Borderless 2017 : La facilitation des échanges au cœur de la 6e conférence annuelle

LEFASO.NET | Par Marcus Kouaman • jeudi 11 mai 2017 à 20h30min

Du 10 au 12 mai 2017, l’Alliance Borderless tient à Ouagadougou sa 6e conférence annuelle. La cérémonie officielle d’ouverture est intervenue dans l’après-midi du mercredi 10 mai 2017 en présence des participants vénus d’horizons divers.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Borderless 2017 : La facilitation des échanges au cœur de la 6e conférence annuelle

C’est parti pour la 6e conférence annuelle de l’Alliance Borderless. Durant 72h, ce rendez-vous organisé en partenariat avec la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF) et le Conseil burkinabè de chargeurs (CBC), réunira dans la capitale plus de 150 participants vénus des quatre coins du monde. Ces hommes et femmes des secteurs du transport, de la logistique, de l’industrie, du commerce…, se pencheront sur le thème : « Optimiser les opportunités commerciales : le rôle de la facilitation des échanges ».

JPEG - 64.3 ko
Les participants à la 6e conférence annuelle

Réduire le coût des transactions et garantir leur transparence, est le sens même du combat de l’Alliance. Avec comme corollaire l’amélioration du climat des affaires. Ce qui n’est pas pour déplaire la Chambre consulaire burkinabè. Au nom de son président, El hadj Hamado Sawadogo, a fait comprendre à l’assistance qu’un bon climat des affaires au plan national comme dans la sous-région passe par la levée des obstacles au commerce. Donc, les retards ainsi que les coûts élevés de la chaine de transport n’arrangent en rien la santé économique du secteur privé. Il n’a pas manqué d’apprécier les initiatives de l’Alliance Borderless, qui depuis sa création « fait de la facilitation et de la libre circulation des biens et des personnes son cheval de bataille ».

Des paroles qui ne peuvent qu’encourager le président du Comité exécutif de l’Alliance Borderless, Ousamane Babalaye Daou. En effet, depuis 2012, et ce, grâce au soutien de ses partenaires, l’Alliance a fait bouger des lignes dans le sens de l’amélioration de la gouvernance routière et la facilitation du commerce en Afrique de l’Ouest. Pour lui, le choix du thème ne fait que les réconforter dans la démarche commune de voir la région « économiquement plus compétitive et intégrer les chaines de valeurs internationales, grâce à l’élimination des barrières tarifaires et non tarifaires », causes de contre-performances.

Il n’a pas manqué l’occasion de féliciter certains gouvernements pour les mesures visant à simplifier et harmoniser les procédures administratives liées au commerce et au transport. Tout en invitant les uns et les autres à adhérer à ce mouvement commun pour plus de synergie.

JPEG - 59.7 ko
Le président du Comité exécutif de l’Alliance Bordeless 2 Ousamane Babalaye Daou (à g.)

Un mouvement commun que le ministre des Transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière, Souleymane Soulama, a apprécié à sa juste valeur. Pour lui, le thème vient à point nommé en ce sens que la facilitation des échanges se heurte toujours à de nombreux obstacles que sont entre autres, les interminables formalités, la documentation, les contrôles de police injustifiés. Surtout pour un pays sans littoral comme le Burkina. Profitant de l’occasion, il a exprimé un sentiment d’espoir généré par l’entrée en vigueur le 22 février dernier de l’accord de facilitation des échanges (AFE) de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Selon une étude, sa mise en œuvre complète va entrainer une réduction des coûts du commerce de 14,3%. « Le même accord devrait permettre de réduire de plus d’un jour et demi les délais d’importation des marchandises (47%) et de près de deux jours les délais d’exportation (91%) », a-t-il indiqué. Selon le ministre Soulama, cette optimisation des opportunités commerciales est une priorité pour le gouvernement et occupe une place de choix dans le Plan national de développement économique et social (PNDES).

L’Alliance Borderless, dont le siège est à Accra au Ghana, vise en partie à, contribuer à réduire, voire éliminer les barrières au commerce et au transport dans la région ; simplifier au profit des acteurs les règlementations régionales sur le commerce et les transports ; former et sensibiliser les acteurs privés et publics sur des thématiques pertinentes.

Marcus Kouaman
Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés