Compte rendu du conseil des ministres du 24 mai 2017

mercredi 24 mai 2017 à 09h59min

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 24 mai 2017, en séance ordinaire, de 09 H 30 mn à 13 H 30 mn, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, Président du Conseil des ministres. Il a délibéré sur les dossiers inscrits à son ordre du jour, entendu une communication orale, procédé à des nominations, et autorisé des missions à l’étranger.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Compte rendu du conseil des ministres du 24 mai 2017

I. DELIBERATIONS

I.1. AU TITRE DU MINISTERE DE LA SECURITE

Le Conseil a adopté un rapport relatif à l’organisation d’un forum national sur la sécurité.
Ce forum vise à faire un diagnostic de la sécurité intérieure en vue de proposer des solutions pour résoudre durablement le problème de l’insécurité au Burkina Faso.
Le Conseil a marqué son accord pour la tenue dudit forum à Ouagadougou.

I.2. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ADMINISTRATION TERRITORIALE ET DE LA DECENTRALISATION

Le Conseil a adopté dix-neuf (19) décrets d’application de la loi N°003-2017/AN du 13 janvier 2017 portant statut de la fonction publique territoriale.
Le premier décret porte institution d’une coordination entre le régime de pension des agents communaux du Burkina Faso et le régime général de la caisse autonome de retraite des fonctionnaires (CARFO).

Le deuxième décret porte institution d’une coordination entre le régime de pension des agents des collectivités territoriales et le régime de sécurité sociale applicable aux travailleurs salariés et assimilés.

Le troisième est relatif à la fixation des limites d’âge pour l’admission à la retraite des fonctionnaires de collectivité territoriale et institution d’un congé de fin de service.
Le quatrième décret concerne la réglementation des allocations familiales servies aux fonctionnaires de collectivité territoriale.

Le cinquième décret fixe les modalités de participation des collectivités territoriales aux frais de transport et d’inhumation du corps du fonctionnaire décédé.
Le sixième porte fixation du montant, détermination des conditions de paiement et modalités de répartition du capital décès des fonctionnaires de collectivité territoriale.
Le septième porte conditions d’organisation des examens professionnels et des concours de la fonction publique territoriale.

Le huitième décret concerne les critères et modalités d’évaluation des fonctionnaires de collectivité territoriale.

Le neuvième décret porte conditions et modalités de réquisition du fonctionnaire de collectivité territoriale.

Le dixième porte attributions, composition, organisation et fonctionnement de la commission d’affectation des fonctionnaires de collectivité territoriale.
Le onzième porte dérogation à l’évaluation des fonctionnaires de collectivité territoriale.

Le douzième décret porte dérogation à l’obligation d’exercice exclusif de l’emploi des fonctionnaires de collectivité territoriale.

Le treizième porte attributions, composition, organisation et fonctionnement des organes consultatifs de la fonction publique territoriale.
Le quatorzième est relatif au classement indiciaire des emplois de la fonction publique territoriale.

Le quinzième est relatif aux tableaux de reversement des agents de la fonction publique territoriale.
Le seizième décret porte régime indemnitaire des collectivités territoriales.
Le dix-septième porte indemnités de mission applicables aux collectivités territoriales.

Le dix-huitième porte modalités de mise en demeure des fonctionnaires de collectivité territoriale en cas d’abandon de poste ou de refus de joindre le poste assigné.
Le dix-neuvième décret porte organisation des avancements de grade des emplois de la Police municipale.

L’adoption de ces décrets permet de disposer de bases légales pour l’application de la loi N°003-2017/AN du 13 janvier 2017 portant statut de la fonction publique territoriale.

I.3. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DU DEVELOPPEMENT

Le Conseil a adopté trois (03) rapports.
Le premier est une ordonnance portant autorisation de ratification de l’accord de financement conclu le 24 mars 2017 entre le Burkina Faso et la Banque africaine de développement (BAD).

D’un montant d’environ dix millions neuf cent soixante-huit mille (10 968 000) dollars US, soit six milliards quatre cent quarante-six millions cent soixante-dix mille (6 446 170 000) francs CFA, ce financement est destiné au Projet d’appui au développement de l’anacarde dans le bassin de la Comoé.

Le deuxième est une ordonnance portant autorisation de ratification de l’accord de prêt N° CBF 1282 01 C conclu le 05 avril 2017 à Ouagadougou entre le Burkina Faso et l’Agence française de développement (AFD) pour le financement du Projet de développement durable de Ouagadougou phase 2.

D’un montant de quatre-vingt millions (80 000 000) d’euros soit cinquante-deux milliards quatre cent soixante-seize millions cinq cent soixante mille (52 476 560 000) FCFA, ce financement est destiné au développement territorial équilibré de la commune de Ouagadougou en favorisant la mobilité et l’émergence de pôles de centralités secondaires, en cohérence avec le plan d’occupation des sols (POS) et le schéma de principe de circulation du centre-ville de Ouagadougou.
Le troisième rapport est relatif au bilan d’exécution du Programme d’investissement public (PIP) 2016 au 31 décembre.

Les dépenses engagées au 31 décembre 2016 se chiffrent à 442,998 milliards de FCFA pour une dotation révisée de 566,454 milliards de FCFA, soit un taux d’exécution financière globale de 78,21%. Ce taux est en hausse de 5,05 points et de 21,62 points comparativement à 2015 (73,16%) et 2014 (56,59%).
L’analyse du bilan d’exécution du PIP 2016 au 31 décembre selon le type de financement fait ressortir un taux d’exécution de 87,41% pour les ressources internes et 61,81% pour les ressources externes.

Le Conseil a instruit les ministres concernés de prendre les dispositions idoines pour une meilleure exécution des investissements publics.

II. COMMUNICATION ORALE

II. Le ministre des Affaires étrangères, de la coopération et des Burkinabè de l’extérieur a fait au Conseil une communication relative à la visite de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE au Qatar et en Arabie Saoudite du 18 au 22 mai 2017.

Au cours de son séjour, le Président du Faso s’est entretenu avec l’Emir Hamad Ben Khalifa Al Thiani du Qatar sur des questions de coopération bilatérale et d’intérêts communs.

En outre, le chef de l’Etat a participé à Riyad, en Arabie Saoudite à un Sommet arabo-islamo-américain sur la lutte contre le terrorisme.
Il a, par ailleurs, rencontré les Burkinabè vivant au Qatar et en Arabie Saoudite.

III. NOMINATIONS

III.1. NOMINATIONS DANS LES FONCTIONS INDIVIDUELLES
A. AU TITRE DE LA PRESIDENCE DU FASO

-  Monsieur Pingrenoma ZAGRE, Officier général de Brigade, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Burkina Faso près la République du Ghana ;

-  Madame Alice SANON, Mle 74 875 H, Psychologue clinicien, 1ère Classe, 12ème échelon en nommée Chef du département chargé des communautés coutumières et religieuses des Organisations non gouvernementales (ONG) et des Organisations à base communautaire (OBC) au Secrétariat permanent du Conseil national de lutte contre le Sida et les Infections sexuellement transmissibles (SP/CNLS-IST) ;

-  Monsieur Ouindenonga SAWADOGO, Mle 83 944 Y, Conseiller de jeunesse et d’éducation permanente, 1ère classe , 5ème échelon est nommé Chef du département chargé des institutions, des ministères autres que celui de la santé et des entreprises au Secrétariat permanent du Conseil national de lutte contre le Sida et les Infections sexuellement transmissibles (SP/CNLS-IST) ;

-  Monsieur Boukari SAVADOGO, Mle 41 378 Y, Professeur certifié, 1ère classe, 13ème échelon, est nommé Chef d’antenne régionale du Conseil national de lutte contre le Sida et les IST (CNLS-IST) du Centre ;

-  Monsieur Marc SAWADOGO, Mle 81 944 W, Inspecteur d’éducation de jeunes enfants, 1ère classe, 5ème échelon est nommé Chef d’antenne régionale du Conseil national de lutte contre le Sida et les IST (CNLS-IST) du Centre-Nord.

B. AU TITRE DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES, DE LA COOPERATION ET DES BURKINABE DE L’EXTERIEUR

-  Monsieur Assane TAMBOURA, Mle 75 670 P, Ministre plénipotentiaire, 1ère classe, 8ème échelon est nommé Ambassadeur Représentant permanent adjoint de l’Ambassade du Burkina Faso à Bruxelles (Belgique) ;

-  Monsieur Bourèma KI, Mle 97 439 D, Conseiller des affaires étrangères, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Directeur des Organisations régionales ;

-  Monsieur Ouépia Karim IDOGO, Mle 105 154 H, Conseiller des affaires étrangères, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur des Organisations sous régionales ;

-  Monsieur Oumarou GANOU, Mle 59 723 N, Conseiller des affaires étrangères, 1ère classe, 8ème échelon, est nommé Directeur du Bureau national de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

C. AU TITRE DU MINISTERE DE LA JUSTICE, DES DROITS HUMAINS ET DE LA PROMOTION CIVIQUE

-  Monsieur Lassina GUITI, Mle 110 110 T, Inspecteur de sécurité pénitentiaire, 2ème grade, 4ème échelon, est nommé Directeur général adjoint de la Garde de sécurité pénitentiaire ;

-  Monsieur Sabila SAWADOGO, Mle 240 051 G, Inspecteur de sécurité pénitentiaire, 2ème classe, 1er échelon, est Directeur du matériel et du budget à la Direction générale de la Garde de sécurité pénitentiaire ;

-  Monsieur Harouna TARNAGADA, Mle 59 951 U, Inspecteur de sécurité pénitentiaire, 2ème grade, 3ème échelon, est nommé Directeur de la maison d’arrêt et de correction de Ziniaré ;

-  Monsieur Bavrou TIENE, Mle 110 121 L, Inspecteur de sécurité pénitentiaire, 2ème grade, 1er échelon, est nommé Directeur de la maison d’arrêt et de correction de Tenkodogo.

D. AU TITRE DU MINISTERE DE L’EAU ET DE L’ASSAINISSEMENT

-  Madame Zita Ayaba Clarisse TRAORE/ANAGO, Mle 130 272 J, Magistrat, 1ère classe, 2ème échelon, est nommée Conseiller technique ;

-  Monsieur André ZONGO, Mle 51 149 N, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur de l’administration des finances ;

-  Monsieur Jean Baptiste ZONGO, Mle 216 302 Y, Ingénieur du génie rural, 1ère classe, 4ème échelon est nommé Directeur général de l’Agence de l’eau du Liptako (AEL) ;

-  Monsieur Wendémi Cyprien TIZAMBO, Mle 216 301 S, Ingénieur du génie rural, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur régional de l’Eau et de l’assainissement des Hauts-Bassins.

E. AU TITRE DU MINISTERE DES INFRASTRUCTURES

-  Monsieur Michel KAFANDO, Mle 39 679 C, Inspecteur du trésor, 1ère classe, 9ème échelon, est nommé Conseiller technique ;

-  Monsieur Jean Wenceslas Tewendé KYELEM, Mle 216 126 B, Ingénieur du génie civil, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur général de l’Entretien routier ;

-  Monsieur Babou BAYILI, Mle 23 10 553 C, Ingénieur d’état du bâtiment, des ponts et chaussées, 1ère classe, 7ème échelon, est nommé Directeur général de l’Ecole de formation professionnelle des travaux publics (EFP-TP) ;

-  Monsieur Sidiki Boubacar ILBOUDO, Mle 35 701 Y, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur des marchés publics.

F. AU TITRE DU MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE LA FORMATION ET DE L’INSERTION PROFESSIONNELLE

-  Monsieur Adama Ally GANAME, Mle 59 637 X, Administrateur des services financiers, 1ére classe, 8ème échelon est nommé Directeur général du Fonds d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage (FAFPA) ;

-  Monsieur Abdramane KIEMDE, Mle 58 681 B, Inspecteur du trésor, 1ére classe, 3ème échelon est nommé Directeur financier et comptable du Fonds d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage (FAFPA) ;

-  Monsieur Abdoulaye OUEDRAOGO, Mle 216 146 W, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Directeur des Affaires financières de l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE).

G. AU TITRE DU MINISTRE DE LA FEMME, DE LA SOLIDARITE NATIONALE ET DE LA FAMILLE

-  Monsieur Souleymane COULIBALY, Mle 97 640 H, Inspecteur du trésor, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur des finances et de la comptabilité publique du Fonds national de la solidarité ;

-  Monsieur Soumaïla ZOROM, Mle 82 024 S, Inspecteur d’éducation spécialisée, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur des statistiques sectorielles ;

-  Monsieur Ourobé Eric COULIBALY, Mle 57 224 L, Administrateur des affaires sociales, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur de la planification opérationnelle ;

-  Monsieur Drissa SAWADOGO, Mle 34 060 W, Administrateur des affaires sociales, est nommé Directeur de la protection des personnes âgées ;
-  Monsieur Yassa OUEDRAOGO, Mle 92 509 K, Inspecteur d’éducation spécialisée, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur de la protection et de la promotion des personnes handicapées ;

-  Monsieur Alidou BALBONE, Mle 41 064 E, Administrateur des affaires sociales, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Directeur de la vulgarisation des mécanismes de solidarité nationale et de lutte contre l’exclusion sociale.

III.2. NOMINATION DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION

Le Conseil a procédé à des nominations et à des renouvellements de mandat au titre de membres de Conseil d’administration des Etablissements publics et des Sociétés d’Etat.
La liste de ces nominations sera publiée dans le Journal Officiel du Faso.

Le Ministre de la Communication et
des Relations avec le Parlement,
Porte-parole du gouvernement

Rémis Fulgance DANDJINOU
Officier de l’ordre national

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 24 mai à 22:17, par Djongo
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du 24 mai 2017

    Bon vent au General Zagré. Mais j’ai un souci : est ce qu’il pourra venir répondre au tribunal quand le procès du putch va commencer ?

    Répondre à ce message

    • Le 25 mai à 10:26, par atala
      En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du 24 mai 2017

      Djongo, c’est justement pour qu’il soit couvert par une immunité diplomatique qu’il a été parachuté à ce poste bien que tout le monde sache qu’il est loin d’être la personne clean qu’il faut pour incarner les valeurs d’antan de notre pays. C’est sur que sous un tel parapluie diplomatique, il ne viendra répondre de rien. Ah le Faso des RSS ! Le réveil risque d’être douloureux à la fin

      Répondre à ce message

  • Le 24 mai à 22:47, par sombo
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du 24 mai 2017

    Mr le MJFIP c’est bien de nettoyer la maison mais il faut prendre en compte les cadres du ministère. il sera important de faire un point des compétences que vous disposer et réorganiser la maison, si possible organiser une AG avec personnel. Plus de 5 ans dans un poste de travail par un agent, il faut l’affecter un autre poste quelque soit la structure. Il y a des gens qui ne travaillent pas mais sont des beaux parleurs. Soyez vigilent.

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai à 23:00, par Sos
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du 24 mai 2017

    Eyi gouvernement, on attend toujours l’affaire des 200 millions disparus au siao , on a l’oeil ouvert et on veut des éclaircissements

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 07:28, par Didier
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du 24 mai 2017

    L’un des problèmes cruciaux qui empêche le bon fonctionnement de l’administration publique burkinabè est lié au fait que beaucoup de responsables méconnaissent les difficultés des administrés et populations à la base. Les manques de moyens matériels et financiers bloquent l’efficacité des services déconcentrés de l’administration. De nombreux responsables ne se donnent pas la peine de sortir du confort de leurs bureaux climatisés de Ouagadougou pour s’imprégner des dures réalités des services dans les provinces éloignées de la capitale. Les services chargés de faire les contrôles ne font pas aussi remonter aux dirigeants, les vraies informations pour des solutions. Parfois, ceux qui font l’effort de transmettre des rapports crédibles, ces documents sont rangés dans des tiroirs par des responsables peu soucieux de la bonne gestion de leurs services et sont essentiellement préoccupés par des séminaires, missions qui leur rapportent des devises. Il faudrait un changement de mentalités et de comportements dans ce domaine pour plus de performance de l’administration publique. Un bel exemple est en train d’être donné dans ce sens par le ministre d’Etat, ministre de la sécurité, Simon Compaoré. En effet, le ministre d’Etat en effectuant des tournées dans des commissariats et brigades de gendarmerie à travers le territoire national, a constaté de visu la vétusté et les mauvais états des locaux de ces forces de sécurité. Il a constaté le manque de moyens logistiques également. Avec son tempérament d’homme d ‘action qui sait prendre des décisions urgentes quand il le faut et qui se donne le temps de mener des investigations pour actions judicieuses à court, moyen et long termes, le ministre d’Etat a pris des engagements et décisions fermes pour la résolution des différents problèmes de la police et de la gendarmerie. De tels engagements sont bien appréciés par les forces de sécurité et contribuent à remonter leur moral dans leurs missions à risques pour la sécurisation du pays. Félicitation donc au ministre Simon Compaoré pour son sens élevé de la responsabilité et son pragmatisme qui lui permettent d’aboutir à des résultats positifs dans ses actions. Son exemple mérite d’être suivi par l’ensemble des responsables administratifs et décideurs du pays. Il faut savoir trouver des solutions concrètes aux préoccupations légitimes des citoyens dans les meilleurs délais et leur tenir des langages de vérité sur certaines difficultés et revendications.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 07:29, par CITOYEN
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du 24 mai 2017

    Et silence radio sur les justiciers de la brousse les kologoweogi qui tuent en toute impunité narguent les FDS et les autorités transforment le BF en no man land avec la complicité des politiciens qui ne savent jouer qu’au médecin après la mort. Ko présentation de condoléances dont de vivre alors que la suppression pure et simple de cette racaille epargnera bien de famille de larmes inutiles. République Mouta Mouta HOYE ! la mollesse et l’équilibrisme nous coûtera cher.

    Administrateur laisse mon post passer !

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 07:48, par Chercheur
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du 24 mai 2017

    Les chercheurs attendent toujours la mise en application de la loi 036. Ce gouvernement fait une application discriminatoire de ladite. Pendant que les enseignants-chercheurs ont déjà bénéficié de la loi les chercheurs attendent

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 08:05, par dunga
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du 24 mai 2017

    Hum. qu’est ce qui se passe au ministère des infrastructures ? Toujours des changements inutiles. Avec cette instabilité institutionnelle aucun résultat probant à l’horizon. amateurisme et tâtonnements seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 08:24, par BF_Voix
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du 24 mai 2017

    Je pense que le gouvernment est irresponsable !!! aucune condamnation des agresssions de l’artiste par la population avec la complicité de la police !!!

    Très triste !! Si Allah n’avait pas sauvé cette pauvre dame, elle risquait de mourrir gratuitement et laisser son bébé de 6mois.

    Que le gourvernement de Rock soit plus humaniste car, chacun de nous est mortel, ou sa soeur ou sa fille peut se retrouver un jour à la place de cette dame que la foule a voulu linchée

    Qu’Allah accorde la santé à la dame blessée

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 08:30, par propre
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du 24 mai 2017

    j’apprecie le travail abattu au MATD avec 18 decrets pris en conseil de ministre pour l’amelioration du cadre et des conditions de travail surtout en faveur des travailleurs ; les autres ministeres doivent emboiter ce pas au lieu de passer le tps a des nominations ou des propositions demagogiques : un jeune un emploi d’ici 2020, tchrrrrrrrrrrrrr

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 09:24, par yoba
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du 24 mai 2017

    Merci d’avoir pensé aux méritants,accomplir sont devoir c’est le degré le plus bas de la moralité,on acquière la responsabilité en allant au delà de ses obligations.C’est ce qu’a fait notre vaillant professeur ALLY ADAMA GANAME.félicitation maitre ;
    ESTA

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 10:22, par atala
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du 24 mai 2017

    Le MJFIP a bel et bien cassé la nouvelle dynamique insufflé au FAFPA pour le DG sortant. Tous les partenaires de cette structure naguère moribonde ont salué le dynamisme et la vision du monsieur qui a pu bien faire bouger les lignes en si peu de temps. Il faisait surement de l’ombre à son ministre et devenait de plus en plus populaire dans le nord, leur region commune. Donc il fallait à tout prix noyer le poisson dans l’eau comme on dit. Comme quoi, le Burkina Faso n’a pas besoin des travailleurs mais plutot des yes men qui se tapissent dans l’ombre. Bon vent à M. Ouedraogo ! "Aux ames bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années".

    Répondre à ce message

    • Le 26 mai à 10:04, par voila ca !
      En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du 24 mai 2017

      T’inquiete Atala, il sera propulsé à un poste plus grand et juteux dans ce même ministère. le ministre sait ce qu’il fait. les relations entre patinde et smaila sont au beau fixe de par leur bord politique et leur provenance( le grand nord)

      Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 10:46, par Bangré
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du 24 mai 2017

    le ministère des ressources animales et halieutiques (MRAH), je vous rappel que ya toujours des directeurs provinciaux qui doivent être remplacés, u leur état de service très médiocre, vu qu’ils sont en poste depuis plus de 5 ans, vu la souffrance des agents de terrains, vu leur manque d’innovation (aucun apport pour le service), vu le pillage organisé par ces DP, vu les difficultés d’exécution des activités des partenaires par ces derniers, je pense que le moment est venu pour les remercier,monsieur le ministre. il s’agit entre autres des directeurs provinciaux de la région du centre nord (Kaya) .....
    Monsieur le ministre vous avez intérêt à ouvrir l’œil et le bon car sous votre direction le ministère est devenu laconique, laxiste, comateux....

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 12:01, par Adama Zoungrana
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du 24 mai 2017

    Félicitations au Général et bon vent à lui.
    Cependant j’invite les travailleurs du trésor à plus de discernement. Pour le beurre que vous recherchez, les contribuables et usagers de vos services ne continuerons pas à accepter que vous les empêcher d’entrer en possession de leur pain. Encore que vous ne renoncez pas au salaire qui vous est servi en fin de mois au motif qu’il est insuffisant. j’ai assisté à une scène où le maçon de mon oncle a renoncé au contrat de construction de sa maison pour la simple raison que le montant proposé par l’oncle ne lui convenait pas. Pour dire qu’en toute chose il y a un choix à faire. Alors, si les conditions de travail que te propose Pierre ne te conviennent pas, il n’ y pas à s’en faire . tu renonce ou démissionne puis tu vas où c’est meilleur. j’insiste pour les inviter à faire prévaloir la sagesse.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 12:12, par Sidnaba
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du 24 mai 2017

    Qu’ est ce que ce régime MPP a contre la région du Sud Ouest ? Dans toutes ces nominations aucun ressortissants du Sud Ouest. C’est est purement de la ségrégation inacceptable. Peuples de Sud Ouest réveillons nous sinon an laara an saura !

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 12:12, par Romuald
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du 24 mai 2017

    Que se passa t’il au MRAH pourquoi ce silence ? Mr Le Ministre réveillez vous les régions ont besoin de vous surtt il faut revoir au CN

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 13:28, par EBENEZER
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du 24 mai 2017

    La simplicité n’est pas un vice comme dit un adage.
    Pleine réussite au général ZAGRE dans ses nouvelles fonctions.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 13:51, par Adama
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du 24 mai 2017

    songer aussi à l’administration générale sinon nous aussi on va lancer un préavis de grève . m bonh !

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 14:39, par Mosak
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du 24 mai 2017

    Pourquoi la nomination du Général Zagré comme ambassadeur, relève de la Présidence du Faso, et non du Ministère des Affaires Étrangères, comme les autres ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 15:27, par Martial HLPGD
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du 24 mai 2017

    Et le problème des koglwéogo ? Et l’affaire du lynchage et humiliation publique de cette femme ? Et le problème de l’interminable seat-in du trésor public ? Et le crime impuni de tous ces fantômes qui rôdent dans nos rues et troublent la quiétude des burkinabè et.....
    Il est grand temps que les conseils des ministres soient plus intelligents.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 17:45, par explication demandée en français facile
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du 24 mai 2017

    1) L’armée dont relève le Gal est - elle sous tutelle de la présidence ou du ministère de la défense après l’érection du ministère de la défense en un ministère plein ? 2) Les nominations d’ambassadeurs relèvent -ils de la présidence ou du ministère de tutelle ? 3) Nous savons qu’un ambassadeur est le représentant d’un président/ d’un état dans le(s) pays qu’il couvre. 4) Nous savons aussi que bien qu’un ambassadeur soit le représentant du président il est son ministère est celui des affaires étrangères. Alors bon vent au nouvel ambassadeur ? Nous chercherons et apprendrons à mieux comprendre le fonctionnement de l’administration.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 23:59, par Deggo Kamen
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du 24 mai 2017

    Enfin... le DAF du MEA laissera sa place a quelqu’un qui ne serait certainement pas malhonnête et inefficace comme lui.
    Au fait, ce DAF pour ceux qui ne le save pas, est le champion de la discrimination.
    S’il te connait tu as de la chance, il te règle ta facture.
    S’il ne te connait pas, tu n’a que tes yeux pour pleurer et attendre et souffrir en silence.
    Déjà depuis sa nomination, plusieurs agents de son service ont décampé car il parait qu’il est non seulement inefficace, mais affairiste de premier rang car il confond les fonds de l’état a ses propres fonds puisqu’il ne paie pas quand il n’a pas un intérêt.
    Franchement, sans être méchant, ne mérite il pas d’être poursuivi et même conduis pour un bon séjour de méditation en solo afin de donner un très bon exemple a d’autres DAF affairiste de premier rang qui pensent qu’en te payant c’est l’argent des revenus de leurs plantations de cacao ?
    Au fait, il y a bien des années que nous n’avons vu des fonctionnaire en médiation en solo, ils sont très très peu et on les comptes du bout des doigts. Par contre ceux qui s’y retrouve en prison c’est qu’ils ont bouffés sans avoir rendu compte a leurs supérieurs.

    Répondre à ce message

  • Le 26 mai à 09:03, par HAKIKA
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du 24 mai 2017

    Que dit le CONSEIL à propos des frais de scolarités 2015/2016 et 2016/2017 non payés aux établissement privés conventionnés qui accueillent les élèves affectés par l’Etat ?

    Si rien n’est fait des milliers d’enfants risquent d’être mis à la porte. Trouvez vite la solution comme ça a été le cas avec la presse privée.

    Répondre à ce message

  • Le 26 mai à 09:35, par OBASS
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du 24 mai 2017

    félicitations à Monsieur TIZAMBO pour le poste de DREA HBs et à Monsieur GANAME Ally pour le poste de DG FAFPA. que Dieu vous accompagne et vous assiste. amen !

    Répondre à ce message

  • Le 26 mai à 10:06, par laissemoi
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du 24 mai 2017

    Enfin les pauvres agents des collectivités vont se sentir un peu Burkinabé après tant d’années de souffrance et de fausses promesses

    Répondre à ce message

  • Le 28 mai à 20:14, par Le Justicier
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du 24 mai 2017

    Monsieur le Ministre de la jeunesse et de l’emploi ; depuis votre arrivée à la tete de notre departement ; nous constatons que vous ne faites que nommer des cadres venant hors du Ministère. En temoigne la nomination de votre Dircab, DAF, DMP et recemment le Directeur du FAFPA. Ces relations de copinage dans les nominations n’est pas gage de bonne gestion.

    A titre d’exemple, a peine arrivée au Ministère de la jeunesse et de l’emploi, le nouveau DAF s en donne à des pratiques peu recommandables. De quoi s’agit il. Il fait des acquisitions en violation de la réglementation des achats publics. Des acquisitions sont faites sans que les fournisseurs ne bénéficient de contrats et dans le non respect de la procédure. Ces fournisseurs sont ses amis, copains et parents d’où le conflit d’intérêt. Le contrôle financier est contourner et il compte régulariser ces entorses de la moi par des cotations fictives qu’il introduira au contrôle financier qui a été approché par ce dernier.

    Renseignements pris, il aurait utiliser les mêmes pratiques au Ministère ou il acquis du mobilier et matériel de bureau sans les donner un contrat et n a pas pu les régulariser avant de partir pour le Ministère de la jeunesse et de l’emploi.

    Ces agissements contre les financement ne nous étonne pas quant on sait que ce DAF ne doit à son qu a des considérations politiques. il ne peut qu’équiper le bureau de son patron en violation de la réglementation. Il est un DAF de Smaila OUEDRAOGO et non un DAF de l’Etat. Quand un Ministre change de Ministère avec son DAF, il travaille pour ce Ministre et non pour l’Etat et il y a anguille sous roche.

    L’ASCE a interet à s’interesser à la gestion de ce DAF de Smaila OUEDRAOGO !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés