Compte rendu du Conseil des ministres du 31 mai 2017

Communiqué • mercredi 31 mai 2017 à 23h31min

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 31 mai 2017, en séance ordinaire, de 09 H 30 mn à 14 H 30 mn, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, Président du Conseil des ministres. Il a délibéré sur les dossiers inscrits à son ordre du jour, entendu des communications orales, procédé à des nominations, et autorisé des missions à l’étranger.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Compte rendu du Conseil des ministres du 31 mai 2017

DELIBERATIONS

I.1. AU TITRE DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES, DE LA COOPERATION ET DES BURKINABE DE L’EXTERIEUR

Le Conseil a approuvé un projet d’Accord de siège entre le Gouvernement du Burkina Faso et la représentation de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) au Burkina Faso.

Cet accord de siège permet de mieux fixer les conditions dans lesquelles la représentation de la FAO au Burkina Faso pourra mener de façon efficace ses activités.

I.2. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ADMINISTRATION TERRITORIALE ET DE LA DECENTRALISATION

Le Conseil a adopté un décret portant régime juridique de l’entente entre collectivités territoriales au Burkina Faso.
Le Code général des collectivités territoriales stipule en son article 122 que « les collectivités territoriales burkinabè peuvent instituer entre elles ou entre elles et des collectivités territoriales étrangères, des relations de coopération. Cette coopération peut se faire au moyen de l’entente ou du jumelage ».

L’adoption de ce décret permet aux collectivités territoriales de disposer d’une base juridique pour la mise en œuvre effective des relations de coopération fondée sur l’entente.

I.3. AU TITRE DU MINISTERE DE LA JUSTICE, DES DROITS HUMAINS ET DE LA PROMOTION CIVIQUE

Le Conseil a examiné un projet de loi et adopté trois (03) rapports.
Le projet de loi porte modalités d’intervention des juridictions étatiques en matière d’arbitrage au Burkina Faso.

Il vise à désigner les juridictions étatiques compétentes en matière d’arbitrage au Burkina Faso.

Le Conseil a marqué son accord pour la transmission dudit projet de loi à l’Assemblée nationale.

Le premier rapport est relatif à un décret portant transfert de charge d’huissier de justice.
L’adoption de ce décret permet le transfert de la charge d’huissier de justice précédemment à Ouahigouya aux sièges des tribunaux de grande instance de Ouaga I et Ouaga II et couvrant leur ressort territorial.

Le deuxième rapport est relatif à deux décrets portant respectivement création de charges d’huissier de justice et nomination de titulaires de charges d’huissier de justice.

L’adoption de ces décrets permet la création de dix-neuf (19) charges d’huissier de justice dont sept (07) au Tribunal de grande instance (TGI) de Ouagadougou, deux (02) au TGI de Bobo-Dioulasso, une (01) au TGI de Koudougou, deux (02) au TGI de Ouahigouya, une (01) au TGI de Fada N’Gourma, une (01) au TGI de Dédougou, une (01) au TGI de Kaya, une (01) au TGI de Gaoua, une (01) au TGI de Léo, une (01) au TGI de Kongoussi et une (01) au TGI de Tenkodogo.

Le troisième rapport est relatif à une demande d’autorisation pour l’organisation des concours du personnel du corps des greffiers au titre de la session de 2017.

Le Conseil a marqué son accord pour le recrutement de :

dix (10) greffiers en chef, vingt (20) greffiers et cinq (05) secrétaires des greffes et parquets, au titre des concours professionnels ;
dix (10) greffiers en chef, soixante (60) greffiers et trente (30) secrétaires des greffes et parquets au titre des concours directs.

I.4. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DU DEVELOPPEMENT

Le Conseil a adopté un rapport relatif au Document de programmation budgétaire et économique pluriannuelle (DPBEP) 2018-2020.
Le DPBEP est un outil de cadrage macroéconomique qui vise à projeter sur une période de trois (03) ans, les besoins de mobilisation de ressources ainsi que les dépenses à affecter aux ministères et institutions dans le cadre de la mise en œuvre de leurs programmes budgétaires.

L’adoption de ce rapport permet d’exécuter la programmation budgétaire et économique pluriannuelle 2018-2020.
Le Conseil a marqué son accord pour la transmission du Document de programmation budgétaire et économique pluriannuelle à l’Assemblée nationale.

I.5. AU TITRE DU MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DU TRAVAIL ET DE LA PROTECTION SOCIALE

Le Conseil a adopté deux (02) rapports.
Le premier rapport est relatif à la Charte de la qualité du service public au Burkina Faso.

La Charte de la qualité du service public précise les principes et les règles de conduite des services publics et de leurs agents, de sorte à favoriser le renforcement des valeurs éthiques et l’image du service public ainsi que le professionnalisme de ses agents.

L’adoption de ce rapport permet la diffusion et la mise en œuvre effective de la Charte pour une appropriation des bonnes pratiques au sein de l’Administration.
Le second rapport est relatif à un décret portant conditions et modalités d’organisation des examens professionnels de reclassement des préposés des douanes dans le corps des assistants des douanes.

L’adoption de ce décret permet de se conformer à la loi n°104-2015/ CNT du 23 décembre 2015 portant statut du personnel du cadre paramilitaire des douanes.

I.6. AU TITRE DU MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE ET DE L’ALPHABETISATION

Le Conseil a adopté un rapport relatif au Plan sectoriel de l’éducation et de la formation (PSEF), 2017-2030.
Ce document prévoit d’accroître l’offre et la qualité de l’éducation au niveau de l’enseignement supérieur et de la formation, en adéquation avec les besoins de transformation de l’économie.

Le PSEF prône une éducation de qualité pour tous en lien avec le Plan national de développement économique et social (PNDES).
L’adoption du présent document permettra le démarrage de cet important plan et la mobilisation de ressources additionnelles pour l’ensemble du secteur éducatif, en particulier l’enseignement technique et la formation professionnelle.

Le Conseil a instruit les ministres concernés de prendre les dispositions idoines pour une opérationnalisation du plan.

I.7. AU TITRE DU MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DES AMENAGEMENTS HYDRAULIQUES

Le Conseil a adopté un rapport relatif à la remise officielle des Conventions de cofinancement des investissements 2017 de la troisième Phase du deuxième programme national de gestion des terroirs (PNGT 2-3) aux 302 communes rurales et aux 13 conseils régionaux.

Pour l’année 2017, les investissements prévus pour être réalisés par les collectivités ont un coût global de quatorze milliards cent quarante-cinq millions vingt-deux mille six cent trente (14 145 022 630) FCFA, soit onze milliards neuf cent soixante-seize millions cinquante-deux mille neuf cent vingt (11 976 052 920) FCFA pour les communes rurales et deux milliards cent soixante-huit millions neuf cent soixante-neuf mille sept cent dix (2 168 969 710) FCFA pour les conseils régionaux.
Ce Programme contribuera à l’atteinte des objectifs du Programme national du secteur rural (PNSR) et du Plan national de développement économique et social (PNDES).

Le Conseil a instruit les ministres concernés de prendre les dispositions nécessaires pour l’organisation réussie de la remise officielle de ces Conventions aux 302 communes rurales et aux 13 conseils régionaux.

I.8. AU TITRE DU MINISTERE DU DEVELOPPEMENT DE L’ECONOMIE NUMERIQUE ET DES POSTES

Le Conseil a adopté un rapport relatif au projet Backbone national en fibre optique.
Le Conseil des ministres en sa séance du 19 juillet 2013, a autorisé la signature d’un contrat entre l’Etat burkinabè et la société de droit singapourien HUAWEI INTERNATIONAL PTE LIMITED pour la réalisation de 5 443 Km de réseau dorsal de télécommunications (BACKBONE) en fibre optique pour un montant de deux cent quarante un millions cinq cent quatre-vingt-quinze mille huit cent soixante dix-huit (241 595 878) dollars US.

Trois (03) ans après la conclusion de ce contrat, le Conseil a décidé de mettre en œuvre la première phase du backbone, d’une longueur de 2001 km de fibre optique de réseau.

Le coût de cette première phase est estimé à quatre-vingt-onze millions (91 000 000) de dollars US.

Le Conseil a instruit les ministres concernés de prendre les dispositions idoines pour une bonne exécution dudit projet.

I.9. AU TITRE DU MINISTERE DE LA FEMME, DE LA SOLIDARITE NATIONALE ET DE LA FAMILLE

Le Conseil a adopté deux (02) rapports.
Le premier est relatif à un décret portant adoption de la Stratégie nationale de promotion et de protection de la jeune fille au Burkina Faso 2017-2026 (SNPPJF) et de son Plan d’actions opérationnel 2017-2019.

La SNPPJF vise à orienter et à canaliser toutes les interventions du domaine de la promotion et de la protection de la jeune fille au Burkina Faso.
L’adoption de ce décret et de son Plan d’actions permet à notre pays de disposer d’un référentiel en matière de promotion et de protection de la jeune fille.

Le second rapport est relatif au Plan d’actions opérationnel (PAO) 2017-2019 de la Politique nationale genre (PNG).

D’un coût global de six milliards neuf cent neuf millions deux cent mille (6 909 200 000) FCFA, le nouveau Plan d’actions opérationnel (PAO) 2017-2019 vise à relever les défis d’égalité et d’équité genre, en phase avec les orientations du Plan national de développement économique et social (PNDES).

L’adoption de ce rapport permet la mise en œuvre effective du Plan d’actions opérationnel 2017-2019 de la Politique nationale genre (PNG).

COMMUNICATIONS ORALES

II.1. Le ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation a fait au Conseil une communication relative à la tenue des élections municipales partielles du 28 mai 2017.

Le Conseil salue la tenue de ce scrutin et félicite tous les acteurs à savoir la CENI, les partis politiques, les forces de défense et de sécurité et les populations pour l’organisation réussie et le caractère apaisé de ces élections.

II.2. Le ministre des Infrastructures a fait au Conseil une communication relative au lancement des mesures sociales du Gouvernement en faveur des jeunes et des femmes au titre de l’année 2017.

Ces activités qui visent à améliorer les conditions de vie des populations seront réalisées en partenariat avec le ministère en charge de l’Administration territoriale et celui de la Jeunesse. Il s’agit :

du recrutement de 11 350 jeunes et femmes dans 49 communes urbaines du Burkina Faso ;
de la bancarisation qui consiste à ouvrir un compte pour chaque femme ou jeune recruté ;
de la vaccination des 11 350 jeunes et femmes contre la typhoïde, le tétanos et la méningite.

Il est également prévu au profit des bénéficiaires, la formation aux métiers, l’alphabétisation, l’accès à l’assurance accident et à l’épargne volontaire.

III. NOMINATIONS

III.1. NOMINATIONS DANS LES FONCTIONS INDIVIDUELLES

AU TITRE DU MINISTERE DE LA SECURITE

Monsieur Bienvenu Claude Valéry BADO, Mle 130 317 X, Magistrat, 1er grade, 1er échelon, est nommé Conseiller technique ;
Monsieur Pierre Claver KONATE, Mle 227 565 E, Commissaire de police, est nommé Chargé de missions.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’ADMINISTRATION TERRITORIALE ET DE LA DECENTRALISATION

Monsieur Silas NACANABO, Mle 212 088 D, Administrateur civil, 1ère classe, 1er échelon est nommé Secrétaire général de la province du Yagha, Région du Sahel.

AU TITRE DU MINISTERE DE LA SANTE

Monsieur Corneille TRAORE, Mle 25 546 PA, Médecin de santé publique, 1ère classe, 13ème échelon, est nommé Chargé de missions ;
Monsieur Lansandé BANGAGNE, Officier des forces armées, Pharmacien gestionnaire, est nommé Conseiller technique ;

Monsieur Charles SAWADOGO, Mle 55 886 A, Pharmacien biologiste, catégorie P, 8ème échelon, est nommé Directeur des laboratoires ;
Monsieur Pascal NADEMBEGA, Mle 49 206 T, Pharmacien, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur de la médecine et de la pharmacopée traditionnelles.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DES AMENAGEMENTS HYDRAULIQUES

Monsieur Yacouba SAWADOGO, Mle 118 351 C, Conseiller d’agriculture, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur du Centre de promotion rurale de Bapla ;
Monsieur Issa OUEDRAOGO, Mle 104 771 Z, Ingénieur d’agriculture, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur du Centre de promotion rurale de Bissiri ;
Monsieur Dimtinrba OUEDRAOGO, Mle 025 407 J, Conseiller en Formation des jeunes agriculteurs (FJA), 1ère classe, 9ème échelon, est nommé Directeur du Centre de promotion rurale (CPR) de Diomga ;

Monsieur Urbain TRAORE, Mle 118 352 J, Conseiller d’agriculture, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur du Centre de promotion rurale de Dionkélé ;
Monsieur Florent OUEDRAOGO, Mle 25 141 A, Conseiller d’agriculture, 1ère classe, 10ème échelon, est nommé Directeur du Centre de promotion rurale de Goundi ;
Monsieur Minyèmba SOUOBOU, Mle 96 797 F, Ingénieur d’agriculture, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur du Centre de promotion rurale de Kodougou ;
Monsieur Zoubabio TAMINI, Mle 91 327 A, Conseiller d’agriculture, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur du Centre de promotion rurale PK60 de la région de l’Est ;

Monsieur Touourisouon Théophile HIEN, Mle 245 349 V, Ingénieur de conception en vulgarisation agricole, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques des Balé ;

Monsieur Yacouba OUEDRAOGO, Mle 0019 240 H, Conseiller en Formation des jeunes agriculteurs, 1ère classe, 9ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Bam ;

Monsieur Pambagna KOURA, Mle 96 821 M, Ingénieur d’agriculture, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques des Banwa ;

Madame Kadidia DORO/DAO, Mle 245 345 W, Ingénieur d’agriculture, 1ère classe, 2ème échelon, est nommée Directrice provinciale de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Bazèga ;

Monsieur Daouda BAMBA, Mle 216 978 D, Ingénieur agronome, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques de la Bougouriba ;

Monsieur Malick DRABO, Mle 245 340 W, Ingénieur d’agriculture, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Boulgou ;

Monsieur Salmon ZONGO, Mle 33 773 W, Ingénieur de conception en vulgarisation agricole, 1ère classe, 7ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Boulkiemdé ;

Monsieur Mathias BADO, Mle 91 344 E, Ingénieur d’agriculture, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques de la Comoé ;

Monsieur Boukaré NAKOULMA, Mle 19 216 L, Conseiller en formation des jeunes agriculteurs, 1ère classe, 11ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Ganzourgou ;

Monsieur Sidiki OUEDRAOGO, Mle 91 314 X, Conseiller d’agriculture, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques de la Gnagna ;

Monsieur Issa KOUADIMA, Mle 96 836 B, Ingénieur d’agriculture, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Gourma ;

Monsieur Marius SANON, Mle 25 722 M, Ingénieur Agronome, 1ère classe, 11ème échelon est nommé Directeur Provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Houet ;

Monsieur Tiériffar Placide HIEN, Mle 19 243 K, Conseiller d’Agriculture, 1ère classe, 7ème échelon est nommé Directeur Provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Ioba ;

Madame Sompinnoma Gisèle NONGANA/YAMEOGO, Mle 245 265 J, Conseiller en études et en analyses : option Géographie, 1ère classe, 2ème échelon, est nommée Directrice provinciale de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Kadiogo ;
Madame Haoua YARO, Mle 118 345 J, Conseiller d’agriculture, 1ère classe, 3ème échelon, est nommée Directrice provinciale de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Kénédougou ;

Monsieur Patrice Léonard ZONG-NABA, Mle 25 155 D, Conseiller d’agriculture, 1ère classe, 8ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques de la Komondjari ;

Monsieur Yahaya KABORE, Mle 91 337 L, Ingénieur agronome, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques de la Kompienga ;

Monsieur Bazani DEMBELE, Mle 91 397 B, Ingénieur d’agriculture, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques de la Kossi ;

Monsieur Sakoulba FAYAMA, Mle 263 277 J, Ingénieur d’agriculture, 1ère classe, 1er échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Koulpélogo ;

Monsieur Mamadou DAO, Mle 264 375 H, Ingénieur agronome, 1ère classe, 1er échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Kouritenga ;

Monsieur Baowendsom Edouard ILBOUDO, Mle 91 395 T, Ingénieur d’agriculture, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Kourwéogo ;

Monsieur Bakoïba DIANE, Mle 31 899 A, Ingénieur agronome, 1ère classe, 7ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques de la Léraba ;

Monsieur Benjamin SOUBEIGA, Mle 96 831 Y, Ingénieur d’agriculture, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Lorum ;

Monsieur Jean-Marie BAZYOMON, Mle 36 099 A, Ingénieur agronome, 1ère classe, 14ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Mouhoun ;

Monsieur Gaoussou NADIE, Mle 207 949 A, Ingénieur agronome, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Nahouri ;

Monsieur Souleymane OUEDRAOGO, Mle 91 317 P, Conseiller d’agriculture, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Namentenga ;

Monsieur Dakonné KI, Mle 19 237 F, Conseiller d’agriculture, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Nayala ;

Monsieur Kouwanu Eric Pascal ADANABOU, Mle 266 669 V, Ingénieur d’agriculture, 1ère classe, 1er échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Noumbiel ;

Monsieur Ousmane KABORE, Mle 031 906 Y, Ingénieur de conception en vulgarisation agricole, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques de l’Oubritenga ;

Monsieur Souro SANOU, Mle 96 829 D, Ingénieur d’agriculture, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques de l’Oudalan ;

Monsieur Raymond ZEMBA, Mle 104 744 A, Ingénieur d’agriculture, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Passoré ;

Monsieur Bekouanan NABIE, Mle 245 334 B, Ingénieur d’agriculture, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Poni ;

Monsieur Emmanuel KOMBENA, Mle 254 858 N, Ingénieur d’agriculture, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Sanguié ;

Monsieur Kayaba Sidiki OUEDRAOGO, Mle 91 349 M, Ingénieur d’agriculture, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Sanmatenga ;

Monsieur Alexis Constatin TOE, Mle 91 363 M, Ingénieur d’agriculture, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Séno ;

Monsieur Yamba KIENTEGA, Mle 33 909 J, Ingénieur de vulgarisation agricole, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques de la Sissili ;

Monsieur Ibréima OUEDRAOGO, Mle 25 156 P, Conseiller d’agriculture, 1ère classe, 9ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Soum ;

Monsieur Do DAO, Mle 26 834 H, Ingénieur agronome, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Sourou ;

Monsieur Seydou ZAREI, Mle 96 813 W, Ingénieur d’agriculture, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques de la Tapoa ;

Monsieur Gassi LOUGUE, Mle 104 750 V, Ingénieur d’agriculture, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Tuy ;

Monsieur Yacouba NANGO, Mle 31 892 R, Ingénieur d’agriculture, 1ère classe, 8ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Yagha ;

Monsieur Sommaïla BADINI, Mle 25 620 P, Ingénieur d’agriculture, 1ère classe, 7ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Yatenga ;

Monsieur Abdoul Salam OUEDRAOGO, Mle 19 232 L, Conseiller en Formation des jeunes agriculteurs, 1ère classe, 9ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Ziro ;

Monsieur Kiswendsida Nicodème ZOUNGRANA, Mle 96 845 B, Ingénieur d’agriculture, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Zondoma ;

Monsieur Sana Pascal OUEDRAOGO, Mle 17 414 L, Conseiller d’agriculture, 1ère classe, 13ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Zoundwéogo.

III.2. NOMINATION DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION

Le Conseil a procédé à des nominations et à des renouvellements de mandat au titre de membres de Conseil d’administration des Etablissements publics et des Sociétés d’Etat.

La liste de ces nominations sera publiée dans le Journal Officiel du Faso.

Le Ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement,
Porte-parole du gouvernement,
Rémis Fulgance DANDJINOU
Officier de l’ordre national

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 1er juin à 00:01, par Agro
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 31 mai 2017

    Enfin un réveil percutant au ministère de l’agriculture et des aménagements hydrauliques. Félicitation au Directeurs des CPR et Directeur provinciaux entrant. Mais n’oubliés pas, on attend beaucoup de vous pour cette campagne 2017/2018.
    En rappel :
    Les objectifs de production fixés au titre de la campagne agricole 2017-2018/ sont :
    • Au moins 5,2 millions de tonnes de céréales,
    • 1,6 millions de tonnes de cultures de rentes dont plus de 800 000 tonnes de coton ;
    • Plus de 970 000 tonnes pour les autres cultures vivrières
    Chaque province sous l’’impulsion du DP et autre acteurs doivent mettre les bouchés double pour atteindre ou s’approcher des objectifs désagrégés pour sa province. L’ANAM (Agence NAtionale de la météo) ayant donné de bonnes prévisions cette année en matière de précipitations. Dons avec un peu de génie ça doit aller.
    Rendez -vous aux résultats EPA 2017 pour voir qui a fait quoi et comment.
    Le pays compte sur vous, en avant pour la sécurité alimentaire.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 04:12, par GM
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 31 mai 2017

    Donc comme ça le SG, auteur de la circulaire à problème que dans le fond et dans la forme a été démis de ses fonctions. Il a été ’’renvoyé’’ pour renforcer ses capacités en rédaction administrative. Le mariage aura lieu mais à son absence. Ah bah.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 04:46, par eliane
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 31 mai 2017

    Je voudrais savoir les motivations qui empêchent le gouvernement à publier les nominations dans les conseils d,administration ? Au regard du retard dans la parution du journal officiel et du fait que les burkinabe consultent presque pas le Jo n,aurait il pas des retards dans la mise en place de ces organes.? C’est vraiment dommage.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 06:38, par Emmanuel
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 31 mai 2017

    Le gouvernement a décidé courant le 1er trimestre 2017 de mesures pour la valorisation des performances de l’administration publique. Et le ministre de la fonction publique s’est engagé à créer un diplôme d’excellence à l’Ecole Nationale d’Administration et de magistrature(ENAM).Toutes ces initiatives sont à saluer car elles visent. la promotion des capacités de travail dans l’administration publique et par ricochet le mérite et les compétences des agents publics. Pour que ces valeurs soient impulsées dans l’administration publique, il faudrait des bases, un référentiel qui permet d’évaluer les performances. Le système d’appels à candidatures qui fixent un contrat d’objectif sur 3 ans renouvelable une fois, constitue véritablement un critère objectif de bonne gouvernance de nos jours .Car, les Conseils d’Administration(C.A) évaluent annuellement le degré de réalisation des objectifs assignés aux directeurs généraux des Etablissements Publics de l’Etat(EPE) et des Sociétés d’Etat(S.E).Sur cette base, ils peuvent décider de renouveler ou de résilier le contrat d’un DG au bout de 3 ans. En cas même de faute grave, un DG peut être légalement révoqué avant la fin de son contrat par des motifs qui ne souffrent d’aucune polémique si les faits sont avérés et si les C.A les ont examinés objectivement sans intrigues de règlements de comptes qui donnent aussi droit au DG d’ester en justice s’il estime avoir été arbitrairement sanctionné. Tout en félicitant le Président du Faso, le Premier ministre et le ministre de la Fonction publique pour la recherche de performances de l’administration publique, il serait bon qu’ils prennent en compte l’option qualitative du système d’appels à candidatures pour éviter les pilotages à vue dans la gestion des affaires publiques.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 06:46, par Bangré
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 31 mai 2017

    Félicitation au ministère de l’agriculture, le ministère des ressources animales et halieutiques prenez des exemples. ça dort chez vous, surtout au niveau des DP.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 06:50, par osayouba
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 31 mai 2017

    comment le ministre des infrastructures organise des .mesures sociale au niveau des communications orales.je ne comprend pas.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 07:36, par Toussaint
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 31 mai 2017

    Félicitations aux DP et Directeurs des CPR de l’Agriculture nouvellement nommés. Courage, tous comptent sur vous, courage.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 08:06, par SOS
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 31 mai 2017

    AU TITRE DU MINISTERE DE L’ADMINISTRATION TERRITORIALE ET DE LA DECENTRALISATION

    Monsieur Silas NACANABO, Mle 212 088 D, Administrateur civil, 1ère classe, 1er échelon est nommé Secrétaire général de la province du Yagha, Région du Sahel. une leçon à tirer par le sortant

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 08:45, par Basil
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 31 mai 2017

    C’est quoi le problème du Ministère des Ressources Animales ?

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 08:56, par leba
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 31 mai 2017

    Felicitation au ministre de l agriculture.au transporton ne sait pas que dit l ministre un dr agent de maitrise alors que plusieur ingenieurs son la ; pir un des dr nomme en qalite d ingenieur est un agent d maitrise mecanicien il n a aucune formation hors mis un stage en allemagne qui ne donne pa droit a un reclassement

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 08:59, par Yes
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 31 mai 2017

    Je ne suis pas sûr du management que Pr Meda veut apporter au ministère de la santé. S’il faut ramener les vieux loups comme Lansandé Bangagne je suis dubitatif.

    Répondre à ce message

    • Le 1er juin à 09:46, par Le burkinabé
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 31 mai 2017

      Nous burkinabé sommes devenus incompréhensibles !!! Un jeune ministre était venu, certes avec la fougue de la jeunesse et donc quelques erreurs de départ, nommant des jeunes pour un renouvellement des instances dirigeantes avec un nouvel état d’esprit qui corresponde aux aspirations de la majorité des burkinabé (plus de 50% de moins de 15 ans). Vous avez crié sur tous les toits, on l’a sauté et vous avez applaudi. On recycle la vieille classe, vous criez encore. Vraiment !!!!!!!!

      Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 09:38, par lenga
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 31 mai 2017

    "Le Conseil des ministres en sa séance du 19 juillet 2013, a autorisé la signature d’un contrat entre l’Etat burkinabè et la société de droit singapourien HUAWEI INTERNATIONAL PTE LIMITED pour la réalisation de 5 443 Km de réseau dorsal de télécommunications (BACKBONE) en fibre optique pour un montant de deux cent quarante un millions cinq cent quatre-vingt-quinze mille huit cent soixante dix-huit (241 595 878) dollars US."
    Cette fois c’est quoi ils vont donner aux députés et au gouvernement ?

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 09:46, par Coul.
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 31 mai 2017

    Félicitations au Dr Nadembega Pascal pour sa nomination à la tête de la DMPT.
    Un monsieur travailleur et passionné, mais vraiment mordu de la médecine traditionnelle, avec une vision pour cette MT.
    Bon vent Dr.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 10:37, par Jemenfou
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 31 mai 2017

    Ca dort vraiment au ministere de la Jeunesse,
    Monsieur le ministre, si vous avez besoin de resultats mettez les hommes qu’il faut car il ne suffit pas seulement d’etre bradé de diplome il faut surtout etre un bon manager, et ça nombreux sont vos DR qui ne le sont guère.
    Vos Directions regionales souffrent le martyre et les agents avec, face à des DR qui se "foutent" pas mal de votre PNDES.
    les DR dont les noms suivent sont classés par ordre de mérite inversé (i.e. les mauvais d’abord) :
    1/ DR boucle du Mouhoun
    2/ DR sahel
    3/ DR C....

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 10:47, par Observateur
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 31 mai 2017

    La fameuse circulaire, relayée sur les réseaux sociaux, a-t-elle eu raison du SG province du Yagha ? Si oui félicitation au Matd pour cette réaction qui pourrait ramener certains représentants de lEtat a l’ordre. La gestion de certains gouvernorats reste à désirer. Des gouverneurs permanement en mission et sans vision réelle du développement. De véritables monarques des temps modernes.
    Mais et le haut commissaire dans tout ça ? A mon avis, il doit plus châtier que le SG. Il dira qu’il n’etait pas au courant certainement. Argumentaire très facile. Mais -a-il encaissé les fonds collectés pour son mariage ? Comment gère-t-il sa province ? Par tâtonnement ou fuite en avant ou par professionnalisme ? Va-t-il continuer de bénéficier du soutien de ses protecteurs "politiques" ? ou " administratifs" ? et continuer de narguer ses collègues comme il sait très bien le faire.
    Quant on parachute un cadre à un haut niveau sans expérience, on ne peut qu’à aboutir à ces genres de situation qui ternissent l’image de notre si noble administration. Et portant des cadres compétents existent au sein du Matd.
    Monsieur le ministre , plus rien ne sera comme avant, avons nous dit.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 10:49, par VICTIME DE LA LOI 081
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 31 mai 2017

    Bonjour,
    je voudrais des informations par rapport à la loi 081 et précisément au communiqué final de la Rencontre annuelle Gouvernement/ organisations syndicales qui stipule que " le Gouvernement s’engage à convoquer le Comité de relecture de la loi n° 013/98/AN du 28 avril 1998, élargi aux syndicats, en vue d’examiner les récriminations faites vis-à-vis du mécanisme de reversement et du classement indiciaire applicable aux emplois des fonctionnaires d’Etat au plus tard la fin du premier semestre 2017. Les conclusions du Comité vont orienter la prise de décision au niveau gouvernemental un (01) mois plus tard."

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 11:29, par le fou
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 31 mai 2017

    Le Conseil des ministres en sa séance du 19 juillet 2013, a autorisé la signature d’un contrat entre l’Etat burkinabè et la société de droit singapourien HUAWEI INTERNATIONAL PTE LIMITED pour la réalisation de 5 443 Km de réseau dorsal de télécommunications (BACKBONE) en fibre optique pour un montant de deux cent quarante un millions cinq cent quatre-vingt-quinze mille huit cent soixante dix-huit (241 595 878) dollars US.
    Monsieur le ministre de la communication vous qui êtes journaliste, vous êtes bien placé pour savoir qu’on ne consomme pas le dollars au Burkina mais le FCFA, de grâce prochainement veuillez faire convertir dans la monnaie locale ces dollars, on vous suivra mieux. Merci.
    Encore des magistrats qui se font nommer dans d’autres services de l’administration publique. Le hic c’est que ça demande un meilleur traitement pour pouvoir rendre justice au peuple burkinabé et un an après ça se réfugie dans un coin tranquille pour bien bouffer ses sous. Non à la mauvaise utilisation des ressources humaines au Burkina ! On a améliorer votre condition pour avoir une bonne administration de la justice, c’est au Palais que vous devez exercer.

    Répondre à ce message

    • Le 1er juin à 12:44, par madi
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 31 mai 2017

      Parfaitement d’accord avec le fou, les grosses indemnités servies aux magistrats ne doivent pas leur être servies tant qu’ils n’exercent pas au niveau des palais : on ne peut pas bénéficier de faramineuses indemnités et aller s’asseoir ailleurs, que Rock corrige rapidement cette injustice ; que ces indemnités soient retirées aux magistrats qui ne sont pas dans l’exercice de l’administration de la justice. Halte à cette forme d’escroquerie !

      Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 12:19, par Amadou
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 31 mai 2017

    Juste pour relever un fait sur le dépôt des dossiers des concours de la fonction publique. Dans les communiqués des concours il est mentionné " Peuvent prendre part à ce concours, les candidats des deux (02) sexes, de nationalité burkinabè,âgés de dix-huit (18) ans au moins et de trente-sept (37) ans au plus au 31 décembre 2017 " . Cette condition exclue les candidats nés à une date précise de l’année 1980 ( cas d’un candidat né le 18 Décembre 1980 ) mais permet à aux candidats nés en 1980 ( cas de ceux dont il est mentionné né 1980 tout court sans précision de jour ou de mois ). Plusieurs candidats se plaignent qu’ils ont vu leurs dossiers rejetés parce que leurs dates de naissance étaient précises sous forme Jour/mois/ 1980 alors que ceux qui avaient les date de naissance né en 1980 ont vu leurs dossiers acceptés. Pour plus de justice il serait intéressant de permettre à tous les candidats nés en 1980 avec une date précise ou non de pouvoir déposer leurs dossiers..

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 12:45, par Octavio
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 31 mai 2017

    Parfois je me demande ce que les gens cherchent. Toi Dr. Corneille Traoré tu n’a rien trouvé à faire c’est d’aller être un chargé de mission.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 13:25, par kiparétanga
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 31 mai 2017

    Je voudrais sortir du CR de ce CM et attirer l’attention de l’opinion et de nos dirigeants sur les situations graves de notre système de santé et de soins en particulier. Tout le monde est productif parce qu’on est en bonne santé, on va en CM parce qu’on est en bonne santé. Il ya des choses graves qui se passent et causent la désolation dans les familles, ça peut amener la révolte si on y prend garde (cas du CHU SS la semaine passée).
    Il ya un peu plus de deux semaines, un parent est décédé dans une clinique de la place après plus de 08h au bloc opératoire pour une intervention qu’on disait bénigne. Les spécialistes dit-on se rejettent la balle. Le mal est posé. Des situations de ce genre, c’est fréquent, surtout là où c’est la course effrénée vers l’argent comme priorité dans ce pays. Pour quelqu’un connaissait plein de vie et d’énergie, la famille s’interroge toujours. Ya til de nos jours une question de compétences des agents de santé toute catégories confondues pour une prise en charge efficace des patients ?
    Dans la même semaine, une autre parente a fait près de 2 heures de tournée en ville entre clinique et yalgado pour être finalement prise en charge au petit matin à l’hôpital de Tengando ! Problème d’incapacité en clinique, manque d’oxygène au CHU YO.
    Dernier cas en date, le décès dans la nuit de lundi 29 au mardi 30 d’une jeune dame (une parente encore) dans une ambulance pour défaut de prise en charge urgente en clinique, manque d’oxygène à Yalgado, et, dans la course de survie vers l’hôpital de Tingandogo, la pauvre dame rendit l’âme.Dans tous les cas, les factures sont réglées pour les vrais faux soins.
    Dites moi, que peut-on prendre en charge réellement dans le système privé de soins au Burkina ? On a un peu de moyens pour se soigner, on achète la mort, pire quand on en a pas, que devient-on ?
    Toutes les enquêtes concernant le système de santé (trop coûteuses d’ailleurs) doivent orienter la réflexion vers cette situation en lieu et place de questions d’état d’âme, de recherche d’intérêts ou de poste.
    On ne peut plus continuer à cautionner les erreurs des spécialistes par la consolation que c’est la volonté de Dieu. C’est le même Dieu qui a donné l’intelligence aux uns pour être au service des autres. Il ya des priorités dans ce pays, mais, sans la santé des différents acteurs, aucune n’aboutira dans leur mise en oeuvre. Avant d’être évacué pour ceux que ça peut ne pas concerner, parce que se disant à l’abri avec leur argent et assurance, il faut gérer les premiers soins ici. De grâce, nos autorités et spécialistes doivent revoir toutes les copies. On va dénoncer nommément ces cliniques, spécialistes et autres vendeurs d’illusion en matière de santé bientôt ! Dieu sauve notre Pays !

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 16:59, par Sakin
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 31 mai 2017

    Mes admiration a mr Charles sawadogo
    Du courage pour la suite.que dieu t’assiste

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 17:00, par Sakin
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 31 mai 2017

    Mes admiration a mr Charles sawadogo
    Du courage pour la suite.que dieu t’assiste

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 17:25, par Jacques
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 31 mai 2017

    Monsieur Gassi LOUGUE, Mle 104 750 V, Ingénieur d’agriculture, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques du Tuy

    Félicitations Mr. LOUGUE, mon ingénieur, notre « informaticien maison », le créateur de logiciels, notre expert en antennes paraboliques, l’agent de l’eau et mon formateur. Il parait aussi que tu es un matheux et que tu dis toujours que la raison fait tout. Je te souhaite une bonne chance lors de ta marche sur ce premier escalier ascendant.

    N’oublie pas de mettre à jour notre logiciel passeport pour 2018 aussi.

    Bonne chance à tous ces jeunes directeurs de l’agriculture, prouvez à votre ministre là que vous êtes capables.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 17:29, par le silencieux
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 31 mai 2017

    si vous ne pouvez pas faire le compte rendu intégral il faut cesser..... combien de burkinabè ont accès au journal officiel... n’oublions que le compte rendu intégral est dévoir pour le gouvernement. c’est vous qui commencez les cas d’incivisme..............

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés