Ecole militaire technique : 20 officiers de 15 pays formés pour illuminer les ténèbres des champs de batailles

LEFASO.NET | Par Tiga Cheick Sawadogo • samedi 24 juin 2017 à 00h21min

Fin de formation en qualification logistique du 2e degré pour 20 officiers stagiaires issus de 15 pays africains. Les apprenants de cette 9e promotion de l’Ecole militaire technique de Ouagadougou ont reçu leurs parchemins de fin de stage ce vendredi 23 juin 2017. Ils sont désormais aptes à occuper des postes de responsabilités étendues au sein d’un Etat-major national ou multinational, et dans un cadre d’engagement onusien.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Ecole militaire technique : 20 officiers de 15 pays formés pour illuminer les ténèbres des champs de batailles

Ils sont des maillons souvent invisibles dans la chaine, mais dont l’apport est déterminant pour remporter des succès sur les champs de batailles. Eux, ce sont les logisticiens. Depuis le 15 mai dernier, l’Ecole militaire technique de Ouagadougou (EMTO) a accueilli 20 officiers originaires de 15 pays. Objectif, donner aux stagiaires le socle de connaissances nécessaires à la conception d’un soutien logistique efficient, dans le cadre de la qualification logistique de 2e degré.

Pendant six semaines donc, au sein du Camp militaire Guillaume Ouédraogo, les stagiaires de la 9e promotion se sont adonnés à la tâche, sans relâche. Au cours de trois exercices d’application, ils ont déroulé et mis en œuvre la méthode d’élaboration des ordres adaptée à la logistique.

A entendre le Lieutenant-colonel Fabrice Hecht, directeur des études de l’EMTO, l’objectif des exercices n’était pas d’apprendre aux stagiaires des solutions toutes faites, mais de développer leurs capacités d’analyse, d’aiguiser leur jugement. Ceci, afin que le moment venu, ils prennent les bonnes décisions pour le soutien des unités combattantes, en tenant compte des contraintes et impératifs de la manœuvre.

La 9e promotion de la Qualification logistique de 2e degré semble avoir fait bonne impression et est l’un des meilleurs crus de l’école, selon les responsables. Elle a été à l’image de l’école ; c’est-à-dire dynamique, imaginative, et travailleuse. Aucun stagiaire n’a été jugé inapte à occuper à terme un poste de chef de bureau logistique.
Mieux, « 13 officiers stagiaires ont été jugés immédiatement aptes à occuper la fonction de chef de B4. 5 d’entre eux pourront prétendre à suivre une formation logistique de 3e niveau (QLIA3) en France. Les 7 autres sont aptes à occuper une fonction de chef de cellule logistique, étape indispensable avant de se voir confier un B4 », a relevé le directeur des études de l’EMTO.

« La logistique ne gagne pas les guerres, mais elle peut sans problème, les perdre », a résumé le chef d’Etat-major général adjoint, Le colonel-major Naba Théodore Palé qui a présidé la cérémonie de fin de formation.

Le Directeur de l’EMTO a quant à lui, précisé que les désormais anciens stagiaires sont désormais aptes à occuper des emplois de responsabilités étendues au sein d’un Etat-major national ou multinational, et dans un cadre d’engagements onusiens.
Amener et soutenir les troupes entrainées et prêtes au combat là où elles sont les plus utiles sur le théâtre d’opération ; c’est remporter la moitié de la bataille. Et cette mission incombe aux logisticiens, a ajouté le colonel Zitba Sawadogo. Pour ce faire, le directeur de l’EMTO a invité les nouveaux impétrants à se surpasser.

Il a par ailleurs révélé que l’objectif des logisticiens d’aujourd’hui ne consiste plus seulement à habiller, nourrir et transporter des hommes. « Il vaut plus que cela, la logistique doit aussi contribuer à travers ses domaines d’interventions, à illuminer les vastes ténèbres du champ de bataille en renseignant les chefs sur les possibilités ou les impossibilités logistiques de l’ennemi ».

Le colonel Zitba Sawadogo a donc invité les 20 officiers stagiaires à être des logisticiens de perception et de réaction. Il faut qu’ils s’entrainent à envisager les pires scénarios, quitte à les revoir à la baisse en vue de permettre à leurs différentes armées bien préparées et soutenues, de gagner la guerre…

Les stagiaires se sont dit désormais suffisamment armés pour occuper des postes de responsabilité logistique dans leurs Etats-majors respectifs. Par la voix de leur président, le Colonel Ravelonarivo Guilliano Gaston, ils ont estimé qu’au-delà de l’aspect professionnel, le stage a été un facteur d’intégration régionale qui a permis de raffermir les liens de fraternité et de cohésion entre différentes nationalités. Au nom de la promotion, le malgache a traduit sa reconnaissance à tous ceux qui ont contribué à leur formation réussie.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés