Codage et programmation informatiques : Rite d’initiation pour une trentaine de jeunes

LEFASO.NET | Par Herman Frédéric Bassolé • mardi 25 juillet 2017 à 01h16min

Une trentaine d’enfants et de jeunes ont mis à profit leurs vacances en suivant une formation d’initiation en codage et en programmation initiée par le centre KeoLID dans le cadre de son programme dénommé « Faso Futur Geeks ». Débutée le 10 juillet 2017, la formation a pris fin ce lundi 24 juillet par une cérémonie de remise d’attestations aux apprenants.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Codage et programmation informatiques : Rite d’initiation pour une trentaine de jeunes

A 10 ans et demi, le petit Sanou Alan, bientôt élève en classe de 6e, a déjà créé un jeu flash qui consiste à dégommer des chauves-souris qui tombent du ciel. Même s’il ne l’a pas encore baptisé, le projet est tout à fait génial pour quelqu’un de son âge. A l’instar d’Alan, ce sont une quinzaine d’enfants dont l’âge est compris entre 7 et 12 ans qui ont été initiés à Scratch, un langage de programmation très intuitif. La formation a également permis aux plus grands, de 14 à 24 ans, de se familiariser avec l’environnement de programmation TechRocket. Trois séances de trois heures par semaine ont permis donc aux apprenants de déconstruire le mythe qui entoure la programmation informatique. Et c’est l’objectif visé ici par le Centre KeoLID, initiateur de cette formation tenue dans le cadre de la 1re édition du « Faso Futur Geeks ».

JPEG - 120.1 ko
Les deux formateurs, Halidou Ouédraogo et Roland Gnamou

Selon Halidou Ouédraogo, l’un des formateurs, la programmation est juste un agencement de codes qui aboutit à un résultat. « Il faut aller pas à pas », a-t-il expliqué. A l’en croire, les plus jeunes avaient un niveau excellent lors de la formation car l’outil « Scratch » adapté à leur environnement de développement est un langage de programmation graphique qui facilite la création d’histoires, de dessins animés, de jeux, de musiques. Par contre, « les plus âgés avaient des difficultés à s’accommoder des différents langages et syntaxes », a noté le formateur. Notons cependant, que les apprenants ont appris à coder, ce qui demande un certain niveau de connaissance en mathématiques. Ce bagage leur était donc nécessaire pour comprendre la programmation avec des langages tels que python, Java, HTML, etc.

JPEG - 122 ko
Ouédraogo Lassane, directeur général de AvePLUS

« Je rêve de voir beaucoup plus de sites web, plus d’applications Android et iOS, et je sais que c’est possible », tel est le vœu du directeur général de AvePlus, Lassane Ouédraogo, convaincu que l’avenir du numérique se trouve à la base. A l’en croire, il est possible au Burkina Faso d’être un acteur important de la révolution numérique en cours à l’instar du Rwanda qui a investi énormément dans le domaine. D’ailleurs l’un des plus grands incubateurs du continent du nom de kLab se trouve à Kigali, la capitale rwandaise. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés