Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo : Enfin une unité de production d’oxygène médical !

LEFASO.NET | Aïssata Laure G. SIDIBE • jeudi 20 juillet 2017 à 00h48min

Le secrétaire général du ministère de la santé, Robert Lucien Kargougou, a procédé à la coupure du ruban marquant le lancement officiel de l’unité de production d’oxygène médical du Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo (CHU-YO), d’une valeur de plus de 200 000 000 F CFA. Cet acte symbolique a été suivi d’une remise d’équipements par l’hôpital du district sanitaire de Bogodogo à son « grand frère » le CHU-YO. C’était dans l’après-midi du mercredi 19 juillet 2017, à Ouagadougou.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo : Enfin une unité de production d’oxygène médical !

Désormais, le centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo (CHU-YO) dispose d’une unité de production d’oxygène médical. L’inauguration de ce joyau est intervenue dans l’après-midi du mercredi 19 juillet 2017, à Ouagadougou. C’est le secrétaire général du ministère de la santé qui a procédé à la coupure symbolique du ruban marquant le lancement de l’unité. Il s’agit, selon Robert Lucien Kargougou, « d’une infrastructure de haute qualité, et d’une technologie avancée qui permet aujourd’hui au CHU-YO d’être autonome en matière de production d’oxygène ». Les services chirurgicaux, d’urgence, de réanimation, sont les heureux bénéficiaires de ce gaz précieux.

JPEG - 118.5 ko
Un aperçu du matériel de production d’oxygène

Le coût de production d’oxygène s’élève à environ 300 000 000 F CFA/an pour l’établissement. Et au secrétaire général du ministère de la santé d’affirmer : « Nous avons réalisé cet investissement à plus de 200 000 000 F CFA. C’est un investissement qu’il fallait mettre en place. Toute chose qui permet véritablement d’être davantage économique en matière de l’utilisation des ressources ».

A l’occasion de la cérémonie d’inauguration, M. Kargougou a magnifié les relations de partenariat public-privé qui existent entre le ministère de la santé et TM diffusion, la structure responsable de la mise en place de l’unité de production. « Elle nous a permis d’équiper les bureaux de cette unité de production d’oxygène », poursuit-il. Avant de dévoiler les grands chantiers du ministère en charge de la santé pour l’année en cours. « Nous nous sommes inscrits dans une dynamique de faire en sorte que tous les hôpitaux régionaux et autres hôpitaux universitaires puissent disposer d’unités de production d’oxygène. Cette année, nous allons travailler à mettre en place des unités autonomes de production d’oxygène au niveau de Gaoua, Koudougou et Kaya, », a-t-il expliqué. Concernant la ville de Bobo Dioulasso, une unité de production a été installée sur financement exclusif du budget de l’Etat.

JPEG - 107.9 ko
Le directeur général du CHU-YO, Robert Sangaré : « En tant que serviteur de l’Etat, nous ne devrons pas fermer les yeux sur nos insuffisances. Nous devrons nous donner la main… »

Pour le directeur général du CHU-YO, l’oxygène médical est tout aussi précieux que le médicament sinon plus précieux. « (…) Aujourd’hui, c’est un ouf de soulagement pour nous car très souvent, on a été l’objet de critiques quand il y a des ruptures d’oxygène. Avec cette installation, si nous arrivons à mieux nous organiser, à assurer la maintenance préventive, à suivre le rythme de production d’environ 40 bouteilles/jour, en principe on ne doit plus connaitre de difficultés », a déclaré Robert Sangaré. Puis de confesser que le pays ne dispose pas suffisamment de fournisseurs d’oxygène sur le marché. « On a un seul fournisseur pour l’ensemble des hôpitaux. Et ça n’a pas été souvent facile », a-t-il fait savoir. Tout en louant l’initiative salvatrice, il a, au nom de l’ensemble de la communauté hospitalière de Yalgado Ouédraogo, réitéré ses remerciements aux plus hautes autorités du Burkina Faso pour avoir « enfin pensé à doter nos grands hôpitaux de ce type de réalisation … ». Aussi, M. Sangaré a émis le vœu de voir une telle action se poursuivre en faveur des autres hôpitaux pour que, soutient-il, « plus jamais un problème d’oxygène ne soit synonyme de perte en vie humaine ».

JPEG - 114.4 ko
Remise symbolique de matériels de pointe au CHU-YO par l’hôpital du district sanitaire de Bogodogo.

A la suite de l’inauguration de l’unité de production d’oxygène, le premier responsable du CHU-YO a reçu des mains du secrétaire général du ministère de la santé et de la directrice générale de l’hôpital du district sanitaire de Bogodogo, un lot d’équipements. A cette occasion, Viviane Kaboré a parlé de « complémentarité entre les centres hospitaliers du pays ». « Yalgado étant le grand frère, il était tout naturel que nous lui venions en appui, quand on sait qu’il traverse par ces moments, quelques difficultés par rapport au plateau technique ». Poursuivant, la directrice générale de la structure donatrice a fait cette mise au point : « L’hôpital du district sanitaire de Bogodogo n’est pas suréquipé. Disons tout simplement qu’aujourd’hui c’est nous qui disposons de quelque chose qui peut être rétrocédé au CHU-YO, pour lui permettre de remplir son paquet d’activités ».

Le matériel de pointe offert est composé d’aspirateurs, lampes d’examen, scie à plâtre, écarteur de plâtre, dermatome électrique, fauteuil dentaire et lampe à fente.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 20 juillet à 02:16, par Pappa
    En réponse à : Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo : Enfin une unité de production d’oxygène médical !

    « A » croire qu’on depense des milliards pour construire des hopitaux alors qu’on ne produit meme pas d’oxygene pour ceux existants. 200 millions... broutille, oui. Je prefere avoir peu de choses mais de qualite ! Revenons sur tere. Sourou Sanou a connu des morts dus au manque d’oxygene. Enfin !

    Répondre à ce message

  • Le 20 juillet à 06:54, par Franchement
    En réponse à : Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo : Enfin une unité de production d’oxygène médical !

    Franchement, le directeur général de l’hôpital Yalgado Robert Sangaré est à féliciter et encourager. Malgré l’adversité et les intrigues que des gens mal intentionnés nouent contre lui, il reste serein pour accomplir sa mission de rénovation de l’hôpital. Depuis 2013, il a réalisé de bons résultats : extension et rénovation des urgences médicales et traumatologiques, équipement de pointe du service d’imagerie médicale (scanner de 64 barrettes, radiologie performante).A présent, il a œuvré pour doter le service de la réanimation en oxygène, substance indispensable pour sauver des vies. De même, le nouveau laboratoire ultra moderne aidera beaucoup pour des examens médicaux précis. C’est cela être un responsable qui s’assume en produisant des résultats palpables qu’aucune personne de bonne foi ne peut nier. Sur le plan des ressources humaines, la direction générale de Yalgado a organisé une série de formation continue à l’attention du personnel comme par exemple la thématique d’un accueil humanisant pour les garçons et filles de salle pour les patients. Ensuite la responsabilité pénale du corps médical en cas de fautes professionnelles a fait l’objet d’un atelier pour des médecins. En 2014, 703 agents ont été formés sur 25 thématiques. En 2015,448 agents ont été formés sur 6 thématiques. En plus de cela, il y a eu des formations individuelles à Ville Evrard et Clermont Ferrand en France par un stage de 2 semaines. La formation permet d’améliorer la qualité des prestations professionnelles. La direction générale du CHU Yalgado a bien perçu cette nécessité et cela est à l’honneur de cet hôpital de référence qui regorge de professeurs agrégés de médecine talentueux et d’agents de santé qui donnent le meilleur d’eux-mêmes malgré les restrictions budgétaires opérées depuis 2014 sur le budget de l’hôpital, toute chose qui pénalise les investissements en équipements et infrastructures médicaux. Le gouvernement devrait accorder davantage de moyens à cet hôpital où converge une foule de malades en raison du coût relativement bas des soins médicaux et de la compétence du corps médical. Puisque la direction générale de Yalgado a effectué des sessions de formation pour ses agents dans l’optique d’un accueil humanisant et des soins de qualité aux malades, il importe aussi que les malades et leurs accompagnants indélicats, discourtois envers le personnel de santé répondent de leurs actes au plan judiciaire si cela est nécessaire. Il faut que la réglementation hospitalière soit respectée par les malades et leurs accompagnants.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juillet à 07:32, par ZSJY
    En réponse à : Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo : Enfin une unité de production d’oxygène médical !

    Jolie infrastructure !
    Mais si on a pris soins de prélever 10% (voire 15%) , alors dans quelques mois, on nous dira que l’infrastructure ne fonctionne plus.
    Attendons de voire

    Répondre à ce message

  • Le 20 juillet à 08:19, par HUM !
    En réponse à : Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo : Enfin une unité de production d’oxygène médical !

    Internaute 3,ce sont des gens aux esprits mesquins et obtus comme vous ,qui voient du noir en tout.Ici,ce qui est important c’est la dotation des CHU Sanou Souro et Yalgado en unités de production d’oxygène pour sauver des vies.Ces unités continueront de fonctionner comme d’autres structures à l’instar des laboratoires,l’imagerie etc avec des budgets de fonctionnement de ces hôpitaux.Comme êtes un spécialiste des 10 et 15% que vous recherchez sur tout projet qui passe sous vos nezs ,vous raisonnez de la sorte en pensant que tout le monde se comporte ainsi.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juillet à 18:47, par HUM
    En réponse à : Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo : Enfin une unité de production d’oxygène médical !

    felicitations aux autorités sanitaires ministerielles et à l’administrationdeyalgado.Continuez ainsi et n’ecoutez pas les travailleurs de l’ombre qui ne pensent qu’a leurs interets et tentent toujours de nuire.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés