Danse contemporaine : Ousséni Sako s’assume avec « Accords ouverts »

mercredi 28 juin 2017 à 00h07min

Il a dansé sur toutes les scènes du monde. Danseur interprète dans la compagnie « Salia nï Seydou », Sako a toujours été dans les sillons de Seydou Boro et de Salia Sanou et dans des pièces d’autres chorégraphes. De « Fignito à Poussière de sang » en passant par « clameur de arène », il a montré ses qualités de danseur et de chorégraphe (puisqu’il a co-chorégraphié plusieurs créations avec Salia Sanou et Seydou Boro).

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Danse contemporaine : Ousséni Sako s’assume avec « Accords ouverts »

Mais, depuis quelques années maintenant, il vole de ses propres ailes afin de capitaliser la riche expérience acquise pendant plus de quinze ans. Il a ainsi créé une compagnie qui porte son nom : Ousséni Sako, basée à Narbonne (France). Avec la pièce « Accords ouverts » qu’il est en train de mettre en place, Ousséni Sako passe à une autre étape de sa vie artistique.

« Accords Ouverts » est une création chorégraphique qui propose d’explorer le chemin de beaucoup d’artistes africains qui, nourris de leurs traditions, vont à la rencontre du monde. Le corps, la musique et la voix, sont les principaux matériaux de travail, en dialogue permanent. La pièce s’articule autour de trois parties et pour réussir sa mise en scène, il a fait appel à de jeunes talents de la danse : Ousseni Dabaré, Esprit, Stéphane, Michael Nana, Sesséyon. La cerise sur le gâteau, c’est frère Malcom, le célèbre rappeur burkinabè, qui pose sa voix pour pousser les corps des trois danseurs au-delà de leurs limites.

« Accords ouverts » est une création qui a débuté en février 2017 à Narbonne. Elle s’est poursuivie à Saint Brieuc en mars. En juin-juillet, les artistes se retrouvent donc au Burkina, sur les scènes du CITO (Carrefour international du Théâtre de Ouagadougou) et de l’Institut français pour peaufiner les derniers « accords » de la pièce. La première esquisse de la pièce a été jouée lors de la Triennale danse l’Afrique danse à Ouagadougou et avait déjà marqué plus d’un professionnel en décembre 2016 à Ouagadougou.

La pièce passée en répétition à l’institut français le lundi, 26 juin dernier. Que ce soit les solos ou les duos rondement menés par Esprit et Sesseyon, ou le trio guidé par Sako lui-même, la performance est présente.

Déjà, une dizaine de dates sont programmées en France et en Belgique et la pièce devra tourner jusqu’en 2019. Selon le chorégraphe, Ousséni Sako, « cette aventure est rendue possible grâce à la confiance dont il jouit auprès de la DRAC (direction régionale des Affaires culturelles), auprès du Théâtre de la Passerelle Saint Brieuc, du Théâtre de Narbonne, département de l’Aude, qui suivent mon travail depuis un bout de temps et qui n’ont pas hésité à m’accompagner ».

O.O
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés