Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

Par Anselme SANOU Psychologue au service d’hygiène de Bobo-Dioulasso • mardi 20 juin 2017 à 22h15min

Anselme SANOU, psychologue au service d’hygiène de la commune de Bobo –Dioulasso, lors d’une rencontre dans un service de santé avec une fille de ménage traumatisée par une longue période de maltraitance psychologique, a été choqué par cette situation et le fait lui a rappelé la triste mort par pendaison en Arabie Saoudite d’une fille de ménage d’origine burkinabè. Mort qui avait défrayé la chronique en son temps et choqué plus d’un burkinabè. Selon le psychologue Anselme SANOU, la situation des filles de ménage est préoccupante d’autant plus que la plupart d’entre elles subissent un traitement inhumain dans notre pays, où elles sont aussi exploitées comme une main d’œuvre bon marché, corvéable à merci. Suivons son analyse.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
 Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

Au Burkina la plupart des familles à quelques exceptions près ont à leurs services une « fille de ménage ». Le dernier RGPH-2006 indique que la catégorie « aides familiales » représentait l’essentiel des actifs occupés (46,9 %). En effet, nombre de familles disposant d’un minimum de ressources sollicitent des aides familiales pour faciliter la gestion des travaux domestiques.

Cependant, ces dernières sont le plus souvent employées dans des conditions très difficiles. Le pire c’est que la plupart du temps ce sont leurs congénères très sensibles à la cause de la femme qui leur infligent ces mauvais traitements dignes de l’esclavage moderne. C’est en cela que le thème du 8 mars 2017, « Engager la responsabilité des communautés dans la lutte contre l’exclusion sociale », à tout son sens pour arrêter au nom de la cause de la femme cette exploitation qui a des conséquences énormes sur la santé physique et mentale des filles de ménage couramment appelées « bonnes ».

Connues sous le nom de bonnes, leur rêve de vie meilleure se transforme vite en cauchemar

Plusieurs dénominations servent à désigner ces filles de ménages (à la place de femme parce que ce sont souvent des gamines). On les appelle aussi aides familiales, ou de façon péjorative « filles domestiques » ou encore « bonnes ». Nous allons adopter cette dernière dénomination qui est la plus utilisée au Burkina Faso. Elles ont entre 09 et 16 ans et viennent pour la plupart de villages éprouvés par la pauvreté et autres aléas. Poussées par les difficultés et n’ayant aucune solution à l’immédiat, elles migrent vers les zones urbaines espérant trouver un travail, qui pour aider la famille restée sur place, qui pour faire le trousseau de mariage ; dans tous les cas, la ville passe pour offrir plus d’opportunités « pour s’en sortir » plus que le village. Si certaines filles quittent ou fuient les villages pour devenir « bonnes » dans les grandes villes, d’autres sont victimes de la traite de réseaux qui les « placent ».

Dès que le portail s’ouvre pour la laisser entrer dans son univers de bonne, le rêve de vie meilleure de la petite rurale et autre se transforme en cauchemar ; la tendre femme, la « tantie » qui est venue la chercher se métamorphose en redoutable patronne. Directement mise à la tâche sans formation (sur les compétences multiples dans les règles d’hygiène, le nettoyage, la cuisine…), avec des attentes excessives ! Elle les apprendra sans ménagement. En tant que femme elle devait avoir le ménage infus- dans un climat de menace et de mépris ! Il faut bien la dompter ! Après, la tantie décharge sur ces frêles épaules tout le poids du ménage ! Cette « machine à travailler » doit : -balayer la cour et nettoyer des sols et autres surfaces (meubles, tables, vitres) ; faire la vaisselle ; rendre tout nickel, -Après chauffer l’eau, -préparer le petit déjeuner, -réveiller la patronne et les enfants, -préparer les repas et les servir, -faire la lessive et ranger le linge, -prendre soins des enfants, -faire les courses, -changer les draps et faire les lits (si encore elle n’est pas utilisée comme objet sexuel, ce qui est encore un non évènement !) Pour se taper tout ce travail il faut de la disponibilité !

Elle doit être débout à la première et dormir la dernière ! Sept jours sur 7, du 1er au 31 et de janvier à décembre, sans répit ! La tantie peut alors croiser les bras ! Pour cela elle préfère la voir dormir à la maison ! Tout cela pour combien de franc encore ! Le plus souvent pour un salaire d’esclave (entre 4000-7500FCFA, au mieux 10000frs CFA) qui est aussi payé suivant les humeurs de la tantie. Pour justifier ce salaire dérisoire, la tantie ne manque pas d’argument : « Je la traite comme mon propre enfant ! » ou encore « Elle mange et dort chez moi, comme un membre de la famille ! ». Mais la réalité est tout autre. En fait d’intégration, la bonne entretient la maison mais y vit comme une véritable étrangère. De nombreuses bonnes dorment le plus souvent dans un petit coin, à même le sol, mangent les restes et dans des plats « déclassés ».

Il n’y a aucun mal à apprendre à l’enfant la dureté de la vie ! Seulement, à la place de relations parentales de confiance et de négociation, entre la bonne et la tantie, c’est une relation de méfiance, d’emprise, tyrannique. Parfois, la présence de la bonne, si elle diminue la charge des tâches ménagères – sur les femmes –en les déplaçant- elle ne vient pas toujours diminuer les tensions dans les familles. En effet, les tontons (les époux des tanties) dérangés par les incessants cris de leurs épouses ont pour leurs frais quand ils tentent de « s’immiscer dans cette affaire de femmes » ! Même si le tonton arrive à s’imposer, le résultat reste le même ! La violence devient plus discrète mais autant impitoyable ;

Elles ne peuvent plus aller à l’école comme les enfants de leur âge ou apprendre un autre métier pour avoir un autre destin.

La violence subie par la bonne ne serait que la traduction consciente ou inconsciente d’une volonté de domination, donc un acharnement devenue une idéologie. Mais quel peut être l’état d’esprit d’une bonne qui subit la violence ? Peut-elle avoir de la bienveillance envers la patronne et ses enfants ? Non ! Elle reproduira l’agression sur les enfants et sera alors perçues comme une « méchante fille », qu’ « il faut écraser », sinon une potentielle rivale dont il faut se méfier ; une bonne bien traitée deviendrait insolente. Les patronnes donnent aux bonnes tous les noms d’oiseau, les humilient, leur montrent qu’elles ne sont rien, ne valent rien, ne méritent pas le respect ; des abus émotionnels qui laissent beaucoup de traces à l’âge adulte. Les conditions de travail des bonnes détruisent leur santé (physique et psychologique) leur dignité est bafouée, leur avenir hypothéquée et maintenue dans des rôles stéréotypés ; elles ne peuvent plus aller à l’école comme les enfants de leur âge ou apprendre un autre métier pour avoir un autre destin. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 20 juin à 15:01, par Tinto
    En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

    Sujet très intéressant qui devrait interpeller les vraies femmes pour des actions fortes ou des conférences lors de la commémoration du 8 mars. Hélas, est-ce que les femmes elles-mêmes sont soucieuses de l’amélioration des conditions de la femmes ??? Avez-vous surpris une seule fois les responsables des femmes entrain de s’indigner par rapport à toutes la pornographie qui circule en ville (médicaments de la rue, journaux, images obscènes dans les maquis et autres débits de boisson, etc) ? De plus, la maltraitance des "bonnes" provient de qui ??? N’est-ce pas des femmes ??? En tant que psychologue, j’encourage l’auteur de l’article à poursuivre son investigation. Il y a tant de mystère concernant la cruauté de la femme envers la femme !!! Même celles qui ont été victimes, reproduisent cette cruauté mille fois plus sur les enfants des autres. Ah ! Quelle mystère...

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 15:03, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie
    En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

    Ne manquez-vous pas d’objectivité et de profondeur dans votre analyse ? Et vous m’avez laissé sur ma soif losque vous avez evoqué le cas de maltraitance en Arabie Saoudite. Le sort des filles de menages surtout nos soeurs sont celles d’une esclave. Bref !
    Vous analysez avec un grand parti pour les filles de menage. Parlant de salaire, combiend e fonctinnaires (enseignants, infirmiers, etc ...) ont un salaire qui leur permettent de payer une bonne à 25000FCFA ? La condition salariale de ces bonnes restent tributaire des conditions de vie au Burkina Faso. De plus, de nos jours, ces filles, en connaissez-vous les caractères ? Vous ne serez pas veridique si vous en faites table rase. Je reconnais la maltraitance dont elles sont l’objet. Est-ce tout cependant si on veut toute la société ? En realité, il faut toute une prise en charge sociale des besoins des familles en la maitère si on veut ameliorer le sort de ces filles. Leur rôle est indispensable. Mais que faire ?

    Répondre à ce message

    • Le 20 juin à 15:54, par Une femme au foyer
      En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

      Je valide :
      1. Je reconnais la maltraitance des "bonnes" ; C’est dommage et il faut y remédier.
      2. Le fonctionnaire burkinabé "lambda" ne peut pas se permettre de bien payer une fille, car lui même n’est pas bien payé.
      3. phénomène naturelle, mythe, nature, je ne saurai l’expliquer : je sais juste que dans plusieurs famille, certaine filles, bien traitées finissent toujours par décevoir. Soit une rébellion à un certain moment, une grossesse, un retournement de veste dont on ne sais expliquer. Cependant ce n’est pas une raison pour maltraité ces filles.
      3. L’action sociale devra mettre à la disposition du public un numéro gratuit afin que les cas de maltraitances soient signalés.

      Répondre à ce message

    • Le 20 juin à 16:00, par linoversace
      En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

      vous avez un problème, vous... mr bernard luther king machin..c’est justement parce que leurs rôle est indispensable que l’on se doit de bien les traité.

      Répondre à ce message

    • Le 20 juin à 16:42, par Parfait
      En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

      En tout cas moi je traite bien ma bonne !!!! si vous vous ne traitez pas bien votre bonne ça ,c’est votre problème !

      Répondre à ce message

    • Le 20 juin à 16:45, par L’autre
      En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

      Vous dites "Leur rôle est indispensable". On vous souhaite que vos enfants soient ainsi pour le bien de la NATION ?
      C’est quoi ces raisonnements ? On doit supprimer l’esclavage POINT BARRE comme dirait l’autre. L’auteur interpelle un pays qui est incapable de venir en aide aux plus démunis. Si les tanties ne gagent pas assez elles cèdent leur travail à quelqu’un d’autre et s’occupent de leur famille. Scolarité obligatoire de 6 à 16 ans

      Répondre à ce message

      • Le 21 juin à 13:05, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie
        En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

        Vous me prenez au mot. Je vais vous prendre au mot. J’ai dit "role" plus precisement "fonction". Je n’ai pas dit que les "bonnes" sont indispensables.Bref ! Pour le reste, venez à mon institut de changement de mentalité. Pour vous repondre, je souhaite vous vous mariez et que vous ayez un bébé de 1an. Où vous faites recours aux services des bonnes, ou vous demandez à votre maman de venir vous aider pendant que Madame est au service à Ouaga et vous à Djibo. De plus, sachez que ces filles en general ont echoué à l’ecole au village et n’ont plus de recours si ce n’est justement de se faire domestiques. Personne ne les arrache de leur scolarité pour un travail de bonne. Sachez qu’il y a des bonnes qui ont été dejà scolarisés par leur tuteur et sont même fonctionnaires de l’Etat.

        Répondre à ce message

    • Le 20 juin à 18:25, par Alexio
      En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

      Ce phenomene est international, issue de la traite des noirs en Afrique qui s est prolonger jusqu aux Etats Unis d Amerique. Mais abolit aujourdhui par l entremise de la "AU-PAIR" modernise et reglemente par des lois en vigueur
      Dans notre temps moderne la seule solution est de reglementer et enregistrer d un contrart specimen pour les travaux a effectuer, les heures de travail fixes pour prevenir tout abus. Une organisation syndicale pour ses femmes qui fixera les pris a variables segments, c est a dire selon les besoins du solliciteur.Une assiette de prix.

      Dans les pays les mieux lotis dans un domaine appelle "AUPAIR", une organisation qui fournit des fillettes de services familliales dans l intention premiere d apprendre la langue du pays d acceuil moyennant ses services. Elle devient dans contexte un membre de la famille avec les memes doits de traitements humains. Le pays le plus populaire qui en a fait une petite industrie pour ses ressortissants dans le monde est les Phillipines, USA, les pays scandinaves, L Engleterre, la France sont des pays d acceuil.

      Les memes problemes d abus ont ete devoiles par certaines de filles de services leguees aux abus sexuel , faute de parler courramment la langue du pays d acceuil. Leur passport sont confisquer jusqu a la fin de leur sejour.

      Comme il ya des mauvais grains dans le grenier, les politiciens de beaucoup de pays ont l organisation sous loupe d investigations pour relever les irregularites et dedommanger se fillettes en cas d abus de contrat.

      En Afrique on ferme les yeux sur les tares de cette culture qui deshumanise ses fillettes de services qui ce retrouvant dans ce besoin criant pour sauver sa pitance quotidienne.

      Répondre à ce message

    • Le 20 juin à 19:46, par Ti-Gre
      En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

      Si tu n’as pas les moyens de payer correctement une employée de maison tu fais le travail toi-même c’est aussi simple que ça comme ça se fait dans la majorité des foyers dans les pays occidentaux.
      L’idée même d’avoir des gens à son service doit être bannie.
      Malheureusement je dois admettre que les réalités économiques du Burkina font que ce type de travail sous-payé aide certaines personnes.

      Répondre à ce message

      • Le 21 juin à 09:07, par Alexio
        En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

        Justement les filles de services organisee est une Source de revenu pour celle-ci. Les imperatifs du momeent de certains familles sont obliges de l accepter. Pas de doute que toute le monde ne peut pas se permettre ce luxe. Dans cette culture d exploitatation illegale qui est la thematique. Et la societe ne peut pas s en passer de leur services. Si la majorite des foyers des pays occidentaux sont self-employement dans ce domaine, cela neveut pas dire que ses services n existent pas dans ces pays. Le contexte sosial et les moyens techniques de cuisine sont accessibles a tous.

        En Afrique les hommes ne font la cuisine pour toute la famille generalement. A mon enfance, je me rappelle que j etais le seul qui dans notre famille a aider la mama dans la cuisine, a laver les assiettes que tout le monde a utuliser. Mes freres s en foutaient pas mal. Ici En Europe chacun nettoie ce qu il a utiliser sur la table a manger. Le plus souvent dans la machine a laver dans les familles ou le temps est de l or. Le transport des enfants a l ecole, les achats de nourriture, apres son boulot.

        Le grand dillemme est que Afrique les metiers n ont pas ete integres dans notre systeme scolaire. Voila pourquoi la divison du travail er mal lotti. Nos metiers se trouvent dan le secteur informel qui donnent pas leur valeur intrinseque.

        Au commencement, apres de notre independance. le but de l ecole pour tout le monde etait de devenir un jour un fonctionnaire de l Etat.
        Maintenant la globalisation est entrain de changer la donne. Les metiers sont a pieds egal.

        Cela demande que la societe s organise pour tout defi sosial.

        Répondre à ce message

        • Le 21 juin à 13:16, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie
          En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

          Merci enormément. Vous avez completé ce que je ne pouvais dire en quelques lignes. C’est pourquoi, j’ai parlé d’une prise en charge systemique comme en Europe. Et je pense que c’est l’idée de l’auteur de l’article à la fin de son article. Le probleme est systemique. Et c’est manquer de profondeur que d’accuser les familles d’accueil. Il faut avoir un bébé de 5 mois avec maman fonctionnaire pour mieux apprecier le dilemme. C’est parce que c’est un probleme societal que même les enfants mineurs sont mis à contribution pour jouer ce rôle de bonne. Comment le resoudre ? Il faut carrément une politique publique en la matière plutôt que créer des mesures repressives desquelles mêmes les policiers, les magistrats ne sont pas à l’abri. Menez des enquêtes et vous verrez combien de familles emploient des mineures comme bonnes.

          Répondre à ce message

    • Le 20 juin à 21:14, par une insurgée
      En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

      Très juste Monsieur. Merci pour l’objectivité. Combien de burkinabè peuvent payer 25.000F une fille de ménage qui viendra incompétente que tu dois former, éduquer, nourrir....etc... Au bénin par exemple les filles sont à 25.000F et elles ne trouvent pas facilement travail.....à cause souvent des revenus déjà même de employeurs qui ne peuvent pas payer une fille à ce prix.
      Pour celles qui vont à l’aventure.... je ne sais quoi dire... Je ne peux m’expatrier sans filet de récupération sur et surtout nonobstant tout ce qui est publié sur les réseaux sociaux. Tout le monde est au courant de ce qui se passe dans ces aventures... Combien réussissent vraiment ??? Je n’en connais pas beaucoup pour ne pas dire pas du tout.
      Alors les politiques.... faites de la journée de la femme autre chose que des djandjoba.

      Répondre à ce message

      • Le 21 juin à 12:12, par Marie
        En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

        Madame, vous n’avez les moyens pour bien rémunérer une employée, on ne va pas rétablir l’esckavage pour vous. Faites vos corvées domestiques vous-meme. Faites-vous aider de vos Papou et Mini que sont vos enfants. Quand on a pas les moyens, on ne peut se donner à la paraisse et jouer à la reine. Il n’est rien de révoltant que ces "Madames" autant que leurs époux les appellent (et sans rire) qui traitent la fille d’autrui comme une bête de somme.

        Répondre à ce message

        • Le 21 juin à 13:25, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie
          En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

          Le probleme de la maltraitance est mal diagnostiquée. Ce probléme a existé dans les familles d’accueil avant le phenomène recent des bonnes. Avez-vous connu le sort des elèves dans le temps qui venaient etudier en ville ? En réalité, c’est en general la femme en tant que femme qui est en cause. Cette maltraitance est du même genre que le probleme entre belle-mère et belle-fille. Tout à la honte des femmes !

          Répondre à ce message

        • Le 21 juin à 13:38, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie
          En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

          Ne confondez-vous pas les thèmes ?Avez-vous bien suivi l’auteur ? En fait, il a evoqué très brievement le sort de nos soeurs dans certains pays arabes. Sans aller jusqu’au bout de son idée. Et si vous n’en savez pas grand chose, appelez "forum des auditeurs" de la 104.4 pour demander à ecouter une de leurs emissions. La maltraitance des bonnes est la honte de toutes les femmes.Avant cette maltraitance, il y avait la maltraitance des elèves dans le temps qui venaient poursuivre leurs etudes en ville. Êtes-vous sûr d’etre equitable vis-a-vis des enfants d’autrui ? Question :que conseillez-vous à une femme fonctionnaire avec un bébé de 6 mois qui n’a pas les moyens d’une crèche qui coute 500 000FCFA/An ?. Une politique publique, c’est fait pour resoudre ce genre de probleme.

          Répondre à ce message

    • Le 21 juin à 08:43, par Miryéa
      En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

      M. Bernard, votre argumentaire serait plus ou moins pertinent si vous même vous revoyiez votre expression figurée " PAYER UNE BONNE à 25000FCFA". Je pense que la charité bien ordonnée commence par soi même. On peut payer les SERVICES d’une "bonne" et non ELLE même bien que si je sois conscient de la réalité.
      Rien que cette remarque !
      Merci pour la compréhension et excellente journée à vous !

      Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 15:20, par Espoir
    En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

    Vous l’avez si bien dit " Il faut un droit au travail décent chez les travailleurs de maison", c’est ce qui prône la convention 189 sur le travail décent pour les travailleurs et travailleuses domestiques adopté par l’OIT le 16 juin 2011. Alors œuvrons à ce que le Burkina Faso ratifie cette convention et ensuite prendre des textes d’accompagnement au profit de ce personnel dont le travail est recherché.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 16:48, par Yako
    En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

    Merci Mr Sanou d’avoir lancer publiquement le sujet.En effet,si officiellement l’esclavage n’existe pas au Burkina Faso force est de reconnaitre le traitement infligé à nos soeurs "bonnes"peut être assimilé à l’esclavage tant les conditions de travail et de salaire me font verser des larmes.A qui revient le devoir de protéger cette catégorie de travailleurs ?Les syndicats ont bien domestiqué le concept selon lequel seuls les fonctionnaires comptent au Faso.Alors il est temps que la représentation nationale se penche sérieusement sur le sort de ces" sous-citoyennes",peut-être une loi est nécessaire.A 12 ans on est censé aller à l’école pas au travail et pourtant notre pays a signé toutes les conventions internationales relatives aux droits de l’enfant.En fin,si insurrection il ya,voilà un sujet contre lequel chacun devrait s’insurger il y va de la dignité humaine.Merci Mr Sanou

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 17:13, par SAKSOUL
    En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

    "Peut-on célébrer en fanfare la journée de la femme, se battre pour les droits de la femme, tout en opprimant une autre femme ? Peut-on trouver du sens à cette journée et tolérer l’injustice que la femme fait à cette autre femme. Si les femmes n’y prennent garde, elles seront elles-mêmes comptables du mauvais bilan de la lutte pour les droits de la femme. Agir ce sera donc aider les femmes à ne pas avoir à terme cette conscience malheureuse que l’homme a vis-à-vis de la femme".
    Merci mon frère mais en réalité celles qui célèbrent la journée dite des femmes n’ont pratiquement jamais inclus ce volet "bonne" dans leur vocabulaire quand à la bataille pour les droits des Femmes.Si vous pouviez faire des enquêtes dans les familles des mêmes femmes battantes pour cette liberté des femmes, vous verrez que les "bonnes" de ses familles ne sont pas épargnées ou du moins les plus maltraitées.
    Il faut que les femmes qui se sentent vraiment choquer par ces pratiques mènent la lutte entre elles dans les secteurs et quartiers, autour d’elles pour qu’on espère voir un changement.Car même si les autorités de ce pays prennent des mesures comme vous le dite, il n y aura pas de répercussion.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 17:34, par Annie
    En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

    J’ai "presque" adopté une jeune fille de 12/13 ans déscolarisée. Sa tante me l’a confiée. Elle est allée jusqu’au CM2 et les moyens manquaient. J’étais prête à l’accompagner, je lui ai dit que je ne la considérais pas comme une employée mais comme mon enfant. J’ai ouvert un compte à son insu et j’ai commencé à verser quelque chose / mois. Je lui donnais de l’argent en fin de mois pour ses petits besoins (mes enfants n’avaient même pas cet avantage là) ; quand elle est malade, immédiatement je l’envoyais dans un cabinet de soins. Elle dormait chez nous et rentrait chez sa tante chaque fin de mois. Mes enfants participaient aux travaux ménagers comme elle, je quittais le bureau et j’allais faire la cuisine.
    Après trois mois, la petite est devenue méconnaissable sur tous les plans : elle ne faisait plus mon ménage ; elle me "lorgnait" quand je lui parlais ; quand je rentre du travail le soir, c’est à ce moment qu’elle commence à laver les assiettes sales ou les vêtements sales ; puis elle a commencé à frotter produits éclaircissants... Elle utilisait les vêtements et chaussures des enfants pour aller au marché. Ensuite elle a commencé à fréquenter le voisin d’en face ( un garçon de maison)... Donc après une année, suite à plusieurs tentatives de la ramener "sur le bon chemin", je l’ai renvoyée car elle était devenue une menace même pour mes enfants. J’ai quand meme conservé son compte et plus tard, je lui remettrai le contenu. Cela fait trois ans qu’elle est partie et je me débrouille sans, avec mes 5 gosses.... Je préfère !!!!

    Répondre à ce message

    • Le 21 juin à 08:13, par le meme
      En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

      les comportements qu’elle a fait ne sont pas liés du fait qu’elle soit une servante de maison.
      même nos propres filles se comportent ainsi dans nos familles respectives.nos propres filles deviennent aussi méconnaissables et se comportent pire que ses servantes.
      nos filles fréquentent aussi les voisins.
      vous avez raconté votre propre vécu.ce n’est pas parce que le sujet traite de la maltraitance des servantes ,qu’elles sont nécessairement parfaites.
      vous dites que vous l’avez adopté ? alors vous l’aurez traité comme si c’était votre propre enfant qui avait déconné ainsi.
      quand on ne peut pas on ne s’aventure pas.
      nos mères n’ont pas eu besoin de servantes pour accomplir leurs taches quotidiennes.elles sont les premières à se lever et les dernières à se coucher.
      aujourd’hui quand une jeune fille gagne un foyer, immédiatement elle pose le problème de servante à son époux.juste pour ressembler aux autres.

      Répondre à ce message

    • Le 21 juin à 08:24, par intrus
      En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

      Il faudrait effectivement que le Jeune Sanou cesse d’accabler systématiquement les ménages pour analyser le problème de façon plus objective s’il a le souci d’améliorer le sort de cette catégorie "professionnelle" qui rend d’énormes services aux ménages. Il faut savoir que les filles de ménages ne sont pas toutes des enfants de chœur. j’attire même l’attention des uns et des autres sur le fait que quand quelqu’un quitte son village pour aller à l’aventure (que ce soit en Côte d’Ivoire, en Italie, aux USA ou à Ouagadougou comme fille de ménage), cette personne se caractérise par l’audace et le goût du risque, donc faites attention. Bref, il y a 25 ans de cela, jeune cadre célibataire j’avais une femme de ménage (qui venait le matin et rentrait le soir) que j’ai trouvé un midi en coma alcoolique. j’ai foncé sur mon frigo pour constater qu’elle avait bu la moitié de ma bouteille de whisky. Et que quelqu’un de stupide ne vienne pas me dire que c’est parce que j’entretenais probablement des relations intimes avec elle qu’elle a eu cette inconduite ; jeune cadre, je ne m’en sortais même pas avec les filles qui me "harcelaient".

      Répondre à ce message

      • Le 21 juin à 16:12, par LE PRINCE
        En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

        INTRUS ne mettez plus votre wisky au réfrigérateur car ce n’est pas sa place !!!!!!! Jeune cadre tu as voulu faire d’une pierre beaucoup de coups et j’espere que tu es passée a une seconde bonne pour continuer a en faire tes coups de jeune cadre célibataire !!!!!!! Ne laisses plus l’alcool a la portée des enfants car je trouve cela totalement irresponsable.

        Répondre à ce message

    • Le 21 juin à 09:15, par Une femme au foyer
      En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

      Une histoire qui malheureusement est entendue dans plusieurs familles ! ces dommage mais ça arrive de plus en plus que certaines filles deviennent méconnaissables. Celle qui est chez moi, est une fille mère qui vit toujours avec ses parents. Chaque jour que DIEU fait, je dois répéter la même chose. Même les activités de routine doivent être ra pellées. Elle est payé à 15000F et travail de 7h à 13H. Le travail consiste à nettoyer la maison et faire la vaisselle et la lessive d’un enfant. A midi je lui sert à manger et elle rentre. Je fais ma cuisine quand je rentre du boulot le soir. quand je menace de la renvoyer, elle s’excuse et jure qu’elle va changer car elle veut s’occuper de son enfant. Je note aussi qu’elle a travailler dans une alimentation et dans un service de nettoyage et a été renvoyée. Juste un exemple pour monter comment il est parfois difficile de gérer les filles qui nous aide.
      Vous avez fait un bon choix ! Je vais envisager de faire pareil.

      Répondre à ce message

    • Le 21 juin à 10:34, par Divina
      En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

      Suis dans le meme cas...la fille qui est avec moi aura 22 ans bientot et en Octobre cela fera 3 ans que l’on est ensemble...je l’ai tjrs bien traite...j’ai fait ses papiers, CNIB, certificate de nationalite...je voulais lui faire un passport mais je me suis ravisee...j’ai ouvert un compte a la SONAPOST ou elle verse regulierement son argent...je verifie qu’elle epergne et je vous avoue qu’elle peut depanner certaines personnes...elle arrive a envoyer de l’argent a sa famille...sa mere m’appelle tjrs pour me dire de m’occuper d’elle comme ma fille...elle a une chambre a part pour elle seule...j’ai juste un enfant...Nous faisons la cusine une fois du lundi au vendredi...je fais la cuisine 3 jrs souvent 4 jrs/7...je n’ai jamais crie sur elle, je ne l’ai jamais maltraite, mon mari non plus...Mais depuis un bout de temps, je commence en avoir assez de certains de ces comportements...a cause de la familiarite, elle commence a nous manquer de respect, elle se sent tellement bien, bien integer et parle comme elle veut...je laisse faire car je me dis qu’elle aurait pu etre notre fille et que j’ai peur de ce qui pourrait l’arriver si elle quitte la maison...bref...pour vous dire que toutes les femmes ne maltraitent pas les filles...et souvent celles qui sont bien traits finissent par te decevoir...et la raison c’est souvent un Monsieur qui est derriere, quand tu veux parler, elle pense que tu ne veux pas de son bien...quand elle se rendra compte c’est une grossesse...et bref

      Répondre à ce message

    • Le 21 juin à 17:53, par BEN
      En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

      BRAVO a vous Annie,je vous encourage a faire vos travaux ménagers avec vos enfants car cela les forge et en plus vous faites en mème temps des économies.

      Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 18:23, par DAO
    En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

    voilà de la matiere pour l’association des femmes juristes mais elles sont plus preoccupees par la question des quotas au gouvernement à l’AN etc....

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 06:44, par Qui le sait ?
    En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

    Bonjour,
    Je suis d’avis en partie avec votre analyse pour la simple raison qu’elle est unilatérale. Donnez-nous votre propre exemple d’emploi de Bonne. Si vous en avez, dites-nous à combien vous lui payé ? Comment vous la traitez ?, comment vous prévoyez son avenir ?... Si vous aviez déjà eu l’expérience de l’emploi de Bonne ? je suis convaincu que votre écrit sera plus concret. Une Loi pour encadrer les salaires des bonnes comme en occident ! Vous et tous ceux qui s’insurgent contre le raisonnement des internautes avez raison. Si on vous demande de payer de l’heure les Bonnes comme à l’occident (que nous connaissons tous), votre salaire "étant fonctionnaire au BF" ne sera jamais capable de prendre en charge une Bonne ou un garçon d’aide à domicile. Mon expérience avec une Bonne qui m’a été confié par une société de place dont je tairais le nom n’a guère été meilleure. A la moindre remarque pour ce qui est négatif pour le travail auquel elle a été employée conduit généralement à la phrase : "Je ne fais que ce que je peux, si vous ne me voulez plus, je repars d’où je viens" et ce, après qu’elle soit mise à l’école. Ainsi, la maltraitance est souvent perçue dans certaines famille et c’est désagréable mais de là à vouloir rendre justice coup pour coup est trop osé. Bref, réagissez pour nous donner autres arguments plus complets cette fois-ci. Courage à tous pour la cause féminine et gardons les yeux ouverts et l’esprit plus réaliste même étant PSY !!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 08:22, par le meme
    En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

    quand on ne peut pas on ne s’aventure pas..
    les femmes d’aujourd’hui sont très paresseuses et refusent de l’accepter.
    on vous aime mais accepter la vérité vous êtes très fainéantes.
    nos mères n’ont pas eu besoin de servantes pour accomplir leurs taches quotidiennes.elles sont les premières à se lever et les dernières à se coucher. les hommes d’aujourd’hui se réveillent avant leur femme finissent de faire leur toilette chauffe l’eau et rentre trouver dame entrain de dormir.
    aucun homme ne mange à midi pile aujourd’hui même si madame est à la maison.
    aujourd’hui quand une jeune fille gagne un foyer, immédiatement elle pose le problème de servante à son époux.juste pour ressembler aux autres. assise au salon entrain de zapper les chaines et à donner des instructions à chaque 5 minutes.
    regarder autour de vous des jeunes filles de 25 ans sans boulot qui ont déjà des servantes .vous créez la paresse en vous.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 08:37, par KOTIGUI
    En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

    Les gens évitent soigneusement d’abborder le problèmes évoqué par l’auteur de cet article. Il parle de la propension des femmes à maltraiter les filles de ménage. Je ne sais pas si c’est inné, mais la plupart des femmes ont vraiment une opinion désastreuse de ces filles. Le plus souvent, l’homme ne peut pas supporter le traitement infligé à ces filles. Ce sont les femmes le problème. Sinon, le salaire quand il est payé, même s’il semble dérisoir représente beaucoup pour une petite fille venue du village. Payée à 7 000 F CFA, elle se retrouve avec 84 000 F au bout d’un an. Avouez que ce n’est pas rien dans un village du burkina. Le problème, ce sont les femmes qui les emploient. Il y’a des traitement qui te détruisent humainement une enfant. Pourtant, la famille gagnerait beaucoup à bien traiter ces gens.Que les femmes soient plus humaines avec ces filles et elles verront le bien que cela fera à toute la famille. Ces filles doivent dormir dans les mêmes lits que vos enfants si vous avez pris soin de vraiment leur montrer les règles d’hygiène. Elles doivent manger avec vos enfants. Vos enfants doivent être impliqués dans les tâches ménagères. Vos enfants peuvent avoir beaucoup à apprendre de ces filles. Dons mesdames, un peu plus d’humanisme

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 09:08, par Clan
    En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

    Annie internaute 6 tu es ma sœur jumelle car j’ai subit le mème sort à mainte reprises n’en parle même plus, car personne ne te comprendra . Un conseil n’en prends plus si tes enfants sont tous grands organise les pour les travaux ménagers . Pour certains travaux qui demandent un grand effort physique fait appel aux femmes qui cherchent du travail à longueur des jours elles au moins savent ce qu’elles veulent . Pour ces filles dites pauvres et maltraitées , ce qui les a conduit en ville les ramènera au village car personne ne sait jamais enrichi en dormant .Même nos propres enfants , si nous les laissons faire tout ce qu’ils veulent aucun ne réussira .

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 09:34, par Yamsoba
    En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

    Chers INTERNAUTES, les hommes sont souvent les premiers responsables des cette situation. Ce sont eux qui, en réalité voient en leurs femmes des bonnes. Si vous méprisez les femmes que vous avez épousées, comment pouvez-vous vous attendre à ce que ces mêmes femmes traitent bien celles qui sont plus faibles qu´elles ?
    La plupart du temps, vous les hommes, vous épousez des accoucheuses de vos enfants, mais pas de femmes qui sont l´autre moitié de vous. Ne vous étonnez donc pas qu´elles transmettent aux autres ce qu´elles ont reçu de vous. Traiter un autre être humain comme son esclave n´a rien à voir avec le salaire qu´on perçoit. Je connais des couples qui n´ont pas de salaires, qui sont des paysans, mais qui vivent heureux et dont les maisons sont très propres. Ce n´est pas parce que quelqu´un a le BEPC et un poste en ville qu´il faut obligatoirement laisser maltraiter sa bonne en toute impunité. En lisant certains commentaires, j´ai honte d´être un homme burkinabe. L´Etat ne peut pas être responsable de la méchanceté. Espèce de race de parresseux, le jour du jugement s´approche. Repentez-vous et revenez à de bonnes pratiques dans vos maisons. Webmaster, merci de faire passer

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 09:58, par Mireille OUEDRAOGO
    En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

    je m’excuse parce que je ne partage pas le point de vue de l’auteur de cet article. il devrait relativiser. Aussi bien, il y a des femmes qui les maltraitent, il y a aussi qui les traitent bien. Toutes les femmes ne sont des monstres.Ces servantes sont dans nos familles à cause de la pauvreté. Elles ont des mamans qui les adorent comme nous adorons nos bouts de choux. Donc, nous sommes bien conscientes qu’elles sont des êtes humains avec des rêves. Faites bien vos enquêtes en faisant un tour chez moi voir ma servante à mon issue, pour vous en rendre en compte.

    Répondre à ce message

    • Le 21 juin à 10:55, par Amina
      En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

      Je suis d’accord avec Mireille OUEDRAOGO car toutes les femmes ne sont pas des montres l’auteur doit relativiser par exemple chez moi les servantes sont bien traitées et refusent de repartir au village quand leurs parents les font appel. elles ont leur chambre ventilée le déjeuner est garanti chaque jour du pain, beurre, thé sucre que je paye pour elles, comme elles sont deux, à partir de 11h ya plus de travaux elles regardent la télé ou passent le temps à dormir souvent elle suivent la télé jusqu’à 22h ou plus et c’est elles qui tiennent ma télécommande pour manipuler les chaines et c’est grâce à elles que j’ai connu la chaîne NOVELAS TV car elles aiment suivent les films comme elles passent leur temps à suivre la télé tardivement, elles ne se réveillent jamais la première il faut que je les réveille chaque jour à 6H parce que je dois m’apprêter pour le service. Quand on a la crainte de Dieu on réfléchi bcp avant de maltraiter l’enfant d’autrui

      Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 11:18, par sacsida
    En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

    je voudrais dire a tous ceux qui s’évertuent à comparer les femmes d’aujourd’hui à leurs mères, d’arrêter, s’ils n’ont rien a dire qu’ils se taisent, vos mères étaient des fonctionnaires ? alors pourquoi cette comparaison.
    mon point de vu, est que toutes les femmes doivent s’organiser pour gérer leur foyer et éviter les filles de ménage. les hommes qui passent leur temps à critiquer les femmes de paresseuses doivent comprendre que nous sommes dans un monde ou tout évolue, dite moi quel est le poste qu’un homme occupe aujourd’hui et qu’une femme n’occupe pas ? nous devons chacun faire un effort pour la bonne marche de notre foyer. le problème de bonne est vraiment cruciale aujourd’hui, je salue au passage la prolifération des crèches qui soulagent vraiment les mères dans la garde de leurs enfants. que les hommes apprennes à nous accompagner dans les tâches ménagères, ainsi nous allons nous en passer des filles de ménage, qui au lieu d’être une solution est un poison pour nos foyers. ainsi nous éviterons les maltraitances, les méconnaissances, le retrait des maris et l’introduction des voleurs dans vos maisons. les hommes qui ne mangent pas nourriture chauffée de grâce, changer maintenant, car tout évolue, tout change. donc changé un jour !

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 11:43, par Gorko
    En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

    Très juste comme analyse, je valide ! toute femme doit bosser cet axiome " il faut traiter tout enfant comme le tien sous peine de lui faire subir les affres divines" tu fais souffrir l’enfant d’autrui pour que le tien réussisse, c’est forcement l’effet contraire qui se produira.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 12:43, par jan jan
    En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

    KOTIGUI, intervenant Num 10, tu bien parlés, les mamans d’aujourd’hui ne savent même plus éduquer leurs enfants, tous c’est la bonne qui fait, au finish, surtout pour les filles, quand elles vont dans leur foyer conjugale, elles ne savent rien faire, ni le ménage, ni la cuisine, et ces mêmes filles pourries quant elles engagent une servante , elles ne savent même pas la diriger dans les travaux ménagés car elles même ne connaissent rien, ce qui amène à des bagarres avec ces aides ménagères. Nous à notre enfance, j’avais horreur des jeudis, dimanches et les vacances scolaires à cause des travaux ménagers que ma mère nous imposait. Ma mère avait tous les domestiques qu’une femme pouvait désirer dans son foyer car son mari était aisé, mais elle nous laissait pas, nous lavions nos vêtements, balayons la cours, et faisions notre initiation en cuisine, accompagnons les aides ménagères au marché pour voir comment les courses sont faites....etc. Je la remercie et lui rend hommage pour ça.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 14:21, par Marie
    En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

    Il faut admettre que les "madames" de nos jours sont pour la plupart des flemmardes a puissance elevee. Exemple bien connue : la conjointe d’un cousin. Ah bah ! comme on le dit au village, elle tomberait sur un oeuf quelle ne le casserait meme pas. Ils ont deux enfants en bas age qui vont a la maternelle :
    Le "bonne" soit dit en passant qu’elle ne remunere meme pas, parce que la belle famille la lui a envoyee du village, se reveille a 5h du matin, chauffe l’eau, lave les enfants, leur donne le petit dejeuner, les habille, les depose a l’ecole sur son velo (sans casques). Rentre a la maison, commence le menage. Sitot le menage termine, elle prend son velo et se rend au marche. Rentre faire la cuisine. Sitot la cuisine terminee, le linge. Tous les jours que Dieu fait, cette petite fait la lessive. En fin d’apres-midi elle retourne recuperer les enfants a l’ecole. Arrivee a la maison, bain des enfants. Et puis on commence a rechauffer les repas pour le souper. Pendant que le repas chauffe, elle repasse la serpillere dans le sejour. Sa maison est toujours ultra propre. Puis elle donne a manger aux enfants. Quand ils ont fini, elle commence a ranger ici ou la, dans le sejour, dans la cuisine, a plier le linge. Le temps qu’elle finisse cela, les enfants qui sont deux petits garcons hyperactifs sont externues par leur journee et s’endorment a meme le carrelage. Elle les ramasse un a un et les porte dans la chambre. Et seulement, seulement elle peut enfin s’asseoir, le temps de regarder un petit feuilleton a la tele avant de rentrer se coucher.
    Mes amis, je vous assure que chaque jour que Dieu fait, c’est le train train de cette petite. A tel point qu’elle a deja a son age (a moins de 20 ans) des problems de dos. Lorsqu’elle est baissee pour faire la lessive ou le menage, elle se redresse peniblement comme les vieilles femmes. C’est elle que les deux petits appellent maman. La vraie mere ? ah pati sangana !!!
    Elle est infirmiere. Je ne l’ai jamais vu ramasser un plat par terre. Quand elle rentre de boulot en fin de journee et regarde la tele dans le sejour, des que les enfants y font irruption, c’est "quittez la-bas, sortez, vite vite... Quelqu’un veut pleurer ici..." Quand elle est off apres etre rentree de garde, c’est sommeil toute la journee. Meme le suivi scolaire de ses enfants, elle ne le fait jamais. C’est aussi la seule chose que la petite bonne ne sait pas faire, etant illetree elle meme. Ah pati ! Quand elle est entrain de manger et qu’un de ses petit ose s’approcher : "allez, allez, quitte la-bas. Tu ne vois pas que je mange non ?" Ah pati ! pati sangana.
    Avec ca elle veut que mon cousin fasse mariage ! No way !!! c’est quand les poules auront des dents.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 14:33, par winda zangd nin tumdkomba
    En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

    Filles de ménage........!!! il est absurde de les maltraiter,c’est inhumain.....nous avons aussi des enfants comme elles.
    Chers parents faites très attention aux filles de ménages. certaines de nos jours ne sont plus des filles de ménage mais des filles "vampires" chers parents surveillez vos enfants,nous travaillons pour eux,ne les confiez plus aux filles de ménages.confiez les aux crèches quelque soit alpha.
    Ces dites filles de ménages violent nos garçonnets. j’en ai été victime 2 fois( j’ai tout vu de mes propres yeux dans ma maison et en ma présence) il y en a d’ autres multiples cas dans beaucoup de familles..
    Ces dernières ne faisaient que s’amuser avec les enfants pendant mes heures de cuisines et et de toilette. Et c’est en ce moment qu’elles se dénudent complétement et.....Imaginez vous un enfant de(2ans et demi,un de 3ans,un de 2mois) violé !!!!!! ça fait très mal à un parent. très très mal...... Évitons les au maximum si possible.
    A défaut cherchons des vraies dames au lieu de ces filles.
    Malheureusement c’est seulement le cas de leur maltraitance qui est relevé à chaque foi,mais on ne parle jamais du bordel qu’elles foutent dans leurs maisons d’acueil. d’accueil(vol,viol,calomnie.....)
    - j’ai reçu une qui a fait 3jours et qu a devalisé presque toute la famille à son 3èm jour et à disparu à 5h00 du matin.
    - Une qui a mis ces règles dans notre termosse d’eau à café parce qu’elle voulait attirer mon mari
    Une qui portait mes tenues
    Je penses qu’elles preferent là ou elles sont maltraitées. déjormais, enquettez profondement avant de les defendre. Certaines sont inocentes c’est vrai mais d’autres méritent leur sort !!!!!!!!!!!!!!!!!!!.
    Nous sommes des femmes travailleuses !
    Que devons nous faire avec nos enfants aux heures de service ??

    Ceux qui nous critiquent, proposez nous des solutions.
    Pour les crèches c’est pas moins de 300 000f/an !!
    Pour l’instant moi je n’ai pas d’économie,y compris le chef de la famille !
    Tout reste dans les histoires de crèches et de maternelle.
    Les hommes ne veulent pas des femmes chommeuses
    Vous les hommes qui jugez les femmes, parlez !
    Proposez nous des solutions............
    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 15:56, par nommon
    En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

    Je dis merci à l’auteur de cet article d’avoir levé le voile sur cette situation que vivent beaucoup de nos sœurs appelées couramment filles de ménage. Pour ma part ce que je tenais ajouté, il est vrai que certaines subissent des traitements qui restent à désirer mais il ne faut pas aussi fermer l’œil sur les comportements que d’autres adoptent par la suite parce que elles ont eu la chance que les familles d’accueil les traitent bien. En fin de compte, elles oublient et inversent les rôles.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 19:31, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie
    En réponse à : Filles de ménage : A quand la fin de l’exploitation ?

    En definitive, mes propositions :
    1) Interdire à toutes les femmes de travailler et les ramener au foyer : on aura peu besoin des bonnes. De quoi nous ramener au Moyen-Age.
    2) Promouvoir l’independance de la femme, elle travaille, elle etudie, elle participe au developpement du pays etc. Et dans ce cas il nous faut aller jusqu’au bout de nos engagements. Comment ?
    - liberer les femmes de la cuisine : promouvoir les restaurants de qualité à tous les coins de rue de sorte que manger au resto soit plus facile et moins cher que preparer à la maison.
    Pour cela, defi au Ministère du tourisme, au Ministère de la santé (cours d’hygiène aux restaurateurs, etc ...
    -  Promouvoir les crèches de qualité et à prix abordable à tous les coins de rue
    -  Promouvoir l’ouverture d’ecole de formations de domestiques (cuisine, blanchisserie, jardinage ; age minimal 16 - 17 ans ?! (oui on parlera du travail des enfants, nous on est au Faso où la vie est "Kanga" )
    3) La femme doit contribuer au developpement de la Nation plutot que de passer son temps à cuisiner, à faire du travail domestique. Le travail domestique ne fait pas avancer une nation. Même l’instruction et l’education des enfants demande de la reflexion, de la consecration.
    4) Quoi d’autres ? Le PNDES peut-il être de secours ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés