gravité et de potentiel évolutif de la maladie. L’hépatite virale est dite « aigue » lors du premier contact de l’organisme avec le virus. Elle peut provoquer des douleurs abdominales, un ictère, une fatigue, etc. Mais bien souvent elle est sans symptômes apparents et peut passer inaperçue. Elle peut aussi évoluer vers une forme grave, dite « fulminante », menant à la destruction rapide du foie et, sans transplantation d’un foie sain, au décès. L’hépatite virale est dite « chronique » lorsqu’elle persiste au-delà de six mois après le début de l’infection. C’est le cas avec les virus, B, C et D. Une personne peut être infectée par plusieurs de ces virus, en même temps ou à des moments différents.

Les principales complications dues à la destruction des cellules du foie sont la cirrhose, le cancer du foie et les perturbations métaboliques dues à l’arrêt des fonctions vitales pour l’organisme, en particulier l’épuration du sang des différents déchets du métabolisme et des substances dites « toxiques » comme l’alcool.

Ampleur des hépatites au Burkina Faso

Au Burkina Faso, les données du centre national de transfusion sanguine (CNTS) font état de fortes prévalences au sein des donneurs de sang. En 2013 par exemple, ces taux étaient de 10% pour l’hépatite B et 5,5% pour l’hépatite C. Du reste, selon l’OMS, l’hépatite B aiguë est responsable de 300 décès au sein de notre population, tandis que la cirrhose et le cancer primitif du foie causent respectivement 3 100 et 1 200 décès par an. Fort heureusement, la prise en charge peut se faire dans les différentes formations sanitaires, même si son organisation reste à parfaire.

En effet, le diagnostic clinique se fait essentiellement en consultation spécialisée au niveau des structures de référence. Et plusieurs examens de laboratoire sont nécessaires pour le diagnostic et le suivi du malade. Quant à la prise en charge médicamenteuse, les personnes atteintes d’hépatite B chronique nécessitant un traitement peuvent se voir prescrire une thérapie antivirale mais aussi des injections d’interféron. Un traitement qui peut ralentir la progression de la cirrhose, réduire l’incidence du carcinome hépatocellulaire et prolonger la survie. Mieux, aujourd’hui il existe des traitements antiviraux à action directe efficace contre le virus de l’hépatite C sans distinction de génotype. Ces traitements semblent marcher sur l’infection même à des stades compliqués tels que la cirrhose.

La prévention de l’hépatite

La principale stratégie de prévention en vigueur est la vaccination contre l’hépatite B introduite dans le Programme élargi de vaccination (PEV) depuis 2006. Mais ce vaccin ne peut être administré qu’aux enfants de deux mois et plus. Très bientôt la vaccination sera faite à la naissance comme le recommande l’OMS.

En dehors du vaccin, il n’y a pas de mesures spécifiques de prévention des hépatites en l’occurrence pour la prévention de la transmission mère enfant des hépatites B et C, des accidents d’expositions au sang et aux produits biologiques. Les mesures existantes se résument à celles prises dans les structures sanitaires pour la sécurisation de la transfusion du sang et autres produits biologiques dérivés, la prévention des infections lors des actes médicaux et chirurgicaux.

Toutefois, au vu des insuffisances dans le secteur public, le secteur de santé traditionnel est très sollicité pour la prise en charge des hépatites car offrant une panoplie de plantes médicinales à moindre coût, même si la preuve de leur efficacité n’a pas encore été établie.

La Journée mondiale de lutte contre les hépatites virales, déclarée comme telle en juillet 2010 par l’OMS, vise à sensibiliser la population aux hépatites virales et à inciter de véritables changements de comportement en matière de prévention de la maladie et d’accès au dépistage et au traitement.

Ministère de la Santé

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés