Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut façonner l’argile pendant qu’elle est molle.» Proverbes zoulou

Déclaration de monsieur le ministre de l’Environnement, de l’économie verte et du changement climatique du Burkina Faso à l’occasion de la Journée internationale de la diversité biologique

Accueil > Actualités > Environnement • COMMUNIQUE • dimanche 21 mai 2017 à 01h30min
Déclaration de monsieur le ministre de l’Environnement, de l’économie verte et du changement climatique du Burkina Faso à l’occasion de la Journée internationale de la diversité biologique

Chaque année, le Burkina Faso, à l’instar de la communauté internationale célèbre le 22 mai la journée internationale de la diversité biologique ou biodiversité. Le thème de cette année 2017 est « Diversité biologique et tourisme durable ».

La diversité soutient le fonctionnement des écosystèmes et fournit les services vitaux au bien-être humain. Les fonctions essentielles comme les cycles des nutriments, la décomposition de la matière organique, la formation et la réhabilitation des sols, la régulation des nuisibles et des maladies ainsi que la pollinisation dont bénéficient les productions agricoles et le bétail sont préservés par ces écosystèmes. Ces derniers sont donc essentiels à la durabilité de la production alimentaire et à la nutrition et de ce fait au bien-être humain.

Comme l’ont si bien souligné les Etats membres à la 13ème Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique, les objectifs d’éradication de la faim, de la réalisation de la sécurité alimentaire et d’amélioration de la nutrition humaine qui sont les défis majeurs auxquels sont confrontés les peuples et les nations ne seront pas atteints sans une conservation et une utilisation durable de la diversité biologique. Parce qu’elle est à l’origine de toute culture agricole, du bétail domestique et des variétés entre elles, la biodiversité est à la base de toutes les productions agricoles et de toutes celles destinées à nourrir directement l’homme.

Le choix du thème Diversité biologique et tourisme durable trouve son fondement dans le fait que le secteur du tourisme au même titre que celui de l’agriculture, la foresterie, la pêche et les diverses ressources est largement tributaire de la diversité biologique.

La biodiversité constitue en effet un élément capital pour le développement du tourisme. Les sites touristiques ne sont rien de moins que les réserves de chasse, les parcs et aires protégées, les sites sacrés, les pics, cascades et autres paysages naturels qui constituent les écosystèmes.Et l’écotourisme dépend de l’abondance et de la diversité des espèces, des écosystèmes et des paysages pour attirer les touristes.

Au Burkina Faso, les statistiques révèlent que les habitats naturels et plus particulièrement les aires de conservation faunique demeurent les destinations privilégiées des touristes. Selon la Direction Générale du Tourisme (DGT), notre pays a accueilli 482970 touristes en 2012. Cette situation a enregistré en termes de retombées une contribution à l’économie nationale de 71 milliards de francs CFA.

Ces chiffres nous permettent de soutenir que le tourisme est une activité à développer et ce développement exige des écosystèmes sains et intacts. La biodiversité étant alors le capital naturel du tourisme, sa conservation est essentielle à sa durabilité.

Toutefois, en dépit des efforts déployés pour la préserver, le rythme actuel de perte de la diversité biologiquedemeure une préoccupation majeure au Burkina Faso. Plusieurs secteurs sont à l’origine des destructions massives des espaces naturels de conservation, des fragmentations des écosystèmes, des conversions des massifs forestiers à d’autres utilisations, de la surexploitation des ressources naturelles, de l’introduction des espèces exotiques envahissantes, des pollutions de l’air et des eaux.

Avec l’aggravation de ces effets suite aux changements climatiques et à la désertification, il est à craindre que certains de nos écosystèmes vitaux atteignent les niveaux de dégradation dits « seuils de non-retour » à partir desquels tout effort de restauration sera vain et ils ne seront plus en mesure de remplir leurs fonctions dont dépend la vie.

Il importe à ce titre au plus haut point d’œuvrer à inverser les tendances actuelles de sa dégradation au Burkina Faso. Conservée et utilisée de façon durable, cette diversité biologique offrira en point douter des solutions efficientes aux défis pressants de développement auxquels nous sommes confrontés.

Le thèmediversité biologique et tourisme durabletrouve ainsi toute sa justification. Il se veut une exhortation aux acteurs à tous les niveaux d’œuvrer dans la synergie pour le développement durable en intégrant dans chaque secteur d’activités la conservation et l’utilisation durables de la biodiversité qui sont une condition fondamentale pour le bien bien-être de toute vie.

Le tourisme durable, indissociable d’une biodiversité en bon état est ce que nous rappelle la communauté internationale à travers ce thème

Garantir la durabilité du tourisme exige l’intégration de la diversité biologique dans les politiques et les outils de planification du développement du tourisme en mettant en œuvre le Programme de développement durable de l’Organisation Mondiale du Tourisme.

A ce titre, l’adoption de la politique nationale du développement touristique et sa mise en œuvre à travers les projets de tourisme durable soutenus par la fondation STEP par l’entremise de l’Organisation mondiale du tourisme et de l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI) sont au nombre des actions positives qui concourent à la préservation de la biodiversité dans notre pays.

Au-delà du secteur du tourisme, les objectifs visés à travers le thème de cette année est de rappeler qu’il est impératif d’œuvrer à tous les niveaux à intégrer la conservation et l’utilisation durables de la diversité biologique dans les politiques, plans et programmes nationaux, intersectoriels et sectoriels.

Le Gouvernement à travers le Ministère en charge de l’environnement œuvre afin que les acteurs nationaux jouent pleinement leur partition en matière d’intégration en mettant à leur disposition les outils appropriés.

Avec l’appui de nos partenaires techniques et financiers à travers notamment le Programme d’Appui au Secteur Forestier, le Ministère de l’Environnement, de l’Economie Verte et du Changement Climatique mettra à la disposition des acteurs au cours de cette année 2017 les outils suivants :
 un guide d’intégration de la diversité biologique dans les évaluations environnementales au Burkina Faso,
 une monographie nationale sur la diversité biologique actualisée,
 un plan de communication spécifique pour la biodiversité
 une stratégie et un plan d’action nationaux actualisés en matière de diversité biologique.

J’invite les différents acteurs à faire en sorte que les politiques, plans et programmes sectoriels et intersectoriels, nationaux, régionaux ou communaux intègrent de manière structurée et cohérente des mesures de conservation, d’utilisation durable et de restauration de la diversité biologique.

Bonne journée internationale de la diversité biologique à tous et à toutes.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Programme d’investissement forestier : Impliquer les acteurs pour la réussite de la REDD+
Migrations et environnement : L’OIM lance un nouveau programme dans deux communes du Burkina
Préservation de l’environnement : Des parlementaires à l’école de la REDD+
Gestion des ressources en eau : Faso Koom II pour renforcer les capacités opérationnelles de l’Agence de l’eau du Nakanbé
Gestion des ressources naturelles : La sécurisation des corridors biologiques au cœur d’un atelier national
Programme national pour la Gestion intégrée des ressources en eau : Le comité de revue examine les réalisations de l’année 2018
Eau et Assainissement au Burkina Faso : Le budget alloué au secteur n’est pas suffisant, selon une étude commanditée par WaterAid
Journée mondiale des zones humides 2019 : Le message du ministre de l’Environnement, de l’Economie verte et du Changement climatique
Agence de l’eau du Nakanbé : Un nouveau conseil d’administration pour relever de nouveaux défis
Conservation de l’environnement : Le Burkina obtient la note de 10/10
Gestion durable des ressources forestières : Un projet pour assurer un environnement sain aux populations
Accès à l’eau potable : Fin de corvée d’eau pour quatre villages de la commune de Karangasso Sambla
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés