Culture au Burkina Faso : Un festival à Banfora pour magnifier le Kotto

LEFASO.NET | Nazaire Konaté • samedi 22 juillet 2017 à 02h22min

La ville de Banfora abrite du 20 au 23 Juillet 2017 la première édition du Festival Kotto sous le thème « rôle de la femme dans la promotion de la culture ». Ce Festival a été porté sur les fonts baptismaux par Iwili Communication.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Culture au Burkina Faso : Un festival à Banfora pour magnifier le Kotto

Pour la responsable de cette structure, Fatouma COULIBALY, toutes les grandes nations se sont développées sur des valeurs culturelles fortes et ancrées dans la mémoire de leurs peuples, la conscience collective, de la continuité historique, le mode de pensée et de vie. D’où l’idée du présent festival. Le Kotto est un instrument traditionnel qui ressemble un peu au tam-tam mais malheureusement, cet instrument est en voie de disparition. C’est pour venir à bout des entraves à la promotion de cet objet culturel et compte tenu de la nécessité de la préservation de ce riche patrimoine que se tient la première édition du Festival Kotto.

Madame Olivia SOME/HEMA, Coordonnatrice de l’association Muyun de Banfora, marraine de la présente édition a salué la promotrice du festival pour cette initiative qui contribuera sans doute au rayonnement de la région des Cascades. La culture est ce qui nous définit le mieux et cette unité fixatrice d’identité qui constitue le repère de valeur qui nous relie à l’histoire. Au regard de ses potentialités culturelles et touristiques, la région des Cascades a plus que besoin d’un tel cadre pour offrir, promouvoir et valoriser ce qu’elle a de meilleur c’est-à-dire la richesse de sa diversité culturelle. Elle a donc invité les populations à s’approprier le festival. Elle a rassuré la promotrice du festival du soutien à la présente édition et celles à venir car la culture est l’âme de tout peuple. Ainsi, elle doit être le socle de tout développement.

Pour le Ministre de la Culture des Arts et du Tourisme, monsieur Tahirou BARRY, c’est une fierté pour lui d’accompagner la promotrice du festival dans sa volonté de réhabiliter et de faire la promotion de nos valeurs culturelles et artistiques. Selon lui, à travers le contenu du festival, nous devons être fiers de cette noble entreprise et tout ce qui concoure à la valorisation de notre potentiel culturel et artistique sera toujours soutenu par son ministère. Il a exhorté la promotrice à persévérer dans l’organisation du festival car le chemin est parsemé d’embuches. Il n’a pas manqué d’inviter les forces vives de la région, les opérateurs économiques à soutenir Fatouma COULIBALY et le comité d’organisation à réussir le pari de la valorisation de notre patrimoine culturel.

En marge du festival, s’est tenue une session de formation du Bureau Burkinabè du Droit d’Auteur (BBDA) et la mise en place du Bureau exécutif national du Réseau Maaya. Il est également prévu des soirées culturelles et une rue marchande. Le festival a connu la participation de délégations venues de pays frères tels que la Côte d’Ivoire, le Togo, le Mali et la Belgique.

Nazaire KONATE, Le Faso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés