Démographie : Le G20 doit se préparer au « siècle de l’Afrique »

jeudi 8 juin 2017 à 00h15min

A la veille de la conférence du G20 sur le partenariat avec l’Afrique qui se tiendra à Berlin les 12 et 13 juin, l’ONGONE publie un nouveau rapport intitulé « Le siècle de l’Afrique » qui montre que d’ici 50 ans, il y aura plus de jeunes en Afrique que dans tous les pays du G20 réunis. Ce rapport prouve l’opportunité que peut constituer cette explosion démographique en Afrique pour l’économie et la stabilité mondiale, à condition que le G20 double les investissements publics et privés dans l’éducation, l’emploi et l’émancipation de la jeunesse africaine. Mené à bien, ce nouveau partenariat entre le G20 et l’Afrique pourrait déboucher sur une augmentation du PIB du continent de 500 milliards de dollars par an, soit environ un tiers du PIB actuel de l’Afrique subsaharienne, pour les 30 prochaines années.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Démographie : Le G20 doit se préparer au « siècle de l’Afrique »

Le dividende démographique africain : Une chance pour la croissance économique et la stabilité mondiale

L’Afrique fait face à une explosion démographique : La population du continent devrait atteindre au moins 2,5 milliards d’habitants d’ici à 2050, dont la moitié seront des jeunes de moins de 25 ans.
Cette évolution peut mener à une crise démographique déstabilisante ou au contraire à un dividende démographique, soit une accélération de la croissance économique qui se produit lorsque le nombre d’enfants et de personnes âgées est nettement inférieur au nombre de personnes en âge de travailler.

Friederike Röder, directrice France de ONE et directrice internationale pour le G20, déclare :« Ce dividende démographique n’est pas un phénomène automatique. Il nécessite un changement de paradigme dans la relation entre les pays les plus industrialisés et les pays africains. Il est urgent que les pays du G20 et d’Afrique s’associent pour faire de la croissance démographique du continent africain le moteur de la croissance économique et sociale mondiale. »

Le G20 n’est pas encore prêt

L’Allemagne a certes pris la bonne décision en mettant l’Afrique à l’agenda de son G20 mais le partenariat qu’elle propose se concentre pour l’instant sur le développement des investissements privés dans quelques pays africains, déjà économiquement robustes (le Maroc, la Tunisie, la Côte d’Ivoire, le Sénégal et le Rwanda), dans le cadre de « Compacts ».

Or pour parvenir à ce dividende démographique, le nouveau partenariat avec l’Afrique doit permettre de donner des perspectives d’avenir à la jeunesse, notamment aux filles, dans des secteurs clés comme l’éducation, l’agriculture, le numérique ainsi que dans l’ouverture de l’espace politique et la lutte contre la corruption. Ceci ne pourra pas se faire sans aide au développement de la part du G20. De plus, ces investissements doivent concerner un maximum de pays et notamment les Etats fragiles et les pays les moins avancés, qui seront confrontés à la plus forte explosion démographique.

Friederike Röder, directrice France de ONE et directrice internationale pour le G20, déclare :
« Si le G20 se limite aux propositions actuellement sur la table, il ratera le coche de ce boom démographique avec les conséquences que cela pourra avoir. Seuls des investissements publics substantiels et bien ciblés en amont dans l’éducation, l’emploi et l’émancipation de toute la jeunesse africaine permettront de s’assurer que les nouvelles générations ne se retrouvent pas démunies une fois sur le marché de l’emploi. »


Notes aux rédacteurs :

Les chiffres clés du rapport « Le siècle de l’Afrique »

• La population du continent africain devrait atteindre au moins 2,5 milliards d’habitants d’ici à 2050, dont la moitié seront des jeunes de moins de 25 ans.
• Au cours des cinquante prochaines années, il y aura plus de jeunes en Afrique (1,4 milliard) que dans tous les pays du G20 réunis (1,3 milliard).
• D’ici à 2050, les jeunes en Afrique seront 10 fois plus nombreux que les jeunes dans l’Union européenne.
• Si les tendances actuelles se poursuivent, d’ici à 2022, le nombre de personnes au chômage en Afrique (41,4 millions) sera pratiquement identique au nombre total de travailleurs en Allemagne (40,7 millions).
• Il y a actuellement dans le monde 130 millions de jeunes filles non-scolarisées, dont 51 millions (39 %) vivent en Afrique. Pour chaque fille non-scolarisée en Europe, on en compte 27 en Afrique.
• Mené à bien, le Partenariat avec l’Afrique pourrait déboucher sur une augmentation du produit intérieur brut (PIB) de 500 milliards de dollars par an – soit environ un tiers du PIB actuel de l’Afrique subsaharienne – au cours des 30 années à venir.

Retrouvez l’intégralité des recommandations de ONE pour le G20 dans le rapport « Le siècle de l’Afrique ».

ONE est une organisation mondiale de plaidoyer et de campagne, cofondée par Bono, qui lutte contre l’extrême pauvreté, essentiellement en Afrique. ONE est soutenue par plus de 7,5 millions de personnes à travers la planète et compte plus de 375 000 membres en France. Pour plus d’information : www.one.org

CONTACT

Des représentants de ONE seront présents à Berlin. Friederike Röder est disponible pour toute interview ou briefing sur demande.
Sur place : Annabel Hervieu – annabel.hervieu@one.org - + 33 6 31 22 89 68

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 8 juin à 10:42, par RAWA
    En réponse à : Démographie : Le G20 doit se préparer au « siècle de l’Afrique »

    Les occidentaux reconnaissent enfin que l’explosion démographique n’est pas un handicape pour le developpementde l’Afrique.

    Répondre à ce message

  • Le 9 juin à 07:04, par BARTHES
    En réponse à : Démographie : Le G20 doit se préparer au « siècle de l’Afrique »

    Je ne comprends pas l’optimisme de cet article ni l’enthousiasme devant ce qu’on appelle désormais le dividende démographique (période où, du fait de la forme de la pyramide des âges, la fraction active de la population sera particulièrement importante).
    Car aujourd’hui déjà l’Afrique peine à trouver un rôle à chacun de ses habitants et les mouvements migratoires en attestent tous les jours. Qu’en sera t-il en 2100 quand le continent aura 4 milliards d’habitants ou même un peu plus comme l’envisage l’ONU ?
    Comment ne pas voir aussi que ce dividende ne durera qu’un temps et que les jeunes d’aujourd’hui seront les vieux de demain (il est improbable que s’arrête le cours du temps) ? Qui nourrira ces gens et leur permettra de vivre dignement ? N’oublions pas que la fin des énergies fossiles, que nous connaîtrons au cours de ce siècle, donnera un sérieux coup de frein à la productivité agricole.
    Enfin, l’Afrique peut s’enorgueillir d’être le seul continent ayant sauvegardé un minimum de mégafaune, qu’en sera t il si la densité de peuplement quadruple au cours de ce siècle ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés