Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

Déclaration • vendredi 21 juillet 2017 à 01h30min

Dans cette lettre ouverte au chef du gouvernement burkinabè, le Syndicat Autonome des Agents du Trésor du Burkina (SATB) et le Syndicat National des Agents des Impôts et des Domaines (SNAID) donnent leur lecture du mouvement d’humeur qu’ils ont entamé depuis le lundi 17 juillet 2017

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

Excellence, Monsieur le Premier ministre,

Le dimanche 17 juillet 2017, le Gouvernement par voie de presse a fait une déclaration relative à un mouvement annoncé par le Syndicat autonome des agents du trésor du Burkina (SATB). Dans sa déclaration, le Gouvernement a annoncé qu’il voudrait « apporter l’information juste aux travailleurs du Trésor public, aux usagers et à l’opinion nationale » sur un présumé appel du SATB à un mouvement de débrayage général dans tous les services de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique (DGTCP) au motif d’une remise en cause du Protocole d’accord signé le 29 mai 2017.

Dans la suite de sa déclaration, évoquant la question de relecture des textes portant conditions et modalités de répartition du Fonds commun des agents de la DGTCP et de la Direction générale des impôts (DGI), le gouvernement a :
reconnu que la question est un des points du Protocole d’accord qu’il a signé avec le SATB suite à la lutte que celui-ci a mené en mai 2017 et que le SNAID a également demandé la relecture de l’arrêté portant conditions et modalités de répartition du FC des agents de la DGI ;
relevé que les syndicats sont restés inflexibles sur leurs positions lors des concertations avec l’administration ;
conclu sur ce point en soulignant que faute de consensus entre l’administration avec ces deux syndicats sur le contenu des textes, le Ministre en charge des finances a instruit le Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique et le Directeur Général des Impôts de procéder au paiement du Fonds Commun selon les modalités de répartition définies par les arrêtés en vigueur.

Par la suite, le Gouvernement a déclaré illégal le « mouvement de débrayage général initié par le SATB car n’ayant fait l’objet d’aucune autorisation préalable comme l’exigent les textes en la matière et dénonce toute velléité d’extension de ce mouvement à tout autre syndicat ».

Le Gouvernement a tenu à informer l’opinion que les motivations de ce mouvement « comportent entre autres exigences le départ de certains responsables administratifs, comme l’ont demandé le SATB et le SNAID dans une lettre conjointe adressée au Chef du gouvernement, ainsi que les velléités d’extension de cette liste, portent en elles-mêmes des signaux d’une tentative de déstabilisation que le Gouvernement ne saurait tolérer ». Il a ajouté qu’il a fait d’énormes sacrifices pour satisfaire les revendications des deux (02) syndicats et par conséquent, ne saurait « tolérer que pour des questions de répartition interne des éléments de motivation, le fonctionnement des structures publiques soit pris en otage, à des desseins inavoués ». De ce fait, il annonce que toute absence non justifiée sera sanctionnée avant de conclure par sa disposition au dialogue.

La gravité du ton et l’inexactitude des faits, nous amènent à vous adresser la présente lettre ouverte afin de rectifier certains faits et d’éclairer davantage les travailleurs du Trésor et ceux des impôts ainsi que l’opinion publique nationale.

Du prétendu mouvement de débrayage du SATB

Le SATB et le SNAID tiennent à préciser que plutôt qu’un débrayage général, les bureaux nationaux avaient juste prévu des meetings pour le lundi 17 juillet 2017 afin d’une part, de faire le point à leurs militants respectifs sur l’état de mise en œuvre des protocoles d’accord signés avec le Gouvernement et d’autre part, d’expliquer les conséquences désastreuses de la décision unilatérale de Madame le Ministre de l’économie, des finances et du développement de payer les fonds communs sur la base des arrêtés caduques. Quand le gouvernement dit que le débrayage général initié par le SATB est illégal car « n’ayant fait l’objet d’aucune autorisation préalable comme l’exigent les textes en la matière », il ne peut nous citer un quelconque texte qui oblige les syndicats à attendre une autorisation du gouvernement même pour une grève.

II- De la question de relecture des textes portant FC

Le Gouvernement tente, à travers ce communiqué, de jeter les travailleurs du Trésor et ceux des Impôts du Burkina Faso et leurs syndicats respectifs à la vindicte populaire tout simplement.

En ce qui concerne la relecture des textes du FC des travailleurs du Trésor, il convient de rappeler que sur ce point qui figurait dans la Plateforme du SATB lors des négociations à l’issue desquelles, le Gouvernement s’y est engagé dans le Protocole d’accord avec pour échéance le 30 juin 2017. Ainsi, après la signature du Protocole d’accord le 29 mai 2017, le Syndicat a transmis les propositions de relecture exprimées par l’ensemble des travailleurs à la Direction du Trésor. Après des concertations avec le Syndicat, le Directeur général du Trésor et de la comptabilité s’est opposé à la relecture quand bien même cela est un engagement gouvernemental. Ce qui a amené le SATB à adresser une lettre de protestation au Premier ministre le 10 juillet 2017 qui est restée sans suite.

Finalement, le 10 juillet 2017, le Ministre de l’économie, des finances et du développement a reçu le SATB avec tous les syndicats du Ministère pour imposer une vision unilatérale de relecture des textes du FC. Ce qui a été rejeté par la quasi-totalité des syndicats du Ministère. D’où la mise en place d’un groupe de négociations par le Ministre. Ce groupe a reçu le SATB pour comprendre les propositions des travailleurs du Trésor le 11 juillet 2017 et le 13 juillet 2017 pour lui exposer un projet d’arrêté de répartition. Le SATB a fait des amendements séance tenante au projet car il comportait beaucoup d’iniquités. Le groupe en question a aussi procédé de la même façon avec le SNAID qui a également fait des amendements au projet de répartition. Aux deux (02) syndicats, le groupe avait promis de leur revenir. En lieu et place de ce retour, nous avons eu droit à une décision unilatérale du Ministre en charge des finances de payer le FC des travailleurs des impôts et de ceux du Trésor sur la base d’une simple circulaire en lieu et place des arrêtés. Toute chose qui constitue une violation flagrante des textes qui régissent la gestion des finances publiques et un abus d’autorité.

Relevons qu’avant d’être reçu par le groupe de négociations, le SNAID, à la suite d’une tournée syndicale, a transmis les propositions des travailleurs des impôts au Directeur général des impôts, M. Adama BADOLO depuis le 15 juin 2017. Ce dernier à fait savoir au SNAID, qu’ à priori, il n’avait pas d’objection particulière mais qu’il devait attendre des instructions du Ministre.

Les deux (02) Directeurs généraux au lieu de se pencher sur ces préoccupations, ont instrumentalisé et financé des groupuscules de travailleurs notamment les agents d’appui contre nos syndicats et l’ensemble des travailleurs. Ils ont travaillé à ce que ces groupuscules soient reçus par le Ministre parallèlement aux syndicats.

Leur objectif est de diviser les travailleurs, fragiliser voire liquider leurs organisations syndicales et garder le statut quo en matière de gestion des motivations financières avec le soutien du Ministre en charge des finances, Mme Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI. En effet, ces autorités veulent maintenir une gestion opaque, inique et anti-travailleur du FC. Cela se comprend aisément dans la mesure où le Ministère en charge des finances en général et la DGI et la DGTCP en particulier reçoivent du personnel en inadéquation totale avec les besoins réels en personnel. La plupart des Directeurs généraux du Trésor ou des Impôts ont fait parachuter leurs proches (femmes, maîtresses, frères, amis politiques…) sans respect des textes régissant la Fonction publique. A ce personnel, ils sont prêts à verser la totalité des avantages au détriment des agents des cadres des impôts ou du Trésor. D’où leur volonté d’empêcher toute relecture des textes du FC.

Le cas de la DGI est encore plus grave : c’est la seule Direction du Ministère qui continue de recruter des contractuels souvent dans l’opacité totale et cela en violation flagrante de la Loi 081-2015/CNT du 24 novembre2015 portant statut général de la fonction publique de l’Etat. Pour ces recrutements, le DGI se substitue à la Fonction publique en signant des contrats de travail. En 2017, le DGI Adama BADOLO a procédé au recrutement d’Informaticiens contractuels alors que la DGI pouvait disposer de ce type de personnel pour peu qu’il en fasse la demande au Ministère en charge de la Fonction publique. . A ce jour, la DGI comprend près de 70 contractuels et plus de 75 bénévoles. Du reste, le SNAID solidaire de la lutte des masses opprimées, a lutté et a pu obtenir dans le protocole d’accord le principe de la régularisation de leur situation administrative.

La lutte du SATB et du SNAID vise entre autres à assainir la gestion du FC à travers l’équité, la justice et la transparence. Ce fonds, destiné à motiver les travailleurs du Ministère en général et en particulier ceux des régies de recettes, leur permet de faire face aux risques de leur métier (corruption, détournements de fonds…) comme l’a reconnu le Ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale Pengdwendé Clément Sawadogo, dans le journal Sidwaya du 19 juin 2017.

Malheureusement, le Ministre en charge des finances, le DGI Adama BADOLO et le DGTCP Naby Abraham OUATTARA gèrent ce fonds commun en violation des règles élémentaires de l’orthodoxie financière. Pour continuer ce pillage, ils ont f ait la répartition des fonds en ignorant les textes régissant leur gestion.

De l’accusation de déstabilisation

Cette accusation part du fait que le SATB et le SNAID ont demandé le départ des deux (02) Directeurs généraux. Cette exigence est liée au fait que ces responsables ont entrepris des actions graves de division des travailleurs, de blocage de l’exécution des Protocoles d’accord et de liquidation des deux (02) syndicats. Pour preuve, le chauffeur du DGI a menacé publiquement de mort le secrétaire général adjoint du SNAID. Pire, le premier jour du sit-in, le 18 juillet 2017, le DGI a armé des chauffeurs contre les travailleurs en lutte. Ainsi, deux chauffeurs ont failli ouvrir le feu sur des militants du SNAID dans la cour de la DGI sous le regard bienveillant du DGI et de la CRS qui a été déployée pour empêcher le sit-in du SNAID.

Du non-respect des engagements

Le Gouvernement a l’habitude de ne pas respecter ses engagements vis-à-vis des syndicats. Ainsi, signe-t-il des Protocoles d’accord pour les ranger ensuite dans les tiroirs. Ce qui se passe à la DGTCP et à la DGI rentre dans cette « logique ». En effet, les Directeurs généraux des impôts et du trésor ainsi que le Ministre en charge des finances ne font qu’exécuter un plan savamment préparé pour remettre en cause les protocoles d’accord signés avec nos deux syndicats.

Au sujet du protocole d’accord signé avec le SNAID, le Gouvernement n’a pas pu mettre entièrement en œuvre un seul point alors que les échéances pour plusieurs engagements sont passées (cas du plan d’investissement, du carburant, du plan de carrière, des postes de nomination, de la sécurisation des services).

C’est le lieu de rappeler également, le refus de dialogue sincère des premières autorités du Ministère et le recours systématique aux forces de sécurité pour réprimer les luttes des travailleurs pendant qu’au même moment les services des finances sont constamment cambriolés par manque de sécurisation.

Au sujet des traitements de salaires en général et des fonds communs en particulier, il convient de rappeler que ce ne sont pas ces motivations qui du reste existent depuis les indépendances, qui sont à l’origine du sous-développement de notre pays mais plutôt la mauvaise gestion des finances publiques à travers le pillage des ressources naturelles, les détournements de deniers publics, la corruption etc. Les fonds communs existent sous plusieurs formes dans la quasi-totalité des pays du monde entier et ne sauraient être un tabou au Burkina Faso. Au titre des salaires, les fonctionnaires burkinabè ne sont pas les mieux payés de la sous-région et voire le reste du monde.

Excellence, Monsieur le Premier Ministre,

Nos organisations syndicales comprendraient aisément votre fermeté si elle était fondée sur des bases justes et si la même fermeté était tenue pour la bonne gestion des finances publiques. Ainsi, dites à l’opinion :

dans le domaine de la fraude fiscale combien de francs les institutions que vous nous accusez de déstabiliser ont pu recouvrer ? A la DGI, rien qu’entre 2016 et 2017, les révélations de fraudes et les redressements fiscaux illégalement abandonnés par les premières autorités se chiffrent à des dizaines de milliards ;
le contrôle de la production et de l’exportation de l’or n’est pas assuré au Burkina de façon transparente ;
les marchés et yaards de la ville de Ouagadougou ne paient pas d’impôts à la DGI ;
combien d’impôts paient par an les membres du gouvernement et les députés au titre des centaines de millions ou de milliards de fortunes dans le cadre de la déclaration de leurs biens ? Certains n’ont même pas payé leur taxe de résidence à la hauteur de leurs biens immobiliers à fortiori la taxe sur les immeubles bâtis et non bâtis institués en octobre 2016 ;
pourquoi versez-vous plus d’un milliard FCFA par an à vos amis banquiers comme frais pour l’encaissement de chèques servant de paiement des impôts des contribuables au lieu de faire appliquer la règlementation visant à faire sanctionner les auteurs de chèques impayés. Ces frais sont une charge supplémentaire pour le contribuable burkinabè.
pourquoi l’ASCE-LC ne fait-elle pas l’audit de la DGTCP, de la DGI ou de la Douane ?
pourquoi le budget de l’Assemblée Nationale est-il passé du simple à près du double en 2016, au moment où les députés affirment avoir consenti une diminution de leurs émoluments ? .

Excellence, Monsieur le Première Ministre,

Les légers réajustements des motivations financières consentis par votre gouvernement suite aux luttes récentes des travailleurs ne sauraient constituer une prime de compromission pour nos organisations syndicales dans la lutte contre la mal gouvernance administrative et financière.
Nos organisations syndicales exigent le départ des forces de sécurités de nos directions au profit de la lutte contre la délinquance fiscale, de la sécurisation des biens et services des populations et de la lutte contre le terrorisme.

Nous restons disponibles jour et nuit pour un dialogue sociale franc et sincère pour une amélioration des performances des deux (02) importantes Directions que sont la DGI et la DGTCP.

Veuillez agréer, Excellence Monsieur le Premier Ministre, l’assurance de notre considération distinguée.
Pour le SATB

Séini KOANDA
Secrétaire général
Pour le SNAID

Nongo Grégoire TRAORE
Secrétaire général

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 21 juillet à 05:28, par Armelito
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    "En effet, ces autorités veulent maintenir une gestion opaque, inique et anti-travailleur du FC. Cela se comprend aisément dans la mesure où le Ministère en charge des finances en général et la DGI et la DGTCP en particulier reçoivent du personnel en inadéquation totale avec les besoins réels en personnel. La plupart des Directeurs généraux du Trésor ou des Impôts ont fait parachuter leurs proches (femmes, maîtresses, frères, amis politiques…) sans respect des textes régissant la Fonction publique. A ce personnel, ils sont prêts à verser la totalité des avantages au détriment des agents des cadres des impôts ou du Trésor".
    Insensé et sans fondement, le ministère présente un déficit en personnel surtout surtout d’appui depuis plus de 5 ans. Journalistes, approchez la DRH, elle siège au sein du Trésor à Koulouba. Bon Dieu quand jalousie milite fans syndicat, volià la vomissure. Si tel était le cas, la Direction des ressources humaines serait interpellée.

    Répondre à ce message

    • Le 21 juillet à 12:06, par Hum
      En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

      Armelito, peut-être que tu fais parti de ceux qui étaient assis à la maison et qu’on a amené au Trésor ou aux Impôts, simplement du fait que papa connaît un directeur dans une de ces directions.
      Justement, in fine la résistance de ces deux syndicats est dirigée contre ces genres de recrutement qui ne fait ni appel à candidature, ni de test. C’est comme un Partenariat Public Privé dans les deux directions quoi, où on élimine l’essentiel des burkinabè de la compétition, simplement parce qu’il n’ont pas un frère, un coquin ou une coquine comme directeur ou directrice dans l’une des deux directions.
      Quand l’entrée de ce personnel au Trésor ou aux Impôts se fera par voie de recrutement par la Fonction publique ouvert à tous les burkinabè, on peut revenir à ta proposition. Sinon tant que ces directions seront la chasse gardée de certains, qui font entrer qui ils veulent et comme ils veulent, juste pour le FC et qui plus, ces derniers narguent ceux qui sont entrés par concours, il y’aura des gens pour barrer la voie à ce népotisme.
      Effectivement, en approchant la DRH, elle pourra situer les gens sur comment le personnel d’appui est recruté dans ces directions.

      Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 06:18, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    - Les médias publiques du Burkina sont égoistes et injustes ! Ils donnent la paroles au DG du Trésor qui s’enflamme comme il veut, qui raconte sa vie en disant ’’C’est une grève sans valeur ajoutée’’ montrant ainsi toute son ignorance, mais il ne dit nul part qu’il est indésirable et que les agents exigent son départ. Ces médias publiques burkinabè dans leur injustice et égoisme ne donnent pas la parole aux syndicats. C’est tout celà qui plombe le développement de ce pays. Des ignorants comme journalistes ou plutôt journaleux !!!

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

    • Le 21 juillet à 09:22, par Vérité
      En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

      Koro tu n’es pas franc quand tu dis : Ces médias publiques burkinabè dans leur injustice et égoisme ne donnent pas la parole aux syndicats. C’est tout cela qui plombe le développement de ce pays. Des ignorants comme journalistes ou plutôt journaleux. EST CE QU’IL Y A QUELQUE CHOSE QUI PLOMBE LE DEVELOPPEMENT DE CE PAYS PLUS QUE CE FAMEUX FOND ; LE JOUR QUE CE FOND N’EXISTERA PLUS, ça SERA LA MERDE AU PAYS CAR BEAUCOUP D’ENTRE VOUS NE SAURONT PLUS où METTRE LA TETE. Y A PAS PLUS JALOUX, EGOISTE QUE TOI (KORO) DANS TON PETIT COIN ;

      Répondre à ce message

    • Le 21 juillet à 10:39, par tenga
      En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

      Là je ne suis pas d’accord avec le KORO, tout le monde a bel et bien la parole avec les médias privés ou publics. Ces mêmes syndicats ont animé combien de conférences de presse qui ont été diffusées ? C’est parce qu’il ont voulu jouer aux fourbes avec l’opinion nationale en dealant et signant secrètement des accords avec le gouvernement. Depuis quand une plate-forme revendicative honnête est secrète ? Pardon faut pas encourager les gens dans ce faux, aujourd’hui ça ne va pas entre eux ils viennent chialer ici,le gouvernement les a raté !!!

      Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 07:20, par Burkindi
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    Walahiii !!! si le gouvernement joue au faiblard avec ces anarcho-syndicalistes, s’en est fini pour lui, car tous les burkinabés demanderont leurs part du fond commun. Il faut que le gouvernement agisse de manière ferme et de façon exemplaire :
    1. SUPPRIMER LES FONDS COMMUNS.
    2.Tous les grévistes doivent être suspendus de leurs postes de services pendant un an. 3.Qu’on fasse sortir les militaires pour récupérer l’impôt.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 07:46, par MILITANT
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    TONTON SALIF MON PRÉSIDENT, JE COMPTE SUR TOI POUR NOUS SORTIR DES TEXTES DE LOI QUI METTRONT FIN AUX ARDEURS DE CEUX QUI ONT DES VELLÉITÉS DE DÉSTABILISER LE MANDAT DE NOTRE CHEF D’ÉTAT RMCK ELU DÉMOCRATIQUEMENT PAR LE PEUPLE SOUVERAIN DU BURKINA. S’IL TE PLAIT SAUVE NOUS CAR TOI SEUL SAIS RAMENER LES BREBIS ÉGARÉES DANS LE DROIT CHEMIN ! MERCI D’AVANCE !

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 07:46, par ngoonga
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    Un yarga part un autre est là. Vs ferez mieux d’aller vs consacrez au culte car c’est là bas votre place et laisser les histoires de grèves et autres. Votre place c’est la conciliation ne vs faites pas encore utiliser. A nanii naa gorko (plaisanterie)

    Foofo koanda

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 08:08, par ngoonga
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    Un yarga part un autre est là. Vs ferez mieux d’aller vs consacrez au culte car c’est là bas votre place et laisser les histoires de grèves et autres. Votre place c’est la conciliation ne vs faites pas encore utiliser. A nanii naa gorko (plaisanterie)

    Foofo koanda

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 08:28, par ngoonga
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    ’’ le contrôle de la production et de l’exportation de l’or n’est pas assuré au Burkina de façon transparente’’. Ou étiez vs pendants ces décennies quand nos ressources minières sont exploitées de façon anarchiques. Complicité ou quoi ??? C’est maintenant que vs informez le peuple. On vs suit. Le peuple a tout compris et il saura faire une analyse correcte de la situation.Quel bilan ???

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 08:34, par Ka
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    L’amateurisme tue la réalité : Pourquoi ce déballage des agissements d’abus de pouvoir et la gestion frauduleuse du FC par des deux personnalités qui sont le ‘’’DGI Adama Badolo et le DGTCP Naby Abraham Ouattara, les gérants de votre poule aux œufs d’or qui est le FC ? Un fond qui vous freine de la corruption à ciel ouvert envers le peuple opprimé ? C’est étonnant d’apprendre de la part des responsables syndicaux qui luttent pour les opprimés qu’il y a des individus qui utilisent dans un service qui est aussi un pont d’or du peuple Burkinabé, leurs proches (femmes, maîtresses, frères, amis politiques…) sans respect des textes régissant la fonction publique ! Par-dessus du marché, des contractuels et des bénévoles dans une institution stratégique au développement de notre pays sans régularisation ? Que Dieu nous vienne en aide. Comme je le dis très souvent, ‘’toute lutte de classe est une lutte politique, et c’est le plus malin le plus rusé qui gagne :’’ Pour ma part le SATB et le SNAID ne méritent pas ses responsables syndicaux que je demande leur démission immédiate. Pourquoi ? Avant d’aller à l’aventure de ce débrayage qui paralyse tout un pays, tout devait être sur table devant l’opinion publique comme cette lettre au premier ministre qui ne servira rien, que de faire insulter les deux syndicats d’amateurisme par un gouvernement rusé qui a laisser ses deux valets de DG à pousser les amateurs aux erreurs. A monsieur Koanda et Traoré, avant de signer des accords à la trappe et a la sauvette comme vous l’aviez fait, il fallait mettre le peuple au courant de ce que vous venez de vomir, et restez ferme sur ces révélations et des recommandations de démissions des deux intrus. A présent levez-vous et rejoignez vos postes, ou l’état vous mettra tous hors de nuire. Je demande à l’exécutif la destruction totale de ce Fond Commun dont son but est de freiner la corruption à ciel ouvert des opprimés par des fonctionnaires malhonnêtes. Qu’on supprime ce FC, et laisser l’ASCE-LC et ses agents de surveiller ces malhonnêtes, et en cas de manquement de tout en chacun, que la sanction soit impitoyable pour une tolérance zéro dans nos institutions. J’ai toujours soutenu les luttes des classes, surtout les syndicats qui reste un instrument ou les travailleurs s’entendent avec pour défendre leurs intérêts de classe. Mais les responsables de SATB et SNAID se sont jeté dans la gueule du loup en amateurs, car il fallait au départ réunir toutes les conditions comme avec cette lettre au premier ministre avant d’agir. Au président du Faso et son gouvernement, pour une bonne gouvernance dans la transparence devant votre peuple,’’’ supprimez ce FC, et former des contrôleurs d’états pour mettre derrière les fesses des fonctionnaires mafieux. Prenez ce FC pour augmenter le budget de la formation des jeunes, pour l’avenir sain d’une fonction public qui ne sera plus comme avant. Encore une fois à monsieur Koanda et a Traoré, sachiez que toute lutte syndicale est politique : Et pour la réussir par des grèves face à un gouvernement rusé, il faut réunir au départ toutes les conditions que vous vous venez d’écrire au premier ministres avant de se révolter. Ce n’est qu’une opinion personnelle du vieux Ka concernant des bourdes de nos syndicats amateurs qui doivent réfléchir deux fois avant d’agir. Et je laisse ici les haineuses et haineux contre la vérité du vieux Ka, d’agir à leurs guises.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 08:54, par kira
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    Tout cela tourne autour de ce fameux FC, il faut que le gouvernemant se décide de le supprimer purement et simplement. A defaut ce FC doit être distribué à tous les fonctionnaires et particulièrement au agents de la santé et de l’éducation

    Répondre à ce message

    • Le 21 juillet à 20:20, par espoir99
      En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

      Oui, FC, dans les tous les pays du monde quand c’est possible, quand ce n’est pas possible on ne doit pas nous y obliger. Imaginer qu’on demande de collecter X milliards au compte de l’année Y. Les agents passent leur temps à réclamer le fonds communs- qui n’a jamais été un droit écrit -, et au bout du compte, ils n’atteignent pas le chiffre arrêté, on fait comment ? Or vous savez que les objectifs de recouvrement sont fixés au regard des besoins de trésorerie de l’année pour le fonctionnement et les investissements. vous ne respecter pas les consignes, vous ne réaliser pas les objectifs qui sont aussi légitimes que vitaux pour ce pays, mais vous demandez quand même des bonus. FC, ce n’est qu’un bonus pour célébrer les performances, ce n’est pas un droit, mes chers amis. Faux, l’argument que tous les pays appliquent le FC.

      Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 08:54, par thomas sawadogo
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    faut et archi faut vous n’avez pas l’aval de tous les agents du trésor .Au contraire le SATB a trahi la majorité des agents.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 08:55, par gibi
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    Dites-moi, moi qui suis sorti de l’ENAREF et faisant face au deniers publics dans le cadre de la dépense publique (participation aux CAM, au réceptions avec de véritables tentations de corruption, à l’engagement et à la liquidation de la dépense pour ne citer que cela simplement) où est ce qu’on me met dans toute cette discution ?
    MINEFID, si vous fabriquez de super agents dans un même ministère qui le votre, vous allez toujours gérer.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 08:58, par levoyant
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    bonjours j’aimerais savoir de quoi est constitué le FC ? C’est un budget voté par l’état ou bien c’est les pénalité et frais de redressement recouvré au pret des contribuable ?

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 09:02, par La loupe
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    Bonjour. Même si vous aviez raison, vous aviez tors. Demandez-vous combien de fonctionnaires ont le FC ? Vous êtes déjà les enfants chouchous de l’Etat et vous vous querellez parce que étant les bambins de la femme adulée du père, il ne peut pas habillé l’un en or et l’autre en diamant. Le hic de tout ça c’est que vous empêchez le papa de travailler pour maintenir les autres pauvres enfants en vie. Rira bien qui rira le dernier. Bonne chance nous tous !

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 09:09, par integrité
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    le FC est un problème interne, de grâce ne prenez pas nos institutions en otage. Si vous voulez un repos prenez des congés au lieu de prévoir des sit-in sans fondement. on est fatigué. Ce n’est pas vous qui mobilisez les ressources au Burkina ,ce sont les contribuables qui payent leur impôts qui constituent ces ressources. De grâce laissez le Burkina avancer !!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 09:18, par Israel
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    Kôrô « Yamyélé, je pense que vous n’êtes pas conséquent. Cette interview que vous faites cas est une manière d’équilibrer l’information. Il s’agit du journal Sidwaya du jeudi 20 juillet 2017 ou la parution donne la version des syndicats à la page 28 et la version du DG à la page 29. Il s’agit d’un traitement professionnel de l’information qui consiste à donner la parole à toutes les parties. Vous croyez que c’est normal qu’un journal ouvre ses colonnes à une partie (le syndicat) qui incrimine une autre partie ( le DG) de faits graves sans donner l’occasion à la partie incriminée (le DG) de s’exprimer. Soyez raisonnable quand on veut réagir.

    Répondre à ce message

    • Le 21 juillet à 10:05, par N’Gouakou
      En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

      "Pour continuer ce pillage, ils ont f ait la répartition des fonds en ignorant les textes régissant leur gestion." Cette phrase est lourde de sens pour nous le peuple. En réalité, ce pillage est l’oeuvre des syndicats. Sinon pourquoi ne pas lutter pour que ce fonds soit supprimé et utilisé au bénéfice du peuple tout entier. L’égoïsme se voit ici. Ne compter pas sur nous pour vous comprendre ou vous soutenir contre nous mêmes. Le peuple fera une lecture claire de la situation et se rangera derrière la partie qui, même si elle ne répond à nos attentes, constitue le moindre mal. Sinon, entre la position du Gouvernement et celle du syndicat, rien n’arrange le peuple. La suppression de ce fonds est la seule solution qui arrange le peuple. Et comme entre deux maux il faut choisir le moindre mal, le peuple avisera en temps opportun. Allons seulement.

      Répondre à ce message

    • Le 21 juillet à 10:29, par un technicien de surface aux finances
      En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

      Je pense que les deux DG (impôts et Trésor) devront bien s’inspirer de l’exemple donné y’a pas longtemps par le DG de la Police quand l’unapol a réclamé son limogeage. Quand aux plus hautes autorités de ce pays je leurs demande de continuer la négociation avec les syndicats. Vous voyez, ça commence les déballages des choses plus ou moins cachées... "Celui qui a une queue doit éviter d’enjamber le feu".

      Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 09:27, par tomo
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    il faut prendre les 34 milliards des fonds communs partager aux 150 000 fonctionnaires chacun aura probablement un 13eme mois et c’est fini point barre

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 09:28, par COULBANZ
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    tout ce journal n’intéresse les gens. on passe devant vos service et on voit le nombre de véhicules des travailleurs du trésor qui sont stationnés ; preuve que ça va chez vous. savez vous que bon nombre de burkinabé ne mange pas à sa faim ? le peuple vous regarde faire jusqu’à présent. A ne pas savoir raison garder on finit parfois dans la gueule du loup. d’autre l’on appris à leur dépend

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 09:46, par patardé
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    vous a reproché l’exclusion de certains agents du ministère par une discrimination dans la répartition du fond en faveur des seuls agents formés à l’ENAREF. vous êtes muets sur ce point, est ce à dire que vous maintenez que seuls ces" énarquiens" doivent être motiver ? ne tombez vous pas dans l’anecdote de la guerre des "membres du corps contre le ventre" ? pour mémoire les membres reprochent le ventre d’être seulement un réceptacle et refusent qui d’aller à la recherche de la nourriture,qui de porter la nourriture à la mouche ,et... d’autres de faire la suite qui alimente le vendre. en fin de compte tous ont pris un coup et la conclusion est que dans une chaine, tout manquement d’un maillon , si petit soit-il affecte le résultat.
    quant au reste, certains éléments de votre argumentaire comme mémoire en défense est hors sujet parce qu’encadrant pas l’objet de la déclaration du gouvernement.
    par ailleurs si vos dires se justifient, les 2 syndicats pourraient complices de comportement en porte à faux avec les textes de la fonction publique qui encadrent le recrutement des contractuels dans les domaines d’activités. sinon comment comprendre votre volonté de regulariser des recrutements frauduleux ? des structures comme le REN_LAC et l’ACE_LAC existent et qui souhaitent votre collaboration pour bien accomplir leur mission. Mais pour ces 2 syndicats, les corrupteurs sont ailleurs. alors silence on bouffe.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 09:56, par Bangbèda
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    Du n’importes quoi ! Allez vous faire mettre !

    Vous êtes pire que les voleurs que vous "dénoncez", toujours être là à demander plus alors même que si vous le vouliez il n’y aurait pas de corruption dans ce pays !

    Nous nous saignons à payer des impôts et vous au lieu de veiller à la sécurité de ces derniers vous demandez à "bouffer" plus parceque il y a des voleurs.

    Vous n’êtes même pas fichu de faciliter la vie aux contribuables, absentéisme, "ya pas connexions", "on a un courrier pour vous"... toujours la même rengaine

    Le jour ou nous arrêterons de payer nos impôts, nous verrons bien qui des voleurs et des bouffeurs seront les plus malheureux !!!!

    On se demande même à quoi servent nos impôts à part à vous engraisser tous autant que vous êtes !

    Ne débat pas avec moi car je suis fou, comme tu n’es pas fou prend ça comme ça !

    Sans rancune,

    Bangbèda !

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 10:02, par Macaratien
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    " A la DGI, rien qu’entre 2016 et 2017, les révélations de fraudes et les redressements fiscaux illégalement abandonnés par les premières autorités se chiffrent à des dizaines de milliards " ;
    " Pourquoi versez-vous plus d’un milliard FCFA par an à vos amis banquiers comme frais pour l’encaissement de chèques servant de paiement des impôts des contribuables au lieu de faire appliquer la règlementation visant à faire sanctionner les auteurs de chèques impayés."

    Voilà des révélations qui méritent à mon sens une attention particulière de la justice burkinabè ; enfin si elle est effectivement indépendante et impartiale.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 10:44, par Marie
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    De ce deballage, embauche d’epouses, maîtresses, frères et amis... corruption, non collecte des impôts des marchés de Ouagadougou, encadrement de vente de l’or... pourquoi n’avoir pas dénoncé tout ceci avant ? Ne prenez pas les gens pour des cons. L’opinion publique vous aurait donné quelque credit si vous étiez partis en grève pour dénoncer ces malversations, corruptions, recrutements de parents, mauvaises gestions. Mais vous vous etiez tu, de complicité, puis vous avez signé des accords à la sauvette et scellés avec le gouvernement. A présent que la redistribution du Fond Commun se pose vous faites ce deballage pour gagner l’opinion. Nul n’est dupe. Que le gouvernement resté ferme et vire tous les grévistes et dans la foulée qu’il supprime ce Fond Commun. Comment peut-on comprendre que dans un pays où il y a des centaines d’école sous paillottes, ou certaines provinces sont inaccessibles pendant l’hivernage, ou des centaines de de centres de santé manquent du minimum, l’ont verse des milliards en Fond Commun a des salariés qui déjà touchent leurs salaires ? Et que l’on ne vienne pas dire que c’est pour endiguer la tentation de la corruption. Quand on entre aux Impots, c’est pour servir non pour se servir et la règle eut été de sanctionner des agents indélicats et corrompus, de virer quiconque convaincu de detournement que de leur distribuer des milliards en Fond Commun. Dans la même logique le personnel soignant devrait aussi exiger un Fond Commun au risque de mal soigner la population et de laisser les malades mourir. Idem pour les enseignants. Qu’ils réclament aux aussi un Fond Commun au risque de saboter l’enseignement et l’éducation des enfants. Et les policiers de laisser courir les voleurs, delinquants et malfrats. Ce Fond Commun est une aberration. Vous engagez une jeune fille pour vous vendre des oranges et vous vous accordes sur un salaire qui est dûment paye tous les mois. A la longue la jeune fille vous dit qu’il lui faut des bonus autrement elle serait tentée de puiser dans vos recettes. Que faites-vous ? Vous la virez ou vous négociez avec elle pour instaurer des bonus ? Accessoirement, l’existence de ce Fond Commun a-t-il rendu les agents des impots saints ? Et bien non ;
    ils comtinuent à racketer la population. Vous vous rendez au guichet unique pour effectuer la mutation de votre parcelle. Un agent indélicat vous dit que l’attente sera de 3 mois mais que si vous payez 200,000 sous la table il vous le fait en deux semaines. Exemple vécu !!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 10:45, par El_monstro
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    Sacrés burkinabè. Toujours inventés l’eau chaude. Je constate que l’esprit FC qui devait être à l’origine sans doute un système de motivation efficace est devenu une sorte de butins que l’on se dispute. Personnellement, je ne rentrerai pas dans la polémique inutile. Simplement faire une étude comparative de ce qui se passe ailleurs. Des pays corrompus et verrouillés comme le Nigéria, le Togo, le Cameroun au pays sérieux comme le Rwanda, le Botswana et même aller plus loin voir les pays plus développés comme la France, l’Allemagne et j’en passe. On devra rechercher rien que l’efficacité. Le reste je me réserve de tout commentaire.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 11:03, par le justicier
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    Ailleurs sous d’autres tropiques ces deux deux DG démissionneront avant qu’on arrive aux débrayages .Mais imbus de leur personnalité , et orgueilleux ils veulent qu’on leur dicte la leçon de la démission . Gouvernement de THIEBA II sache qu’en politique il y a deux choses qu’on enseigne en science po : il n’y a pas d’homme indispensable et pas d’ami en politique et, le principe sacro saint qui dit que : mieux vaut périsse un individu dans notre cas d’espèce deux individus que périsse un système.

    Répondre à ce message

    • Le 21 juillet à 13:00, par Marie
      En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

      Dans le monde du travail, il est aussi une verite fondamentale que nul employe n’est indispensable. Un salarie peut bien prendre la place d’un autre. Et plutot que de laisser quelques elements exploiter et gangrener le system, autant arracher le mal depuis la racine. Ce debrayage n’est pas convainquant. Pourquoi le syndicat n’avait-il pas denonce ces embauches illegales et autres mauvaises gestions depuis lurettes. C’est seulement maintenant qu’ils en parlent ? Parce que la distribution du Fond Commun pose quelques problemes ?
      Ce Fond Commun, Per SE, est une aberration.

      Répondre à ce message

    • Le 21 juillet à 14:25, par rakiswendé
      En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

      Pourquoi doivent-ils demissionner. Donnez les raisons qui militent en faveur de votre bon vouloir.

      Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 11:03, par tenga
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    Si on partage le fond commun à tous les 150 000 fonctionnaires chacun aura 226 600 frs moins ! C’est pas rien !

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 11:08, par concensus
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    Le problème est simple mais le DG du Trésor ne veut pas le résoudre. Il faut qu’il accepte dire à l’opinion publique pourquoi il s’accroche à son indice de 100 contre 75 pour son DGA, 66 pour les Comptables Centraux et seulement 6 pour les chefs de service. ce qui signifie que ACCT = 11 fois son chefs de service et que les 5 chefs de service de l’ACCT mis ensembles ne gagnent même pas la moitié de ce qu’il gagne. Ceux qui fond les travaux de conception, de réflexion sont brimés et fait tout pour refuser le débat.
    Pourquoi le membres du comité de direction ne font pas des proposions de sortie de crise avec une réduction de leur part de responsabilité.
    le plus grave dans tout cela, c’est que la CAT qui est censée conseiller le DG fait des montages erronés et une analyse critique des propositions du SATB sans faire des contres propositions. quand un cadre fait une analyse aussi plate, quand un notable cherche à dire ce qui va plaire au roi, c’est qu’il lorgne la place du roi, n’est pas CORDO ?
    quand on une analyse statistique de ces indices on obtient la série suivantes : 100, 75 , 66, 13, 6, 2. dont la moyenne fait 43.67. quand on regarde les écarts par rapport à la moyenne, on devient totalement fou. le partage est inéquitable et c’est cela l’unique problème.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 11:12, par concensus
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    quand on fait une analyse statistique des indices de répartition on obtient la série suivantes : 100, 75 , 66, 13, 6, 2. dont la moyenne fait 43.67. quand on regarde les écarts par rapport à la moyenne, on devient totalement fou. le partage est inéquitable et c’est cela l’unique problème.

    A titre d’exemple : ACCT qui est à l’indice 66 fait 11 fois son chefs de service qui est à l’indice 6 et les 5 chefs de service de l’ACCT mis ensembles ne gagnent même pas la moitié de ce qu’il gagne.

    Ceux qui fond les travaux de conception, de réflexion sont brimés et on fait tout pour refuser le débat.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 11:15, par fffssssss !!!!
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    Je pense que c’est plus que jamais l’occasion pour le Gouvernement de mettre fin à ces FC comme la Transition a profiter pour dementeler le RSP. Dites moi, messieurs des Syndicats légalistes, quelle loi ou quel décret régie votre FC ? Aucun(e). En outre, vous dites que le Syndicats n’a pas besoin d’attendre l’autorisation du Gouvernement pour aller en grève ; cela montre que vous n’avez pas été formé sinon vous saurez qu’il y a des procédures pour aller en grève. Ce que vous faites c’est de l’incivisme et je pense que vous voulez amener vos collègues en pâture.
    Je ne suis pas MPP mais je compte sur Salif Diallo (si ce n’est pas lui qui est derrière vous contre Roch) le stratège pour vous bouter hors de cette voie destructrice du Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 11:56, par kato !
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    Je pense que les agents du trésor et des impôts exagèrent :
    1) ce n’est pas normale qu’on motive des travailleurs de la fonction publique en plus des indemnités qui sont déjà servies pour la motivation en fonction de chaque corps.
    2) que la régie des recettes sache qu’elle ne produit aucune richesse mais est chargée simplement des collecter la part de l’état chez des producteurs de richesse comme les commerçants,les les sociétés, les travailleurs...
    3) qu’on me démontre en quoi un collecteur des impôts et trésor est plus important qu’un instituteur, un infirmier,un policier,un militaire, un agriculteur..c’est plutôt une chaine et chaque maillon est important a ça manière.
    4) la motivation n’a jamais influencé sur la corruption au Burkina. Plus ils ont de l’argent plus le niveau de vie augmente de même que les besoins et la corruption devient un appoint obligatoire et plus chère.
    5) la répartition (pas l’acquisition) des fonds communs, une motivation, ne saurait être un motif de blocage du Burkina.
    6)Si vous continuez, vous aurez sur vos dos, non seulement les producteurs de ressources sans qui vous n’existez pas,mais aussi toute la population que vous étranglez par votre exagération.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 12:16, par zagas
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    C’est maintenant vous deballez des choses ?Depuis quand il ya manque de transparence dans le circuit de l’or ?ensuite,vous luttez pour la regularistion admnistrative d’agents recrutés illégalement comme vous l’affirmez:Vous vous rendez alors complices de cette forfaiture.Mais bon,on peut vous comprendre puisque, environ 90% des agents de ce ministère ont eu le concours par fraude ;C’est pas nous qui le disons
    (la transition a révélé qu’avant 2015,tous les concours de tous les cycles de l’ENAREF étaient entachés de fraude).Conclusion:Jouez balle à terre car il ya beaucoup de gens qui méritent mieux que certains d’entre vous dans ce pays !

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 13:44, par Le Faso d’abord
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    Vous parlez d’intégration par complaisance au Ministère de l’économie. Commencez par demander d’abord un toilettage dans vos rangs. Combien parmi vous sont rentrés frauduleusement à l’ENAREF ? Ils se connaissent. Demander dans cette lancée de dignité et d’intégrité dont vous faites mention, un audit sur les agents de votre ministère venant de l’ENAREF. Vous êtes assis au bureau et les populations vous rejoignent pour payer l’impôt, Vous êtes accompagnés par des agents de sécurité quand vous sortez sur le terrain, Les médias font la publicité pour qu’on paie l’impôt, vous introduisez simplement des données dans des logiciels conçus par des informaticiens. Et vous êtes considérés comme des supra fonctionnaires. Tous ces gens importants ne bénéficient pas du FC. Quand vous allez finir avec cette grêve inopportune et insensée et que le gouvernement ne coupe pas le FC qui est une discrimination à l’égard des agents publics ; qu’il s’apprête à le versé à tous les autres fonctionnaires. Sinon j’imagine le cahot vu les grêves qui risquent d’exister car cette grêve à reveller publiquement jusqu’à quel point vous êtes chouchoutés et les autres fonctionnaires méprisés par leur propre Pays.
    Pour avoir 5 millions, les autres fonctionnaires de catégorie A sont obligés de contracter un prêt bancaire pour 6années de coupure alors que vous ; on vous le donne gratuitement en moyenne chaque année.

    Vive le Burkina Faso d’égalité et de justice manifeste !
    Vive le Burkina Faso des Hommes intègres !

    Répondre à ce message

    • Le 21 juillet à 15:24, par PIONG YANG
      En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

      Merci mon frère. voilà pourquoi moi, au vu de l’exploitation du peuple burkinabé par une minorité de vampires, je persiste et signe qu’il nous faut un régime d’exception pour aplanir ces situations. je ne crois plus du tout à la démocratie. Elle est juste une un système de hypocrite et d’aplanissement.

      Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 14:27, par Prudence Compaore
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    EH MR les SG de syndicat , Quand on n’est pas d’accord avec vous c’est qu on a financé et instrumentalisé les gens. Donc vous aussi on vous a financé et instrumentalisé aussi ou bien ?
    Dites nous alors qui est derrière vous et puis on va quitter ici . Ah bas

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 14:42, par La voie des sans voie
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    L’ analyse de la situation des agents du Trésor et de la Comptabilité Fonction Publique

    Le trésor Publique du Burkina regorge plus de deux mille agents. Les uns ayant subi une formation à L ENAREF, les autres acceptés sur la base de la confiance (les informaticiens, les juges, statistiens, les comptables, les secrétaires, les agents de bureau, les agents de liaison, les chauffeurs, les manœuvres…).
    Quand le Syndicat des agents du Trésor du Burkina (SATB) évoque leur niveau d’étude par rapport à ces agents cités ci-dessus. D’abord prenons le cas des informaticiens, des juges, des statisticiens, ils sont soumis à combien d’années d’études ?
    Ensuite les secrétaires, les agents de bureau, les agents de liaison ont un minimum de bagages intellectuels pour mener à bien les tâches qui leurs sont assignés.
    Afin les chauffeurs et manœuvres, existe-t –il une école de formation à l’ENAREF pour leur corps ? Et pourtant, ils ont aussi été d’une manière ou d’une autre formés.
    Cependant, dans la vie , Il ya toujours un canal de succès d’une manière ou d’une autre. Pour naître, les sage femmes assistent, pour t’enterrer ont t’assiste .Même pour être Président d’un pays, directeur d’une structure c’est sur la base d’un certains nombres de critères et de confiance.
    L’essentiel c’est d’être compétent dans ton poste de travail, travailler et bien travailler.
    Nous n’allons pas heurter nos collaborateurs par nos propos mais un petit rappel sur les interventions de certains responsables en faveur des agents appelés (agents d’appui) .Ceux là n’ ont corrompus personne pour être agents du Trésor, ils n’ont pas triché. Les vrais agents formés à l’ENAREF qui ont mérité leur concours les respectent et les considèrent. Ces agents méritant ne sont pas égoïstes à leurs égards. Ils ne regardent pas leur revenu mais les soutiennent.
    La vie n’est pas faite de comparaison, connaissons nos places et cherchons à progresser et faisons avancer le Trésor et notre belle nation, ( le pays des Hommes intègres). Certains inspecteurs ont quitté le Trésor parce qu’ils ont eu mieux à ailleurs, ayons l’esprit de partage.
    Cessons nos luttes égoïstes au profit du développement, les agents du Trésor et de la comptabilité ne sont pas les seuls agents du Burkina Faso, que la population parle de nous, en bien.

    Que Dieu bénisse le Burkina !

    Signé
    La voie des sans voie

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 14:46, par pagnangde
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    "Quand le gouvernement dit que le débrayage général initié par le SATB est illégal car « n’ayant fait l’objet d’aucune autorisation préalable comme l’exigent les textes en la matière », il ne peut nous citer un quelconque texte qui oblige les syndicats à attendre une autorisation du gouvernement même pour une grève."
    Je suis sidéré par le comportement de deux secrétaires généraux d’importants syndicats comme les vôtres.
    Qu’est-ce-qu’un préavis de gréve ?
    Vos gosiers vont continuer de vous tromper.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 14:48, par Tiiga
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    Au départ, vous avez fait croire à la population que le motif de votre sale grêve était que vous êtes dans des bâtiments en location. Et idiots que nous étions ; on vous a soutenu bêtement.
    Djaaah, le vrai problème c’est le FC. Et le Gouvernement dans cette histoire d’accords sécrets ne nous a rien dit même pour qu’on vous ramène à la raison. Maintenant c’est pourri et ça sent, comment on fait alors ? Hein ?
    Dites moi ; il paraît que c’est un simple arrêté ministériel des années Oh lala qui vous a attribué le FC. Eh Allah ! même pas un petit conseil de ministres quand même. Il paraît aussi qu’à cause de vos avantages et privilèges, vous n’avez aucune considération pour les autres fonctionnaires. Il paraît aussi que vous ne voulez plus vendre des timbres vous-même, vous engagez maintenant des agents communaux pour ça. Tout ça la ; C’est vrai non ?
    Walaye bilaye si le Gouvernement ne profite pas de cette occasion très précieuse pour supprimer le FC. S’il fléchit comme ce qu’il a fait pour les Magistrats la. Je lance un appel à tout fonctionnaire burkindbila d’exiger son fonds commun. Wèye
    Pour être plus sérieux, SUPPRIMEZ je vous en prie ce FC et augmentez les salaires

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 14:51, par Ilboudo Patrick
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    Internaute 25, il faut dire les choses telles qu’elles sont .je sais c’est qu ’il ya des textes qui régissent ce partage actuellement et c’est ce texte qui permet de calculer tes formules mouta mouta la. Maintenant il était pévu dans le procole d’accord la réélecture sans préciser ce qu’on allait mettre dedans . Dans cette rélecture le syndicat a rédigé son arrété en voulant écarter les informaticens , les juristes, les secretaires, les chauffeurs, manœuvre. ; ;( sous pretexte qu ils ne sont pas passés par l’ENAREF et que d’autres relèvent de la fonction publique)Le vai problème vient de là, ça n a rien a voir avec ce Que le DG gagne.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 14:58, par Sawadogo Djeneba
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    J’espère seulement que le gouvernement sera ferme, sinon les autres fonctionnaires vous regarde dai.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 15:09, par Bouba
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    vous avez signé votre protocole d’accord la ou ? allez y labas encore appliquez ce qui até dit, Pour quoi vous accusez le pauvre DGTCP ; nous sommes tous de la maison et nous suivons tout ce qui passe de près.vous accusez le pauvre DGTCP pour rien, il a bloqué quoi ? vous avez commencé avec lui ça n a pas marché, vous êtes partis au ministère, ça n’a pas marché parce que vous aviez refusé la proposition faite la bas,et pire vous avez claqué la porte, vous dites que le DGTCP bloque votre protole d’accord, pardon faut dire la vérité.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 15:18, par kalilou
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    Mr les gars du trésor, moi je vous soutenais mais la la, vous me decevez . il est de votre rôle de demander le depart des Directeurs ?, s’il a fait des malversations dîtes nous. Mais simplement parce qu’il vous a divisé ? mais si vous voulez écarter une catégorie d’agents c’est nomale que ces agents vous barrent la route .

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 15:31, par Gaël
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    ’’Le Gouvernement a l’habitude de ne pas respecter ses engagements vis-à-vis des syndicats. Ainsi, signe-t-il des Protocoles d’accord pour les ranger ensuite dans les tiroirs. Ce qui se passe à la DGTCP et à la DGI rentre dans cette « logique ». En effet, les Directeurs généraux des impôts et du trésor ainsi que le Ministre en charge des finances ne font qu’exécuter un plan savamment préparé pour remettre en cause les protocoles d’accord signés avec nos deux syndicats.’’ si cela est vrai, pourquoi laisser la proie pour l’ombre ? Soyons sérieux, on ne peut dire que les deux DG appliquent un plan qu"ils n’ont pas monté( car nommés pour appliquer la politique du gouvernement) pour demander leur départ. Pour être cohérent, demandez à celui donne les instructions de partir.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 15:42, par TENGA BIIGA
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    ces syndicalistes sont des anarchistes membres du PCRV ce qu’ils veulent c’est la destabilisation du pays. Ils ont tous le fameux livre rouge du PCRV. Faites attention a ces gens la

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 16:59, par Zot
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    Chacun est la à s’en prendre aux agents du mef que leur FC est illégal alors que chacun dans son ministère à son FC même si c’est le nom qui est différent. Quand vous parlez que c’est mieux de donner sa aux agents de la santé et aux enseignants parce que eux ils travaillent vous oublié une chose ces derniers ont déjà leur FC. À la santé ils ont des ristournes chaque trimestre avec des indemnités de garde, les soins gratuits pour eux et les membres de leur famille, médicaments meg gratuits etc . Quand aux fameux enseignants leur FC : 4 à 5 mois de vacances, riz et huile cadeau, payer pour faire les examains de fin d’année, place gratuite( qu’ils nous revendent et on paye avec notre FC),ils font vacations, ils ne dépensent pas pour avoir femmes car avec leur bic rouges les filles n’ont pas le choix que de les accepter et venir escroquer les financiers pour aller payer la bière à ces enseignants

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 17:20, par gohoga
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    Les vrais ennemies du Burkina se font repérer par le peuple. On sait que ni les syndicats, ni les grèves n’on développé aucun pays à travers le monde.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 18:00, par filsaille
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    je pense que meme si on aime pas madame le ministre il faut honnetement reconnaitre quelle a transformée positivement le ministère de l’economie avec les reformes qui ont été faites depuis son arrivé.ces reformes ne permetant plus a certains agents de pratiqué les ancienne pratiques malsaines (corruption, deal ,affaire) ses meme agents en veulent au ministre pour avoir fermé le robinet de la corruption.je pense que les 2 syndicats doivent revoir leur manière de faire car a trop tiré sur la corde ils risquent de la brisée vous etes les privilège de la fonction publique avec des prets de 20 a 25 million uniquement sur fc des primes de rendement vous voulez quoi encore.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 18:06, par Citoyen
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    Rien que de l’égoïsme, de la cupidité...
    voyez vous !

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 21:12, par Kara
    En réponse à : Débrayage au Trésor et aux impôts : Les syndicats s’expliquent

    parce que vous avez le FC que vous partez en grève

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés