Jeunes leaders en politique : Le réseau national PYPA en conclave

LEFASO.NET | Herman Frédéric Bassolé • vendredi 28 avril 2017 à 23h02min

Réunis à Ouagadougou, les 28 et 29 avril 2017, à l’appel de l’Institut Général Tiémoko Marc Garango pour la Gouvernance et le Développement (IGD), une quarantaine de jeunes leaders de partis politiques burkinabè prennent part à la session alumni du réseau PYPA (Program for Young Politicians in Africa). Au cours de cette rencontre, les participants évalueront les activités du réseau durant l’année 2016.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Jeunes leaders en politique : Le réseau national PYPA en conclave

Longtemps considérée comme le fer de lance de tout Etat démocratique, la jeunesse africaine a pourtant été releguée au second plan en politique. A l’ombre de leurs ainés, les jeunes sont moins impliqués dans les prises de décisions, voient ainsi leur influence s’étouffer, la démocratie avec. Afin de changer la donne, un programme a été lancé en 2012 pour renforcer les capacités des jeunes et leur permettre d’assumer leur rôle de leader pour une consolidation de la démocratie. La composante Ouest africaine de ce programme dénommé PYPA est mise en œuvre par l’Institut Général Tiémoko Marc Garango pour la Gouvernance et le Développement (IGD), en partenariat avec la Fondation Internationale du Parti du Centre Suédois (CIS), grâce au financement de l’Agence suédoise de coopération au développement international (ASDI).

A la faveur du programme, plusieurs réseaux des jeunes alumni ont été créés au Niger, au Mali, au Bénin et au Burkina. Après avoir mené plusieurs activités, le réseau du Burkina a réuni des jeunes leaders pour évaluer le bilan de ses activités en 2016.

Selon Modeste Ouédraogo, secrétaire général du réseau Jeunesse et politique de l’Afrique de l’Ouest, le réseau a organisé en 2016 une session de formation au profit de 40 jeunes de partis politiques. Il a également entamé un processus de plaidoyer de suivi des politiques publiques menées à l’endroit des jeunes. Deux jours durant, les participants à cette réunion vont tracer les sillons de ce plaidoyer pour que la voix des jeunes soit entendue au plus haut niveau afin que des actions « diligentes soient posées » pour régler les problèmes cruciaux des jeunes tels que le chômage, le sous-emploi et pour que ces jeunes soient impliqués dans les prises de décision.

Rappelons au passage que de 2012 à 2014, trois promotions ont été formées par l’IGD à travers des sessions de formation régionales sur des modules variés dans les quatre pays couverts en Afrique de l’ouest. Ouagadougou a également abrité une conférence régionale sur la Charte africaine de la Jeunesse qui a permis de dresser un état des lieux de la mise en œuvre par le Niger, le Mali, le Burkina et le Bénin des dispositions de la Charte Africaine de la Jeunesse et de formuler des recommandations pour une meilleure participation des jeunes dans la vie publique.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés