Ecole nationale de police : 1179 policiers prêts à relever « les nouveaux défis sécuritaires »

LEFASO.NET | Par Justine Bonkoungou (Stagiaire) • jeudi 20 juillet 2017 à 21h30min

Le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a présidé ce jeudi 20 juillet 2017, la cérémonie de sortie de la 46e promotion de l’Ecole nationale de police. Une cérémonie placée sous le thème « La formation du policer face aux nouveaux défis sécuritaires », au cours de laquelle 1179 policiers ont été déclarés aptes à servir leur nation.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Ecole nationale de police : 1179 policiers prêts à relever « les nouveaux défis sécuritaires »

C’est en présence de parents et amis, venus nombreux pour la cérémonie, que les 1179 policiers ont été déclarés dignes d’un titre de l’Ecole nationale de police (ENP). Ainsi, ce sont 1153 assistants de la police nationale et 26 agents de la Police municipale de Ouagadougou et de Djibo qui sont appelés à servir le Burkina Faso, là où le devoir les appellera. Selon Théophane Segda, directeur de l’ENP, cet effectif est le plus petit depuis les recrutements exceptionnels, ce qui ne fait pas d’eux cependant « les plus petits policiers ». Il se dit donc fier de les mettre à la disposition du ministère de la sécurité.

Baptisée « Dévouement pour la nation », cette 46e promotion a pour parrain, Chérif Moumina Sy, Haut représentant du Président du Faso. En sa qualité donc de parrain, il n’a pas manqué de prodiguer quelques conseils à ses filleuls. « Mes conseils à votre endroit se résument à la discipline, à l’honneur et la haute idée que vous devez avoir de votre profession. C’est en oubliant ces valeurs si essentielles à l’exercice de ce noble métier que nous observons les cas de corruption, les atteintes graves à l’honneur du corps et des fautes professionnelles qui ne rehaussent pas l’image de l’institution. », leur dira-il.

Propos partagé par Simon Compaoré, ministre en charge de la sécurité qui leur a aussi demandé d’accomplir leur mission avec probité, honneur et le sens du devoir qu’exige leur profession dans « un environnement national et sous régional perturbé par des actes de grand banditisme et de terrorisme qui ne favorisent pas toujours l’instauration d’un climat apaisé. »

Faire face à l’insécurité sous toutes ses formes

Prenant la parole au nom de ses camarades, Paul T. Kiendrébéogo, le délégué des élèves, a remercié l’ensemble des formateurs pour la qualité de la formation reçue et a tenu à rassurer les autorités sur le fait que « La promotion sortante ne constitue pas un supplément d’effectif, mais plutôt une compétence opérationnelle pour les entités respectives. » ils se sont ainsi engagés à travailler avec professionnalisme afin de faire face à l’insécurité sous toutes ses formes. Une occasion également pour le délégué des élèves de faire part de quelques doléances à leur ministre de tutelle Simon Compaoré.

Il s’agit notamment de l’adaptation de leur pécule à celui des autres écoles de formation, de la dotation en plus de l’uniforme, d’un paquetage composé entre autres de gourde, de sacs militaires, de gamelles et que les élèves acquièrent jusqu’à présent avec leur pécule. Ils ont aussi demandé la création d’un site annexe de l’Ecole nationale de police afin de pouvoir contenir les effectifs exceptionnels recrutés depuis quelques années.

« Ces jeunes me donnent confiance en l’avenir », Paul Kaba Thiéba

Le Premier ministre Paul Kaba Thiéba, qui a présidé la cérémonie a pour sa part félicité et encouragé ces nouvelles compétences, et ce d’autant plus qu’il a souligné que la sécurité est l’une des conditions pour la réussite du Plan national de développement économique et social (PNDES). « Tous ces jeunes que j’ai vus aujourd’hui m’ont donné confiance en l’avenir et ils m’ont donné à travers leur engagement, leur dévouement, la certitude que nous relèverons les défis qui se profilent devant nous. Avec des policiers aussi bien formés, je suis sûr que nous réussirons à vaincre tous les problèmes qui se profilent devant nous », se réjouit-il.

Justine Bonkoungou (Stagiaire)
Lefaso.net


Palmarès des majors de la 46e promotion

Police nationale

Major : Kinda Koudpoko Edith, 16, 78/20

Police municipale

Cycle des inspecteurs
Kienou Waman 15,96/20

Cycle des contrôleurs de police municipale
Nonguierma Michel, 16,85/20

Assistant de police municipale
Nacoulma Wend Yam Casimir, 15,09/20

Agents de police municipale
Tamboura Ousmane, 16,22

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 21 juillet à 07:45, par DIDIER
    En réponse à : Ecole nationale de police : 1179 policiers prêts à relever « les nouveaux défis sécuritaires »

    L’un des problèmes cruciaux qui empêche le bon fonctionnement de l’administration publique burkinabè est lié au fait que beaucoup de responsables méconnaissent les difficultés des administrés et populations à la base. Les manques de moyens matériels et financiers bloquent l’efficacité des services déconcentrés de l’administration. De nombreux responsables ne se donnent pas la peine de sortir du confort de leurs bureaux climatisés de Ouagadougou pour s’imprégner des dures réalités des services dans les provinces éloignées de la capitale. Les services chargés de faire les contrôles ne font pas aussi remonter aux dirigeants, les vraies informations pour des solutions. Parfois, ceux qui font l’effort de transmettre des rapports crédibles, ces documents sont rangés dans des tiroirs par des responsables peu soucieux de la bonne gestion de leurs services et sont essentiellement préoccupés par des séminaires, missions qui leur rapportent des devises. Il faudrait un changement de mentalités et de comportements dans ce domaine pour plus de performance de l’administration publique. Un bel exemple est en train d’être donné dans ce sens par le ministre d’Etat, ministre de la sécurité, Simon Compaoré. En effet, le ministre d’Etat en effectuant des tournées dans des commissariats et brigades de gendarmerie à travers le territoire national, a constaté de visu la vétusté et les mauvais états des locaux de ces forces de sécurité. Il a constaté le manque de moyens logistiques également. Avec son tempérament d’homme d ‘action qui sait prendre des décisions urgentes quand il le faut et qui se donne le temps de mener des investigations pour actions judicieuses à court, moyen et long termes, le ministre d’Etat a pris des engagements et décisions fermes pour la résolution des différents problèmes de la police et de la gendarmerie. De tels engagements sont bien appréciés par les forces de sécurité et contribuent à remonter leur moral dans leurs missions à risques pour la sécurisation du pays. Félicitation donc au ministre Simon Compaoré pour son sens élevé de la responsabilité et son pragmatisme qui lui permettent d’aboutir à des résultats positifs dans ses actions. Son exemple mérite d’être suivi par l’ensemble des responsables administratifs et décideurs du pays. Il faut savoir trouver des solutions concrètes aux préoccupations légitimes des citoyens dans les meilleurs délais et leur tenir des langages de vérité sur certaines difficultés et revendications.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés