Projets et propositions de lois : Bassolma Bazié pour une consolidation des acquis de l’insurrection

lundi 12 juin 2017 à 19h01min

Ceci est une contribution de Bassolma Bazié, secrétaire général de la Confédération générale du travail du Burkina (CGT-B) sur les projets et propositions de lois.

Projets et propositions de lois : Bassolma Bazié pour une consolidation des acquis de l’insurrection

Toute entité dans laquelle l’esprit de justice et de vérité s’amenuise, y compris les Nations, s’expose aux règles de la destruction. En effet, notre passage de l’état nature à l’état civil est fortement caractérisé par la substitution remarquable de nos instincts grégaires par une justice sociale. Par conséquent, aussi longtemps qu’un enfant souffrira de la faim, de l’isolement et du rejet, nos vies se rempliront d’angoisse et de honte. C’est pour cela que tout dirigeant doit comprendre que gouverner, c’est maintenir la balance de la justice sociale égale pour tous et toutes ! Au cas contraire, il posera des actes qui menaceront gravement notre culture commune : ce passage de l’état nature à celui civil. Or, tout ce qui dégrade la culture, raccourcit les chemins qui mènent à la servitude : un État autocratique !

Par contre, quiconque agit en vue du bien commun produit une vertu qui pourrait s’appeler justice sociale, fruit qui fait partie de cet ensemble qui rend un homme juste au regard de la société. Nicolas Machiavel n’exprimerait pas autre chose en disant que :" Un acte de justice et de douceur a souvent plus de pouvoir sur le cœur des hommes que la violence et la barbarie.". Par ailleurs, Émile Zola ajoute :"la vérité et la justice sont souveraines, car elles seulement assurent la grandeur des Nations." Et pour faits du temps, à défaut de dire vérités, l’état actuel de la démocratie dans notre Pays est un fruit issu de sacrifices énormes et multiformes : assassinats, invalidités physiques et marques psychologiques à vie, licenciements, viols, humiliations par rasage de têtes à sec etc. Ainsi, la création d’une véritable structure indépendante pour la gestion des élections a toujours fait partie de ses revendications.

En 1997, le régime a créé une Commission d’Organisation des Élections taillée sur mesure. La lutte s’est poursuivie, et en 1998 le régime met en place la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). Par la suite en 2001, les Syndicats seront "éjectés" par les Partis Politiques d’Opposition et ceux du Pouvoir. Une structure parallèle, l’Office National des Élections (ONE), sans pouvoir réel, sera créée, avec l’intention d’y mettre les Syndicats et les mouvements de défense des droits humains. Unitairement le mouvement syndical a rejeté cette forfaiture. D’où la CENI est restée seule jusque-là.

Les dirigeants et nous tous devrions comprendre que la même nature a prévu irréversiblement notre circulation : nul n’est indispensable ! De ce postulat de la nature, toutes nos actions doivent s’inscrire dans la défense, la protection et la promotion des acquis de l’insurrection et de la résistance victorieuse en tant qu’étapes fructueuses des choix judicieux et assumés des devanciers patriotes et progressistes de notre Pays. C’est uniquement dans ce sens que les projets et propositions de lois seront justes et légitimes, donc respectueux du passage de l’état nature à celui civil. Du reste, notre peuple a toujours su retenir que la balance de la justice sociale ne se maintient jamais en équilibre sans engagement, détermination et esprit de sacrifices. Ainsi," Une chose n’est pas juste parce qu’elle est loi. Mais elle doit être loi parce qu’elle est juste.” Montesquieu.

Bassolma Bazié

Messages

  • C’est propre mon général. Tu es un homme visionnaire et constant dans la lutte pour le pain et la liberté.

  • Reflexion dont la pertinence et l’actualité ne sont llus à demontrer. Engageons nous pour la défense des idéaux nobles pour notre Burkina commun.

  • Elle ou la proposition concrète de monsieur bassolma.

  • Bien.Du Courage Mon General.Il Faut Des Analyses pareilles pour faire avancer notre beau pays.

  • Ma crainte pour cette nation c’est le fait de croire que l’insurrection ouvre la porte à toutes sortes de revendications. Priez Dieu pour que les acquis soient maintenue dans un esprit de tolérance. autrement ma crainte c’est de se retrouver avec un pays ingouvernable dont personne ne peut prévoir les conséquences. L’insurrection nous a donné des ailes mais prudence des pays se sont soulevé contre les gouvernants et aujourd’hui ils n’ont que leurs yeux pour pleurer. Prions que ce scénario qui est si propre de nous n’arrive pas....

  • Justement il n’y a pas de paix sans justice et vérité. Croire au contraire est une preuve d errance. Ramener même au niveau individuel, si vous n’allez pas bien, c’est qu’il y a un organe qui ne fonctionne pas juste. Et si tu feinds de l’ignorer et poursuivre sans soins, vous courrez l’irréparable : c’est ça la vérité

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés