‘’Je place mon mandat sous le signe de la relance économique’’, DRABO Boubacar, maire de Kassoum

LEFASO.NET | David Demaison Nébié • jeudi 13 juillet 2017 à 00h48min

Située dans la partie Ouest de la province du Sourou, la commune rurale de Kassoum compte 35 villages et a une superficie d’environ 684 km². Cette localité que nous avons visitée le mardi 13 juin 2017, est située à 25 km à l’Ouest de Tougan sur la route départementale D108, à 115 de Dédougou et 245 km de Ouagadougou sur l’axe Yako.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
 ‘’Je place mon mandat sous le signe de la relance économique’’, DRABO Boubacar, maire de Kassoum

La Commune de Kassoum compte plusieurs groupes ethniques, les plus importants sont les Sanan/Samo, suivis par les Dafing, les Peulhs et les Mossi. Sa population est estimée à 23.438 habitants en 2013. En 2018, la population atteindra 25.374 habitants selon l’INSD et le recensement général de la population de 2006. Autrefois ‘’Kassor’’ aujourd’hui, Kassoum, selon une source bien introduite de Kassoum, l’ancêtre des habitants de cette commune serait un chasseur Samo du nom de KOUSSE venu du Mandé il y environ 400 ans. Kassoum viendrait de l’expression San ‘’kassor’’ qui veut dire en français ‘’m’installer pour vanner le son de mon mil’’. KOUSSE se serait d’abord installé dans un village de Lanfiéra avant de rejoindre le site actuel de Kassoum. Il y a été rejoint par DRABO qui lui était installé à Dian (actuel village de la commune).

Après l’arrivée de DRABO, KOUSSE lui laissa la gestion du village et s’occupait uniquement de la chasse. Il va même quitter Kassoum à un moment donné pour aller s’installer en brousse pour chasser. A son retour, le village était définitivement géré par DRABO. C’est ce qui explique le fait que les DRABO soient chefs de terre et chefs de village. Les patronymes rencontrés à Kassoum sont : DRABO, KOUSSE, TIAMA, WONNI, ZERBO.

Pouvoir traditionnel

Selon notre source, l’analyse de l’organisation sociale est basée sur l’organisation de la communauté Samo, ethnie majoritaire et autochtone de la commune. Chez les Samo, il n’y a pas de pouvoir central fortement hiérarchisé semblable à celui de leurs voisins, les Mossi du Yatenga. Les Samo vivent en clans dans des villages organisés en quartiers. Le système de parenté ou clan en pays San est basé sur l’adoration d’un même fétiche « mère ».

Ce fétiche « mère » représente le lien entre les familles. La filiation est patrilinéaire et l’héritage se fait par agnation. On distingue quatre (4) principaux personnages dans la société Samo : les chefs de village, les chefs de terre, les griots et les forgerons. Les chefs de villages sont les détenteurs du pouvoir politique et juridique. Les chefs de terre ou les fossoyeurs sont les dépositaires du pouvoir coutumier. Ils sont les seuls habilités à creuser une tombe et à enterrer les morts. Les griots, organisés suivant leur caste, sont chargés de l’animation des cérémonies coutumières et des funérailles. Les forgerons sont chargés du travail du fer et de la gestion des conflits sociaux.

La sécurité et le maintien de l’ordre social reviennent aux chefs de terre, dépositaires du pouvoir coutumier et détenteurs des pouvoirs occultes. Ceux-ci sont craints et respectés par la population. L’ordre social est régi par un conseil de notables composé des chefs de terre. La gestion des conflits sociaux incombe aux forgerons en association avec les chefs de terre auxquels ils sont souvent liés par des alliances matrimoniales. Le chef du village s’appelle DRABO Landolo Bakary et le maire DRABO Boubacar. Nous nous sommes entretenus avec ce dernier le mardi 13 juin 2017. Entretien.

Est-ce que Monsieur le Maire peut se présenter ?

Je me nomme DRABO Boubacar à l’état civil. Agent d’agriculture à la retraite. J’ai servi dans cette commune pendant une dizaine d’années avant d’aller à la retraite, le 28 avril 2014.

Quelles sont les infrastructures administratives, économiques et culturelles de la localité ?

Les infrastructures administratives que nous possédons sont la préfecture, l’environnement, l’inspection, et la santé. Au niveau des infrastructures économiques, il y a le marché, 20 boutiques construites par la Mairie, et 4 boutiques privées et au niveau des infrastructures culturelles nous possédons un centre de loisir. Kassoum organise chaque début janvier une lutte traditionnelle.

Votre localité est-elle jumelée avec d’autres localités du Burkina ou de l’extérieur ?

Pour le moment nous ne sommes pas jumelés à d’autres localités du Burkina ou de l’extérieur. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

David Demaison NEBIE
Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés