Programme « Emplois -Jeunes pour l’Education Nationale » : 3150 jeunes à recruter en 2017

COMMUNIQUE • mardi 4 juillet 2017 à 00h45min

Ceci est un communiqué de la Direction de la communication et de la presse ministérielle du ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation.

Programme « Emplois -Jeunes pour l’Education Nationale » : 3150 jeunes à recruter en 2017

I Introduction

Dans le cadre de la mise en œuvre du Programme présidentiel dans son volet résorption du chômage des jeunes diplômés, il est prévu le recrutement de seize mille huit cents (16 800) jeunes ayant un niveau de formation équivalent ou supérieur au DEUG 2, pour le compte du Ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation (MENA). Le recrutement de ces 16800 jeunes est étalé sur cinq ans et a commencé en 2016.

Au titre de 2016, sur une prévision de quatre mille deux cents (4200) jeunes diplômés, trois mille cinq cent dix-neuf (3519) ont été recrutés, formés au métier d’enseignant et déployés dans toutes les régions, pour assurer l’enseignement dans les filières suivantes : Français-Anglais, Français-Histoire-Géographie, Mathématiques-Physique-Chimie et Mathématiques-Sciences de la Vie et de la Terre mais aussi dans diverses spécialités de l’enseignement et la formation techniques et professionnels.
Les formations se sont déroulées à l’Ecole Normale Supérieure de l’Université de Koudougou (ENS-UK) pour les séries littéraires et les spécialités de l’enseignement technique et à l’Institut des Sciences (IDS) pour les filières scientifiques.

II. Analyse de la situation actuelle

A l’analyse de ce programme, on pourrait noter que la majeure partie de ceux qui ont été recrutés soit près de 80% sont restés à leur poste durant toute l’année scolaire. Par ailleurs, la déperdition qui a été constatée s’explique par le fait que le programme, a été un tremplin salutaire pour l’entrée en emploi définitif d’un grand nombre de bénéficiaires. En effet, plusieurs d’entre eux, intéressés par l’enseignement, sans attendre la fin du programme les concernant, ont passé les concours de l’Education nationale et sont repartis dans nos écoles de formation pour une durée de formation plus longue. Une étude est en cours pour en déterminer le nombre. On note également que certains ont été admis également à d’autres concours de la Fonction publique. L’organisation d’un test d’intégration avant la fin de la période contractuelle qui est de trois ans, pourrait permettre de fidéliser un grand nombre de ceux qui s’engagent à rester dans le monde de l’éducation. Cette idée est en cours d’analyse de faisabilité avec la Direction des ressources humaines et la Fonction publique.

III. Difficultés rencontrées et solutions en cours

Il convient de souligner qu’un tel programme quoique salutaire, (avec une expérience inédite d’un recrutement massif d’enseignants), a rencontré des difficultés que nous sommes en train de corriger.
Au titre des difficultés on peut citer :
• les profils de recrutement qui quelques fois ne correspondaient pas tout à fait à la matière enseignée,
• des retards observés dans la mise à disposition des allocations,
• des ressources jugées insuffisantes par les bénéficiaires, etc.

A toutes ces difficultés, des solutions sont proposées :

• En ce qui concerne les profils de recrutement pour la promotion 2017, une attention particulière sera observée. D’ores et déjà, une rencontre préalable a été tenue avec les acteurs des écoles de formations du MESRSI (IDS, ENS/UK) et les responsables du MENA pour mieux définir les profils en lien avec les matières à enseigner.... [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Messages

  • Cette vision du gouvernement est salutaire. Elle permettra de réduire les coûts de vacation au profit du montant forfaitaire octroyé aux contractuels du PEJEN. Bon vent au programme et vive d’avantage une éducation de qualité au Burkina.

  • Le projet gagnerait cette fois à prévoir des frais de suivi pour les encadreurs pédagogiques dans la phase pratique sur le terrain et non uniquement pour le volet théorique

  • Je partage cette initiative qui va pour notre jeunesse, l’avenir du Burkina. Le problème c’est que souvent dans des initiatives de cette envergure, la théorie prenne la place de la pratique qui est le plat quotidien de nos politiciens. Tout dont je souhaite, c’est qu’il ait des outils stratégiques pour contribuer cette initiative de favoriser l’émergence de nos jeunes dans le monde du travail, et désengorger le chômage grandissant qui engendre la précarité dont la jeunesse est exploiter par les imams radicaux avec des miettes pour le djihadisme.

  • Félicitations au gouvernement.Cependant pensez aussi à d’autres domaines oû les jeunes peuvent servir par exemple l’agriculture,l’élevage ou sur l’environnement.

  • Avec ces programmes, il faudrait pas que ceux qui les soutiennent se plaignent des baisses de niveau des élèves dans les écoles ni des faibles taux de réussite aux différents examens scolaires des fins d’année ! J’attends de voir au titre des de la Santé, des affaires étrangères et de la Présidence combien de jeunes y seront employés dans le cadre de ce programme emploi pour les jeunes pour enfin vous convaincre sur l’avenir de notre cher Burkina.

  • ce communiqué est très flou.Le conseil des ministres passé nous parle de 1 mois de formation et dès octobre les intéréssés regagneront leur lieu d’affectation.Je suis surpri de voir un communiqué ambigue : la formation se fera à l’IDS et à l’ENS/UK durant les mois de septembre,octobre et novembre pour la phase théorique. Tout cela pourquoi ? est ce pour pouvoir soutirer de l’argen pendant la formation ? RESTONS VIGILANTS POUR QU’ILS NE BRIMENT PAS NOTRE JEUNESSE EN QUETTE D’EMPLOI.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés