Journées portes ouvertes de la justice : 72h pour rapprocher la justice du justiciable

LEFASO.NET | Dalou Mathieu Da • lundi 22 mai 2017 à 01h34min

Le ministère de la justice, des droits humains et de la promotion civique, Garde des sceaux a commémoré le 19 Mai 2017 à Gaoua et à Diébougou la 10ème édition des journées portes ouvertes sur la justice et les droits humains. Discours, prestations d’artistes ont été les temps forts de la cérémonie de lancement parrainée par Kassoum Kambou, président du conseil constitutionnel.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
   Journées portes ouvertes de la justice : 72h pour rapprocher la justice du justiciable

Crées en 2006, les journées portes ouvertes sur la justice et les droits humains a pour objectif de rapprocher la justice des justiciables. Elles offrent l’occasion au ministère de tutelle d’expliquer le fonctionnement de la justice, chose qui contribue à faire disparaitre les craintes et les peurs des populations à travers des consultations gratuites. « Justice et défi sécuritaire : Quelle contribution pour une société de paix et de développement ? ». C’est autour de cette thématique que les acteurs ont choisi de tabler à l’occasion de la 10ème édition sur les journées portes ouvertes. Pour kassoum Kambou président du conseil constitutionnel et parrain de ces journées, « la justice est un maillon important du dispositif sécuritaire.

Selon lui, si les actes terroristes appellent en première ligne les forces de défense et de sécurité, il n’en demeure pas moins que la justice soit aussi interpellée en tant que garante constitutionnelle des libertés individuelles et collectives. Devant le perchoir, Kassoum Kambou a fait savoir que la justice a pris un sérieux coup pour sa crédibilité et cela à cause de la soumission au pouvoir politique, la corruption, la lenteur et le manque de moyens. Le maire de la commune de Gaoua Fiacre Kambou dans son mot de bienvenue a émis le vœux de voir le palais de justice de Gaoua réhabilité pour répondre à l’évolution de la population ou à défaut de le doter d’un nouveau siège. M. Kambou a souhaité que la maison d’arrêt et de correction de Gaoua soit délocalisée dans un site plus approprié.

Pour le ministre de la justice Réné Bagoro, les doléances posées par le maire de Gaoua sont prises en compte au niveau de son département. L’ouverture du tribunal de grande instance de Koupéla et de la Cour d’appel de Fada N’Gourma ainsi que la construction cette année du tribunal de grande instance de Pô et du deuxième tribunal de grande instance de Ouagadougou constituent des efforts indéniables pour rapprocher la justice des justiciables sur le plan géographique par la réduction du rayon moyen d’accès à la justice, a laissé entendre M. Bagoro. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Dalou Mathieu Da
Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés