Journée mondiale sans sachets plastiques : Ce qu’en pensent des Burkinabè

LEFASO.NET | Par Herman Frédéric Bassolé • mardi 4 juillet 2017 à 00h45min

Le 20 mai 2014, l’Assemblée nationale a adopté la loi N0 17 portant interdiction d’importation, de production, de vente et d’utilisation des sachets et emballages plastiques non biodégradables. Malgré l’adoption de cette loi, les sachets plastiques sont toujours utilisés. Quelques Burkinabè ont bien voulu donner leurs points de vue sur ce problème, ce lundi 3 juin 2017 à l’occasion de la commémoration de la journée mondiale sans sachets plastiques.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Journée mondiale sans sachets plastiques : Ce qu’en pensent des  Burkinabè

Issiaka Compaoré, commerçant : « Les gens continuent d’utiliser le sachet plastique parce que l’utilisation est facile et son prix est moins cher. Sinon nous savons que le sachet plastique n’est pas bon. Mais il faut que les autorités trouvent quelque chose qui est moins cher comme le sachet pouvant le remplacer ».

Ida Compaoré, commerçante : « L’utilisation du sachet c’est un truc facile. Si tu veux vendre quelque chose il faudrait que tu mettes dans un sachet. Si tu ne mets pas, on ne paye pas. Si tu pars payer quelque chose et que tu n’as pas de sac on met ça dans un sachet te donner, c’est pour ça les gens utilisent le sachet ».

Idrissa Dianda, étudiant à l’université de Ouagadougou : « On doit interdire son importation et en même temps sa fabrication au Burkina. On peut passer dans les boutiques, chez les grossistes ramasser tout ce qui est sachet plastique et maintenant promouvoir l’utilisation des sachets biodégradables. Au Burkina ici c’est que l’on vote la loi mais on ne met pas ça en vigueur, on ne met pas ça en application. Il ne suffit pas de voter et puis déposer seulement ».

Un vendeur de sachets plastiques voulant garder l’anonymat a laissé entendre qu’il ne savait même pas qu’il y avait une loi interdisant la vente des sachets plastiques au Burkina Faso. Il ajoute que c’est son seul gagne pain et cela lui permet de s’occuper de sa famille.

Un citoyen voulant garder l’anonymat lui aussi nous dit que le vrai problème au Burkina Faso c’est que les autorités n’attaquent pas le problème à la base, on traite toujours les problèmes de façon superficielle, alors que pour résoudre le problème des sachets plastiques, il faut s’attaquer à l’origine. De plus, il dit vouloir que nos autorités s’inspirent du cas du Sénégal, car il y existe une loi qui taxe les vendeurs de sachets plastiques.

Jude Kiénou (stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 4 juillet à 10:28, par noonga sida
    En réponse à : Journée mondiale sans sachets plastiques : Ce qu’en pensent des Burkinabè

    Nous fermons tous les yeux sur l’invasion du sachet plastique, mais notre réveil sera douloureux !

    Répondre à ce message

  • Le 5 juillet à 04:55, par Mogo
    En réponse à : Journée mondiale sans sachets plastiques : Ce qu’en pensent des Burkinabè

    De la poudre aux yeux cette loi d’interdiction. Tout le monde sait comment ces sachets arrivent au pays. Comment les autres pays (africains surtout) ont réussi à interdire ces sachets polluants ? De la volonté politique et l’adhésion des populations. Ce n’est pas si compliqué que ça. Si l’eau arrive sur un site par un conduit quelconque (tuyau) et vous voulez arrêter cette arrivée d’eau sans boucher ce conduit, c’est peine perdue. On est tous coupable et tous responsable. Nos enfants vont souffrir a cause de ce fléau. Ces commerçants et autres soi-disants utilisateurs disent que c’est facile d’utilisation, c’est ceci, c’est cela... Du blablabla oui. C’est leur intérêt personnel et immédiat qui est visé oui. Que nos autorités arrêtent de parler et agissent maintenant.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet à 09:55, par dafra
    En réponse à : Journée mondiale sans sachets plastiques : Ce qu’en pensent des Burkinabè

    LA SOLUTION RADICALE = une mesure courageuse + une petite mesure d’accompagnement

    = INTERDIRE L’IMPORTATION DES SACHETS PLASTIQUES.
    + reconvertir les vendeurs actuels qui vivent de ce commerce en collecteurs et recycleurs remunérés par l’Etat.

    IL N’Y AURA PLUS D’OFFRE ET L’UTILISATION VA S’ARRETER D’ELLE MEME.
    IL N’Y AURA PAS DE PERTE DE GAGNE PAIN MAIS CREATION D’EMPLOIS PLUS PROPRES.
    LA PLANETE TERRE NOUS DIRA MERCI ET LA QUALITE DE VIE DE SES HABITANTS (VEGETAUX, ANIMAUX, HUMAINS) VA S’AMELIORER.
    Un rêveur amoureux de la nature.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés