Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Politiques publiques : Le CGD fortifie ses cellules dans les Universités

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET | Oumar L. OUEDRAOGO • lundi 22 mai 2017 à 01h36min
Politiques publiques : Le CGD fortifie ses cellules dans les Universités

Le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) a sonné la mobilisation de ses cellules universitaires. Après celles de Bobo-Dioulasso, c’est autour des cellules de Ouagadougou de bénéficier d’un renforcement de capacités sur la démocratie, la citoyenneté, le civisme et les mécanismes citoyens de participation aux politiques publiques. Cette formation, qui a eu lieu le samedi, 13 mai 2017 à Ouagadougou, a été marquée par plusieurs communications relatives aux aspects suscités.

C’est en 2009 que l’idée de la création de cellules CGD dans les ‘’temples du savoir’’ (universités) a pris forme par la mise en place effective des premières initiatives. Elles ont vite eu un engouement auprès des étudiants, permettant de les étendre aux universités publiques et privées de Ouagadougou, de Bobo-Dioulasso (capitale économique) et de Koudougou (3ème grande ville du pays). « Si nous voulons construire une démocratie solide, et surtout viable, il ne sert pas à grand-chose de former uniquement les élites actuelles, il faut déjà penser à former les élites de demain. Il faut mettre l’accent sur ceux-là qui sont en ce moment dans les universités publiques et privées, qui sont amenés à prendre la destinée du pays dans les années à venir », motive le chargé de programme du CGD, Assegna Anselme Somda.

Il s’agit d’inculquer à cette jeunesse, les principes et valeurs de démocratie à travers des thématiques également nouvelles sur le genre, la participation politique des femmes, etc. « Nous formons ces jeunes-là pour que demain, à leur tour, ils puissent gérer la chose publique dans le respect des grands principes de la démocratie, de la bonne gouvernance et surtout en tenant compte des facteurs genres. On ne veut pas que cette génération perçoive la participation politique des femmes comme une faveur, mais plutôt comme un droit », précise le chargé de programme, M. Somda, soulignant que le CGD (http://www.cgd-igd.org/) encourage la participation politique de la femme, de la jeune fille (pas par avantage, mais parce que c’est un droit).

Le chargé de programme du CGD, Assegna Anselme Somda, fait ici une présentation de l’institution

Démocratie, bonne gouvernance, droits humains sont donc les domaines dans lesquels sont attendues les actions de ces cellules. C’est dire que les membres ont pour mission de sensibiliser les étudiants (et les élèves) sur les questions de citoyenneté et les mécanismes citoyens de participation aux politiques publiques. Ici, l’accent est donc mis sur les dimensions de la reddition des comptes, la redevabilité, la transparence et la bonne gouvernance. « Quand nous formons ces jeunes-là, nous ne leur disons pas qu’ils doivent aller en politique. Nous voulons former avant tout des citoyens, et surtout de bons citoyens (parce qu’en matière de citoyenneté, vous avez de bons et de mauvais citoyens). Donc, la priorité du CGD, c’est de former de bons citoyens, soucieux du respect du bien public, des règles de la république, etc.

Le directeur exécutif du CGD, Dr Thomas Ouédraogo, outille les centaines de participants sur les principes et valeurs de la démocratie

Maintenant, après la formation, celui qui est tenté par la chose politique, ou qui est tenté de poursuivre la lutte dans le cadre des organisations de la société civile, peut y aller », explique Assegna Anselme Somda, révélant que de nombreux jeunes ont, avec tout ce qu’ils ont acquis dans les cellules, opté pour des partis politiques (et occupent, certains, des postes de responsabilité) tandis que d’autres ont pris le chemin de la société civile. Selon des participants, outre les avantages directs liés à la formation personnelle, les cellules CGD sont un cadre de brassage entre les membres en ce sens qu’on y dénombre également des étudiants de plusieurs nationalités. Mieux, ces derniers, de retour dans leur pays, dupliquent ces initiatives de sensibilisation.

Le CGD compte capitaliser toutes ces expériences à la faveur du Xème anniversaire (les cellules étant devenues des partenaires privilégiés de l’institution) pour d’ouvrir l’initiative à d’autres perspectives.

O.L.O
Lefaso.net


Propos de participants à la formation … :

Responsable Cellule de l’Université Saint Thomas d’Aquin

Responsable Cellule de l’Université Saint Thomas d’Aquin

Le CGD a vu juste en mettant en place des cellules dans les universités pour promouvoir les valeurs de démocratie et de bonne gouvernance. Personnellement, j’ai connu le CGD à travers le Pr Augustin Loada (Professeur de droit constitutionnel, premier directeur exécutif de l’institution, ndlr) qui m’a facilité le contact avec des personnes-ressources de l’institution. A travers notre cellule, nous menons des conférences publiques, des séances de sensibilisation des étudiants, des visites à des institutions, etc. Aujourd’hui, il y un réel engouement des étudiants autour des cellules CGD, parce qu’il y a plusieurs avantages à militer dans une cellule CGD (formation personnelle, constitution de carnet d’adresses, brassage entre étudiants de divers horizons…). Ce que j’apprends dans la cellule comme valeurs de citoyen responsable va sans doute me servir dans l’avenir.

Membre de la Cellule I, Université Ouaga II

Membre de la Cellule I, Université Ouaga II

Notre objectif s’inspire des lignes qui ont été dégagées par le CGD. Elles consistent entre autres à travailler à inculquer d’abord aux membres de la cellule, les valeurs de démocratie, de bonne gouvernance et de participation citoyenne aux politiques publiques. Mon engagement remonte à depuis la première année, quand je suis arrivé à l’Université en 2014. J’ai découvert la cellule lors de sa sortie de terrain, elle est passée dans notre salle, ça m’a tout de suite intéressé et j’ai pris attache avec les responsables de la cellule. Et depuis lors, je n’ai de cesse participé aux activités. Ça m’a permis d’élargir ma culture générale et de nouer des contacts.

Responsable Université Ouaga I

Responsable Université Ouaga I

La première motivation d’être dans la cellule, c’est pour d’abord me faire des connaissances personnelles, étendre mon champ de formation. J’estime que pour un étudiant, une fois on définit ce qu’on veut, il faut se donner les moyens pour l’atteindre. C’est important et pour moi, la cellule CGD était la mieux indiquée. A titre d’exemple, j’ai beaucoup appris des communications qui ont été données au cours de cette formation, des choses que j’ignorais. Ma présence dans la cellule est encore plus importante que je suis dégagée dans la vie politique (militante de parti politique), cela me conforte beaucoup dans ma dynamique, dans mon engagement.

Membre de la Cellule I, Université Ouaga I, Pr Joseph Ki-Zerbo

Membre de la Cellule I, Université Ouaga I, Pr Joseph Ki-Zerbo

Je me suis engagé dès mon début à l’université, parce que j’ai trouvé aux activités du CGD, des initiatives qui nous forment. Les cellules sont à la fois une bonne école d’apprentissage de bonnes pratiques et un cadre de sensibilisation des étudiants. Ce que je reçois comme enseignements à travers la cellule m’aide beaucoup déjà dans mon cursus universitaire et dans la vie active. C’est donc avant tout un cadre de formation personnelle, une formation ouverte qui permet de se doter d’un bagage solide pour l’avenir. Je n’hésiterais par exemple à conseiller les étudiants à s’engager dans les cellules, ils apprendront beaucoup, j’en suis convaincu.

Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle "UPC"
Députée Elise Foniyama Ilboudo/Thiombiano : « Les gens pensent que la politique, ce sont des intrigues »
Appel de citoyens à la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo : « Une vieille stratégie politique démodée », selon Adama Yasser Ouédraogo du CDP
Nouveau règlement de l’Assemblée nationale : Le format du discours du Premier ministre devant le parlement sera réduit
58è anniversaire de l’indépendance : Le Burkina a revisité son histoire à Manga
Message à la nation du président du Faso : Les Burkinabè sont-ils réellement disposés à l’unité et à la cohésion nationale ?
Sondage d’opinion « Présimètre » : Roch Kaboré obtient 4,91 sur 10 pour sa 3e année de gouvernance
Demande d’extradition de François Compaoré : Les commentaires du gouvernement burkinabè sur la décision de la Cour d’appel de Paris
Crise au conseil municipal de Gourcy : « Nous serons désormais obligés de nous défendre contre nos agresseurs » (Responsable provincial des jeunes du MPP)
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Les Burkinabè d’Espagne s’insurgent contre les missions d’explication
Politique : Le PDS/Metba se prépare pour les élections de 2020
Réseau des femmes Leaders : Projecteurs sur la participation politique de la jeunesse féminine burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés