Tourisme au Burkina Faso : La région des cascades, un nid de sites touristiques

lundi 24 juillet 2017 à 00h07min

Des pics de Sindou (distingué meilleur site touristique en 2016 de la région des Cascades), en passant par le lac de Tengrela, les falaises de Fafaso, le village troglodyte de Niansogoni, les dômes de Fabédougou, les Cascades de Karfiguela, pour ne citer que ceux-là, la région des Cascades est l’une des régions les plus riches en sites touristiques. Dans le cadre de la 2e édition des trésors du Faso qui s’est déroulée les 20 et 21 juillet 2017 dans cette région, une délégation du ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme conduite par le ministre a pris du plaisir à visiter quelques-uns de ces sites.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Tourisme au Burkina Faso : La région des cascades, un nid de sites touristiques

Le village troglodyte de Niansogoni, les dômes de Fabédougou, et les Cascades de Karfiguela sont les trois sites touristiques qui ont reçu la visite des premiers responsables du ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme et des journalistes les 20 et 21 juillet passés. C’est en effet l’une des deux étapes importantes des trésors du Faso en plus de la nuit de récompense des acteurs culturels : la visite de sites touristiques. La deuxième édition de cet évènement culturel a tenu toutes ses promesses dans la région des Cascades.

Jeudi 20 juillet, il est 16h quand la mission conduite par le ministre Tahirou Barry fait son pied à terre à Niansogoni, village situé à quelque 40 kilomètres de Sindou, chef-lieu de la province de la Léraba (535 kms de Ouagadougou). La destination visée est atteinte : Niansogoni où se trouve le village troglodyte, premier site touristique visité par les touristes du jour.

Petit village semi-troglodyte, perché en haut d’une falaise, le village de Niansogoni servit de refuge à une communauté menacée par la guerre. Niansogoni en Sénoufo signifie « entre les collines ».

Après les salutations d’usage des sages du village, le guide touristique et le ministre tous deux munis d’un ‘’bâton de pèlerin’’ donnèrent sans protocole le ton de la montée. 20mns de grimpée et certains éléments à bout de souffle ont déjà jeté l’éponge. Et même les plus résistants sont obligés de respirer par la bouche, la respiration nasale ne permettant plus d’emmagasiner assez d’oxygène. Même les forces de sécurité formées pour résister à tout pantèlent. Le sommet (500m d’altitude) ne sera pas atteint ; faute de temps puisqu’il fallait rejoindre la place du grand marché de Sindou le même soir avant 20h pour la grande nuit de récompense des acteurs culturels de la région. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Maxime Jean-Eudes BAMBARA (stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés