Programme « emplois-jeunes pour l’éducation nationale » : 3150 jeunes seront bientôt recrutés

LEFASO.NET | Par Nicole OUEDRAOGO • jeudi 15 juin 2017 à 07h37min

Sous la présidence de Roch Kaboré, la rencontre hebdomadaire de ce mercredi 14 juin 2017, a étudié des dossiers, entendu des communications orales et procédé à des nominations. Le recrutement d’enseignants pour le post-primaire, la célébration du 11 décembre, la signature d’une convention minière avec la société SEMAFO, étaient entre autres, à la table du gouvernement.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Programme « emplois-jeunes pour l’éducation nationale » : 3150 jeunes seront bientôt recrutés

« Diversité culturelle et citoyenneté responsable pour un Burkina solidaire et harmonieux ». Tel est le thème qui a été retenu par le conseil des ministres pour la fête nationale du pays qui se tiendra le 11 décembre 2017 à Gaoua, chef- lieu de la région du Sud-Ouest. Selon le ministre de la communication, les différents ministres en charge de cette question ont été instruits à tout mettre en œuvre, afin que l’organisation de ce 11 décembre, soit véritablement une expression de solidarité et d’harmonie dans la diversité culturelle et la citoyenneté renouvelée des populations.

Au département de l’éducation nationale et de l’alphabétisation, le conseil a fait le bilan du programme « emplois- jeunes pour l’éducation nationale. « L’année dernière, nous avons lancé le recrutement d’à peu près 4200 jeunes destinés à l’éducation nationale. Il y a eu environ 3519 jeunes recrutés » a noté Rémis Fulgance Dandjinou.
Au titre de l’année scolaire 2017-2018, ce sont environ 3150 jeunes diplômés de moins de 35 ans, titulaires au moins du BAC+2, qui seront recrutés pour enseigner dans les matières telles que les mathématiques, les sciences physiques, l’Histoire-géographie, le Français et les sciences de la vie et de la terre. « La période de recrutement est prévue pour juin-juillet-Août, la formation aura lieu en septembre et les enseignants seront affectés dès le mois d’octobre » a indiqué le ministre de la communication.

Au ministère des mines, le conseil a autorisé la signature d’une convention minière avec la société Semafo pour l’exploitation d’un gisement dans la Tapoa, sur une période de 7 ans. Il est attendu à peu près 36, 5 tonnes d’or avec des recettes estimées à 166 milliards de francs CFA. « Si l’exploitation se fait comme prévue, le fonds minier de développement local, sera estimé à 7, 8 milliards de francs CFA » a souligné Rémis Fulgance Dandjinou. Et ce sont au total, 735 emplois directs et 376 emplois indirects qui sont attendus durant la phase d’exploitation de la mine.
Au titre du ministère de la justice, des droits humains et de la promotion civique, le conseil a marqué son accord pour la tenue de la conférence des Nations Unies contre la drogue et le crime les 3 et 4 octobre 2017, à Ouagadougou. Près de 25 pays francophones (3 membres par pays) prendront part à cette rencontre.

S’agissant du département de l’économie, des finances et du développement, le conseil a marqué son accord pour l’adoption d’un décret portant autorisation de perceptions relatives à la mise en œuvre de la facture normalisée par la direction générale des impôts. « Cette facture nécessite des stickers ou des factures pré-imprimées, il fallait un décret pour permettre la perception de droit pour la vente de ces stickers et factures pré-imprimées » a expliqué le porte-parole du gouvernement.
Au titre du ministère de la jeunesse, le conseil a évoqué le lancement du certificat de qualification professionnelle (CPQ) qui aura lieu le jeudi 15 juin à Bobo-Dioulasso. 6722 jeunes des 13 régions du Burkina seront évalués dans 10 corps de métiers (coiffure, couture, électricité, mécanique auto, cuisine restauration..).

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 15 juin à 18:12, par Somda
    En réponse à : Programme « emplois-jeunes pour l’éducation nationale » : 3150 jeunes seront bientôt recrutés

    ABUS DE POUVOIR ! C’EST QUOI LE PROJET ?

    Pour la consolidation de l’équilibre des pouvoirs nous nous sommes inscrits dans la lutte pour la séparation des pouvoirs et pour l’équilibre des pouvoirs ! Sous l’ère Compaoré les " juges acquis " faisaient la pluie et le beau temps et puis vint l’insurrection populaire ! ( ou sont ils d’ailleurs passés les juges acquis ? Cherchez l’erreur !) . La transition s’installe et ce fut une aubaine pour adopter des réformes ! La modification de la constitution consacrera l’indépendance du conseil supérieur de la magistrature ( CSM) vis à vis du pouvoir exécutif : ni le ministre de la justice ni le president de la république n’ont aucun contrôle sur le pouvoir judiciaire : Un pouvoir judiciaire indépendant est né ! Nous avons applaudi et nous étions fiers d’avoir contribué à donner à ce nouveau pouvoir la liberté d’agir et de sortir les dossiers pendants des tiroirs ! Dans le cadre de la mise en œuvre du pacte du renouveau de la justice , entre autres décisions, celle de la valorisation salariale des magistrats fut mise en œuvre ! Nous avons continué à demander l’application des autres dispositions du pacte du renouveau de la justice pour lui permettre de faire son job ! Et puis lentement mais sûrement ce pouvoir judiciaire allait nous révéler son vrai visage ! Oui, au lieu d’un pouvoir nous avons maintenant une corporation qui défend ses intérêts ! Nous avons contribué à créer une corporation et non un pouvoir car un pouvoir doit obéir à un minimum de respect de ceux qui lui confèrent ce pouvoir ! Et ici c’est le peuple ! Les citoyens critiquent le pouvoir exécutif aux regards des difficultés et des problèmes non résolus et au regard des souffrances que vivent les populations ! Ces critiques visent à les interpeller sur la tenue de leurs promesses de campagnes et de tous les engagements pris ! Et nous avons pensé que le pouvoir judiciaire allait tirer leçon de cela mais que nenni en témoigne cette salve du RENLAC : " Si les autorités politiques sont loin de donner l’exemple en matière de lutte contre la corruption, la justice se présente comme le véritable maillon faible. « Trop de dossiers trainent en justice et cette situation est inacceptable et de plus en plus intolérable. L’ASCE-LC affirme avoir transmis, depuis sa création, plus de 80 dossiers de crimes économiques aux différentes juridictions du Burkina. Ces dossiers s’ajoutent à ceux transmis par la CENTIF qui s’entassent dans les tiroirs de la justice ». Dr Claude Wetta, Secrétaire Exécutif du RENLAC.

    Mais dès qu’il s’agit de défendre leur corporation les acteurs du pouvoir judiciaire ne lésinent pas sur les moyens. L’affaire de l’agression au palais judiciaire de Manga en est l’illustration : une grève sans préavis donc illégale de 72h est décrétée puis suivra le déclenchement d’une grève illimité aussi sans préavis ! Les bénéficiaires du service public judiciaire ont ils des droits ? Y a t-il un minimum de respect des populations ? À chaque fois qu’un citoyen posera la main sur un autre citoyen la corporation de ce dernier doit elle mettre fin à la disponibilité du service public dont elle en charge ? À quand la fermeture illimitée des robinets par les agents de l’ONEA ? À quand l’arrêt illimité des centrales électriques par les agents de la Sonabel ? Le pouvoir judiciaire n’est pas une boite privée mais un service public alors sachons raison gardée ! Alors la question est : Devons nous regretter les acquis de notre lutte commune ? La loi ne vaut-elle pas pour tous et ne s’impose t-elle pas aussi à ceux qui doivent l’appliquer ? Une chose est sûre : le pourrissement et la chienlit que nous installons tous les jours, nous le paierons tous un jour ! Autant je ne m’inscris pas dans la logique de l’autoritarisme réclamer au pouvoir exécutif pour mater les frondes sociales autant je refuse d’accepter l’autoritarisme que veut nous imposer le pouvoir judiciaire ! Alors un pouvoir doit arrêter ce pouvoir dans ses abus !

    SOUVENONS NOUS DE CE QUE SEYDOU BADIAN NOUS A ENSEIGNÉ DANS " SOUS L’ORAGE"

    "Un chef qui fait trembler est comme une grosse pierre qui barre une piste.Les voyageurs l’évitent, la contournent,puis un jour ils s’aperçoivent que le chemin serait moins long s’il n’y avait pas la pierre,alors ils viennent en grand nombre et la déplacent.La force ne créé pas un chef, mais un adversaire à abattre"
    Nous avons dénoncé les "juges acquis" nous devons dénoncer les juges corporatistes qui abusent de leur pouvoir ! #lefasodabord !

    Répondre à ce message

  • Le 15 juin à 18:41, par Yako
    En réponse à : Programme « emplois-jeunes pour l’éducation nationale » : 3150 jeunes seront bientôt recrutés

    La formation aura lieu en septembre et en octobre ils seront affectés dans les écoles.Vive les apprentis profs et Bjr les dégâts.Puis dans quel pays au monde on règle le chômage des jeunes par le recrutement massif des fonctionnaires,oubliant royalement que lorsqu’on crée un poste de fonctionnaire c’est à vie on est obligé de le garder au moins pour 30 ans.Bon,on n’évitera pas la contre-insurrection par des mesurettes de type Bolchevique des années 70.
    Yako

    Répondre à ce message

  • Le 15 juin à 20:12, par Substance Grise
    En réponse à : Programme « emplois-jeunes pour l’éducation nationale » : 3150 jeunes seront bientôt recrutés

    C’est bien de recruter des milliers de jeunes pour l’enseignement. Mais de grace un mois a peine de formation pour aller dans les classes ne peut donner de bons resultats en termed de qualite d’enseignement. Pourquoi cette precipitation ;formez les au moins pendant 18 mois Messieurs les politiques . C’est pour nous dire apres qu’on a cree des milliers d’emplois et s’en servir pour vos campagnes electorales.
    vraiment triste pour le Burkina puisque leurs enfants ne seront jamais enseignes par ces enseignants avec un mois de formation. On navigue sans programme ni previsions en terme de gouvernance

    Répondre à ce message

  • Le 15 juin à 21:38, par VILOF
    En réponse à : Programme « emplois-jeunes pour l’éducation nationale » : 3150 jeunes seront bientôt recrutés

    Si vous voulez créer 5 milliards d’emplois, tant que Rock ne va pas changer les mentalités aucun developpement ne sera possible pas au Burkina. Actuellement les gens dans les services sont plus frustrés qu’au temps de Blaise. Ce n’est pas la pauvreté qui constitue le problème fondamental du Burkina, mais plutôt le manque de vérité, d’organisation, de plan, de vision, d’égoïsme. Ce qui est encore frustrant ce sont plus les comportements des premiers responsables comme les DG,DR. Ils ont travaillé a énervé les travailleurs et ces mêmes travailleurs exploités, meurtris, énervés se sont mobilisés pour chasser Blaise. En réalité l’insurrection était dirigée contre ces Responsables, mais comme ils étaient le sang de Blaise tous les insurgés était d’office contre Blaise. Regardez quand 5F tombe ces Responsables sautent là- dessus, quand c’est une mission ils sont les premiers. Ils n’ont aucun souci de rendre les agents compétents. Mais si c’est une mission où il n’y a rien ils disent aux agents de participer. 90% des frustrations dans les services ce n’est pas contre Rock, mais contre ces faux premiers Responsables. Je crois que les DRH doivent nommément citer les services qui doivent participer aux missions. Nous sommes aussi des Burkinabès. Rock pour l’amour de Dieu il faut voir le Ministre Clément pour revoir certaines choses sinon les gens souffrent.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juin à 22:51, par KABORE Rasmata
    En réponse à : Programme « emplois-jeunes pour l’éducation nationale » : 3150 jeunes seront bientôt recrutés

    Salut je pense que le gouvernement se bat vraiment pour l’insertion des jeunes diplômés dans le domaine de l’emploi. Mais je voudrais avoir des éclaircissements dans le domaine de la restauration et les noms des régions concernées par cette initiative. Je vous remercie.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin à 08:35, par ad
    En réponse à : Programme « emplois-jeunes pour l’éducation nationale » : 3150 jeunes seront bientôt recrutés

    Et ceux de la technique,pour ceux qui veulent enseigner la comptabilité sont- ils recevables ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin à 15:00, par jan jan
    En réponse à : Programme « emplois-jeunes pour l’éducation nationale » : 3150 jeunes seront bientôt recrutés

    L’enseignement n’est pas un travail simple, ceux qui y vont doivent avoir l’amour d’enseigner, de transmettre un savoir. Si on vient à l’enseignement pour juste chercher à manger, bonjour les dégâts sur nos enfants. Rappelez-vous du recrutement d’enseignants "commandos" pendant la "Révolution", cela a contribuer à baisser gravement le niveau de toute une génération d’élèves. Que le passé serve de leçon pour l’avenir.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés