Périmètre de Sono : Les milliards de l’Etat burkinabè envahis par des épines

LEFASO.NET | David Demaison Nébié • jeudi 8 juin 2017 à 00h06min

Nous avons fait un tour dans la zone de Sono dans la province de la Kossi le 17 mai 2017. Dans ce coin avant Sono vers l’Est, nous avons vu des aménagements faits sous le régime de Blaise Compaoré, pour l’agrobusiness, nous a-t-on dit. Après l’aménagement, le constat est des plus amers. Toutes ces parcelles avec leurs tuyauteries d’irrigation sont foutues, le tout envahi d’épineux. Aucune n’est viable. Le périmètre est à l’abandon depuis plus d’une décennie. Le spectacle est tout simplement désolant, plus que celui de Benkadi dans la province du Sourou. Rampes d’arrosage embourbées, délaissées voire pillées, machines dépiécées. Seule la station mère de pompage et des groupes électrogènes ont pour le moment échappé au massacre. Ce périmètre s’étend sur une superficie de 210 hectares. Mais aucune structure administrative ne veille au bon fonctionnement des lieux.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Périmètre de Sono : Les milliards de l’Etat burkinabè envahis par des épines

Selon des sources, les travaux d’aménagement ont débuté fin 1998, et ont été réalisés par l’entreprise OK. Ce périmètre ne répond plus aux normes de l’idée du projet. Il est exploité artisanalement et de façon anarchique. Les exploitants actuels sont plutôt spécialisés en maraîcher-culture. La plupart des populations rencontrées proposent que l’Etat burkinabè réhabilite ce site et autorise les exploitants individuels à s’y installer s’ils veulent, avec des cahiers de charges peu contraignants élaborés par les organisations professionnelles agricoles.

Ces individus pourraient s’organiser en coopératives ou Groupements d’intérêts économiques (GIE) selon les fidèles de production ou les maillons des filières de production pour améliorer la chaine de valeur. A les en croire, il faut que l’Etat réagisse s’il veut vraiment le développement du Burkina Faso. Ces paysans attendent les autorités au pied du mur surtout le ministre de l’agriculture. Pour eux, le développement ce ne sont pas les parrainages et les lancements tous azimuts de projets sans suivi ni prévisions de la viabilité et des retombées. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

David Demaison Nébié
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 8 juin à 01:35, par Y-Y
    En réponse à : Périmètre de Sono : Les milliards de l’Etat burkinabè envahis par des épines

    c’est très desolant. avec ca on dit emergent. tchiouuuu...

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin à 08:06, par mytibketa
    En réponse à : Périmètre de Sono : Les milliards de l’Etat burkinabè envahis par des épines

    Nous voila confrontés aux turpitudes de notre développement. On veut quelque chose et son contraire.Pendant que l’on demande des milliards pour des projets valables pour tous on crée des fermes privés ou des vaches et de la volaille vivent dans des des salles climatisées ou on produit des oeufs qui ne rentrent pas dans nos habitudes culinaires. En vérité je me demande si l’on n’a pas intérêt à dépoussiérer toute l’administration de notre pays ou des techniciens se sont spécialisés dans les détournement des projets pour alimenter les lubies du clan Blaise Compaore. Ainsi ou des hectares de bannaneraies du président à l’Est et à l’ouest des mangueraies à Léo et ou encore pour le président Blaise Compaoré des champs de je ne sais quoi pour Blaise Compaore. Il a beau être un hyper paysan je ne le vois pas chevauchant tous ces hectares même en hélicoptère. Non les prédateurs sont encore dans nos rangs et doivent être débusqués et que ces " deux pour Blaise et un pour moi" rendent ce qu’ils ont volé au nom de Blaise et qu’une punition exemplaire leur soit infligés en commençant par les chasser de la fonction publique.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin à 12:18, par Noufou BAMOGO
    En réponse à : Périmètre de Sono : Les milliards de l’Etat burkinabè envahis par des épines

    Merci pour cet article, mais vous aviez oublié un autre site pas très loin de SONO aussi important et laissé à l’abandon, c’est le périmètre aménagé de Niassan (Di) dans le SOUROU. Sur ce site aussi nous pouvons voir :
    - logements des encadreurs ;
    - les rampes d’irrigation bien installées ;
    - des tracteurs ;
    - des moissonneuses-batteuses ;
    - il même un champ de canne à sucre qui n a jamais été récolté depuis son implantation.
    Tout ce matériels a été laissé à l’abandon depuis des années dans cette zone.
    Au BURKINA nous ne connaissons pas la continuité des projets, car quand un régime change ou bien quand l’initiateur du projet n’est plus aux affaires, ces projets sont classés dans les oubliettes. Ce sont des projets qui ont été financés à des coûts de milliards et laissés à l’abandons et vous voulez que le pays avance, dans ces conditions le BURKINA sera toujours bon dernier sur le plan du développement.
    Que le BON DIEU nous aide.
    Mr NEBIE, je vous prie de faire un reportage sur se site aussi.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin à 14:34, par John
    En réponse à : Périmètre de Sono : Les milliards de l’Etat burkinabè envahis par des épines

    Qui était en ministère de l’Agriculture en 1988 ? Salif Diallo !

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin à 14:44, par YN
    En réponse à : Périmètre de Sono : Les milliards de l’Etat burkinabè envahis par des épines

    Ca c’est pas affaire de Blaise Compaoré. C’est la faute du Ministère de l’Agriculture et des bénéficiaires. Faut faire un diagnostique sur ce qui n’a pas marché.
    Il va être difficile d’enclencher le développement si chacun ne pense que à lui seul. Ceux qui ont arraché le matériel labas, c’est Pas sous l’encouragement de Blaise.
    Y a eu sans doute des études de faisabilité d’un tel périmètre avec tous les effets attendus et dans quelles conditions cela doit être exploité. Il s’agit de voir qui n’a pas jouer son rôle.

    Arrêtons de tout mettre sur la tête du Président de la République. Aucun super homme ou super femme ne dirigera le Burkina en voyant tous ces détails !!! Y a des responsables au niveau déconcentré pour voir ce qui se passe. Ils doivent saisir qui de droit qui doit à son tour prendre les décisions qui s’imposent...ainsi de suite. Si les gens démissionnent de leurs responsabilités , c’est pas le Président qui pourra agir pour nous faire sortir du trou...

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin à 17:23, par paysannoir
    En réponse à : Périmètre de Sono : Les milliards de l’Etat burkinabè envahis par des épines

    Cher Mytibkiéta
    Je suis de votre avis. Il y a beaucoup d’investissements dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage qui ne demandent qu’à être réhabilités et je remercie le journaliste qui a attiré l’attention. Le ministère de l’agriculture est le ministère qui a bénéficié de plus d’investissements depuis les indépendances jusqu’à nos jours. Mais ou est ce qu’on en est avec l’autosuffisance alimentaire ? Toujours un mirage. On se plaint de manger du riz en plastiques. Nous allons manger ici du maïs en bois, si nous continuons de politiser les secteurs stratégiques. Lorsque les tracteurs indiens et les motopompes sont arrivés dans les années 2010, nous les entrepreneurs agricoles non militants n’ont pas eu accès. Des députés se sont servis alors qu’ils n’ont même pas un ha dans leur village. Des régions sans eau de surface ont bénéficié de motopompes qui n’ont servi à rien. Des décortiqueuse de riz ont été installés dans des villages où la production de riz ne dépasse pas 50T par an. A Manga nous avons visité une grande usine de décorticage de riz qui ne fonctionne pas faute de paddy. Sans doute à cause de M.Z qui était ministre de l’agriculture. Il faut aller à Bagré chercher le riz alors qu’il y a beaucoup d’unités la-bas. Donc, l’usine ne tourne pas. A Koupéla même chose. A la vallée du Kou, les producteurs de riz ne peuvent plus cultiver deux fois par an. Le Kou est ensablé. A Bagré, les paysans ne suivent pas le cahier de charge des chinois. Donc il y a des paysans qui font ce qu’ils veulent comme si c’est avec leur argent qu’on aménagé. Vers chez nous ici à la BMHn, l’ensablement est au sommet, les insecticides du coton ont tout pollué. Dans tout le pays les mines d’or ont tout gâté. Avec tout ça on continue d’endetter la pays avec PNDES. Mon eoil.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés