Santé : Des détenus bénéficient de soins de SOS Médecins-Burkina Faso

vendredi 21 avril 2017 à 22h00min

Du 20 au 26 avril 2017, les détenus de la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO) bénéficient de consultations médicales initiées par l’ONG SOS Médecins-Burkina Faso. Une action qui entre en droite ligne des missions de l’organisation humanitaire burkinabè.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Santé : Des détenus bénéficient de soins de SOS Médecins-Burkina Faso

Créé en 2006 par des acteurs de la santé humaine, SOS Médecins-Burkina Faso est une organisation qui vole au secours des populations en détresse, notamment les personnes sinistrées et celles en situation de fragilité due à la maladie, à l’âge, à l’incarcération ou aux contextes économiques et sociaux précaires.

C’est donc dans le cadre de ses missions, que depuis 2008, SOS Médecins-Burkina Faso procède une fois par semaine à des consultations médicales au profit des détenus. Cependant, « Devant la demande qui est très forte, nous avons voulu élargir cette offre de santé à plusieurs détenus. C’est la raison pour laquelle, nous avons décidé avec le soutien de la coopération française de cibler entre 1500 et 2000 détenus pour leur apporter une consultation médicale effectuée par des médecins et même souvent des médecins spécialistes. », précise le Dr Eric Arnaud Diendéré, président de SOS Médecins –Burkina Faso.

Outre les visites médicales, les détenus bénéficieront de médicaments, d’examens médicaux en fonction des besoins de chacun.

A en croire le Dr Diendéré, l’action de SOS Médecins-Burkina Faso est non seulement bénéfique pour les détenus, mais aussi pour le reste de la population « quand on sait qu’une personne peut entrer saine en prison, mais malheureusement ressortir avec de nombreuses maladies. Donc c’est important de pouvoir dès à présent voir quelles sont les maladies qui prévalent en milieu carcéral, de pouvoir les contrôler en milieu carcéral avant la sortie du détenu qui peut s’il est malade, disséminer surtout les maladies infectieuses à sa sortie de prison. »
Une initiative saluée par le contrôleur Sourgou Adama de la MACO, qui a tenu à remercier SOS Médecins-Burkina pour les soins apportés aux détenus.

Une infirmerie qui manque de médicaments

Bamogo Souleymane, l’infirmier chef de poste de la MACO, a lui saisi l’occasion de cette visite pour interpeller d’autres bonnes volontés à venir en aide à l’infirmerie. « On ne peut pas dire que les conditions sont propres et que nous sommes dans les normes, mais on fait avec. Nous demandons le soutien de tout le monde pour que nous puissions prodiguer des soins de qualité aux détenus qui le méritent aussi comme ceux qui sont libres. »

En ce qui concerne les maladies les plus fréquemment rencontrées à la MACO, il s’agit du paludisme, de la pneumonie, des dermatoses, de la diarrhée, les insuffisances rénales, du béribéri, etc. Des maladies dues en grande partie au manque d’hygiène.

Parmi les détenus venus en consultation, nous avons rencontré un jeune détenu mineur venu consulter pour la toux et le rhume. Interrogé, il dira qu’il est difficile d’avoir des médicaments à l’infirmerie de la MACO, même après une bonne consulation. Il remercie donc SOS Médecins pour son initiative.

Une autre détenue rencontrée en consultation appelle également les bonnes volontés à venir en aide à l’infirmerie de la MACO, « Aidez-les à nous aider en matière de médicaments. Les infirmiers font ce qu’ils peuvent pour nous. Donc aidez-les à nous venir en aide. »

Après les détenus de la MACO, ce sera au tour de ceux de la Maison d’arrêt et de correction de Bobo-Dioulasso de bénéficier de consultations médicales de SOS Médecins-Burkina Faso.

Justine Bonkoungou (Stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 22 avril à 13:02, par Nama
    En réponse à : Santé : Des détenus bénéficient de soins de SOS Médecins-Burkina Faso

    ICP (Chef de poste), comme par vous-même mentionné, les pathologies les plus fréquentes sont celles liées à l’hygiène en milieu carcéral. Dites au bienfaiteurs d’agir en amont car prévenir vaut mieux que guérir. Inscrivez l’hygiène et l’assainissement comme activité prioritaire dans votre plan d’action. Vous maîtrisez plus que quiconque l’expression de besoins en la matière. Le volet prévention primaire est à priori dans vos attributs. Du reste, la survenue des pneumonies et paludismes ne sont pas forcement déterminée par le comportement du pensionnaire. Les responsabilités étant partagées quant aux cas incidents de dermatoses, diarrhées, IST, etc. Par 1 IE.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés