Festival Ouaga-New York : Les grandes lignes de la 3e édition dévoilées

LEFASO.NET | Tiga Cheick SAWADOGO • jeudi 13 juillet 2017 à 00h07min

Du 15 au 17 septembre prochain, la ville de New York vibrera au rythme de la culture burkinabè. Le cinéma, la gastronomie, l’artisanat, la mode et la musique Burkinabè seront à l’honneur à l’occasion de la 3e édition du Festival Ouaga-New York. Les organisateurs étaient face à la presse le 7 juillet dernier à Ouagadougou pour donner les grandes lignes de l’événement.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Festival Ouaga-New York : Les grandes lignes de la  3e édition dévoilées

C’est la 3e fois consécutive que le Festival Ouaga-New York aura lieu, après les éditions réussies selon les organisateurs, de 2015 et 2016. Gérard Koala, coordonnateur du festival veut bâtir un pont culturel entre la plus grande ville des Etats Unis et la capitale burkinabè. Au-delà, travailler un brassage entre le pays de l’oncle Sam et celui des hommes intègres.

« Culture et intégration, bâtir le Burkina avec sa diaspora », c’est sous ce thème que la 3e édition aura lieu les 15, 16 et 17 septembre 2017. Trois jours pour ‘’vendre’’ ce que le Burkina Faso a de plus beau sur le plan culturel. Précisément, l’évènement, sera articulé autour des activités telles que des rencontres professionnelles, une foire aux brochettes, des projections de films, des défilés de modes et des prestations d’artistes.
Justement ce sur ce dernier point, des artistes comme Smarty, David Le Combattant, Kaberic, Adama Dicko, Malima Koné donneront un concert en live.

Pour les organisateurs, le FONY est devenu une plateforme de diffusion et de promotion de la culture burkinabè. « C’est une offre culturelle, riche, originale et attractive avec une programmation accessible à tous », reste convaincu Gérard Koala qui a révélé que lors des deux précédentes éditions, le festival a réuni plus de 2000 à 2 500 personnes autour de la culture burkinabè et ce, pendant trois jours.

Et il ne s’agit pas seulement à travers ce cadre de s’amuser, écouter de la musique et manger des brochettes, ont rassuré les organisateurs. Le FONY vise plus loin. Contribuer à faire connaitre le Burkina Faso aux USA, mais également partout dans le monde ; et par-dessus tout, contribuer au développement de la mère patrie.
« Nous de la diaspora, loin de la mère patrie, nous avons ce devoir de rester en contact permanent avec notre pays. On a des compatriotes qui ont des enfants nées aux Etats Unis qui n’ont jamais vu un artiste Burkinabè », a expliqué le coordonnateur du festival pour qui, il s’agit d’impliquer la diaspora, pas seulement américaine, dans la construction du pays.

Cette diaspora se doit donc de « poser des actes pour accompagner ce qui est déjà fait par les autorités, mais aussi initier des choses de par l’expérience acquise dans les pays d’accueil qui pourraient être utile à bâtir notre pays ».
Foi des conférenciers, le Festival Ouaga-New York est une activité à but non lucratif. Seulement un instrument de brassage culturel, de promotion de la culture burkinabè.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 13 juillet à 09:19, par kwiliga
    En réponse à : Festival Ouaga-New York : Les grandes de la 3e édition dévoilée

    "la ville de New York vibrera au rythme de la culture burkinabè."
    "lors des deux précédentes éditions, le festival a réuni plus de 2000 à 2 500 personnes autour de la culture burkinabè"
    Hum, donc,la ville de New York,... 2000 à 2500 personnes...
    Une toute petite vibration alors !

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 10:34, par Kabaco
    En réponse à : Festival Ouaga-New York : Les grandes de la 3e édition dévoilée

    Une belle initiative a encouragé et félicitations à tous les promoteurs de spectacles burkinabè qui œuvrent pour la promotion de la culture burkinabè à travers le monde. Ces promoteurs culturels burkinabè vivant hors du pays sont nos ambassadeurs. Ce sont eux qui doivent vendre les produits culturels et faire la promotion de notre culture à travers le monde. Ce sont eux aussi qui doivent à partir de leur pays d’accueil faire la promotion de notre culture en organisant des festivals, des concerts, etc. Cela permettrait aux artistes burkinabè se faire connaitre hors du pays et de conquérir d’autres marchés. Cependant, il faudrait aussi que ces promoteurs de spectacles soient autonomes sur le plan financier afin de ne pas trop compter sur un appui de l’Etat pour l’organisation de ces festivals, parce que cette dépendance peut avoir des conséquences sur la pérennité et la régularité dans l’organisation de ces manifestations.
    Bon vent au FONY et que d’autres promoteurs de la diaspora leur emboitent le pas.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 18:54, par Edouard M. 
    En réponse à : Festival Ouaga-New York : Les grandes lignes de la 3e édition dévoilées

    Dommage qu’il n’ait aucun contact pour joindre les organisateurs ! Qe fait celui qui, une fois à l’aéroport JFK, a besoin d’une preuve devant l’autorité de l’immigration américaine, qu’il vient pour le FONY ? ? ? Sans moyen de joindre le fony (adresse complète de FONY-New York pour vérification sur place par l’agent de l’immigration ) certains libres participants pourraient se voir renvoyés ou retenus à l’aéroport avec l’administration Trump ! ! ! Croyez moi.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 21:59, par (joseph)Leonard-jerry- Guirma (guirmaj@yahoo.com)
    En réponse à : Festival Ouaga-New York : Les grandes lignes de la 3e édition dévoilées

    Pour notre part, et pour qui , en effet connait la feroce competition qui bourdonne dan la cite de beton et de fer, nous opinons que , meme 1000 personnes auraient merite le chapeau. Courage Freres et Soeurs, Ride-on ! (esperons que vous aurez de la Cola..!)

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés