Nouveau code électoral : Une initiative pire que la modification de l’article 37, selon le Cadre d’Expression Démocratique

dimanche 4 juin 2017 à 23h19min

Dans cette déclaration, le Cadre d’expression démocratique (CED) estime que « Ce projet du nouveau code électorale, tout comme la loi Cherif sont pires que la modification de l’article 37 et le sénat »

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Nouveau code électoral :  Une initiative pire que la modification de l’article 37, selon le Cadre d’Expression Démocratique

Décidément, nous sommes en face de gouvernants qui, contrairement à leurs discours, sont très peu si non pas du tout en phase avec la marche de l’histoire. Habitués des intrigues et manœuvres politiciennes dignes de courtisans de palais ou de ropero si nous étions dans un contexte de showbiz, le triumvirat à la tête de notre pays semble ignorer qu’en fait le pouvoir et la responsabilité de sa gestion sont précisément le rôle qui leur est dévolu depuis la "transmission". Ils se comportent comme des vulgaires contestataires depuis leur accession au pouvoir.

Par une logique de confrontation empreint de paranoïa, ces gouvernants agissent à l’aune d’une machiavélique conception du rapport de force sans une véritable volonté ou capacité progressiste pour assurer au peuple du Burkina Faso un bien être.

Ainsi tour à tour les magistrats, les enseignants d’Universités, les médecins, les greffiers, et dernièrement les agents du trésor échapperont au lynchage public du seul fait de la fermeté et la constance de leur engagement. En face, le pouvoir par ses relais volontaire ou "naifs" s’adonnent à un démontage systématique de toute lutte coopératrice de sorte à mettre à dos des burkinabés contre d’autres burkinabés, si ce n’est pas la preuve d’une incapacité notoire au moins celle des prémices d’un pouvoir dictatorial insupportant la moindre contestation est établie.

Au lieu de tirer les leçons de ces échecs, l’option choisie pour la suite de la gouvernance Roch « la solution » c’est de prendre les devants. Le furtif et mort-né projet de l’encadrement du droit de grève constitue le premier acte de l’option offensive, mais la réaction quasi simultanée du monde du travail et de l’opinion publique a eu raison sur le funeste projet.

Aujourd’hui, par un projet de loi tout aussi funeste, c’est le fondement même de notre processus démocratique qui est attaqué : la question électorale.
Depuis les années 98, les acteurs politiques burkinabés ont décidé et arrêter progressivement des mécanismes garantissant le minimum de sécurité et d’indépendance des processus électoraux. Ces mécanismes ont évolués pour s’améliorer au fur et à mesure de sorte à nous amener au stade où nous sommes :
- une CENI autonome et indépendante ;
- un Bulletin unique ;
- une Carte biométrique ;
- une Consécration du vote des burkinabés de l’extérieur ;
- un Découpage des circonscriptions électorales plus au moins consensuel ( malgré le rétropédalage après les législatives de 2002)...

Ces acquis ont sans conteste fait de notre pays une référence en matière d’apprentissage démocratique, mais en fin pour faire de la démocratie, il faut des démocrates ou au moins des gens qui entendent l’être.
Après deux ans de sur place, et au lieu de chercher à faire le minimum possible, la machine pour s’accrocher coûte que coûte au pouvoir s’est mise en marche, aucune limite, aucune gêne, on casse tout et on repart à l’an 1 de notre processus démocratique.

- Remise en cause du principe d’indépendance et d’autonomie de l’organe chargé de l’organisation des élections au niveau central comme locale
- Nier aux burkinabés de l’extérieur leur droit constitutionnel à élire et à être élue
- Modifier, pour le rendre plus laxiste, le processus d’enrôlement des électeurs ( en plus de la cnib,on pourras désormais utiliser tout acte d’état civil).

En attendant que les partis politiques ne prennent position et fasse preuve davantage de lucidité et moins de couardise, nous voudrons prendre l’opinion publique, les partenaires techniques et financiers, aux organisations internationales à témoin sur cette démarche et celle d’un gouvernement issue " d’une lutte pour la démocratie ".
Au président du Faso, qui fait mine de ne pas savoir ce qui bouillonne sous le couvercle de la marmite serait mieux de se ressaisir parce qu’il n’est pas tard.
A nos sœurs et frères de la société civile et au peuple burkinabé, nous en appelons à la vigilance et à la mobilisation pour la sauvegarde des acquis chèrement acquis.

Le bon sens voudrait que les gouvernants en place tirent leçon du passé afin d’enraciner d’avantage la démocratie au bonheur du peuple Burkinabé.
Les calculs politiciens qui ont cours depuis la chute de la 4eme république sont contre les intérêts du peuple Burkinabé et ce projet du nouveau code électorale, tout comme la loi Cherif sont pires que la modification de l’article 37 et le sénat.
Il appartient donc au peuple Burkinabé de prendre ses responsabilités.

Ouagadougou le 3 juin 2017
Le Coordonnateur National

Pascal ZAIDA

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés