Administration publique : Remplit-elle une fonction publique ou une fonction sociale ?

Un point de vue du Coach Boukaré Palingwendé KABORE, Doyen du CRYSPAD • vendredi 23 juin 2017 à 00h05min

De plus en plus, beaucoup de manquements sont constatés dans l’administration publique à telle enseigne qu’on se pose de nombreuses et d’énormes questions sur le rôle de chaque composante dans la bonne marche de cette entité. Ainsi, le premier constat qui se dégage est que les retards sont permis et les absences tolérées.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Administration publique : Remplit-elle une fonction publique ou une fonction sociale ?

Un retard dans l’administration n’est pas un péché et rarement des remarques sont faites à un agent pour un retard. Quant aux absences, elles sont toujours couvertes par le supérieur hiérarchique soit par courtoisie, par crainte ou par impuissance.

Par courtoisie parce que le chef couvre l’agent ; par crainte parce que le chef même se « cherche » comme on dit couramment et par impuissance car après mille et une interpellations aucun changement n’est constaté, alors le chef regarde faire. Et mieux encore dans aucune structure de l’administration publique l’on a assisté à un conseil de discipline pour retard ou absence. Pourtant le décret n°2015-1048/PRES-TRANS/PM/MFPTSS du 15 septembre 2015 fixe clairement les horaires de travail dans l’administration publique.Il n’est pas rare d’entendre souvent cette phrase « pourquoi me sacrifier tant, ce n’est pas le champ de mon papa ». Effectivement c’est parce que ce n’est pas le champ de mon papa que je dois bien faire car dans le champ de mon papa personne ne viendra me demander des comptes.

Mais ici, j’ai un devoir de mieux faire car j’ai des comptes à rendre à ceux qui m’ont confié cette responsabilité. Pourtant dans le privé, les horaires sont scrupuleusement respectés, alors pourquoi ce dédain dans l’administration publique ? Une fois en visite dans un service privé, le responsable me dit que le service débute à 7h30 minutes et tout retardataire reçoit une lettre d’explication. Lorsque tu reçois plus d’une lettre d’explication, c’est un avertissement qui s’en suit. Face à une telle rigueur, je lui demande et si tu as un parent malade et voilà sa réponse « tant que ce n’est pas l’employé qui est malade, il est tenu de venir et à l’heure au service ». Et il renchérit « supposons que tu sois en mission et que le malade survient qui va s’en charger » ? Alors tant que l’employé lui-même n’est pas malade aucune justification de son retard n’est possible encore moins son absence. Et s’il est malade, un certificat médical lui octroyant un repos doit être prescrit et déposé au secrétariat avant la fin de la journée. « Tu es vraiment méchant » lui ai-je répondu. Non me rétorqua-t-il, « je suis simplement rigoureux et ceux qui ne font pas la différence entre ces deux termes m’en veulent comme toi ».

Combien de conseils de disciplines fonctionnent dans les administrations ? Combien de responsables félicitent leurs agents en fin d’année pour le service rendu ? Combien de lettres de félicitations signées du ministre à l’adresse des agents enregistre-t-on dans nos administrations publiques ? Cela aura pour mérite d’encourager les agents à plus de résultats.

Aussi, le suivi du mouvement du personnel n’est toujours pas effectif. Combien d’agents en fin de détachement, de disponibilité ou à la fin de leurs formations professionnelles attendent des mois sans être affecté. Certains attendent plus d’une année jusqu’à être oublié et ils se livrent à leurs propres activités tout en émargeant toujours au budget de l’Etat. On en trouve des cas dans tous les segments de l’administration publique sans que cela ne heurte la sensibilité de personne. Des lacunes qui plombent sérieusement le fonctionnement de l’administration publique et grèvent lourdement son budget. Lorsque son excellence Monsieur le Premier Ministre s’offusque qu’on ne peut pas utiliser 50% du budget pour payer les salaires, si ces irrégularités étaient corrigées, il y aurait un gain substantiel. Alors moi je me suppose la question de savoir, si l’administration remplit une fonction publique où tous les burkinabè peuvent être employés sans distinction et rendre service à tous les usagers oubien elle remplit une fonction sociale où on peut employer un agent dans l’optique de lui permettre d’avoir juste un revenu en fin de mois ?

Dans le secteur public, les congés administratifs ne sont pas un droit mais un privilège. Ainsi il n’est pas rare de trouver des agents qui ne vont pas en congé au prétexte qu’ils ont trop à affaire. Une fois un agent en service dans une structure sanitaire nous disait que cela fait huit ans qu’il n’est pas allé en congé parce qu’il n’y a pas quelqu’un pour le remplacer. Alors un autre lui répondit que « ce n’est pas parce qu’il n’y a pas quelqu’un pour te remplacer que tu ne vas pas en congé, c’est parce que tu ne vas pas en congé qu’il n’y a pas quelqu’un pour te remplacer ». Dans le privé, certains refusent même le congé payé et préfèrent aller se reposer et revenir plus apte pour le travail.

Ces dernières années, une course effrénée pour les centres urbains est observée dans tous les secteurs. A ce niveau, une étude sérieuse et approfondie doit être menée afin de rendre toutes les zones attrayantes au lieu de laisser tous les agents publics courir vers les centres urbains au détriment des autres localités. Lorsqu’on fait une cartographie de la présence des agents de l’administration publique, les zones urbaines sont les plus peuplées. Une véritable politique devait être conduite afin de rendre les autres zones enviables. A l’instar des affaires étrangères où un coefficient est affecté aux salaires du travailleur suivant son pays d’affectation on peut instaurer cette même pratique suivant les zones du pays. Diviser le pays en quatre ou cinq zones à savoir la zone du Sahel, de l’Est ainsi de suite. Un agent affecté dans la région du Sahel ou de l’Est peut voir son salaire multiplier par trois voire plus. Ainsi cet agent peut être motivé à y rester pendant un certains car le salaire compense un peu l’austérité dans la zone et d’autres agents dans d’autres localités pourront demander à servir dans ces régions. Une ébauche avait été trouvée mais qui est aujourd’hui dépassée car elle se limite à considérer comme zone rurale toute zone hors mis les chefs-lieux de région. Ainsi, un agent en service à Gorgadji ou à Tomgomael a les mêmes indemnités qu’un autre présent à Mogtédo ou à Tanghin Dassouri. Du coup, la course vers les localités proches de Ouaga, Bobo-dioulasso ou Koudougou est devenue fréquente toute chose qui dégarnie les zones reculées. La démotivation, l’absence d’activités crée un laxisme et amène les agents à déserter les services.

Un cadre en service au ministère de la fonction publique nous disait une fois que « si l’on confiait l’administration publique à un entrepreneur, sans étude préalable, il allait licencier 1/5 du personnel. Mais s’il prenait le soin de faire une étude approfondie, il pourrait aller jusqu’au ¼ du personnel à licencier parce que leur présence ne produit pas les résultats escomptés ». C’est très osé comme affirmation, mais elle traduit bien la triste réalité.

Si nous voulons un véritable développement, nous devons fondamentalement changé nos comportements. Il n’est pas rare de voir les ampoules et autres appareils électriques allumés alors que personne ne se trouve dans le bureau. Il est admis dans l’esprit des usagers et même des travailleurs que lorsqu’on arrive le matin au service, on doit allumer les ampoules pour marquer sa présence même si on n’est pas au bureau. C’est pourquoi des agents allument les ampoules, vont à des ateliers toute la journée pour juste faire savoir qu’ils sont passés au service. Alors quelle est la différence entre un agent qui n’est pas passé au service et un autre qui est absent ? La finalité est la même alors, économisons notre énergie et ne l’utilisons que lorsqu’il y a une présence humaine dans les bureaux.

Certaines structures pour ne pas dire beaucoup ne disposent pas de toilettes pour les agents alors qu’on est convaincu qu’il est difficile de passer une journée entière sans avoir envie de se soulager. Alors pourquoi elles sont absentes des services publics ? Là où on en trouve, elles sont de très mauvaise qualité et souvent désagréables. Des personnes préfèrent se contenir pour ne pas y entrer car elles sortiront malades. Dans d’autres services au lieu de les entretenir, on les a carrément fermées, est-ce avec de telles pratiques on peut espérer plus de résultats des acteurs de l’administration publique ?
S’il est vrai que les agents sont responsables de certains manquements ou dysfonctionnements, l’autre grande partie est imputable à l’administration pour son inertie et chacun devra travailler à éviter des situations dommageables.

Coach Boukaré Palingwendé KABORE
Doyen du CRYSPAD
Responsable exécutif du programme ACI
Président de l’Union Africaine des Coachs
Point focal du Réseau de Réflexion Stratégique sur la Sécurité au Sahel (2R3S)
Tél : 77 53 38 80
Mail boukarekabore2000@yahoo.fr

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 22 juin à 16:17, par Patrice Paligwende
    En réponse à : Administration publique : Remplit-elle une fonction publique ou une fonction sociale ?

    La fonction publique s’ opposerait- elle a la fonction sociale ? Il y a comme une fausse dichotomie ici.

    Répondre à ce message

  • Le 22 juin à 16:27, par Alexio
    En réponse à : Administration publique : Remplit-elle une fonction publique ou une fonction sociale ?

    Toute societe moderne de droit pour la bonne fonction de ses services publiques ont introduit les cartes d entree et de sortie electronique pour contrecarre lincivisme.Time is Money, une fonction publique responsable et performante pour produire a delai precis les normes requises d un dossier. Dans une entreprise privee, c est le Client qui est et non l inverse.

    Répondre à ce message

  • Le 22 juin à 16:52, par sylas
    En réponse à : Administration publique : Remplit-elle une fonction publique ou une fonction sociale ?

    c’est du propre, mais comment y parvenir ? Que le ministre de la fonction publique continue l’œuvre de Clément Sawadogo qui parlait de la modernisation de l’administration.Je connais des fonctionnaires qui ont démissionné de leurs bureaux pour s’adonner aux exercices commerciaux et ligne comme qnet parmi tant d’autres.

    Répondre à ce message

  • Le 22 juin à 17:06, par Gypsie
    En réponse à : Administration publique : Remplit-elle une fonction publique ou une fonction sociale ?

    Très bon diagnostic, je dirais même qu’on peut se passer du tiers du personnel de la fonction publique car inutile et budgétivore. Des mesures draconiennes doivent être prise pour sanctionner les paresseux qui passent leur temps à revendiquer sans même mériter le salaire qui leur est versé. Pour amener les agents à plus de rendement prière bloquer tous les réseaux sociaux disponibles sur les machines à partir du serveur de la structure, celui qui veut facebooker ou twitter n’a qu’à payer ses méga. Alors informaticiens de tous les structures au boulot.

    Répondre à ce message

    • Le 22 juin à 18:50, par Aol
      En réponse à : Administration publique : Remplit-elle une fonction publique ou une fonction sociale ?

      C’est dans l’intérêt de l’état de laissé ces fonctionnaires tués leurs temps sur les réseaux sociaux que etre la à critiquer c’est dans sa ils vont créés plus de soucis (discussion sur le boulot suivi de plateforme revendicative faire la cour aux femmes des gens....

      Répondre à ce message

    • Le 23 juin à 13:39, par vision
      En réponse à : Administration publique : Remplit-elle une fonction publique ou une fonction sociale ?

      L’administration publique, c’est du n’importe quoi. Voyez, courant le mois de mai 2017, je suis allé dans un service public dont les locaux se trouvent à Tampouy, je suis arrivé aux environs de 8h30 au moment où certains agents venaient à peine d’arriver. Les nettoyeuses attendaient toujours que certains fonctionnaires viennent ouvrir les bureaux pour le nettoyage. J’ai lu sur une affiche dont les heures de service sont précisées (7h00 à 15h00). J’ai attendu jusqu’à 09heures pour pouvoir me renseigner. La personne qui tenait mon dossier n’était pas encore arrivée. Celui qui m’a renseigné m’a dit de patienter ou de faire mes courses et revenir vers 10h00 car la dame qui détient mon dossier vient généralement à 10h00. Je suis parti et c’est aux environs de 11h00 que j’ai pu trouvé la dame en question. Aujourd’hui, beaucoup de jeunes ne peuvent pas respecter la déontologie parce qu’ils ont payer pour intégrer la fonction publique pour certains et d’autres ont été recommandés par des mentors. Pour les responsables qui ne peuvent pas mettre de l’ordre, parfois eux même ne sont pas règlo, ou parce qu’il savent qu’un tel ou un tel est le protégé de tel "Gourou", donc à Dieu la discipline.

      Répondre à ce message

  • Le 22 juin à 17:52, par Mninda05
    En réponse à : Administration publique : Remplit-elle une fonction publique ou une fonction sociale ?

    Bravo mon frère pour avoir soulevé ce problème .Pourquoi en sommes nous arrivés là ?Eh bien parce que toutes les valeurs qui fondent l’administration publique ont été bafouées sous nos yeux . Que signifie aujourd’hui la déontologie administrative pour les jeunes fonctionnaires.? L’autorité de l’Etat est à Terre .Aujourd’hui pour sanctionner un agent c’est la croix et la bannière .Le ministre ,le DG ,le directeur ,qui veut se montrer rigoureux et sévère au travail envers ses subordonnés sera accusé de tous les maux de la terre : hautain ,inhumain,méchant, fait le malin etc. Eh hop ,un petit mouvement orchestré pour demander sa tête et voilà le gouvernement qui le vire comme un malpropre .Alors tous les responsables des services publics qui devaient veiller à l’abnégation ,l’assiduité au travail ,la discipline ,etc. croisent les bras et laissent faire ,puisqu’étant persuadés que même avec leur raison et leur bon droit c’est eux qui seront sacrifiés au moindre grabuge Les syndicats se sont totalement dévoyés et protègent les mauvais sous toutes sortes de raisons .Ce qui est sur ,l’administration publique burkinabé n’est plus ce qu’elle était, d’autant que les nominations aux postes de responsabilités ne tiennent même plus compte un tant soit peu de la moindre déontologie administrative . C’est triste, mais c’est la réalité .Maintenant le pouvoir actuel peut- il redresser la barre avant que toute la barque ne chavire ? Là est toute la question

    Répondre à ce message

  • Le 22 juin à 18:24, par samspade
    En réponse à : Administration publique : Remplit-elle une fonction publique ou une fonction sociale ?

    en réalité l’administration doit se dresser face aux syndicats qui ne pense qu’a leur intérêt matériel. coopter d’atelier en atelier, prenant du carburant par ci par la. couvert par les supérieurs hiérarchiques qui n’osent pas leur reprocher leur absentéisme ou leur incompétence notoire.
    ensuite arrêter ce virus de mesures nouvelles sans concours et le test d’intégration des l’éducation et la santé.
    sanctionner les chefs qui refusent de sanctionner ca irai vite.

    Répondre à ce message

    • Le 23 juin à 09:43, par oscar
      En réponse à : Administration publique : Remplit-elle une fonction publique ou une fonction sociale ?

      Bien dit. Ces mesures nouvelles vont créer à long terme des problèmes. c’est indéniable, c’est politique. Elles permettent aux politiciens de caser des proches ce qui est choquant pour les autres qui les voient comme les partisans de la moindre effort alors qu’eux ont trimé, chommé durant des années pour etre là ou ils sont.
      Ensuite, est-ce une fonction publique de carrière ou de metier ? Dans une fonction publique de metier no prolem mais dans une fonction publique de carrière, c’est inadmissible.
      Enfin, pour la notation des superieurs je preconise 50% par ses agents et 50% son sup.Mais avant tout faudra relire tous les textes pour plus d’equité. c’est un bel ecrit qui merite d’etre serieusement pris en compte car ce que les gouvernants ignorent l’administration compte beaucoup dans le develeppement des pays pauvres.

      Répondre à ce message

  • Le 23 juin à 08:44, par Thién
    En réponse à : Administration publique : Remplit-elle une fonction publique ou une fonction sociale ?

    Ce problème ne date pas d’aujourd’hui même s’il s’est aggravé !
    Même la révolution n’est pas arrivée à le ressoudre totalement.
    Bien avant la révolution, c’était le régime de CMRPN de Saye Zerbo.
    Aujourd’hui le MPP montre déjà qu’il ne pourra pas résoudre ce problème. Cela à travers le comportement que montrent les premiers responsables en faisant appel à des ministres à la retraite, leurs mauvais comportements au lieu d’être un exemple, l’incivisme généralisé, la politisation de l’administration...
    C’est dans la tête que tout cela se passe !
    Le Burkina doit travailler pour changer les mentalités de ses citoyens ! Le développement dépend en partie du changement des mentalités !
    Comprendre et savoir pourquoi on doit bien faire ce qu’on a à faire..., comprendre où on veut aller..., comprendre pourquoi il faut aller dans telle ou telle autre direction...!
    Voîlà les grands enjeux ! Alors si on parle le même langage, si on comprend tous le choix de notre direction, pourquoi il faut bien faire tout ce que l’on fait...personne ne brûlera encore les feux de signalisation et ainsi de suite...!
    Quant à la proposition d’indexer les salaires par zone, cela ne pourra marcher car ils seront nombreux à rester toujours dans les grandes villes car le salaire quel qu’il soit dans ces zones, n’est pas l’objectif principal. Des gens préférerons rester en ville avec de petits salaires et faire leurs affaires ou autre chose !

    Répondre à ce message

  • Le 23 juin à 09:14, par @@GOG
    En réponse à : Administration publique : Remplit-elle une fonction publique ou une fonction sociale ?

    Tu dis bien "La démotivation, l’absence d’activités crée un laxisme et amène les agents à déserter les services."Mais tu n’expliques pas bien par des exemples.Voila mon cas.Agent du ministère des infrastructures je suis affecté à un service depuis 4 ans .A mes débuts j’étais parmi les premiers avant 7 h au service.Mais pourquoi aujourd’hui je suis absentéiste et retardataire ? Tout simplement parce que depuis les 4 ans , mon supérieur ne me donne pas du travail ;Jamais je n’ai participé à un atelier encore moins à une mission.Pourtant les courtisans (béni oui oui du boss) sont toujours sur le terrain et vont d’atelier en atelier .Un de ses palefreniers même influence le même boss au profit de lui ses amis du service.En fait , leur système veut que tu te prostitues pour des ateliers ou des missions.C’est le système comme ça .Or moi en vrai BOUWABA , je ne lècherai le cul de quelqu’un pour cela.Avant , ce phénomène n’existait pas dans les services , ou du moins ce n’était pas criard .La plupart des responsables étaient justes dans leur gouvernance. Aujourd’hui les boss et leurs frères sœurs ou amis du service gèrent au détriment des autres et la vie continue. Ils sont sans pitié là-dessus ,car disent-ils , c’est leur aubaine .Ils se disent qu’un jour ils partiront du service et donc il faut faire bloc pour siphonner.Dans ça on se donne les techniques et on se couvre.Mais comme je n’ai pas été éduqué dans ce sens, je m’occupe de mes propres affaires .Advienne que pourra . Je constate même et je me console parce que même dans plusieurs services de l’administration il n’y a pas de travail pour les ponctuels et les assidus. IL y en a pour les préférés.En conclusion de ce qui vient d’être dit je demande à l’administration de donner du travail aux agents dans les services car , dit-on , la nature a horreur du vide ? Vos mesures n’y feront rien ,même s’ils font quelque chose ce n’est pas pour longtemps ;le mal est profond .La solution est donc de donner du travail aux agents .

    Répondre à ce message

    • Le 23 juin à 16:02, par Code
      En réponse à : Administration publique : Remplit-elle une fonction publique ou une fonction sociale ?

      Bien dit mon frère. C’est triste voire dramatique que dans une structure où des résultats sont attendus, l’on préfère des collaborateurs sournois, GBAGABTO et d’une incompétence notoire au détriment des dévoués, des bossards qui à la longue, deviennent comme eux. Car pour résider parmi les loups, il faut être nécessairement un loup. UNE HISTOIRE : une femme venait d’être affectée dans une Direction Régionale, l’assiduité et la ponctualité étaient ses compagnons et un jour, elle fut étonnée d’être surprise que le boss (DR) lui dise que : ici c’est pas comme ça hein, imaginer que tout le monde allait faire comme vous, même le couloir ne supporterait pas les agents...Aujourd’hui la dame est devenue une grande commerçante. Combien sont-ils ces agents dans l’Administration ? J’étais de passage oooh.

      Répondre à ce message

  • Le 23 juin à 09:16, par Thién
    En réponse à : Administration publique : Remplit-elle une fonction publique ou une fonction sociale ?

    Votre question est peut être mal posée...!
    Sinon l’administration publique remplit les deux fonctions, si votre question se comprend comme telle !

    Répondre à ce message

  • Le 23 juin à 09:17, par @@GOG
    En réponse à : Administration publique : Remplit-elle une fonction publique ou une fonction sociale ?

    Tu dis bien "La démotivation, l’absence d’activités crée un laxisme et amène les agents à déserter les services."Mais tu n’expliques pas bien par des exemples.Voila mon cas.Agent du ministère des infrastructures je suis affecté à un service depuis 4 ans .A mes débuts j’étais parmi les premiers avant 7 h au service.Mais pourquoi aujourd’hui je suis absentéiste et retardataire ? Tout simplement parce que depuis les 4 ans , mon supérieur ne me donne pas du travail ;Jamais je n’ai participé à un atelier encore moins à une mission.Pourtant les courtisans (béni oui oui du boss) sont toujours sur le terrain et vont d’atelier en atelier .Un de ses palefreniers même influence le même boss au profit de lui ses amis du service.En fait , leur système veut que tu te prostitues pour des ateliers ou des missions.C’est le système comme ça .Or moi en vrai BOUWABA , je ne lècherai le cul de quelqu’un pour cela.Avant , ce phénomène n’existait pas dans les services , ou du moins ce n’était pas criard .La plupart des responsables étaient justes dans leur gouvernance. Aujourd’hui les boss et leurs frères sœurs ou amis du service gèrent au détriment des autres et la vie continue. Ils sont sans pitié là-dessus ,car disent-ils , c’est leur aubaine .Ils se disent qu’un jour ils partiront du service et donc il faut faire bloc pour siphonner.Dans ça on se donne les techniques et on se couvre.Mais comme je n’ai pas été éduqué dans ce sens, je m’occupe de mes propres affaires .Advienne que pourra . Je constate même et je me console parce que même dans plusieurs services de l’administration il n’y a pas de travail pour les ponctuels et les assidus. IL y en a pour les préférés.En conclusion de ce qui vient d’être dit je demande à l’administration de donner du travail aux agents dans les services car , dit-on , la nature a horreur du vide ? Vos mesures n’y feront rien ,même s’ils font quelque chose ce n’est pas pour longtemps ;le mal est profond .La solution est donc de donner du travail aux agents .

    Répondre à ce message

  • Le 23 juin à 09:18, par MI
    En réponse à : Administration publique : Remplit-elle une fonction publique ou une fonction sociale ?

    Monsieur demander d"abord a l"Etat d’offrir aux travailleurs le strict minimum pour bien faire le travail . Il y a quelque mois une mission de la fonction publique et de la protection sociale était en mission chez nous. De leur rapport il est ressortit qu’il n y a pas assez de lumière dans les bureaux, que les chaises ne sont pas adaptés et que l’installation des fils électriques n’est pas bonne et tant d’autres manquements. Nous leurs avons demander si ces manquements seront réparés et ils ont répondu par la négation. Ce qui rare dans le privé. En conclusion tant que l’Etat ne mettra les travailleurs dans un minimum de conditions pour travailler, il sait lui meme qu’il ne peut pas sanctionner quelqu’un.

    Répondre à ce message

  • Le 23 juin à 09:24, par le pas daccord
    En réponse à : Administration publique : Remplit-elle une fonction publique ou une fonction sociale ?

    vous aviez bien raison mais ...? la faut n’est pas chez les agents mais l’administration. les agent sont souvent tres mal affectés et ils se retrouve dans un service où il n’ya pas du travail pour son profil , il fait un effort les 3 premiers mois (c est venir s’asseoir jusqu’au soir et rentré, fait ca quelques mois et vous verai l’effet ). ces agents dans ce cas meme une demande de reaffectation va leur prendre au minimum 5 ans. alor vous pensez que durant ces 5 ans a attendre il fera koi dans bureau d’où il est mal affecté . il ya plien plien de situation a dormir debout dans l’etat. meme les grilles de payement insurge les gens a rebellions, un gardin au mef (salair + fond commun chaque 6 mois) a presque le meme salaire qu un cadre dans d’autre ministere pourkoi ? si on additionne les 12 moi de salaire + 2 fond commun dans l’annee et on divise par 12 pour avoir son revenu mensuel ,je vous assure qu’il est mieu que le cadre d’un autre ministere.pourkoi ? immaginons maintenant une comparisons entre 2 cadre de meme categori du mef et un autre ministere ??? n’essayer pas de fair la comparaison vous serais telma outragé. les EPE au hasard, les statut particuliers au hasard, les magistrats augmentation fenomenante et j en passe. analysé analysé analysé mais ne sauté pas directement dans l’eau car elle est tres profonde.

    Répondre à ce message

  • Le 23 juin à 09:53, par chacool
    En réponse à : Administration publique : Remplit-elle une fonction publique ou une fonction sociale ?

    Je tiens d’abord a vous félicité pour ce beau article. En effet, vous venez de montrer du doigt une réalité africaine en générale et particulièrement burkinabè pour ce qui concerne le secteur public. A la lumière de votre analyse et du quotidien des services de la plupart des services publics du Burkina, on peut se permettre de dire que notre fonction publique est une fonction publique sociale où on emploi un agent dans l’optique de lui permettre d’avoir juste un revenu en fin de mois. La question aujourd’hui est : qu’est ce qui explique cet état de fait ?
    De nombreux éléments justifient cet état de fait. il s’agit :
    1.Nombre d’agent élevé pour la même tâche. ex : a ouaga, on trouve souvent plus de 9 titulaires dans une seule classe du primaire ;
    2. Curricula de formation non adapté dans certain domaine de la fonction publique. Il y a des services publics au Burkina où les responsables même ne sont pas à mesure de définir les tâches qui seront exécutée par les agents avant même le recrutement ;
    3.Defaillance des gestionnaires des ressources humaines (Ex : affectation d’ingénieur de cinéma et de l’audio visuel dans une direction régionale de la culture qui ne dispose même pas de local pour le personnel alors que le besoin est ailleurs) ;
    4.Politisation de l’administration publique : il suffit souvent d’interpeler un agent sur des questions de retard et les jour suivants, vous êtes affecté.
    5. Favoritisme des gouvernants par rapport à certain domaine de la fonction publique. Des agent peuvent être dans la même catégorie mais le salaire de l’un peut être le triple de l’autre en fonction du domaine.

    Bref, les choses semblent très compliquées en Afrique en général et en particulier au Burkina Faso pour tous ce qui a trait à la fonction publique depuis le recrutement jusqu’à l’exécution des tâches. Comment retrouver le salut ?

    Répondre à ce message

  • Le 23 juin à 09:57, par Du travail dans l’administration publique
    En réponse à : Administration publique : Remplit-elle une fonction publique ou une fonction sociale ?

    Pour votre analyse, je crois qu’il faut faire la part des choses.

    Il y a du travail dans l’administrative et l’effectif actuel reste insuffisant :
    Il faut par secteur :

    - Secteur éducation le besoin est enormes
    - Secteur de la santé le besoin est énormes
    - Secteur des TICS besoins enormes
    - Secteur Action Sociale besoins enormes
    - Secteur sécurité besoins énormes
    - etc.

    Nous avons combien de médecins pour 1000 habitants.
    Il faut mettre l’accent sur la culture de résultats et réorganiser les postes de travail.
    En matière de technologie y a beaucoup à faire à tous les niveaux.
    L’enseignement manques de professeurs de maths/physiques et bien d’autres discipline et à l’université et c’est aussi bien le cas.
    Il faut développer des initiatives à tous les niveaux. Un agent public qui arrive au bureau et qui dit n’a rien à faire sauf s’il veut pas travailler. Y a toujours quelque chose à fournir comme travail. Il faut que nos mentalités changent véritablement. Nous présents devons avoir l’esprit de rendre compte demain à nos enfants et petits fils. Oui il y a du travail à faire dans un pays comme le nôtre en chantier...

    Répondre à ce message

    • Le 23 juin à 12:39, par @@GOG
      En réponse à : Administration publique : Remplit-elle une fonction publique ou une fonction sociale ?

      Mr du travail dans l’administration publique ,je regrette .Nous sommes dans l’administration publique et sans consigne et moyens malgré ton programme vous ne pouvez rien faire .J’ai l’impression que tu ne relèves pas de l’administration publique .Tu dis qu"Il faut développer des initiatives à tous les niveaux. Un agent public qui arrive au bureau et qui dit n’a rien à faire sauf s’il veut pas travailler. Y a toujours quelque chose à fournir comme travail" . C’est dommage, tu ne comprends pas le sujet et je te comprends il est très profond et ce n’est pas à ta portée."Oui il y a du travail à faire dans un pays comme le nôtre en chantier.." il y a l’agriculture , la pêche,la maçonnerie, etc .

      Répondre à ce message

  • Le 23 juin à 11:23, par Yem_sa_faa
    En réponse à : Administration publique : Remplit-elle une fonction publique ou une fonction sociale ?

    Merci mon coach !
    Tu es vraiment un coach !
    Stratégique ta méthode !
    Pub gratuite hein !
    Mais bref, je suis forcé de reconnaître la pertinence de ton écrit.
    Tu vois, le problème, il es réel pourquoi ? Dans l’administration publique, la notion de service public a foutu le camp. Tu dis vrai lorsque tu fais remarquer des propos du genre « pourquoi me sacrifier tant, ce n’est pas le champ de mon papa ». Ces propos je les ai "n" fois entendu sans frissonner. Cependant, lorsque cela émane d’un responsable de service comme le nôtre, il y a de quoi s’inquiéter. En effet, la réalité du phénomène se trouve dans le fait que tout le monde est fautif, alors personne ne dénonce personne ; et la vie continue au détriment des usagers de l’administration publique. Assez.......
    Un peu d’aide : je rappelle ton numéro : 77 53 38 80

    Répondre à ce message

  • Le 23 juin à 13:10, par Indigné
    En réponse à : Administration publique : Remplit-elle une fonction publique ou une fonction sociale ?

    Belle analyse M. KABORE ! Si seulement, vous pouviez être entendu !!!
    Notre administration publique a mal à ses agents paresseux et inconscients. Elle engendre de ce fait, plus de frustrations aux usagers qu’elle n’en résout. Malheureusement, cela s’observe dans presque tous les services : absentéisme chronique, culture et excellence du retard, laxisme dans l’exécution des tâches, aptitude des agents à être soudoyé pour exécuter des tâches pour lesquelles ils ont un salaire mensuel..............
    Après, ce sont les premiers à grever pour réclamer hausse de salaire, que faites vous pour mériter ces salaires qui vous sont payés ? Honte à vous, mille fois honte à vous !
    Quand je pense que dans certains services, des agents peuvent se pointer à 9h au lieu de 7h, et à 11h, ils sont partis au motif qu’ils doivent aller chercher leur enfant à l’école. Et dire que cela est su et connu des collègues, mais c’est du yélkayé.
    Pauvre du contribuable !

    Répondre à ce message

  • Le 23 juin à 14:28, par Yempab
    En réponse à : Administration publique : Remplit-elle une fonction publique ou une fonction sociale ?

    Très beau sujet de réflexion...
    Le problème est vraiment profond ! Le plus important est déjà de le poser comme problématique et donc, comme défi a relever...
    Organisez le travail, n organisez pas la discipline, dit un pédagogue, qui ajoute,. De l’organisation du travail, viendra la discipline !
    Nos dirigeants sont censés le savoir....
    De l’autre côté, ne nous demandons pas ce que l’état peut faire pour nous, mais ce que nous pouvons faire pour notre état !.... La aussi c’est clair...
    Nous sommes face à des responsabilites énormes, réfléchissons ensemble aux solutions... Et toutes les réactions ici y participent...
    A présent, ayant entendu les points de vue contraires, que ferait un dirigeant qui hérite de cette situation ??? Proposons nos programmes donc ! A l’attaque !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés