Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Mieux vaut une conscience tranquille qu’une destinée prospère. J’aime mieux un bon sommeil qu’un bon lit.»  Victor Hugo

Commune rurale de Sollé : Loin de toutes les commodités, la bataille pour l’existence !

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET | Par Oumar OUEDRAOGO • lundi 17 juillet 2017 à 01h22min
Commune rurale de Sollé : Loin de toutes les commodités,  la bataille pour l’existence !

« Sollé », de la prononciation à l’origine, « Soolé », à ce qu’on dit, signifie, en Fulfuldé, la poussière soulevée par le troupeau de bœufs. Commune rurale, Sollé fait partie des quatre circonscriptions qui composent la province du Lorum (et dont Titao est le chef-lieu). Pour localiser cette circonscription, il faut se projeter à 279 kilomètres, au nord de Ouagadougou. Le principal trajet d’accès à la commune est celui qui passe par Ouahigouya, chef-lieu de la région du nord, à partir d’où il faut consommer 90 kilomètres de pistes par la départementale N°84. Sollé est délimitée du côté nord par la borne frontalière de la République du Mali, à l’Ouest par la commune de Banh, Titao au Sud (à 45 km) et la commune de Baraboulé à l’Est. Selon les projections du taux d’accroissement naturel, Sollé compte à ce jour 42 418 âmes dont 19 756 hommes et 22 662 femmes reparties sur une superficie de 115,2 km2. Elle compte également seize villages administratifs (et quatre autres sont attente d’être érigé en villages).

Les Mossés, les Yarsé, les Fulsé, les Peulhs…sont, essentiellement, les grands groupes ethniques qui vivent dans la commune et les noms fréquemment rencontrés sont, entre autres, Yabao, Konfé, Badini, Ganamé, Nacanabo…
« En saison pluvieuse, l’accès à la commune est quasiment impossible », avoue le premier responsable du Conseil municipal. Comme nombre de communes du pays, Sollé est donc quasiment inaccessible en saison pluvieuse et les possibilités d’échanges commerciaux, tant avec les communes du Burkina qu’avec le Mali, restent pénibles et timides.

Touristiquement, la colline de Tibou (colline de référence) fait parler d’elle. Imposante de 400 et 600 mètres d’hauteur, elle attend d’être valorisée. Cette colline qui a fait office de refuge pour les ancêtres lors des guerres est classée sacrée.

Le maire de Sollé, Gombogo Balzac Nacanabo

Cette expression de la nature disposerait à son sommet, de retenue d’eau intarissable dans cette zone où l’eau est pourtant une ressource très rare. Selon des explications, on trouve sur la colline de Tibou, des serpents, des caïmans, des oiseaux de plusieurs espèces, etc. « C’est miraculeux, on ne sait pas comment l’eau a pu exister jusqu’au sommet de cette colline, et de façon permanente. Quand on était enfant, on montait jusqu’au sommet. Mais, il y a de gros serpents, tel que le boa, et des caïmans. Pour monter, on vous donne d’abord les interdits, que je ne vais pas citer ici », a dévoilé le maire, Gombogo Balzac Nacanabo, magnifiant ce lieu qui semble faire la fierté des habitants de la commune. Pour lui, cette colline mérite d’être valorisée aux côtés de la marre aux caïmans qui existe dans la commune. Ce serait un grand atout pour la commune, un plus pour le Burkina.

Au plan économique, si l’agriculture reste le secteur classique de production, l’élevage a pris une proportion très importante ces dernières années (avec une production passée du simple au triple). Ce secteur se déploie essentiellement par la filière embouche bovine et la volaille.

En plus de l’absence de réseau routier, la télécommunication, qui aurait pu atténuer certains calvaires, est timidement assurée que par deux réseaux de téléphonie-mobile, auxquels les populations n’arrivent d’ailleurs pas à accéder (du fait du faible signal). « A l’heure d’Internet, la connexion 3G n’est toujours pas disponible, rendant les échanges de documents pratiquement impossibles par mail. Il en est de même pour l‘accès à l’information et aux réseaux sociaux à travers Internet », constate, impuissant, le conseil municipal. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

O.O
Lefaso.net

Portfolio

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Vie des partis au Burkina : Naissance du Front africain pour le changement
Situation nationale : « Le Burkina n’a rien d’autre à offrir aux terroristes que le combat sans merci », affirme Jean De Dieu Somda, vice-coordonnateur du Haut-conseil du CDP
Présidentielle 2020 : Les favoris et les priorités selon notre deuxième sondage
40 ans de vie politique et syndicale : Dr Emile Paré prépare ses mémoires
Elections de 2020 : « Il est hors de question de découpler la présidentielle et les législatives », déclare l’opposition
Inauguration de « La Ruche » à Ouagadougou : « Ça sent la duperie », selon Dr Ablassé Ouédraogo
Eddie Komboïgo à des étudiants : « Si vous n’avez pas confiance en l’avenir, vous aurez un comportement négatif »
Réseau libéral africain : Gilbert Noël Ouédraogo désigné président délégué
Décès de Jean-Baptiste Natama : Un an déjà
Bobo-Dioulasso : Les responsables de l’URD échangent avec leurs militants
Programme d’urgence pour le Sahel : Plus de 47 milliards de FCFA investis en 2018
Vie des partis : Le RPR annonce 200 nouvelles adhésions
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés