Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

Ceci est une contribution d’un de nos lecteurs sur l’affaire du dossier en cours de l’ancien président du Burkina Faso, Thomas Sankara. • jeudi 22 juin 2017 à 00h02min

Toute révolution est un monstre froid qui mange ses propres enfants.
Le test ADN de contre expertise n’a pas pu formellement attester si les restes présumés du Président Thomas SANKARA exhumés du cimetière de Dagnoen sont bel et bien ceux du leader de la révolution burkinabè assassiné avec 12 compagnons d’infortune un certain soir lugubre du 15 octobre 87. Selon les résultats de l’expertise livrés par l’un des avocats de la famille, « aucun profil génétique n’a été identifié pour ses marqueurs ». En langage facile, cela veut dire que l’analyse n’a pas pu identifier l’ADN.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

Curieux tout de même qu’on aboutisse à ce résultat scientifique alambiqué qui soulève des interrogations plus qu’il n’apporte de réponse transparente et irréfutable. Comment a-t-on pu identifier l’ADN des Romanov, la famille impériale de russie plus de 80 ans après leur supplice (les membres de cette famille avaient été fusillés et enterrés dans une fosse commune par les bolcheviques en 1918) et ne pas être capable d’extraire l’ADN sur des restes d’à peine 30 ans ? Un halo de doute subsiste donc, ouvrant la porte au mystère et à des conjectures énigmatiques. Ainsi, jusqu’au bout, SANKARA n’échappera pas au destin propre aux héros mythiques de l’histoire.
Vous avez dit souveraineté nationale ; quelle idée de solliciter l’expertise des puissances occidentales dans ce dossier alors que ces mêmes puissances ne sont pas blanches comme neige dans cet assassinat politique !?

Bref, au-delà des aspects médico-légaux et scientifiques, la justice de notre pays se doit de dénouer les fils torsadés de l’écheveau complexe de ce crime politique qui colle à la peau de l’exprésident Blaise COMPAORE comme le péché originel de son régime déchu.

Les sbires, les bras armés, les seconds couteaux, les exécutants de cette tragédie fratricide sont tous presque morts enterrés, disparus, en prison ou… exilés.

Pour le ou les commanditaires locaux (ceux à qui le crime a profité)- certains diront les petits servants locaux du néocolonialisme selon la phraséologie de l’époque révolutionnaire -la justice va chercher lentement, surement et…trouver.

Pour les commanditaires internationaux, c’est à ce niveau que les gros mots ésotériques pour le commun des mortels pleuvent et brouillent les pistes : SECRET D’ETAT, archives classées, secret défense, Top secret.

Un langage opaque de barbouzes. Un flash back sur cette période trouble permet de s’y faire une opinion…

Octobre 1987, on naviguait toujours dans les eaux tourmentées de la guerre froide. Période où les régimes pro- marxisants ou supposés tels étaient à abattre par le bloc occidental avec comme gendarme la France dans le pré-carré africain de ses anciennes colonies.

1987 en France, c’était la cohabitation, François Mitterrand président et Jacques CHIRAC premier ministre. Et qui CHIRAC en bon gaulliste a appelé à ses côtés pour la cellule africaine de Matignon ? Eh bien, c’est l’âme damnée du Général De Gaulle pour les questions africaines du début des indépendances : Jacques FOCCART ! L’anti-communiste viscéral, le sulfureux homme-lige de la Françafrique, l’homme de l’ombre, le maître de tous les coups tordus et inavouables de la politique africaine occulte de la France.

Le moins qu’on puisse dire c’est que le président MITTERAND ne portait pas trop le « che africain » dans son cœur ; sa visite officielle au pays des hommes intègres en novembre 1986 avait été humiliante pour lui. Au cours de cette visite, SANKARA l’avait « tancé et titillé » selon ses propres termes.

En réaction, s’adressant à Thomas SANKARA à la troisième personne en lui tapotant l’épaule avec sans doute un paternalisme cynique, MITTERAND a eu ces propos prémonitoires lourds de menaces à peine voilées : « Il dit ce qu’il pense…Je trouve que dans certains de ses jugements il a le tranchant d’une belle jeunesse et le mérite d’un chef d’Etat totalement dévoué à son peuple…Mais il tranche trop aussi, il va plus loin qu’il ne faut à mon avis… » Pas besoin d’être clerc ni sémiologue pour conclure qu’écarter le jeune trublion révolutionnaire du pouvoir n’était pas pour déplaire au vieux MITTERAND.

Vu à travers ce paradigme, le pas de la théorie du complot international porté par la France est vite franchi…Ajoutez à cela l’hostilité des voisins comme la Côte d’Ivoire de Houphouet Boigny, le Togo de Gnassingbe EYADEMA , la liste de ceux qui avaient intérêt à l’extérieur au renversement du fougueux et dérangeant capitaine ne peut que s’allonger. Logiquement, ce coup d’état sanglant ne pouvait s’exécuter sans que les services secrets français, la CIA et autres ne soient impliqués ou au moins ne soient au parfum.

Sous tous les cieux, l’État a sa raison que le citoyen lambda ignore toujours. La raison d’Etat, qui est avant tout politique n’a cure de la morale.

On ne saura toute la vérité sur les implications internationales que lorsque tous les dossiers de ce drame fratricide seront déclassifiés par le gouvernement Français ; peut-être dans 50 ans au moins après les faits…comme pour l’assassinat de Patrice LUMUMBA au Congo avec la complicité des Belges.

En attendant, il est temps que les historiens s’invitent dans ce dossier pour restituer et analyser les faits historiques de cette affaire pour un devoir de mémoire.

Maintenant que la chape de plomb est fondue et que la parole est libérée, il est grand temps que les historiens de notre pays recueillent pour la postérité le témoignage des protagonistes encore vivants. Il faut que la lumière soit faite objectivement afin de restituer la vérité historique à même d’édifier les générations actuelles, futures, pour qu’enfin la violence en politique soit bannie à jamais de notre vie collective.C’est une nécessité aussi vitale que la justice car comme le disait Winston CHURCHILL, « Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ».

Puisse l’esprit de celui qui est déjà immortalisé comme icône dans le panthéon panafricain et qui voulait qu’on garde de lui « l’image d’un homme qui aura été utile à son peuple » éclairer les sentiers de l’histoire, de la justice et nous inspirer.


Une Contribution de TRAORE Karim de Labola ( BP 41 Banfora karimdelabola@yahoo.fr)


Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 21 juin à 11:42, par Dagara de chez moi
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    Tout simplement éblouissant. C’est une contribution de haute facture qui nous blesse la conscience. Jeunesse qui se revendique de Sankara où est tu lorsque le test d’ADN sur ton idole semble indiquer que ce n’est pas lui qui était dans la tombe sur laquelle tu t’es prosterné pendant 28 ans à Dagnoen. Autant c’est bien d’ériger un mémorial en l’honneur de Sankara autant il est impérieux de savoir ou repose les vrais restes de Sankara. Une organisation des citoyens pour la découverte des restes de Sankara devrait voir le jour. Je suis à l’Université Ouaga 1 et je vous la propose. Tout adhérant à l’initiative pourrait me joindre par votre journal en ligne le fasonet qui a mes cordonnées complètes. Sankaristes de tous bord d’abord honte à vous, mais vous pouvez encore vous racheter par ce projet. Bien sûr que je ne demande surtout pas à Bénéwendé de s’y associer.

    Répondre à ce message

    • Le 21 juin à 12:36, par phenix
      En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

      à dagara de chez moi, c’est bien sankara qui gît dans la tombe, le tombeau du père de la révolution à été ouverte quelque jours après son enterrement ( si on peut appelé sa ainsi) et le corps brulé à l’acide, avant que les tombes ne soient recouvertes de béton ( avant elles étaient toute surmontées de monticules de terre) c’est bien blaise qui avait décidé à l’époque de couler de béton sur la tombe au temps du front populaire. en brulant les corps on effaçaient toute les traces

      Répondre à ce message

    • Le 21 juin à 20:09, par OUSMANE
      En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

      Surtout cher internaute ; il faut éviter de vouloir exclure des gens car tu n’a aucun droit ; il va falloir bien lire l’histoire de bout en bout pour comprendre que maitre sankara y est beaucoup dans ce dossier. si non aujourd’hui tu ne pourra même pas te permettre de vouloir proposer un soit disant comite de..........§ soyons visionnaire et pas égoïste une pierre sur une pierre ainsi de suite pourra faire avancer les choses.

      Répondre à ce message

    • Le 22 juin à 17:10, par Le Vigilent
      En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

      Dagara de chez moi, sache faire la difference entre, "nos investigations de nous ont pas permis de retrouver les elements recherches pour affirmer qu’il s’agit du corps de Thomas Sankara qui se trouvait dans la tombe" et "nos investigation nous ont permis de conclure que le corps qui se trouve dans la tombe n’est pas celui de Thomas Sankara",
      Apprenez a faire la difference entre "kje ne puis affirmer que ce jeune homme est un dagara et "je puis affirmer que ce jeune homme est tout sauf dagara".

      Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 11:56, par Bonne chance
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    Message véridique. Tôt ou tard la vérité jaillira sur l’affaire Thomas Sankara, et vivement que le secret d’Etat soit levé au niveau des occidentaux qui ont probablement aussi les mains tâchées de sang.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 12:17, par Welson
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    Quoi qu’ils fassent Sankara est là comme s’il n’est pas mort.
    Le peuple sait que Sankara a été assassiné, le Peuple sais aussi qu’il a été trahi par ses propres amis.
    Le peuple est au courent que l’impérialisme a participé à son assassinat.
    Le peuple sait aussi qu’il y a des ces gens qui ne souhaite pas qu’il y ai la vérité.
    Le peuple est au courent qu’il y en a aussi qui mangent sur ce dossier.
    Le peuple ne va pas perdre l’espoir et continuera de lutter et tôt ou tard le peuple saura vérité.
    ADN ou sans ADN, trouvez les assassins et commanditaires, eux, doivent au moins nous dire le lieu exact ou ils ont enterrer leurs amis qu’ils ont assassiné.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 12:23, par verité no1
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    Un écrit clair qui ne dit que la vérité !
    Dans ce cas précis, je propose que l’on remette immédiatement l’ex capitaine aux autorités burkinabé pour que la justice puisse se situer !
    On ne peut pas tourner tout un peuple en rond, ce n’est pas possible !
    Les Français doivent également savoir qu’on s’en fiche pas mal de leur machin secret d’état et autres !
    Celui qui n’aime pas Sankara, eh bien, qu’il saute et atterrisse à Abidjan, point barre !
    Sankariste-revolutionnaire, je le suis et fier de l’être !
    Nous allons terminer le combat que Sankara a commencé !

    Par vérité no1, l’homme fort de Dassasgho.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 12:25, par phenix
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    on connait la vérité depuis ( les corps habillés en tout cas) , quelque jours après son assassinat le tombeau du père de la révolution à été ouvert, le corps à été brulé à l’acide avant d’être recouvert par la terre, c’était juste avant qu’on recouvre les tombes par du béton

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 12:37, par verité no1
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    L’impérialisme, à bas !
    Le néo-colonialisme, à bas !
    La bourgeoisie, à bas !
    La féodalité, à bas !
    Les magistrats pourris, à bas !
    Les fonctionnaires grévistes, à bas !
    Les maris chercheurs de femmes, à bas !
    Les brûleurs de feux tricolores, à bas !
    Les Kôrôs aigris et revanchards, à bas !
    Les citoyens inciviques, à bas !
    Les internautes pourris, à bas !
    Les fonctionnaires corrompus, à bas !
    Les politiciens nomades, à bas !
    Les opposants calculateurs, à bas !
    Les militaires putchistes, à bas !
    Pouvoir ! Au peuple !
    Tout le pouvoir ! Au peuple !
    La patrie ou la mort, nous vaincrons !
    Merci camarades !!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 12:52, par Ka
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    Karim merci pour cette analyse : Le secret d’état existe, mais ne reste pas éternellement dans un village comme le Burkina l’est, car tout se sait dans le secret au départ, mais ne tarde pas à être étaler comme une marchandise au marché. Si la tombe de DABO Boukary a été trouvée, celle de Thomas le sera aussi, sans le cinéma de la France avec ses fausses analyses d’ADN acheté par qui la veut. Si vraiment cette tombe est introuvable, une seule supposition sera possible, ‘’’’c’est que Blaise Compaoré et Gilbert Diendéré étaient des cannibales à l’époque pour que le corps du valeureux révolutionnaire mon PF passe à la casserole. Pour l’instant, c’est que les juges n’ont pas de bonne foi, sinon les prisonniers qui ont été choisi pour enterrer à la hâte les corps de Thomas Sankara et ses compagnons, dont certains sont vivants, doivent être auditionné, et nous saurons si le corps de Thom était parmi les autres, ou Blaise Compaoré et Gilbert Diendéré l’ont conservé comme leur trophée de chasse quelque part. Tout est possible avec les criminels en puissance. Mais pour que le Burkina avance dans la sainteté, il faut que toute la lumière soit faite dans les crimes gratuits et impunis. Ce qui est sûr, ces crimes travaillent les consciences de plusieurs décideurs de notre pays qui vieillissent sans le savoir à cause de ça, et tôt ou tard délivrent leur conscience en disant tout. Comme un juriste nous disait, il y a une loi qui permet aux juges Burkinabé d’aller auditionner Blaise Compaoré en Côte d’Ivoire : C’est une occasion d’aller lui demandé où se trouve le corps de son frère d’arme ? Et quand Blaise Compaoré aura parlé de tous ces crimes gratuits, le Burkina avancera sans inquiétude dans son développement et dans son émergence, ainsi que dans une politique et une justice juste.

    Répondre à ce message

    • Le 21 juin à 15:15, par Sawadogo Ahmed
      En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

      Vous racontez des bobards. Vous n’aviez pas connu Le Thom voilà pourquoi vous vous agitez tous comme ça . Il nya pas que Blaise Compaoré, Gilbert D, vous oubliez celui qui partageait le même salon Le jour Du 15 Octobre 87 avec Blaise Compaoré. Il est coresponsable de l’assassinat du Thom autant que Blaise Compaore. J’ai nommé Salifou D. Nous pleurons tous ce triste événement, La troisième mort du Thom. Que voulez vous Cest ainsi que disparaissent tous les grands. Les restes de jesus n’ont jamais été découverts dans son tombeau. Et voilà plus de 2000 ans après les catholiques continuent d’espérer. Je propose que La première tombe identifiée au cimetière de Dagnoin soit retenue comme lieu de pèlerinage. Arrêtez tous de tuer tous les jours Le Thom.

      Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 12:52, par bob
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    Le lourd passé rattrapera toujours ces mécréants et fossoyeur de l’Afrique ! Tôt ou tard la vérité jaillira et toutes ses conséquences avec.

    Répondre à ce message

    • Le 21 juin à 13:28, par Ka
      En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

      Même si ses assassins ont détruit son corps par l’acide, ‘’’’que le peuple souverain du Burkina et la famille du valeureux Thomas sankara sachent que le père de la révolution inachevée qui est le fils de toute l’Afrique Thomas Sankara, durant toute sa petite vie, s’est ranger résolument aux cotés des peuples qui ont lutté et continuent de lutter pour la conquête de ses droits naturels.’’’’ C’est pourquoi Thomas sankara est porté dans l’histoire par les voies réservées aux chevaliers de la liberté et aux hommes de progrès, dont ses assassins n’auront pas cet honneur mondiale.

      Répondre à ce message

      • Le 22 juin à 11:00, par SOME
        En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

        mon frere ka, oui il y a l’honneur mais nous voulons d’abord la justice. ceux qui l’ont tué savaient tres bien qu’ils n’ont rien a cirer avec la morale, la dignité, l’honneur ou quoi encore ! La matiere peut etre dissoute dans tout ce que leur science materialiste a su inventé de corrosif, mais JAMAIS ils n’arriveront a corroder nos coeurs et nos ames car la liberté la dignité, etc sont d’essence divine en tout etre. C’est pourquoi on ne peut pas tuer les idees
        SOME

        Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 13:23, par phenix
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    ho j’ai oublié la tête à été envoyé au togo à Eyadema pour être utilisé dans la fabrication des fétiches sataniques (souvent on utilise les ossement des gens puissants et forts en l’occurrence un sankara pour fabriquer les fétiches les plus effroyables). cela démontre la personnalité de blaise

    Répondre à ce message

    • Le 21 juin à 16:59, par Hussein
      En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

      Donc c’est vrai que la tête de Thom Sank a été envoyée en trophée à Eyadéma par Blaise Compaoré et ses acolytes. Le jugement dernier sera très costaud pour beaucoup ! Merci à Mr Traoré pour ce bel article. Nous portons en nous le coeur de Sankara et les ennemis du peuple burkinabé et africain de l’intérieur comme de l’extérieur ne vont pas l’échapper. Pour la justice, la liberté et la gloire du peuple,
      La Patrie ou la Mort, Nous Vaincrons !

      Répondre à ce message

      • Le 22 juin à 11:06, par SOME
        En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

        Tout comme Lumumba qui a été dissout a l’acide et des parties de son corps ont été partagées en trophée entre des gens qui vivent encore aujourd’hui qui les possedent toujours sans etre inquietés. L’impunité a propos de l’assassinat de lumumba leur a donné raison et qu’ils peuvent continuer a assassiner comme ils veulent
        SOME

        Répondre à ce message

    • Le 21 juin à 20:15, par Le Moaga du marché central
      En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

      Enfin la vraie face de Blaise compaoré révélée au grand jour. Aussi vulgaire qu’un coupeur de route drogué au cramazole. C’est celui-là qui a eu notre destin en main pendant 30 ans et les résultats sont patents

      Répondre à ce message

    • Le 22 juin à 06:36, par ngoonga
      En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

      Mais ou est Gnassingbé Eyadéma ??? Pourquoi a t il accepter de mourir s’il est fort ??? erreur pourquoi a t il accepter de se faire bouffer par ses crocodiles lorsqu’il a voulu jeter son fils dans cette eau et de façon miraculeuse il s’est retrouver face à son destin.

      Seul ALLAH est fort. Attendez de voir le cas de l’autre également ce n’est que le début.

      Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 13:32, par un lecteur
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    belle analyse mon frère !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 14:01, par yekatoi
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    Mon cher Karim, simplement fantastique. Toujours un plaisir de te lire. Affaire Sankara, je crains qu’on ne connaisse jamais la verité un jour. Les temoins occulaires quittent ce monde chaque jour et le principal personnage qui pouvait nous edifier est tellement taciturne, en plus il n’est même plus Burkinabè. Cela me rappelle la terrible douleur qui a suivi la destruction du temple de Jerusalem, ou un croyant dis, y’aura t’il un nouveau temple pour les enfants d’israel ? et le prophete de repondre. Oui, mais dans le coeur des enfant d’israel. Sankara existe parmi nous en esprit, c’est le principal

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 14:13, par HIEN
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    La meilleure manière de rendre justice à Thomas SANKARA, c’est d’incarner les valeurs qu’il a defendues

    Répondre à ce message

    • Le 21 juin à 14:58, par warzat
      En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

      Bien dit ; je connais un qui se comportait comme vous le dites dans notre administration et socialement, un gars bien comme on dit, il remboursait même les trop perçus de frais de mission (ex:celle prévue pour durer 7 jours et la mission se termine en2 ou3 jours) au grand dame de la comptabilité et de ses collègues. Les mesquineries et les magouilles diverses ont eu raison de lui et il a accepté de quitter le Burkina, le cœur serré, il enseigne maintenant dans des universités à l’étranger en anglais comme en français et consacre beaucoup de temps pour des recherches à la fondation Bill Gate. Il faut être extrêmement fort et d’une moralité sans faille pour tenir le coup et se comporter comme le voulait Sankara. Comme quoi, la mondialisation a du bien, quand on est compétent, c’est valable partout et on va librement où on veut avec la protection des hautes autorités des pays.

      Répondre à ce message

      • Le 22 juin à 14:08, par oscar
        En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

        Je suis du même avis que toi. Travaillons plutôt à être de très bonnes copies de SANKARA et il sera fier de nous de là ou il est. Ceux pillent nous ressources, beaucoup sont nuls s’ils sont réellement compétents qu’ils aillent faire valoir leurs compétences dans les institutions internationales ou dans le privé.

        Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 14:18, par jan jan
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    Qui sème le vent récolte le "tempo" comme dit le chanteur. Août 1983 a semé la tempête de la "révolution" avec à sa tête le capitaine Sankara qui avait des idées très" éclairées" sur comment il voulait que son pays "soit" même au prix de sacrifice de beaucoup des enfants de ce pays. Finalement le fameux "poteau numéro 5" qu’il menaçait chaque fois d’y prendre les "réactionnaires" l’a bouffé lui-même.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 14:31, par DREAM
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    Belle analyse, vivement que toute la lumière soit faite un jour sur cette affaire. Le peuple burkinabè mérite au moins de connaître la vérité sur ce crime crapuleux et que les assassins soient poursuivis et punis à la hauteur de leur forfait. Trop de lenteur dans le processus d’établissement de la vérité.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 14:36, par Yiriba
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    M. Karim Traoré, vous avez fait ici un excellent exposé et analyse. Merci. Quant à la question de l’ADN introuvable du PF, j’invite les concitoyens à croire à ce résultat d’analyse négatif. Si nous renions la science, on risque de se retrouver dans des mauvais chemins. La vérité révélée par la science est rarement contestable. S’il existe un complot dans les résultats scientifiques, on peut toujours rétablir cette vérité et démasquer les complots. La science est accessible aux Africains et largement à plusieurs autres nations. On possède déjà 99% de la vérité sur la mort de Sankara. Ce dernier a été trahi, assassiné, et il est réellement mort. Les principaux acteurs et responsables de cette mort tragique sont identifiables, connus et vivants. Tout ce qui est faisable pour le plan judiciaire peut être entrepris sans connaître avec précision le 1% de faits manquants, à savoir la sort réservé à la dépouille de Sankara. Ce qui ne veut pas dire que c’est sans importance et que la lumière doit pas être faite sur cette question aussi.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 14:36, par BAYILI
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    si j’étais un décideur j’allais contacter la Russie pour l’analyse des restes de son excellence Monsieur Thomas SANKARA. Mais repartir voir celui qui a commandité l’assassina de quelqu’un pour une authentification de sa victime. vraiment on connais déjà les résultats.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 14:46, par HORUDIAOM
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    Je souhaite que Alassane Ouattara tombe et que SORO soit capturé par la CPI et on verra ce que Blaise COMPAORE va devenir. Le fantôme de SANKARA le suivra toute sa vie car jamais il n’a eu de remord pour cet assassinat barbare et lâche.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 15:07, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    ’’...il est grand temps que les historiens de notre pays recueillent pour la postérité le témoignage des protagonistes encore vivants’’.

    - Si je parle, des mécréants vont encore m’insulter, mais je vais m’exprimer tout de même. En fait, mon frère, tu as raison. Il faut que les gens parent pour qu’on sache. Malheureusement, nous sommes au Burkina Faso et surtout la plupart de ceux qui sont mêlés sont des mossis. Or ils ne diront pas si facilement ce qu’ils savent car ils ont les ventres très profonds, sans oublier qu’ils sont trouillards pour la plupart. Si c’étaient des bwabas, ils allaient tout dire et demander qu’on les tue en même temps. Sachant celà, où sont ceux qui ont exécuté et qui sont bwabas (Nabié) ou qui pourrait en savoir un bout et qui sont autres que mossis (Gaspar Somé) ? Ils sont tous ad patre pour ne pas un jour avoir à parler de cette affaire.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 15:17, par Zangoté
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    Qui nous ouvrira la porte du mystère SANKARA ? Je me demande si nous vivons tous la même soif de justice pour Tomas SANKARA. Comment comprendre qu’on se retourne vers un pays fortement soupçonné dans l’assassinat du père de la Révolution pour lui demander de nous aider à trouver les coupables ? A-t-on besoin d’une seconde de réflexion pour comprendre que ni la France, ni ses alliés ne contribueront presque jamais à la manifestation de la vérité sur l’assassinat de Thomas SANKARA. Il fallait donc se retourner vers des pays moins amis avec la France et de façon générale l’occident. Il faut comprendre que la continuité en France est un principe sacré et que même si les régimes et les hommes changent, la politique française ne changera pas d’ADN vis-à-vis de l’Afrique. Comment voulez-vous demander à une mère de contribuer à arrêter et à livrer son fils voleur à la justice ? Je préconise qu’on se retourne vers les pays de l’Amérique (Venusella, Cuba,... ou vers l’Asie ).

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 15:24, par BAYILI
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    si j’étais un décideur j’allais contacter la Russie pour l’analyse des restes de son excellence Monsieur Thomas SANKARA. Mais repartir voir celui qui a commandité l’assassina de quelqu’un pour une authentification de sa victime. vraiment on connais déjà les résultats.

    Répondre à ce message

    • Le 21 juin à 16:02, par Paulus
      En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

      ya pas à s’exciter. des preuves existent car des témoins ayant participé à l’enterrement du Président du Faso sont vivants et ont parlé, la tenue qu’il portait le jour de son assassinat a bel et bien été retrouvée dans la tombe. Donc les preuves matérielles existent. Il en est de même pour les autres martyrs du 15 octobre 1987.

      Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 16:15, par humm
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    Honte à nos autorités. Moi je suis découragé car personne ne veut la manifestation de la vérité. On ne peut comprendre pourquoi on laisse les auteurs (Dienderé et autres) qui sont toujours vivants pour se focaliser sur des tests ADN. Allez-y donner un coup de pied à Diendéré et dès ce soir tout le monde saura où est passé le cadavre de Sankara

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 16:50, par soyons sérieux !
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    Est-ce que le climat est le même ici et en Russie pour douter de ne pas avoir pu identifier de l’ADN formellement 30 ans après ici contre 80 ans là-bas ? Pour les profanes, le froid conserve alors que la chaleur contribue à accélérer la décomposition. Si les corps avaient été enterrés normalement dans une tombe cimentée au sein d’un cercueil, on aurait pu retrouver de l’ADN exploitable pour les analyses. Donc, ne mettons pas en doute les scientifiques s’ils n’ont rien pu prouver ou alors cela devient la voie à tout et son contraire qui ne va pas faire avancer vers le chemin de la vérité.
    Mais, hélas ! Au delà, de cette histoire d’ADN, nous avons suffisamment d’éléments pour établir la vérité et rendre la justice. On n’a pas la preuve scientifique que c’est bien lui qui a été enterré à Dagnoen et 99,9% de chance que c’est malgré tout lui. Alors, des initiatives telles que proposées par l’internaute 1 sont inutiles, contreproductives et pertes de temps ; allons à l’essentiel pour découvrir la vérité ! Mais, comme tout le monde veut créer son OSC pour tout et n’importe quoi, il pourra peut-être gagner son gombo dans cette histoire funeste.

    Répondre à ce message

    • Le 21 juin à 23:43, par Sonia
      En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

      Soyons plus serieux encore !!!!
      Je suis d’accord avec vous sur la 2eme partie de votre raisonnement. Mais le 1ère partie est truffée de contrevérités scientifique. La chaleur n’a rien à y voir. Dès qu’il y’a des restes, l’identification est possible surtout après seulement 30ans. Figurez-vous que les restes de pharaons, vieux de plus de 2 mille ans ont pu dire à travers les tests ADN à quelle dynastie ils appartenaient. Après un séjour de 2000 ans à Gizeh au portes du Sahara avec plus de 40° sur plus de 1000 ans.
      Ce qu’on peut dire, cest que ce test est soit positif soit négatif. Dans les 2 cas, la révélation de la vérité est volontairement biaisée. Ça ne peut être mi figue mi raisin. Cest soit figue soit raisin.

      Sonia.

      Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 16:59, par à propos !
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    Savez vous que Sankara a peut-être signé son assassinat lors de la venue de Mitterrand fin 1986 au Burkina Faso ? retrouvez un peu le discours de l’un et de l’autre chez Monsieur l’ambassadeur de l’époque et vous comprendrez. Après, pour l’éliminer, des alliances contre nature se sont constituer avec le Vieux Houphouet, la Françafrique, et, un certain Khadafi car le capitaine dérangeait tous ce beau monde... après les circonstances de sa mort, ne sont à la limite que des concours de circonstances, dans la mesure où il fallait l’éliminer coûte que coûte. Le beau gosse Compaoré s’est chargé de la basse besogne avec des seconds couteaux, exécutant des basses besognes, pendant que lui était soit disant souffrait d’un palu dans une villa près de l’aéroport. Si le 15 octobre ne s’était pas conclu avec la mort de Sankara, Blaise alité aurait été le premier à fuir !

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 16:59, par limbrosse
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    Quoiqu’ils fassent la justice de Dieu sera effective sur terre et ces criminels avant de rendre leur dernier souffle devront dire toute la vérité sur cet assassinat, sinon y aura pas de chemin pour eux.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 17:10, par Anta
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    De la même manière qu’on a fait pour indiquer la tombe de Dabo Boukari, il faut faire pour Tom Sank. Si on coince Diendéré il va dire où Est-ce qu’ils l’ont enterré, s’il ont partagé ses restes aussi pour faire du wack, on saura. Ou bien on veut nous faire croire que Sankara est ressuscité des morts et est monté au ciel ?

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 17:27, par KAFANDO
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    Pourquoi cherchez vous les vivants parmi les morts ?

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 17:43, par Temps de l’action
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    si le destin propre des heros de l’histoire c’est d’avoir son presumé corps errer à travers les nations en quête d’identification pendant que son âme gémit dans le séjour des morts, on en veut pas. il faut permettre à cet individu de retourner se reposer dans sa tombe

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 19:20, par wenda ye la faandaqaqqaaaqaseqq
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    Personne ici bas ne saura les vraies vérités et motivations des assassins et où est Thom SANK. Tout ce que je sais, seul Dieu détient la vérité et est patient. Vous vous pressez pour rien, à la mort de chacun de nous on saura la vraie vérité. C"est pour cela je reviens sur ce qu’a dit la Bible Jésus à dit ÷"laissez les morts enterrer leurs morts et venez me suivre" Alors êtes-vous des morts où faites-vous partie des morts dont parle la Bible ?. Ce qui peut m’intéresser c’est de prier pour le repos de son âme et qu’il soit aux côtés du Seigneur. Dieu nous mettant ou nous a fait tous égaux, tous les hommes sont égaux et Dieu seul sait juger les hommes et lui seul est miséricordieux.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 21:47, par Dagara de chez moi
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    Internaute N°22 Mr soyons sérieux : vous avez sans doute horreur des OSC que vous avez dû beaucoup financé pour si peu de résultats. Vous trouverez en toute initiative rien qu’une opportunité pour des gens de se faire de l’argent. Relisez et voyez par imagination si votre niveau vous le permet un peu, le profil de celui qui fait la proposition, l’internaute N°1. Vraisemblablement, s’il n’est pas mieux que vous il doit être à l’abri du besoin.

    Quant à votre justice on n’attend que vous pour lui faire cracher le morceau, trouver les coupables qui sont connus et qui se cachent et que vous et votre justice pouvez nous les livrer sans délai grâce à votre ingéniosité. Oui, les livrer y compris celui qui était aux cotés de BC dans la villa de l’aéroport (le dineur avec le diable), prêt à s’en fuir en hélico si le coup du 15 OCTOBRE avait capoté. Évitons les minabilités d’esprit face aux choses sérieuses.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 22:16, par Salifsoudre@yahoo.fr
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    quelques observations troublantes. je suis un humain mais j’ai peur ( svp ne parlez pas de réligion)
    Nom Thomas Jesus
    Date de naissance 21 Décembre 1949 Vers décembre
    Père Sambo Joseph (Joseph)
    Mere Marie Marguerite Marie
    Dècès 38 ans Autour de 37 ans
    Durée du ministère 4ans Autour de 4 ans
    Cause du décès Assasiné Crucifié
    Tombe Vide (le test d’ADN ne permet pas de l’identifier) Vide (ressuscité)
    Avec Tué avec ses 12 compagnons Il avait douze disciples

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 23:09, par SOME
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    Ce resultat était déjà connu avant meme de faire les analyses dans la mesure ou on s’est permis de confier cette tache d’identification a un laboratoire francais, qui plus est c’était la police francaise elle-même ! Alors vous attendiez quoi d’autre ? Tu demandes au sorcier de confesser publiquement que c’est effectivement lui qui a mangé ton enfant !

    Cette attitude est bien loin d’etre de la naivete… Si c’est eux là qui s’occupent de ce dossier, depuis le debut, vous comprendrez que le dossier n’ait jamais pu avancer d’un iota. On a beau jouer au cameleon, le cameleon finit par se faire reperer tout de meme ! (du moins aux yeux de ceux qui ne le voyaient ou ne voulaient le voir comme tel). L’evidence est là !

    Alors vous comprenez maintenant pourquoi sankara disait qu’il se sentait seul, entouré qu’il était de traitres armés de poignards prets a le trucider pour pouvoir aller manger. De toutes facons, sankara avait bien dit qu’il y en a qui n’arrivent plus a cacher leur impatience d’en finir avec la revolution pour se goinfrer. Blaise n’a pas pu agir seul. Alors… L’evolution des partis dits sankaristes en dit long de la strategie utilisée.

    Ce comportement concernant l’analyse ADN en dit long sur les personnes ou groupes ou etats, bref tout un reseau d’interets heteroclites impliqué dans cet assassinat. Vous pensez que meme l’ONU allait chercher a renier son propre verdict de jugement dans cette affaire d’assassinat de sankara et de ses camarades ? Bref vous serez plus que étonnés.

    Yacouba Zida a du fuir le pays car il avait commis la grosse betise d’autoriser cette expertise d’ADN. Il fallait absolument rattraper cette connerie de zida et empecher que ca aille nulle part que ce soit, et veiller a l’enterrer au plus vite. Et on a alors sorti la grosse artillerie sans soucier de toute honte ou quoi d’autre que ce soit : le plus important, c’est d’enterrer au plus vite cette histoire.

    L’heure de la clarification avait sonné et on sait qui est qui, et pourquoi au fond sankara est mort de cette facon-là. Et il vient de mourir vraiment de la deuxieme trahison des hiboux aux yeux gluants qui s’etaient infiltrés dans la revolution et dans ce dossier pour mieux la vendre. Et jusque meme dans sa mort : meme mort, ils ne sont meme pas encore rassurés. Le cadavre de Sankara fait tellement peur qu’on ose pas le reconnaitre ! C’est dire leur determination ! ils ne reculeront devant rien du tout. Le capitaliste te vendra meme la corde qu’il va utiliser pour te pendre, disait karl Marx.

    J’ai toujours dit que nous, on s’amuse ; eux ils ne s’amusent pas ! Ce dossier depasse les juges et seule la mobilisation du peuple fera avancer ce dossier et aidera les rares juges et hommes de loi qui veulent faire leur travail.

    Et vous comprendrez pourquoi Blaise se savait homme fort et il le reste encore. Et pourquoi le MPP lui-même ne peut rien faire et il fallait absolument que le MPP gagne ces elections... Et comme le disait Valere Somé, tant que certaines personnes seront encore vivantes, ce dossier ne sera jamais traité. Seule la mobilisation du peuple pourra arriver a exiger la justice dans ce dossier.

    « Les sbires, les bras armés, les seconds couteaux, les exécutants de cette tragédie fratricide sont tous presque morts enterrés, disparus, en prison ou… exilés. » voila le plan fait : compter avec le temps pour enterrer l’affaire comme ils ont enterré la revolution, comme ils ont enterré sankara.

    Mais il faut leur rappeler cette parole de l’evangile de st Jean 12, 23 « Jésus leur répondit : L’heure est venue où le Fils de l’homme doit être glorifié. 24 En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui st tombé en terre ne meurt, il reste seul ; mais, s’il meurt, il porte beaucoup de fruits ». Que ceux qui ont des oreilles pour entendre entendent.
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 22 juin à 06:03, par Toēenga
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    Koro yamyele tu perds tes facultés, on l’a déjà compris.
    Salif soudre, arrête tes comparaison. Faux, christ n’est pas né en décembre, demande à n’importe quel bon chrétien et il n’est pas évident que christ est été cloué sur la croix mais c’est un autre débat. Soit dit faut faire la comparaison avec le nombre de leurs enfants. Arrête tes comparaison trop facile et hâtive. Ya trop de comparaison de ce genre qu’on peut faire à travers l’histoire.

    Horudiaom, faut quitter dans ça. Oeuvre pour la paix dans la région au lieu de t’exiter.
    La révolution ou la pseudo révolution mange ses enfants. Faut savoir cela. Sankara avait la bonne foi pour son pays mais on ne gère pas un pays selon son humeur, ignorance ou je ne sais quoi, y avait quelque chose d’enfantine dans sa manière de gérer le pays. Ainsi que ce soit Blaise ou Pas il devait mourir. on fait semblant, on sait bien que dans le cas contraire, Blaise devait mourir, on feint de l’oublier. Encore revoyer les archives et vous verrez que sankara était en train de faire un virage vers la France, je dis de revoir les archives. Sankara l’anti impérialiste n’es qu’une fausse image : critiqué la France le jour et demander son aide la nuit. L’image anti impérialiste est en fait l’image médiatique de sankara mais pas dans les faits. Ayez le courage de lire les archives. Dans mes analyses je me dis souvent que sankara sachant qu’il tenaillé à l’intérieur et a l’extérieur à préféré mourir pour rester héros. Sinon comment osé attaqué Israël dans un discours à l’onu. Meme en France lorqu’un juif est assassiné des enquêteurs venus des États Unis viennent faire des enquêtes en piétinant les enquêteurs français. Si sankara ne mourrait pas Israël par le biais des états unis nous larguent deux petites bombes à waga. Liser ’’le protocole des sages de sion’’. Même aux États-Unis on l’empêche de descendre là où il veut. Et malgré tout il ne veut pas modérer ses discours. Il savait bien qu’il devait mourir. Il a fallu 2000 ans pour que ’’nag Amadi ’’ en Égypte montre que judas n’a pas trahi jésus il a accompli la mission. Sans judas christ n’aurait pas cette considération à travers le monde. Pensez y. Comment un homme de sa trempe peut se promener avec quelques gardes ? J’étais sankariste 100% mais aujourd’hui tempéré dans mon enthousiasme et mon sensationnel. Mais de grâce sankara voulait développer
    son pays.
    Toēenga

    Répondre à ce message

    • Le 22 juin à 10:21, par SOME
      En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

      mon frere, vraiment quand on s’est embrouillé la tete par ci par là avec des informations que l’on ne comprend meme pas, ce n’est pas la peine de les etaler comme etant du savoir. Le savoir se doit de devenir connaissance ! Dans ce que tu peines tant a echaffauder comme une argumentation ne tient meme pas sur une bequille... Bref qu’est ce que le fameux protocole de sion vient faire là ? Tu veux dire quoi ? Juddas, Nag Hammadi, et bref la bible ou autres on peut en parler... Bref avec des analyses de ce genre, il est normal que de 100% sankara tu sois devenu un tiede pour ne pas dire une glace. As tu jamais ete sankariste d’ailleurs ? C’est quoi meme etre sankariste ? quand Me sankara Benewende se reclame sankariste et que feu Valere somé se dit non sankariste..... Chacun a sa vision mais il faut se donner une fondation beaucoup solide quand on se lance dans certains domaines.
      SOME

      Répondre à ce message

      • Le 22 juin à 13:52, par HORUDIAOM
        En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

        Merci Mr SOME pour ta réponse. Il a dit que SANKARA devait mourir. Pourquoi c’est Blaise qui devrait le tuer ??? L’Iles de CUBA a vécu sa révolution avec les frère CASTRO. Pourquoi Raoul n’ a pas tué Fidèle ??? Pour lui, assassiner son ami est dans l’ordre normal des choses. Il peut défendre Blaise COMPAORE sur un autre dossier mais pas celui de SANKARA.

        Répondre à ce message

  • Le 22 juin à 07:55, par ZIRI’SAYA
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    Ainsi maître sankara a fini de conduire le président du CNR à sa dernière demeure.
    Qu’on laisse maintenant son âme reposer tranquillement.
    Pouvait-il en être autrement, quand on sait que ce avocat est maintenant au mangeoire à côté de salif, celui-là même qui a aidé Blaise à terminer notre cher TOM SANK ? Bori bana.

    Répondre à ce message

  • Le 22 juin à 09:41, par Gringo
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    Mon cher Karim,
    Thomas Sankara est un héritage commun à tous ceux qui rêvent d’une Afrique libre et décomplexée.
    Autant chacun de nous peut écrire ce qu’il veut sur lui, il ne sied cependant pas de faire des analyses en "mode raccoursi".
    Ceci étant, citer le Président Mitterand et conclure hativement qu’il souhaitait la disparition de Thomas SANKARA est un pas que je ne franchirai pas.
    Attention, le Président MITTERAND n’était pas non plus n’importe qui ni le premier venu et sa mémoire doit être également respectée. S’il est vrai qu’en tant que Président de la France, son rôle était de défendre les intérêts de son pays, on ne saurait conclure que tous les Français lui y compris sont des néo-colonialistes donc mauvais pour l’Afrique.
    Il faut, je crois que par moment on accepte nous Africains de nous assumer un tant soit peu et éviter de rendre les autres coupables.
    Enfin, dans votre développement je lis : "quelle idée de solliciter l’expertise des puissances occidentales dans ce dossier alors que ces mêmes puissances ne sont pas blanches comme neige dans cet assassinat politique !? "
    La réponse, vous la connaissez sans doute : nous ne sommes pas capable de le faire et c’est aussi simple !
    Et puis, sachez que contrairement à chez nous où le politicien est présent partout, il n’en est pas de même en Europe et c’est ce qui fait leur force ; tous les labos avec les scientifiques qui y travaillent ne sauraient ne sauraient être à la remorque des politiciens ; et c’est justement en raison de leur probité qu’ils ont atteint ce niveau de connaissance et d’expertise.

    Répondre à ce message

    • Le 22 juin à 10:38, par SOME
      En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

      oui c’est en apparence que la science en europe est apolitique. Il n’y aujourd’hui (et de tout temps) qui ne soit aussi politique que la science. Aujourd’hui nous on souffre et sommes domines parce qu’ils sont utilisé la science comme premiere arme. Certes certains scientifiques et juges se cantonneront a leur profession sans trop, (je souligne ce TROP) se soucier des applications politiques. D’accord avec toi pour dire que nous africains comme on copie toujours tout a la caricature, nous savons compris la politique tout de travers et l’avons imposee dans toutes les sauces : quels pans de la vie aujourd’hui n’est pas infestée par cette comprehension nefaste de la politique politicienne ?
      Seulement dans ce cas d’espece, c’est le laboratoire de la police scientifique de Marseille qui a été chargée de faire les analyses. Vraiment pire qu’une insulte envers notre capacite de comprendre les choses. Comment a-t-on meme pu oser avancer une telle proposition, a fortiori de l’accepter ?
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 22 juin à 10:13, par ARIAS
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    Chers internautes, pouvez vous me rappeler le nom du mesquin, pardon du médecin qui a délivré le certificat de décès de Thom Sank ? Tous ces gens la sont ou ? ADN identifié ou pas, arrivons maintenant !

    Répondre à ce message

    • Le 22 juin à 10:47, par SOME
      En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

      mon frere, comprends ce medecin : il a ecrit sous la dictee de quelqu’un. Meme une mort naturelle est causee par quelque chose : une maladie ou autre. Toute mort a une cause ! Meme le petit voyou de la rue le sait, a fortiori un medecin.
      et donc s’il a ecrit ca, a l’insu de son plein gré ! Comprend le ! Meme l’ONU avait donné raison a la famille sankara, mais ensuite l’ONU a cherche a renier sa propre decision. Tu penses que l’ONU va changer d’avis dans une affaire de justice concernant un pauvre petit pays paumé quelque part dans le sahel là bas, si elle n’avait pas subi une pression de gens bien plus puissants que l’ONU qui est une organisation mondiale et censée etre au dessus des etats ? Etc Tout cela vous dit les enjeux dans ce dossier.
      SOME

      Répondre à ce message

    • Le 22 juin à 14:01, par verité no1
      En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

      Je pense que le médecin n’avait pas le choix que de signer le document !
      D’ailleurs, ils pouvaient même le tuer après signature, son wack à peut-être marché !!!!!!!
      Il ya 3 personnes qui peuvent nous situer.
      1. Compaoré Blaise
      2. Kafando Hyacinthe
      3. Dienderé Gilbert

      Répondre à ce message

  • Le 22 juin à 10:27, par Nacoubala
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    Dommage vraiment dommage que le grand Valère Some nous a quitte. il était convaincu que le corps de Thomas n’étais pas au cimetière mais...

    a très bientôt .

    Répondre à ce message

  • Le 22 juin à 12:35, par Ka
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    ’’’A’’’ l’internaute mon camarade SOME : As-tu le temps de répondre à cet écrivaillon de Toéenga dans son gribouillis ? Que nous ne sommes pas capables de distinguer entre les pattes d’un crabe ou celles d’un milles pattes ? Allons-nous dire que la mort et l’âme de notre valeureux camarade Thomas Isidore Sankara hantent déjà les faux Sankariste comme cet écrivaillions ? Jusqu’à s’en prendre à mon ami et promo Kôrô Yamyélé et de Soudrè ? C’est sans connaître vraiment notre camarade Thomas Sankara et sa révolution inachevée, qui rend ce Toéenga un déliré débile sans raison.‘’’ C’est comme il m’a lancé le mot masturber sans respect l’autre jour dans une analyse dont je maitrise sa profondeur.’’’ Pour moi et comme des internautes de bonne foi, ce nouveau venu Toéenga sur le forum de Lefaso.net, est affamé de foutre la merde aux autres, surtout pour nous autres de bonne foi comme Kôrô Yamyélé , toi, Achille de Tapsoba et tant d’autres, dès les débuts des sites de nos réseaux sociaux au Burkina comme ‘’’Lefaso.net avec son responsable, notre ami C. Paré a la plume d’or et son équipe, que je salue en passant. Ce que cet écrivaillon aveugle ne sait pas, c’est que nous, qui ont cru et croient de nos jours les objectifs de la révolution inachevée de notre camarade Thomas Sankara et sa fidèle équipe, c’est que cette révolution en Août 1983 qui représentait un double caractère, était en sorte une révolution démocratique et populaire pour ceux qui ont compris ces objectifs. Notre révolution avait pour tâche primordiale la liquidation de la domination et de l’exploration impérialiste de l’époque, l’épuration de la campagne de toutes les entraves sociales, économiques et culturelles qui maintiennent dans un état d’arriération, et qui découle le caractère démocratique d’une révolution qui voulait sauver tout un continent. Etre Sankariste ne veut pas dire de raconter ce qu’on ne connait pas de la révolution, mais c’est d’avoir côtoyé l’initiateur avec son équipe, et adopté ses objectifs avec bonne foi comme nous l’avons fait dès le début et continuent de croire : Car tous ce qui sortes comme des objectifs d’engagements pour le développement de notre chère patrie le Burkina- Faso, viennent des tiroirs de Thomas Sankara et sa révolution inachevée. Critiquer ou condamner la révolution de Thomas Sankara est normale et facile, mais les révolutions qui surviennent de par le monde ne se ressemblent pas. Chaque révolution apporte son originalité qui la distingue des autres. Celle de Thomas Sankara et son équipe dont nous autres faisaient partis, n’échappe pas à cette contestation, mais elle a tenu compte des particularités de notre pays de son degré de développement. Et je pense que 99% du peuple Burkinabé l’ont compris jusqu’à ce jour à cause de la corruption à ciel ouvert de la minorité gouvernante. Concernant le dossier de l’assassinat de la mort du père de la révolution, Karim une chose est certaine, on ne saura jamais la vérité et il n’y aura jamais de vérité dans le dossiers Thomas Sankara si Blaise Compaoré n’est pas entendu face a Gilbert Diendéré, et ouvrir chacun sa conscience pour être en paix avec eux-mêmes et le repos de l’âme de leur frère d’arme et bien aimé Tomas Isidore Sankara le valeureux capitaine.

    Répondre à ce message

    • Le 22 juin à 21:08, par SOME
      En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

      Oui mon frere et camarade ka, je peux consentir a prendre du temps pour repondre et confondre cet ecrivaillon gribouilleur, mais je sais tu l’as déjà fait. Je dirais surtout que quand tu vas ton chemin et que ce faisant tu rencontres une horde de cochons en train de se vautrer dans la boue sur le bas coté, continues ton chemin ; ne descend pas te vautrer dans la boue avec eux, car il est de la nature du cochon de se vautrer dans la boue ; c’est son element, c’est sa nature ! Toi tu n’es pas un cochon !

      Mais comprends que l’œuvre de pedagogie que certains camarades comme toi, koro yamyele, achille de tapsoba et quelques autres encore essaient d’expliquer, cette œuvre-là enerve certains qui sombrent dans le mensonge a defaut d’arguments objectifs. M Karim traore a ecrit un article soutenu auquel lui toéenga ne peut opposer un seul argument : il n’en a pas le niveau ! Il parle au hasard sans connaitre le sens des mots qu’il utilise. Laisse le dans sa misere !

      Je dois comme toi donner toutes mes felicitations sa C. Pare et son equipe qui font un boulot correct sur ce site : ils meritent les felicitations en toute objectivité.
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 22 juin à 12:35, par Sidzabda
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    internaute 32 : poste ton article au lieu de critiquer et si tu vas le faire, critiquer ce que tu connais. la Sabbat c’est quel jour ? et pourquoi c’est dimanche qui est devenu le jour de la sabbat ? pourquoi on fête Noél le 25 décembre ? du moment où on a retenu cette date, c’est consacré. on sait qu’il n’est ^pas née en l’an 1. il ne faut pas réécrire la bible car tu ne pèse pas. il a été crucifié sur la croix, cela est dit, il avait douze disciples, cela est connu de tous. Donc tu me diras que Marie n’est pas sa mère et que Joseph aussi n’est pas son père (adoptif). je croyais que ton niveau était un peu élévé, mais c’est dommage de constater que ça vole très bas, alors je préfère m’en aller plus loin pour retrouver ceux qui ont une idée fertile.

    Répondre à ce message

    • Le 22 juin à 17:45, par Ka
      En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

      Zidzabda, ne prenez pas la peine de lire cette personne du non Toéenga qui ne vient pas sur le net avec des critiques fondées que de saboter les autres avec des débilités. Je m’associe à toutes et tous les internautes de bonne foi, et pour demander aux uns et aux autres de l’ignorer complètement, c’est un faux jeton qui ne sait rien que d’avoir des critiques et des autos critiques stériles a ne pas écouter. Je profite dire à ce morveux qui m’a lancer le mot masturbation sans aucun respect, ‘’’’que la critique doit être fondée sur l’argumentation solide qu’on connait et qu’on n’a vécu, et non sur le dénigrement, des injures, et surtout des railleries comme tu fais quand on ne t’écoute pas.’’’

      Répondre à ce message

  • Le 22 juin à 13:19, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    MErci pour cet article. C’est bien et même très bien comme verbe. A la forme impeccable, un fonds très pertinent ! Il n’ ya qu’un seul moyen de venger Thomas Sankara : vivre comme lui, dans l’exemplarité. Et dans la patience ! Souvenons de Thomas Edison, à sa mort. Les gens ont vite fait de dire qu’il faut lui rendre hommage pour ses inventions ( ampoules electriques : pour la 1ere fois, l’electricité decouverte devenait une chose utile aux hommes). Comment ? En arrêtant tout ce qui est electrique dans les usines, l’adminsitration et partout. Très vite, tout le monde se rend compte qu’ une telle initiative va être desastreuse pour les USA. L’idée fut abandonnée. Alors d’autres plus perspicaces en arrivent à la conclusion que cette impossibilité etait en realité le meilleur hommage à Thomas Edison, tant toute l’Amerique est devenu subitement dependante, asservie à cette invention. La vraie justice est celle d’en Haut : nulle n’ y echappera. Recherchons cette justice plutôt que celle des hommes.
    A bas Dieu et vive l’universalité d’esprit !

    Répondre à ce message

  • Le 22 juin à 14:58, par Toēenga
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    Semé le sensationnel. Quand même, est-ce tous les leaders des partis et osc sankaristes étaient déjà dans la politique au moment de la mort de sang. Some tu ne détiens pas le monopole de la vérité ni du savoir.
    Toēenga

    Répondre à ce message

  • Le 22 juin à 15:37, par Thomas
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    Donc jusqu’à présent vous n’aviez pas compris ?
    Les bouchers de Thomas SANKARA on reçu l’ordre de ramener son corps. Alors, ils se le sont divisé chacun volant montrer à son patron(Les français,Les Américains, Ouphouet Boigni et bien d’autres VAMPIRES et fossoyeurs de l’Afrique) la preuve de sa mort. D’aucun disent que beaucoup disaient vouloir sa viande. Ils l’ont découpé comme ils l’ont fait avec SIGUE Vincent (Ils ont coupé sa tête sur la route du GHANA pour montrer la preuve de sa mort)
    Si ce qui est dit ici est faut, alors que ceux là qui sont cités disent à Blaise de dire où est la tombe de SANKARA. Ce qui est sûr, ils sont tous mêles (Conf la réticence Française et les documentaire pour le Américains ; pour Boigni, il n’ y a pas de démonstration à faire).
    C’est mieux que la justice fasse parler des gens maintenant, si non, si des vengeances vont se faire au sein même de la population, il y a des ambassades qui vont fermées pour fuir et des familles Burkinabès qui vont finir.

    Répondre à ce message

  • Le 22 juin à 16:25, par burkiimbi
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    SANKARA a été assassiné. C’est Vrai.
    Il y a eu UN TEMOIN survivant ( ALOUNA TRAORE) qui a confirmer cette mort.
    Il y eu des Prisoniers sortis de la MACO (don’t le DEPUTE YAMBA MALICK) pour aller enterer SANKARA et ses COMPAGNONS. Il affirme avoir enterer personnellement le Président SANKARA. ça aussi c’est Vrai.

    Maintenant QUESTION/ ? QUI EST CE QUI PEUT JURER Q’APRES CET ENTERREMENT A LA VA VITE, ON EST PLUS REVENU SUR LES LIEUX POUR MANIPULER LES CORPS ? PERSONNES.

    LES ADN QUE L’ON ARRIVE PAS RETROUVER, EST POUR LE PRESIDENT SANKARA LUI SEUL OU BIEN C’EST POUR TOUS SES COMPAGNONS TOMBES AVEC LUI ?

    Répondre à ce message

    • Le 22 juin à 20:17, par SOME
      En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

      Je me permets de te rappeler que bien des riverains ont confirmé que dans les jours qui ont suivi l’assassinat et l’enterrement, il y avaient des gens au cimetiere la nuit. Il y a bien d’autres temoins (meme parmi ceux qui ont enterré et ceux qui ont decoupé le corps) qui sont encore vivants. Ils ne peuvent parler tant qu’il y a certains qui sont au pouvoir. Valere l’a dit et il sait de quoi il parle. Et meme si valere ne l’avait pas dit, tout le monde le sait (tout se sait a Ouaga !). Ceux qui ont fait semblant de parler, ils ont vu comment ils ont fini... Le message est assez clair. Et comme l’a dit le koro yamyele ; regarde bien ce que sont devenus ceux qui ont touche de pres ou de loin a cette affaire et qui ont voulu prendre leurs aises : ils sont où aujourd’hui ?

      Si le corps y est, alors dire que l"ADN n’est pas exploitable : les os ne disparaissent pas si rapidement. Donc le corps n’y est pas comme l’ont dit certaines personnes. Et si le corps n’y est pas, il est où ? Et qui en a decidé ainsi ? etc. Il y a recel de cadavre. Et comme sankara avait demandé, le president qui a succedé au pouvoir doit fournir des informations a la famille a propos d’un citoyen disparu dans l’enceinte d’un etablissement sous la responsabilité de l’état (c’est la constitution), il doit donc diligenter une enquete afin de trouver une explication a cette disparition sans cadavre retrouvé.

      Et pourtant aussi, il a fait delivrer un certificat de deces affirmant que sanakara est mort de mort naturelle. Soit ! mais où a-t-il mis le cadavre ? Le cadavre appartient a la famille. A moins qu’il en ait fait une confiscation. Dans ce cas qu’il en notifie la famille des raisons etc. ; qu’on leur montre le cadavre meme si on leur dit qu’on ne le leur remettra pas ; là au moins c’est clair et on aura le coeur net.

      Là ou c’est biaisé et il est clair que l’on ment, c’est la question que tu poses : ce n’est thomas sankara seul qui a été déterré pour faire les analyses : il y a eu aussi la tombe de son chauffeur Somda Der, le premier abattu au conseil de l’entente, a ce que je sache. Alors pourquoi on ne parle pas des resultats les concernant ? Eux aussi, c’est impossible de les exploiter ? Pourquoi maitre Benewendé n’a rien dit a ce propos ? Qu’y a t-il a cacher ? Et pourquoi ?
      SOME

      Répondre à ce message

      • Le 27 juin à 17:58, par Trahison
        En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

        Pardon, SOME, quand tu parles, ne mentionne meme plus ce sankara avec s minuscule-la. Sankara s’ ecrit avec S majuscule. Il n’ appartient pas a n’ importe quel tartampion de pretenre le defendre. Le voila. Sa bouche est trop nbourree de farine auourd’ hui. Il a baise la culotte. Celui qui aime manger ne peut pas etre un revolutionnaire, encore moins un Sankariste.D’ ailleurs, qu’ ils repondent tous a la question que tu as posee : C’est comment ils definisent leur sankarisme-la ? Je remercie en passant Koro Yamyele, Koro Ka et C. Pare et toute son equipe. Vous etes le meilleur journal a l’ heure comme ca. J’ admirais aussi l’ Evenement, mais on atout compris. Enlevez nos noms dans votre business.Arretez de nous memer en bateau vers des destinatins qu’ on connait deja. Vous nagez dans notre intelligence. On a retrouve le code genetique de Lucie, e l’ homme d’ Oldway dans la Vallee du Rift, en Ethiopie. C’est trente ans d’ ossements seulement qu’ on ne peut pas ?Est-ce que ces gens -la ne se sont meme pas partages la viande de nos martyrs manger entre eux ? Ils croient a du n’ importe quoi ces messieurs. Pourtnt, ils ont perdu le pouvoir, meme apres les albinos enroules dans du percal chez eux.

        Répondre à ce message

  • Le 22 juin à 17:06, par Danga
    En réponse à : Affaire Thomas SANKARA : Entre secrets d’Etat, mystères et Justice

    Trop de recherche pour rien. Il y a 2 témoins physique de l’assassinat du President Sankara(paix à son ame)
    1. Gilbert Diendere
    2. Salifou Diallo.
    Le reste n’est que conjectures
    Et tant que Salifou Diallo sera ou pouvoir, les dossier sankara et dabo ne connaitront jamais d’issu.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés