Jubilé d’Albâtre de Sacerdoce au Burkina/Niger : La clôture par une messe d’action de grâce

LEFASO.NET | Rita Bancé/Ouédraogo • mardi 9 mai 2017 à 00h05min

C’est à travers une grande messe d’action de grâce que les prêtres de la Conférence épiscopale Burkina Niger ont rendu gloire à Dieu pour les 75 ans de Sacerdoce, ce samedi 6 mai 2017 au Sanctuaire Notre Dame de Yagma. Au cours de ces années, ce sont 1303 prêtres qui ont été ordonnés. Parmi eux, 135 prêtres ne sont plus de ce monde.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Jubilé d’Albâtre de Sacerdoce au Burkina/Niger : La clôture par une messe d’action de grâce

Venus des quatre coins de notre pays, évêque, prêtres, religieux et religieuses, se sont réunis au pied de la Colline Mariale pour rendre grâce à Dieu pour le jubilé d’albâtre du sacerdoce. C’est à travers une belle célébration d’eucharistique ponctuée par l’homélie, des chants et es pas de danses que ces hommes de Dieu ont jugé nécessaire de clôturer cette grande fête.

« 75 ans ce n’est 75 jours. C’est dire donc, l’importance de l’évènement que nous avons célébré. C’est le 2 mai 1942 que nos trois premiers prêtres ont été ordonnés à savoir Joseph Ouédraogo, Zacharie Nikiema, Paul Zoungrana de Ouagadougou. C’est un évènement que nous avons voulu commémorer en rendant grâce au Seigneur, une célébration d’action de grâce, d’espérance », dixit le cardinal Philippe Ouédraogo.
A l’endroit des prêtres, celui-ci leur dit ceci : « Aimez- vous les uns les autres comme le Christ vous a aimé. Demeurer dans l’amour du Christ qui est notre maitre, c’est s’attacher à lui dans une imitation radicale de sa vie. Se donner au service des hommes constitue le point d’ancrage nécessaire et indispensable pour notre ministère sacerdotal.

Pour votre vie personnelle et pastorale, dans la marche vers le centenaire, deux aspects me paraîssent significatifs et résument l’essentiel : la sainteté et la mission. La vocation des prêtres est une vocation à la perfection de la sainteté. Pour réaliser au mieux cette Vocation, commune à tous les baptisés, ce jubilé nous donne l’occasion d’entrer dans une dynamique de conversion profonde du cœur. Relever le défi de la sainteté passe une intimité profonde avec Dieu à travers la prière et la méditation de la Parole de Dieu, et l’Eucharistie célébrée et adorée. Tout ceci est une source de fécondité de notre vie sacerdotale (pauvreté, chasteté, obéissance, servir généreux et désintéressé). Concernant le deuxième aspect qu’est la mission, il est indéniable que la sainteté du prêtre se détient naturellement de sa mission. »

Prier constamment pour vos prêtres

Aux fidèles Chrétiens, il leur a lancé une invite, celle de prier constamment pour leurs prêtres.

Pour revenir sur le colloque, il a relevé qu’il leur a permis de bien scruter le passé et mieux préparer l’avenir, d’inciter les uns et les autres à la prière.
Pour lui, le défi de la sainteté qui reste un défi permanent pour tout le monde, les prêtres comme tous les baptisés, le défi de la mission. « Tout baptisé doit être missionnaire, s’impliquer à la mission », a-t-il dit.

Au titre des résolutions et des recommandations, l’Abbé Anselme Zoungrana, Secrétaire général de la commission épiscopale chargé du Clergé stipule que celles-ci vont dans le sens de la sainteté, la mission, une meilleure communion, une meilleure synergie entre les prêtres, les évêques, les religieux et le peuple de Dieu afin qu’ensemble, ils puissent avancer au large.

Aussi, elles portent sur la formation des prêtres : un moyen de redécouvrir Jésus Christ et pour vivre dans une plus grande Sainteté.

Ils veulent également que dès le grand séminaire, les uns et les autres puissent prendre conscience de l’importance d’être ensemble et d’avoir un ministère commun.
« Après 75 ans, il nous fallait réfléchir afin de voir les défis qui se posent à nous aujourd’hui et ensemble voir l’urgence de la question. La mission reste la même : c’est Jésus Christ qui nous envoie proclamer qu’il est ressuscité, baptiser et travailler à ce que tout le monde se convertisse à commencer par nous. 75 ans, il était bon que nous nous arrêtions pour faire le point et de relancer notre marche », a-t-il dit en guise de conclusion.

Rita Bancé/Ouédraogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés