Incidents à Manga : le ministère de la justice réagit

COMMUNIQUE • jeudi 8 juin 2017 à 09h00min

Le 31 mai 2017, le Procureur du Faso près du Tribunal de grande instance de Manga recevait la plainte de monsieur ZANGO Paténéma contre un certain Ousséni sans autre précision pour une altercation survenue entre eux le même jour. Par soit-transmis no 2017-190/PF, le Procureur instruisait la police de Manga de mener une enquête sur cette affaire.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
 Incidents à Manga : le ministère de la justice réagit

A l’issue de ladite enquête, le sieur Ousséni a été identifié comme étant monsieur ZOUNGRANA Séni. Il a été interpellé et déféré devant le Procureur du Faso le 7 juin 2017. Dans la soirée du même jour il a été interrogé et placé sous mandat de dépôt à la Maison d’arrêt et de correction de Manga et son jugement était programmé pour se tenir le 14 juin 2017. Ce jour 8 juin 2017, un groupe de personnes a manifesté violemment devant le Tribunal de grande instance de Manga pour exiger la libération de monsieur ZOUNGRANA Séni. Cette manifestation qui a consisté à encercler le Palais de Justice et le personnel qui y était confiné, a entrainé des dégâts sur l’infrastructure judiciaire et certains de ses équipements.

Le Ministère de la Justice, des Droits Humains et de la Promotion Civique déplore profondément cette situation, appelle la population de Manga au calme et à la retenue, au respect de l’institution judiciaire et de ses décisions contre lesquelles il existe toujours des voies de recours. Le ministère encourage le personnel judiciaire de cette juridiction en ces moments difficiles et l’invite à poursuivre ses missions de service public avec abnégation au profit des justiciables des deux provinces de son ressort territorial. Des mesures idoines sont prises pour renforcer la sécurité du personnel et des infrastructures du Palais de Justice de Manga.

Le Secrétaire Général
Paulin BAMBARA

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 9 juin à 03:49, par "LE VIEUX"
    En réponse à : Incidents à Manga : le ministère de la justice réagit

    COMMUNIQUÉ LACONIQUE POUR JUSTIFIER LA FORFAITURE D’ UN ABUS DE POUVOUR.

    Répondre à ce message

  • Le 9 juin à 08:01, par Paligba
    En réponse à : Incidents à Manga : le ministère de la justice réagit

    ’’un certain Ousséni sans autre précision’’. Pas de précision pour ZANGO Paténéma non plus ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 juin à 08:31, par Vidi
    En réponse à : Incidents à Manga : le ministère de la justice réagit

    Le pays va de mal en pire. J’espère que les meneurs seront arrêtés et jugés. Il faut que les burkinabé aient un sens de la responsabilité. Tout acte fautif ne doit pas échapper à la répression. Qu’ils sachent qu’une arrestation ne conduit pas automatiquement à une condamnation. C’est pour cela que les procédures judiciaires suivent obligatoirement plusieurs étapes.

    Répondre à ce message

  • Le 9 juin à 08:51, par Parim Yéllé
    En réponse à : Incidents à Manga : le ministère de la justice réagit

    « Le 31 mai 2017, le Procureur du Faso près du Tribunal de grande instance de Manga recevait la plainte de monsieur ZANGO Paténéma contre un certain Ousséni sans autre précision pour une altercation survenue entre eux le même jour. »Messieurs du Ministère de la Justice, pensez vous sérieusement que cette seule cause suffit pour un mandat de dépôt ? Reconnaissez qu’il y a eu de l’abus dans cette procédure. Même si tout le monde ne porte pas la robe, comme vous le dites nul n’est censé ignoré la loi, les populations de plus en plus connaissent leurs droits et c’est à juste titre qu’elles les revendiquent parfois malheureusement avec violence. Avec ces tournures le pire est à craindre même pour l’institution judiciaire.

    Répondre à ce message

  • Le 9 juin à 09:02, par BEMKAYONDO
    En réponse à : Incidents à Manga : le ministère de la justice réagit

    Ca ne peut pas être autrement tant que les dossiers de crimes économiques et de sang dormiront dans les tiroirs et que les juges seront des affairistes. Ne nous flattons pas, la justice est la cause de nos malheurs au Burkina. Allons seulement. Le peuple attend justice et rien ne pointe à l’horizon. Comment comprendre que des dossiers de plus de vingt ans sont toujours pendants et que des grands bandits sont libérés alors que les sans soutiens croupissent depuis en prison.

    Répondre à ce message

  • Le 9 juin à 10:18, par Nansamda
    En réponse à : Incidents à Manga : le ministère de la justice réagit

    Bonjour,
    Hier s’était les agents de santé de Yalgado, aujourd’hui c’est le personnel judiciaire de Manga qui est visé par une frange de la population. Demain à qui le tour ?????.
    Au regard des faits dans mon pays, s’il vous plait chers autorités, les populations ont besoin d’être rassuré. Cette population a subit pendant longtemps de l’injustice par ci, de la violence et du non respect de leur dignité et autres par là. Conséquence, les populations n’ont plus confiance aux institutions sensées les protéger. Malheureusement durant les dernières années, les populations ont vécues le contraire. Elles étaient sous le joug des institutions.
    C’est pour cela j’insiste pour dire que ce n’est pas de l’incivisme. Le peuple est trop en avance sur les autorités. Les populations ont besoin d’être rassuré que les choses ont changées. Que maintenant les institutions sont devenues celles dont elles ont besoin pour vivre en harmonie entre elles.
    Une fois de plus ici encore c’est un problème de communication. POURQUOI LES RESPONSABLES DES INSTITUTIONS PENSENT QU’ILS PEUVENT TRAVAILLER EN VASE CLÔT, SANS TENIR INFORMER LA POPULATION ET DE RENDRE COMPTE A LA POPULATION ?
    Ce qui est sûr les populations n’accepteront plus certaines choses. Et une bonne chose, puisque l’Etat et toutes les institutions ont besoin de l’apport et la collaboration des populations.

    Répondre à ce message

  • Le 9 juin à 11:54, par Roosvelt
    En réponse à : Incidents à Manga : le ministère de la justice réagit

    Le procureur de Manga ? Hum ! Il y a des plaintes d’agression d’une, de deux, trois années qui dorment dans son tiroir. Il ne fait pas son travail. Ou bien ce plaignant est un môgô puissant !

    Répondre à ce message

  • Le 9 juin à 12:32, par lecoq
    En réponse à : Incidents à Manga : le ministère de la justice réagit

    Les gens agissent au hasard sans chercher à connaitre le vrai problème. C’est dit un certain ZANGO Patenema, ils n’ont pas un juge ! c’est tout personne qui est censé porté plainte comme un tiers s’il pense que quelqu’un a piétiner ses droits et ce qui est fait
    .Même le Procureur en recevant la plainte a instruit la police de mener des enquêtes pour connaitre le fondement du problème et ce que la police a fait travers le procès verbal de la Police que le Procureur a trouvé de poursuivre les faits tels que relaté sur le procès verbal et bien entendu en auditionnant pour la phase entrée ce denier.Je pense que c’est au vue des déclarations de ce dertnier et de la comparaison du PV de la police que le Procureur pense qu’il serait mieux de le détenir dans les lieux préventifs en attendant que la loi soit citée le jour de sa comparution devant le Président du Tribunal qui va décider en conformité avec la loi si Monsieur est coupable ou pas.C’est tout a fait logique,pas d’abus procédurale comme d’autres juges laconique ont pensé.Arrêtez de semer la pagaille en voulant s’auto-jugé

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés