CILSS : Vers une réforme de l’institution

LEFASO.NET | Moussa DIALLO • jeudi 15 juin 2017 à 23h39min

Malgré ses 44 ans d’existence, le Comité inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS) reste une organisation fragile. D’où la nécessité de reformer et/ou de refonder l’institution. Surtout, après la crise institutionnelle qu’elle a vécue, il y a quelques mois et qui a eu des conséquences dommageables sur l’image de l’organisation. Le groupe des Partenaires techniques et financiers du CILSS de Ouagadougou était en réunion extraordinaire, le 14 juin 2017. Cette rencontre a permis d’examiner les questions liées au fonctionnement et à l’avenir de l’institution sous régionale.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
CILSS : Vers une réforme de l’institution

Le Comité inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS) a traversé une longue crise institutionnelle au cours des mois passés. Après la résolution de cette crise, il convient à présent de s’atteler à redonner confiance aux uns et aux autres afin d’impulser une nouvelle dynamique à l’institution. « Reformer ou refonder le CILSS s’impose pour lui donner une nouvelle image et l’outiller à relever les nombreux défis dans un environnement sahélien et ouest africain en pleine mutation », a confié Djimé Adoum, le secrétaire exécutif du CILSS. Et les décisions de la 52e session du conseil des ministres de l’institution, tenue le 11 mars 2017 à Nouakchott en Mauritanie, s’inscrit dans cette dynamique de réforme.

Mieux, le secrétariat exécutif confie avoir déjà entamé quelques travaux dont les résultats pourront être versés comme documentation au cabinet spécialisé en reforme organisationnelle et institutionnelle qui sera recruté pour accompagner le CILSS. Ce, avec l’appui institutionnel des partenaires techniques et financiers, notamment l’USAID.

« Je tiens à souligner l’attente et l’espoir que le groupe des PTF place en cette opportunité pour désormais entamer véritablement la réforme et la réorganisation du CILSS. Les résultats de l’audit institutionnel et financier de 2017 et les recommandations formulées par le cabinet d’audit ; les résultats des audits antérieurs ; les multiples rapports élaborés par les différents consultants et experts dans le cadre des appuis institutionnels ; et les décisions du dernier conseil des ministres constituent aujourd’hui des ressources et une masse d’information critique et d’orientation pour très rapidement engager cette réforme », a souligné Alex Duprez, représentant les PTF. Il a également insisté que les PTF attendent du CILSS un plan stratégique cohérent et complet qui présente sa vision, sa démarche, les ressources et les délais pour la conduite de la réforme. « Ce plan devrait aller au-delà du plan de travail ou des feuilles de route jusqu’ici présentés qui ne sont que des recueils d’actions isolées. Cependant, les audits et les différentes analyses jusqu’ici conduites révèlent de profondes déficiences et insuffisances structurelles et organisationnelles qui méritent d’être affinées et correctement adressées », a-t-il précisé.

Le CILSS peut compter sur les PTF pour sa réforme

Toutefois, il a réitéré la volonté des partenaires techniques et financiers à accompagner le CILSS et invité les partenaires présents à se joindre au financement de l’appui institutionnel.

La rencontre du 14 juin se tient à peine deux mois après le dénouement heureux de la crise institutionnelle qu’a traversé l’institution. La mise en œuvre de la feuille de route issue des recommandations du conseil des ministres de mars 2017 exige que les Etats membres et les PTF agissent étroitement et solidairement auprès du secrétariat exécutif. C’est pourquoi, Dr Nango Dembélé, ministre de l’agriculture du Mali, par ailleurs ministre coordonnateur du CILSS a invité le chef de file des PTF à s’investir aux côtés des Etats membres pour mobiliser des fonds additionnels en vue d’opérationnaliser rapidement cette feuille de route et au-delà, opérer le changement de caractère profond au CILSS. Toute chose qui permettra d’aboutir à une véritable réforme de l’organisation.

« Donc, cette réunion est cruciale pour nous. Elle devra nous permettre de disposer d’un tableau de bord clair et précis des actions à mener, dans un horizon temporel raisonnable afin de rendre au CILSS sa splendeur et sa notoriété qui ont fait la fierté de l’Afrique de l’Ouest. Un certain nombre d’actions devraient être menées avant les prochaines instances statutaires de l’institution prévues à Niamey au Niger au cours du dernier trimestre de l’année 2017 », a confié Dr Nango Dembélé.
Le représentant des PTF n’a pas manqué de rappeler aux Etats membres sur leur devoir de contribution financière au fonctionnement du CILSS et plus spécifiquement pour la mise en œuvre de la réforme. « Il est également temps que la lancinante question des cotisations des Etats membres soit définitivement résolu », a martelé Alex Duprez.

Au niveau du secrétariat exécutif, on assure de l’engagement total à mener le processus de refondation à terme pour repositionner le CILSS au centre des efforts de développement socioéconomique du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés