Situation nationale : Tous unis pour un Burkina apaisé (TOUBA) dénonce les grèves à répétitions

LEFASO.NET | Par Justine Bonkoungou (Stagiaire) • jeudi 8 juin 2017 à 23h42min

L’organisation de la société civile Tous unis pour un Burkina apaisé (TOUBA) était face à la presse ce mardi 7 juin 2017. Objectif, donner sa lecture de la situation politique et sociale nationale, notamment les grèves à répétions qui plombent selon elle, l’économie nationale.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Situation nationale : Tous unis pour un Burkina apaisé (TOUBA) dénonce les grèves à répétitions

Les attaques terroristes, les grèves à répétitions et l’incivisme sont entre autres les sujets abordés au cours de cette conférence de presse par Tous unis pour un Burkina apaisé (TOUBA), une organisation de la société civile qui rassemble selon Richard Silga, son coordonnateur général, plusieurs acteurs clés de l’insurrection et de la transition.

« Droit de grève d’accord, mais intérêt supérieur de la nation d’abord »

Richard Silga et ses camarades ont à l’occasion de cette conférence de presse, dénoncé les grèves à répétions dans la fonction publique. Des grèves qui plombent selon eux l’économie du pays et mettent à mal son développement. Et ce d’autant plus que les fonctionnaires ne constituent qu’une infime partie de la population totale du Burkina. « Les grèves illimitées mettent à mal les revenus du secteur informel qui emploie plus de Burkinabè que la fonction publique, et influent directement sur le pouvoir d’achat. », a tenu à souligner Richard Silga.

« Sachons être raisonnables. Le Burkina Faso ne se limite pas à moi ni à nous qui sommes là. Le Burkina Faso, c’est 18 millions d’habitants, donc on doit penser à ces enfants qui naissent aujourd’hui et à ceux qui naîtront demain », insiste-il.
Pour TOUBA, le Président du Faso a été élu pour un mandat de cinq ans, il serait donc préférable de le laisser gouverner en toute tranquillité, plutôt que de monter les enchères et « dégarnir le grenier national. »

TOUBA a aussi félicité le Président du Faso pour « sa tempérance et spontanéité dans la recherche de la cohésion sociale, car sauf erreur, depuis son ascension à la magistrature suprême, nous n’avons assisté à aucune chasse aux sorcières et à aucune intention de violation de notre constitution. »

Cependant, l’organisation ne manque pas de dénoncer le manque de fermeté du gouvernement qu’elle dit constater face à certaines situations.

La conférence de presse de TOUBA avait aussi des allures de règlement de compte. En effet, Richard Silga et ses camarades ont dénoncé des personnes, qui selon eux étaient avec le peuple sous la transition et qui maintenant « se transforment et usent peu à peu de leur détermination pour déclencher l’insécurité pour la démocratie burkinabè. » A ces personnes, Richard Silga et ses camarades leur demandent de revenir sur le droit chemin.

La conférence de presse a aussi été l’occasion pour TOUBA d’appeler les gouvernants à travailler à la consolidation des institutions. TOUBA appelle par ailleurs chaque Burkinabè à apporter sa pierre à la lutte contre l’incivisme et à soutenir les actions des forces de défense et de sécurité qui luttent contre le terrorisme.

Justine Bonkoungou (Stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés