Paludisme : Que faire pour l’éviter ?

LEFASO.NET | Par Rita Bancé/Ouédraogo • mercredi 28 juin 2017 à 01h00min

Pendant la saison pluvieuse, au Burkina comme dans tout autre pays tropical, les moustiques pullulent un peu partout. Surtout dans les zones où l’eau stagne, où il y a des immondices. Et c’est pendant cette même période, que bon nombre de personnes contractent le paludisme. En 2016, au Burkina, l’on a enregistré 40 000 décès dont 3 000 enfants. Que faire pour éviter cette maladie ? Des éléments de réponse avec Vincent Nikièma, médecin généraliste et promoteur de la clinique les opportunités.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Paludisme : Que faire pour l’éviter ?

Lefaso.net : Pouvez-vous nous dire ce que c’est que le paludisme ?

Vincent Nikièma : Le paludisme est une infection due à un parasite appelé plasmodium. Une fois infecté, l’organisme va réagir à travers un certain nombre de signes dont le chef de file est la fièvre. Celle–ci peut s’accompagner d’autres symptômes comme les vomissements, les céphalées, les courbatures. Il est vrai que ces signes ne sont pas spécifiques au paludisme puisqu’on peut les retrouver dans d’autres maladies. C’est l’examen sanguin comme la goutte épaisse qui va confirmer la présence du plasmodium dans l’organisme.

La goutte épaisse peut être négative alors que le patient présente des signes du palu, dans ce cas précis, que faire ?

Comme son nom l’indique, c’est une goutte de sang que l’on analyse sur une quantité moyenne de cinq litres chez l’adulte par exemple. On peut effectivement faire le test et ne rien voir alors que le patient fait le paludisme surtout si la densité est très faible.

Souvent, cela peut être lié à la personne elle-même, il y a des personnes qui sont très sensibles. Même à des taux très faibles voire insignifiants, ils vont commencer à développer les signes, cela arrive quand cette dernière est très fatiguée. Cela peut jouer sur l’immunité et cette dernière devient faible et donc plus vulnérable face à la maladie.

Quand la goutte épaisse est négative, on fait d’autres examens pour voir s’il n’y a pas d’autres maladies. Mais si on arrive à conclure qu’il n’y a pas une autre maladie, le médecin peut être amené à donner un traitement contre le paludisme surtout si on est en période de haute transmission du paludisme.

Quelles sont les causes de cette maladie ?

Cette maladie est due à un parasite qu’on appelle plasmodium. Le plasmodium est introduit dans l’organisme par un moustique appelé anophèle. L’anophèle femelle lors de son repas sanguin va assurer la transmission d’un individu à un autre. L’insalubrité est le facteur le plus important qui favorise la multiplication des moustiques et donc la propagation de la maladie.

Comment se manifeste le paludisme ?

Il y a deux formes de paludisme : le paludisme simple qui se manifeste par des signes classiques que sont les céphalées, les vomissements, fièvre… et le paludisme grave qui, en plus des signes du paludisme simple, associe un des signes de gravité comme les convulsions, les troubles de la conscience, les hémorragies, une pâleur très intense qui est signe d’anémie grave, … La distinction est bonne à savoir car la prise en charge est différente en fonction de la forme.

Quel conseil avez-vous à donner à l’ensemble de la population pour prévenir cette maladie ?

Il faut surtout encourager la population à consulter tôt. C’est le retard de consultations qui fait qu’on a un fort taux de décès. Le paludisme dépasse même un problème de santé publique, pour devenir un problème de développement, d’où la nécessité de la prévention. La prévention se situe à plusieurs niveaux : Au niveau individuel et au niveau collectif.

-  Au niveau individuel, c’est d’encourager les gens à dormir sous des moustiquaires imprégnées. Au-delà même de la moustiquaire, on peut utiliser les répulsifs, c’est-à-dire des crèmes anti- moustiques, pulvériser la maison avec des insecticides, etc.
-  Au plan collectif, la pulvérisation à grande échelle, l’assainissement général et au niveau des domiciles doivent être promus ; il faut détruire les endroits où l’eau peut stagner afin d’éviter la multiplication des moustiques.

Ce sont les femmes enceintes et les enfants de 0 à 5 ans qui sont les plus exposés, que faire pour renverser cette tendance ?

En ce qui concerne les nourrissons, actuellement, il y a une forme de prévention qui consiste à leur donner la sulfadoxine-pyriméthanine à trois mois, à quatre mois et à neuf mois lors des rendez-vous de vaccinations. Cela a pu diminuer le taux de mortalité et de morbidité de plus de 75% dans certaines zones.

Pour les enfants de moins de cinq ans, il y a également des efforts qui sont faits à ce niveau, l’on cible la période de haute transmission c’est-à-dire août, septembre, octobre, novembre, pour leur donner une dose curative d’antipaludéens de trois jours par mois. Cela est le plus souvent fait par des distributaires communautaires.
Les femmes enceintes, elles doivent prendre trois doses de sulfadoxine-pyriméthanine, et ce, à partir du deuxième trimestre de grossesse.

Quelles sont les statistiques au Burkina ?

Dans les pays tropicaux et en Afrique sub-Saharienne où le paludisme sévit, il cause des millions de morts chaque année, les plus concernés sont les enfants de moins de cinq ans.

Au Burkina Faso, les statistiques actuelles stipulent que plus de la moitié des hospitalisations et des motifs de consultations sont attribués au paludisme ainsi qu’un tiers des décès. La moitié de tous ces cas reviennent aux enfants de moins de cinq ans.

Docteur, dites-nous, où en est-on avec les recherches sur le vaccin contre le paludisme ?

Les recherches sont avancées même si pour le moment, il n’y a pas de vaccin. Il y a même une recherche qui est très avancée dont l’expérimentation se fait au Burkina dans le centre de recherche de Nanoro. Toutes les étapes de la recherche ont été pratiquement franchies. Ils sont actuellement dans les derniers essais. Sans vous donner de date précise, il pourrait incessamment être disponible. Il faut signaler que les recherches au plan national ne sont pas uniquement focalisées sur le vaccin mais aussi dans les centres de santé, sur les médicaments et sur la maladie elle-même. Cela permet de suivre le comportement du plasmodium face aux médicaments. C’est ainsi qu’on est arrivé à retirer la chloroquine à cause des résistances constatées.

Quelle est la différence entre le paludisme et la dengue ?

Avant d’aborder la question je tiens à préciser que l’appellation « palu-dengue » très répandue actuellement n’est pas appropriée car ce sont deux maladies différentes et distinctes. Tout d’abord, le paludisme est causé par un parasite alors que la dengue est causée par un virus. Ensuite, c’est vrai que les deux ont pour vecteur responsable le moustique mais ce n’est pas la même espèce. Pour le paludisme c’est l’anophèle qui est responsable alors que pour la dengue c’est l’aedes qui pique généralement dans la journée contrairement à l’anophèle. Les symptômes des deux maladies se ressemblent à quelques différences près. Le traitement de la dengue est symptomatique.

Comment s’y prendre ?

Il n’y a pas de traitement étiologique pour la dengue, il faut surtout mettre l’accent sur la prévention qui se résume aux moyens individuels et collectifs de protection contre les piqures de moustiques ainsi que l’assainissement de notre milieu de vie pour empêcher la multiplication des moustiques. Le plus souvent le traitement symptomatique bien conduit peut assurer la guérison. La dengue peut entrainer des complications très graves nécessitant une prise en charge assez lourde, d’où la nécessité de consulter très tôt.

Rita Bancé/Ouédraogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 27 juin à 15:10, par franck
    En réponse à : Paludisme : Que faire pour l’éviter ?

    Assainissons notre cadre de vie individuellement et collectivement. Arrêtons de jeter nos eaux sales et usés dans les rues créant de nombreux nids de poule avec l’eau qui stagne, propice à la multiplication des moustiques. Un cadre assaini chasse la maladie et, donc, réduit le coût des ordonnances et hospitalisations. Osons le faire avec sensibilisation de la population mais aussi avec des sanctions si nécessaire pour les récalcitrants car ce sont les mêmes qui bouchent les caniveaux avec leurs ordures.

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin à 14:48, par la clé
    En réponse à : Paludisme : Que faire pour l’éviter ?

    Il faudrait que le gouvernement mouille le maillot comme celui de la Cote d’Ivoire. en pulvérisant les zones sensibles à des moments donnés avec des produits anti-moustiques. Malgré l’effort fourni par la population en utilisant les moustiquaires et autres, le palu continue à faire le ravage.

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin à 15:17, par la clé
    En réponse à : Paludisme : Que faire pour l’éviter ?

    Il faudrait que le gouvernement mouille le maillot comme celui de la Cote d’Ivoire. en pulvérisant les zones sensibles à des moments donnés avec des produits anti-moustiques. Malgré l’effort fourni par la population en utilisant les moustiquaires et autres, le palu continue à faire le ravage.

    Répondre à ce message

  • Le 29 juin à 11:37, par Tonton
    En réponse à : Paludisme : Que faire pour l’éviter ?

    il faut qu’au niveau des communes, on ait une cartographie des zones sensibles et qu’on pulvérise à un moment donné. on doit mettre ça dans le budget, ce qui réduira sensiblement le nombre de moustique. Les eaux stagnantes sont un gros problème avec l’incivisme de nos populations. Les poubelles non couvertes en cette période de pluie crée rapidement des lieux de multiplications des mouches, moustiques et autres vecteurs de maladies.
    Courage à tous et mieux vaut prévenir que guérir.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés