Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

Déclaration Comité International Mémorial Thomas Sankara (CIM-TS) • mardi 27 juin 2017 à 09h00min

La justice doit se poursuivre et les recherches doivent continuer partout ! Le dossier judiciaire du Président Thomas Noel Isidore SANKARA assassiné le 15 octobre 1987 avec 12 de ses camarades a connu un début d’instruction sous la Transition. Sur demande des familles des victimes, des tests ADN ont été réalisés afin de vérifier l’authenticité des corps enfouis à la sauvette au Cimetière de Dagnoen.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International  Mémorial Thomas Sankara

Des deux expertises réalisées, on retient que le corps qui est censé être celui du président Sankara ne présente pas de traces ADN susceptibles d’être identifiées. Où se trouvent les restes du Président Thomas SANKARA et de ses camarades ? Cette question, tout citoyen épris de justice et de vérité se la pose.

Aujourd’hui malgré le fait que la contre-expertise n’ait pas permis l’identification formelle des restes du Président Thomas SANKARA et de ses camarades, nous disons que cela ne saurait entraver en rien les procédures judiciaires en cours ainsi que la détermination des héritiers du Président Thomas SANKARA à travers le monde.

En réalité, le Comité International Mémorial Thomas SANKARA (CIM-TS) n’est pas surpris de ces résultats car c’est une lapalissade de dire que le dossier Sankara dérange ici et ailleurs. CIM-TS a constaté, avec amertume et regret, le pillage et le sabotage organisés du Conseil de l’Entente, lieu de l’assassinat de Thomas SANKARA et ses camarades, le 15 octobre 1987. La coïncidence de ces actes avec le projet Mémorial SANKARA nous interpelle. Un lever topographique du Conseil de l’Entente réalisé en mars 2017 a permis de constater l’existence de plusieurs tombes non encore identifiées. A qui appartiennent celles-ci ?

Plusieurs acteurs et témoins du drame sont encore vivants et préfèrent se taire sur la vérité. Pourquoi ? Par exemple les personnes inculpées dans le dossier Thomas SANKARA, telles que Blaise COMPAORE, Gilbert DIENDERE, Hyacinthe KAFANDO et Gabriel TAMINI, doivent aider à identifier les tombes de SANKARA et ses camarades. Il est grand temps de libérer le peuple et les amis du Burkina ainsi que les familles des victimes de cette douleur du non-deuil.

CIM-TS appelle à la collaboration des personnes qui disposent d’informations pouvant aider à la localisation de la tombe de Thomas Sankara et à l’avancée du dossier en justice. Les recherches doivent impérativement se poursuivre sur tout site susceptible de permettre la manifestation de la vérité.

La Patrie ou la Mort Nous Vaincrons ! Ouagadougou le 23 juin 2017

Pour Le Comité International Mémorial Thomas Sankara (CIM-TS),
Le Président
Col Bernard Sanou

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 26 juin à 16:29, par Alexio
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

    Blaise Compaore et ses sanguinaires de la Franc maconnerie ont leurs mains dans cette affaire uhumaine et cruelle. Faux ami de Sankara. Commanditaire de ce massacre et voleur de cadavre qui ne les appartient pas a leur famille lucifierienne. Ou il est ajourdhui ? Vivant mort jusqu au dernier sur cette terre du Faso qu il ne verra jamais de son vivant.

    Bientot la guerre des clans en Cote d Ivoire, et il ne st pas sur que dans l avenir il aura un exil dore comme a lheure actuelle.

    Tout se paye sur cette terre. Avant de la quittee.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 17:13, par Mafoi
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

    Tout un pays qui se fait hara kiri de la sorte,ça fait honte mais je suppose que de lugubres et sinistres personnages trouvent leur compte dans cette entourloupe de très mauvais goût.Comment est-il possible que parmi tous les victimes,aucun résultat n’est probant ?Sans être expert en ADN,cela voudrait dire que tous les victimes sont tous des bâtards avec leurs ascendants ou que leurs enfants (côté descendants) sont aussi tous des bâtards.Donc je trouve cette histoire trop trop trop bizarre d’autant que les corps,Dieu merci n’ont pas été réduits en cendre.Alors je demande aux éminents experts comment il est possible que le célèbre peintre Salvador Dali mort en 1989 sera bientôt exhumé pour une affaire de paternité (encore une affaire de gros sous qui se chiffre en milliards de FCFA) et c’est l’ADN qui va parler mais pour Thomas Sankara et ses camarades assassinés 2 années plutôt,rien n’est possible ?Honte et vraie honte nationale surtout quand j’entends ce vendu d’avocat venir raconter ses balivernes à vomir sur le Lefaso.net.Alors modestement,je pense qu’il y a eu des tripatouillages sur les échantillons

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 17:21, par Femme Intègre
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

    Bon courage ! Nous vous soutenons.
    La Patrie ou la Mort, Nous vaincrons

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 17:40, par Papa
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

    Je ne comprends pas ce TANGO qu’on nous fait danser depuis l’avenement du nouveau Burkina. Les acteurs cle’ de l’assassinat de Sankara tel que Diendiere , Tamini et tous ceux dejas inculpes’ sont tous vivants alors pourquoi tourner tout un peuple en rond alors que ces derniers sont bien places’ pour faire eclater la verite’.Il ya une intention manifeste de faire pourrir ce dossier pour que la verite’ ne jaillisse pas mais tot ou tard qu’ils le veuillent ou non la verite’ finira un jour par jaillir .La question que je me pose chaque jour est de savoir si reellement le pouvoir actuel joue franc jeux dans ce dossier Sankara .
    En tout cas nous voulons savoir la verite’ sur ses assassinats crapuleux.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 19:06, par La Paix Au Faso
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

    A mon humble avis, il reste très important pour les familles des victimes de savoir où les siens ont été enterrés. Toutefois, il conviendrait de ne pas se laisser divertir et empêcher l’avancement du dossier judiciaire. Le fait que les restes supposés des victimes n’aient pas pu être identifiés n’empêche en rien la suite du processus judiciaire. Au contraire, le délit de recel de cadavre se trouve encore renforcé. La plainte déposée par la famille pour l’assassinat reste intacte et les auteurs sont connu, certains ayant même, par le passé, reconnu leur rôle dans ce meurtre odieux. Avançons donc avec les chefs d’inculpation pour lesquels des éléments existent afin de situer les responsabilités et d’en tirer les conséquences.
    Que la terre leur soit légère et que leur âme repose en Paix.
    Dieu bénisse le Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 19:14, par olivier
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

    je demande à ce que quelqu’un m’éclaire sur ce fameux Tamini et le ou les rôles que celui-ci a joués ou supposés dans l’assassinat du Capitaine.

    Répondre à ce message

    • Le 27 juin à 16:17, par Eric de KOURIA
      En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

      Gabriel Tamini est un journaliste bégayeur, sulfureux "mangeur de bonne viande et amateur de bonne bière". Une pourriture biberonnée aux idées communistes à ses débuts en politique. Plus tard suite aux remords et aux regrets dûs aux événements du 15 octobre il a redécouvert la bible pour devenir protestant. Je me souviens de lui car il avait créé la polémique pour avoir fait un journal parlé de d´une durée de 03 ou 05 minutes. Ce qui avait conduit á sa suspension. Le sieur Gabriel Tamini a utilisé cette suspension pour se poser en victime de la révolution, plus précisément de Thomas Sankara. Il déclarerait même plus tard avoir fait de la clandestinité car sa vie était menacée. Du bluff, il n´intéressait personne, pas même les CDR de son service qui le considéraient comme la plus éminente médiocrité de l´entourage de Blaise Compaoré.
      D´aucunes langues lui auraient attribué la paternité des tracs incendiaires contre le pf. (Président du Faso). D´autres aussi le considèrent comme l´agent civil qui aurait établi le contact avec le commando chargé de l´assassinat de Thomas Sankara. Il a été très proche de Salif Diallo, l´actuel président de l´Assemblée Nationale, selon ses propres dires. Après le 15 octobre, il est resté tout le temps comme conseiller social du président Blaise Compaoré. Il n´a occupé aucune autre fonction. Plusieurs de ses amis ont raconté avoir vu un homme ruiné par l´amertume. Son implication au complot ayant abouti à l´assassinat de Thomas Sankara, reste á éclaircir. Il semble en tout cas y avoir joué un rôle majeur.
      La Patrie ou la Mort, Nous Vaincrons !!
      Eric de KOURIA.

      Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 19:17, par Etpourtant
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

    A t-on seulement trouvé des éléments d’ADN sur le corps se trouvant dans cette tombe ? Sinon les restes trouvés dans la tombe ne peuvent être que ceux de Thomas SANKARA ! Les autres corps posent-ils le même problème ???

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 19:19, par Etpourtant
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

    A t-on seulement trouvé des éléments d’ADN sur le corps se trouvant dans cette tombe ? Sinon les restes trouvés dans la tombe ne peuvent être que ceux de Thomas SANKARA ! Les autres corps posent-ils le même problème ???

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 20:02, par Modou
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

    Aux 4 noms cités, il faut ajouter celui de TRAORE Mamadou, Avocat, ex-bâtonnier du Burkina Faso. Avec Gabriel TAMINI, ils furent parmi les premiers, après l’assassinat de Thomas SANKARA, à passer devant les médias pour expliquer la "RECTIFICATION", le pourquoi du coup d’état. TRAORE Mamadou s’est même vanté un jour d’avoir contribué à remonter le moral de Blaise COMPAORE après le tragique évènement. TRAORE Mamadou était en ce moment le No2 des CDR. Il en sait quelque chose.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 21:24, par Dedegueba SANON
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

    Respects mon Colonnel. C’est ce qu’on appelle ami. Fidèle jusqu’au bout. Si vou vous en mêlez, nous connaitrons la vérité sur cette " fratricidie". Vous avez été de ceux qui avaient ouvertement contesté cet assassinat, au péril de votre vie.
    Tenez bon.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin à 06:13, par Sankariste jusqu’au os
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

    Mon Colonel je suis très surpris de votre manière d’avancer dans ce dossier. Vous voulez réaliser le mémorial de Thomas Sankara sur des tombes inconnues ? En Afrique vous savez que cela ne se fait jamais. Alors si vous persisté, vous allez réaliser une œuvre sur des tombes inconnues vous aurez signé la troisième mort de votre Ami. Mon Colonel, Thomas était un homme digne et courageux, pouviez vous avoir le courage de demander à Mr Salifou Diallo qui était aux côtés de Blaise Compaoré ce jour Du 15 Octobre 1987 Puisque Cest lui qui La avoué, ce qui c’est passé ce jour là. Il etait au même endroit que Blaise Compaoré et autres . À ce titre il est cogestionnaire de La mort du Thom que Blaise Compaoré. Durant 27 ans que Blaise était au pouvoir ce dossier n’a pas avancé . Si ces cogestionnaires sont toujours aux affaires ce dossier n’avancera pas non plus. Surtout qu’un des Avocat Du dossier a élu domicile et est au service de l’autre . Tout ce qui se passe aujourd’hui est normal car le Thom veut simplement vous dire de vous battre et avec détermination, ainsi vous connaîtrez la vérité. Si vous ne pouvez pas le faire , alors cédez votre place à des hommes plus courageux.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin à 08:14, par Ka
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

    Honorable col. Sanou, votre combat est noble, mais il est temps de mettre la vérité sur la table et cesser de prendre le peuple Burkinabé pour des idiots et des aveugles, ‘’’’ou simplement mettre en berne vos actions, et sanctionnez en 2020 ceux qui savent la vérité et insultent publiquement le peuple meurtri dans sa chaire.’’’’ En 2020 que la majorité du peuple souverain sanctionne ceux qui ont le pouvoir et nous ballonnent avec leurs mensonges et leur justice, et mettre a la place des jeunes politiques saints. Telle est la durée de la nuit, le jour se pointera avec sa lumière éternelle. Pour vous dire que le jour et la nuit ne sont pas à comparer : La vérité et les mensonges ne peuvent pas se comparer : Il en est de même entre le diable et l’ange, entre ceux qui savent la vérité et ont le pouvoir et la justice et qui n’hésitent pas à confirmer que les résultats négatifs de l’analyse d’ADN de Thomas Sankara ne les étonnent pas. Le peuple connait la vérité, mais ballonner par des assassins qui ont le pouvoir, les armes, et la justice. C’est pourquoi je demande de mettre le projet du mémorial en attente, et ne pas le construire sur la tombe du valeureux fils d’Afrique qui est Thomas Sankara, comme le veux ses assassins. Attendez 2020, sanctionnez ceux qui ballonnent le peuple pour enterrer la vérité, et avoir le courage politique dans la justice et de la vérité pour rompre franchement avec les ruses, les mensonges, la triche, de ceux qui divisent pour régner sans partage : Et s’autoriser l’exploration d’une politique et une justice saine au pays des hommes intègres, et permettre une vraie alternance politique dans la paix avec la jeunesse assoiffée de la bonne gouvernance.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin à 08:24, par YAMIS
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

    Le BF n’a pas de justice que pour les petits dossiers, alors sans un jugement des dossiers emblématiques nous ne connaitrons jamais de véritable réconciliation ni de paix. Vivement une insurrection dans le domaine de la justice car les mêmes hommes qui animent notre justice depuis 3 décennies ne peuvent faire l’affaire du peuple insurgé.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin à 09:05, par Bob le justifier
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

    "Il est grand temps de libérer le peuple et les amis du Burkina ainsi que les familles des victimes de cette douleur du non-deuil".
    je ne suis pas d’accord quand vous citez à chaque fois le peuple. SANKARA en réalité n’a pas besoin de mémorial pour faire prévaloir ces idéaux. vous en faites un fonds de commerce. Vous n’êtes qu’une élite névrotique qui avez pris en tenaille l’avenir de tout un peuple en manipulant surtout une jeunesse naïve que vous avez bien niqué le les 30 et 31 octobre 2014. laissez chaque génération assumer son destin. vous avez été incapable de créer à votre époque les conditions d’un développement réel du pays vous entredéchirant pour principe politique et de l’orgueil. ce sale héritage nous le subissons aujourd’hui. Allez vous en ! que la jeunesse embourgeoisie qui s’affiche auprès des vieux père dans tous les dossiers des époques blaise compaoré et autres, sachent qu’il ne serve aucun idéal si ce n’est celui de l’assouvissement de la haine des copains d’hier. ces derniers n’ont aucun droit sur notre avenir. jeunesse réveillons et assumons notre destin.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin à 10:56, par Le divin africain
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

    Monsieur BOB le Justicier, je vous demande un peu de respect aux anciens dont font parti vos parents vivants, car c’est un passage obligé pour vous si Dieu vous donne longue vie sur cette terre. Concernant le problème de non identification de l’ADN du Président SANKARA et de ses douze compagnons, cela semble une véritable palisse, car tout le monde a oublié que leurs tombes ont profanées avec de l’acide versé à l’intérieur. Alors quel était l’objectif réel visé par les lugubres individus ou dirigeants de l’époque qui ont fait cela ? Que DIEU protège notre cher Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin à 12:04, par L’Intègre
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

    Des indices concordants sur l’implication de la France
    En 1986, la droite francaise remporte les élections législatives et Chirac devient Premier ministre. Jacques Foccart est également de retour aux affaires avec ses fameux réseaux qui essaiment l’Afrique. Sankara est perçu comme un « phénomène » à surveiller de très près, vu ses influences sur la jeunesse des pays du pré carré et ses soutiens aux mouvements et hommes politiques progressistes du continent et d’ailleurs. Paris ne supporte pas par exemple le soutien du Burkina à la cause des indépendantistes de la Nouvelle Calédonie. La droite française, majoritaire à l’Assemblée nationale, s’agace de « l’outrecuidance » de Sankara. La position du Burkina est un casus belli pour les dirigeants français. Depuis lors, les services secrets français auraient été mis en branle pour s’occuper de Sankara. Des témoignages dans les médias attestent aujourd’hui du rôle joué par les services français. D’abord, dans les médias français. Le 23 février 2002, l’émission de Patrick Pesnot sur France inter, Rendez-vous avec M. X, est consacrée à l’assassinat du président Thomas Sankara. M. X, un ancien des services secrets, déclare : « Il est bien évident que, dès le retour de la droite aux affaires en France, nos meilleurs amis africains se précipitent sur leurs téléphones… pour demander à Jacques Foccart de mettre fin au scandale Sankara… »
    Plus loin, le journaliste lui demande : « A votre avis, dès le retour de Foccart, on songe vraiment à se débarrasser de Sankara ? » Réponse du barbouze : « Bien sûr. » Puis à la question : « Les services secrets vont-ils jouer un rôle ? », M. X répond : « Comment pourrait-il en être autrement ? L’Afrique est truffée d’agents, des anciens qui travaillent directement pour des dirigeants africains ou des compagnies. Il y a ceux qui sont en activité et qui veillent à préserver nos intérêts là-bas. » Un autre témoignage vient corroborer celui-ci. En mai 2008, François Hauter, journaliste au Figaro, confie lors d’une conférence publique à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la liberté de la presse : « J’ai le sentiment qu’on m’a utilisé pour assassiner Thomas Sankara. » Les faits remontent en septembre 1987.
    Il a un projet de reportage sur la révolution burkinabè. Informé, Guy Penne, le Monsieur Afrique de Mitterrand, le contacte puis l’introduit auprès de l’Amiral Lacoste. Celui-ci appelle la Direction des renseignements généraux et lui propose de rencontrer le chef des Opérations africaines. Ce dernier remet au journaliste, dans un café, un dossier pour nourrir son article. Le dossier comporte des fiches de renseignements sur de prétendues exactions commises par le pouvoir burkinabè sur des populations civiles : tortures, intimidations et menaces de mort. Le journaliste se rend à Ouagadougou, mais n’arrive pas à vérifier ces informations. Il revoit Guy Penne qui le rassure que c’est crédible. Son article hostile à la révolution et à son chef est publié. Deux semaines après, Sankara est assassiné. Il se rend compte qu’il a été utilisé comme un autre journal, le Matin de Dakar, qui a publié dans la même période, un article faisant état d’exécution d’une dizaine de colonels burkinabè par le CNR. « J’en ai parlé avec Guy Penne…
    J’ai eu envie de lui balancer à la figure… », déclare le journaliste français, très déçu. Il a tenu à faire son mea culpa devant ses confrères africains réunis à Dakar en 2008.

    Répondre à ce message

    • Le 27 juin à 13:19, par Ka
      En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

      Pour que les assassins de Thomas Sankara soient jugés, n’attendons pas aucune vérité qui vienne d’ailleurs : Ce sont nos propres frères et enfants qui ont tiré, découpés en morceaux Thomas Sankara et ses compagnons, aucun Français n’a appuyé sur une gâchette pour tirer sur Thomas Sankara et ses compagnons : Oublions la France et compter uniquement que sur notre justice pour condamner nos frères criminels qui ont tué, et continueront à tuer et à nous narguer par les mensonges. Nous avons sous les mains Diendéré Gilbert, Blaise Compaoré, salif Diallo, Kafando Hyacinte, des témoins et ceux qui ont commandités, et qui criaient haut et fort que c’étaient Thomas Sankara ou eux. Ces personnes ont condamné Thomas Sankara et ses compagnons à mort sans jugement ni indulgence, et méritent aussi une justice équitable du pays des autres intègres, car contrairement a eux, le Burkina reste un état de droit, et non un pays de FAR WEST. Se focaliser sur une France manipulatrice est de perdre toute crédibilité de donner un justice a l’enfant de toute l’Afrique qui est Thomas Sankara.

      Répondre à ce message

    • Le 27 juin à 15:26, par SOME
      En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

      "J’en ai parlé avec Guy Penne… J’ai eu envie de lui balancer à la figure… », déclare le journaliste français, très déçu" Ce journaliste ment. C’est tres facile de vouloir se dedouaner apres : quand il est venu enqueter a ouagadougou et qu’il n’a rien trouvé, pourquoi a-t-il ecrit ou maintenu son article negatif alors qu’il savait qu’il n’avait rien trouve de tout ce qu’on lui a raconté ? Pourquoi il aecrit ca ?

      De plus en tant que journaliste il connait tres bien les tentatives de manipulations des hommes de medias par les services de renseignements et par les politiciens. Ils sont formés la dessus. De plus il savait le type de relations entre la france et la revolution, entre Guy Penne personnellement et la revolution et sankara.

      En bon journaliste objectif il aurait pu rester en éveil et vigilant. Alors peut-il etre credible ? Non ! Sinon c’est un drole de journaliste qui ne prend meme pas la peine de preparer ses enquetes sur un sujet aussi grave que ce genre d’accusations a propos duquel il fait specialement le voyage pour enqueter, et que c’est surtout sur la sollicitation expresse de quelqu’un dont il connait la fonction. Il se savait clairement en mission commandée. Inutile de venir nous divertir aujourdh’ui. Il doit trouver d’autres arguments pour se disculper pour se rendre credible.
      SOME

      Répondre à ce message

    • Le 27 juin à 17:26, par Temps de l’action
      En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

      les tortures commises par la révolution sur les populations civiles ne sont un secret pour personne

      Répondre à ce message

      • Le 28 juin à 22:16, par SOME
        En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

        Lesquelles ? C’est tres facile de faire des declarations generales a posteriori du genre "les tortures commises par la révolution sur les populations civiles ne sont un secret pour personne". Ca veut dire quoi ? les tortures : lesquelles ? Donne des faits concrets, c’est plus convaincant. la révolution : qui dans la revolution ? la revolution, c’est pas un etre humain, mais un processus entrepris par des acteurs humains dans la revolution. Donnez les faits, les noms. Inutile de lancer des accusations generales et vagues qui ne s’adressent a personnes. sur les populations civiles : evidemment, c’est l’angle d’attaque le plus facile et le plus porteur. Pendant que tu y es : c’étaient des tortures sur les femmes et les enfants... "ne sont un secret pour personne" : evidemment au coin de chaque rue, c’etaient les cadavres et les prisons.
        mais on connait bien le proverbe Calomniez et calomniez et calomniez, il en restera toujours quelque chose. Debloquons les dossiers et jugeons les affaires. Ouvrons les dossiers et instruisons-les en bonne et due forme ; c’est tout ce qu’on demande ! Et on verra qui a fait quoi sous la revolution. S’il y a rien a craindre, pourquoi on bloque tout ? On verra qui a torturé qui ? qui a tué qui ? qui a donné les ordres ?
        SOME

        Répondre à ce message

  • Le 27 juin à 12:14, par reconciliation pour quand
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

    Une chose est sûre
    Si jamais ce dossier de Thomas SANKARA n’est pas traité, ne croyez pas qu’un autre président va le faire. Et tous les autres présidents qui suivront diront qu’ils n’ont rien à voir.

    Il faut classer ce dossier et se pardonner. C’est vous qui dites que vous êtes des croyants (musulmans, chrétiens). Prouvez votre appartenance en pardonnant. On refuse de pardonner et quand il y a des problèmes, on aime dire que Dieu sauve le Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin à 12:38, par NGONGA
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

    A quoi nous attendions nous ? Telles sont les conséquences des élections présidentielle et législatives par lesquelles, le peuple mouton du Burkina Faso à porté au pouvoir cette vieille classe politique actrice ou témoin de tous les crimes économiques et de sang de ces 27 dernières années. Pour une poignée d’argent, ce peuple a vendu son âme au diable. Maintenant que ces vendeurs d’illusions ont accaparé tous les pouvoirs, à quelle justice ou vérité et réconciliation nous attendons nous ? Je écœuré lorsque j’entends certaines personnes justifier leurs votes des élus actuels ou se donner bonne conscience en disant qu’il ne pouvaient pas élire des inconnus à la tête de l’Etat, parce qu’ils ne savaient pas à quoi s’attendre et qu’ils préféraient des candidats connus dans la scène politique actuelle et qui avaient déjà "bouffé". A ces derniers, je réponds que de nouveaux candidats auraient mieux travaillé pour développer notre pays car, ils auraient eu la conscience tranquille pour le faire, plutôt que de tout mettre en oeuvre pour s’éterniser au pouvoir pour bloquer la justice afin que la vérité n’éclate jamais. Michel KAFANDO a été président et s’en est allé tranquille sans craindre que la justice ne le rattrape sur un quelconque dossier.
    Ne dit-on pas que chaque peuple mérite ses dirigeants , "L’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte, ne mérite pas que l’on s’apitoie sur son sort. Seule la lutte libère : Président Noel Isidore Thomas SANKARA. Si nous ratons le vrai changement en 2020, on est foutu.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin à 14:32, par paul gawal
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

    Vous n’avz rien compris d’abord..ou se trouve la tombe Ben laden ?les blanc sont plus malin que vous.Selon les ....la tete de Sankara est chez Eyadema au togo .et reste est ou ...chercher...

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin à 14:37, par paul gawal
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

    Cesser tout cela et la vie contunie on c’est que sakara est mort dans un coup d’etat..et par un coup d’etat que lui aussi est venu au pouvoir..alors qu’est on veux comme preuve.. Notre pays est en retard regardons devant ..

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin à 15:48, par La justice
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

    Je trouve que beaucoup de gens agissent seulement pour un partie politique et non pour la cause de Sankara. Je trouve que nous les burkinabé sont devenus radicales. Il n’y a pas beaucoup de gens qui sont humbles. Le respect d’autrui n’est plus à jour et le principe de se faire justice est répendu dans tout le pays. Blaise a réussi à pourir notre société. Les gens ne te respectent que si tu as une poche lourde et non parceque tu peuts les éclairer. Le vrai changement commence par nous même et ensuite chez le voisin. Mais les gens préfèrent voir la paille qui est dans l’oeil du voisin que chez lui. Le Burkina aura besoin d’une nouvelle génération de personne pour que l’on s’en sorte. Nous faisons partie des pays les plus pauvres au monde et chacun de nous doit apporter sa pierre pour l’édification de notre partie. Certains s’expriment sur le net comme s’ils ont été des compagnons de Thomas Sankara et pourtant pendant 27 ans de Blaise Compaoré seul la famille Sankara et son Avocat Benwende ont lutté réellement pour la cause.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin à 17:15, par Temps de l’action
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

    je suis d’accord avec vous. il faut libérer le peuple en faisant la lumière sur les crimes commis sous la révolution, crimes qui ont abouti aux événements du 15 octobre 1987 ; vous verrez que vous n’aurez plus envie d’un mémorial Thomas Sankara. tout est lié

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin à 17:35, par nabayouga
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

    Paul gawal , tu es médiocre ;L’ Histoire de Sankara , c’est l’histoire du Burkina . Et puis lui c’est un grand homme ; il nest pas comme Kouassi blaise compaore qui a fuit la queue entre les jambes , ayant peur de la morts meme s’il n’échappera pas .

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin à 19:16, par SIDZABDA
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

    Arrêtons de raconter ces balivernes et soyez professionnel.
    Tout cela provient de la manière dont maître Benewende SANKARA a fait ses commentaires sur le test d’ADN.
    C’est tout comme si on a retrouvé de l’ADN qui ne correspond pas à la souche d’ADN de la famille SANKARA.
    Non il n’en est rien ;les conclusions des résultats des tests effectués sur les suppliciés du 15 octobre est qu’aucun indice d’ADN n’a été trouvé sur ces corps.
    Les scientifiques vous démontreront par là que les corps étant en contact direct avec le sol et à peine à 30 ou 40 cm de profondeur, ont été détériorés par les eaux de pluies et la chaleur
    Ceux qui font des comparaison avec des vieux corps exhumés dans d’autres continents le font à tord car nous n’avons pas la même température, ni des corps enterrés à la sauvette.
    N’oublier pas que la fraîcheur et la glace conserve mieux tout ce qui peut pourrir.Celà n’empêche en rien la manifestation de la vérité étant donné q’ils exixte plusieurs manières de recherche de preuve(témognage,écrit,scientifique.......).Ce sont des BUIRKINABE qui ont ennteré les corps et ils peuvent appotrer leur témoignage.Aussi les famille des victimes se rappelent de la manière dont les supliciés étaient habillés le jour de leur assassinat et lors des exhumations des tenus ont été retouvé intact ;ces familes aussi peuvent aussi témoigner pour faciliter les identifications

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin à 19:18, par Bissongô
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

    Merci L’INTEGRE, pour votre belle contribution...
    Internaute SOME, ce journaliste français n’a pas parlé pour se dédouaner mais peut-être pour décharger un peu sa conscience. Il n’a certainement pas pu résister à une proposition alléchante et a préféré, à l’époque, vendre son âme de journaliste.
    Quant à l’internaute Paul Gawal, il nous rendrait service en repartant immédiatement au lit d’où il est venu. Le débat n’est pas à sa portée !

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin à 22:40, par warba
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

    Sankara a ete liquide par un complot impliquant la CIA avec charles taylor comme lance,la SDECE services secret francais avec l’appui du togo de eyadema et la rci de houphouet boigny.ce sont des mercenaires liberiens et togolais infiltres appuyes par qq commandos bukinabe diriges par le sgt kaf. Hyacynte sous la coordination des barbouzes locaux de l’ambassade de france qui ont assassines les 13 conjures apres un interrogatoire muscle de 30mn.blaise est arrive apres la mort de son ami.le journalliste gabriels tamini ont ete charges de monter un scenario mensonger qui ne doit en aucun cas impliquer ni la france ni les usa sinon.voila pq on tohrne en rond depuis 30ans

    Répondre à ce message

  • Le 30 juin à 15:01, par jan jan
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara

    "Temps de l’action internaute 22", tu as bien parlé, les soit disant,les défenseurs du mémorial Sankara, veulent que le peuple oublie les morts de la révolution de août 1983. Ils oublient que c’est cette Révolution qui a amené les crimes de sang dans notre pays. Lui même a finalement été victime de la banalisation des crimes de sang par sa "révolution". Sankara ne mérite aucun mémorial, c’est un criminel autant que Blaise et Cie, pourquoi vouloir tromper le Peuple ??

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés