Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Douk Saga, le créateur du "Couper-décaler" : "Le Molaré n’a pas été arrêté ..."

Accueil > Actualités > Culture • • samedi 4 juin 2005 à 10h24min

Douk Saga, artiste ivoirien de renommée internationale n’est plus à présenter. Le créateur, le concepteur, le metteur en scène du mouvement "Couper-décaler" avec ses dérivés ("Faro-faro", "Prudencia", le "Fouka-fouka") a 31 ans.

De son vrai nom Stéphane Amidou Doukouré, la star ivoirienne, créateur du "Décaler-chinois" est titulaire d’un BTS en informatique de gestion.

De passage à Ouagadougou pour son concert qui aura lieu dimanche 5 juin 2005, le "boucantier" s’est ouvert à Sidwaya Plus. Douk Saga lève un coin de voile sur ce qu’il est, la définition de certains concepts de la musique ivoirienne, le show-business et la fameuse rumeur sur l’arrestation de son ami Molaré.

Sidwaya Plus (S.P.) : Est-il vrai que le Molaré a été arrêté ?

Douk Saga (D.S.) : Molaré est à Paris actuellement. La semaine dernière (NDLR : l’interview a été réalisé le lundi 30 mai 2005) il était avec moi à Abidjan. Il a joué au Niger et le samedi, c’était à Bordeaux. Donc, ce sont des racontars. Quand j’ai commencé la musique, les rumeurs fusaient par-ci, par-là sur mon arrestation. Cela est fait pour dénigrer les gens. Depuis que nous sommes dans la musique, nous avons hérité du business de Paris.

Souvent les cachets sont assez minables mais on les prend tout de même pour ne pas avoir des problèmes avec qui que ce soit. Nous sommes des stars connues de par le monde entier.

La rumeur avait fait dire que Douk Saga est incarcéré dans une maison d’arrêt à Paris. Elle a fait tache d’huile et je ne vais jamais me remettre de cela. C’est lugubre, sinon le Molaré n’a pas été arrêté. L’on peut vérifier dans tous les tribunaux d’Abidjan, de Paris ou de Ouagadougou, j’ai un casier judiciaire vierge. Je n’ai jamais eu maille à partir avec la police. Donc, je ne suis pas un faussaire. Ma vie est l’aboutissement de ce que j’ai vécu quand j’étais petit.

S.P. : Comment est né le mouvement "Couper-décaler" ?

D.S. : Le mouvement "Couper-décaler" provient de l’association de plusieurs jeunes Ivoiriens. C’est la "Jet Set" parisienne qui a accouché de ce mouvement. Elle est composée de Lino Versache, de Molaré, de Solo Beton, de Chakouldé, de Boro Sangui, de Kuyo Junior, de Bedel Patassé, de Serge Defalé et de la Sagacité qu’on appelle Douk Saga. Des jeunes fêtards qui écumaient toutes les boîtes de nuit de Paris. Et avec leur manière de s’habiller, de danser, des professionnels ont tiré la conclusion que l’on pouvait sortir quelque chose de cet état de fait.

Raison pour laquelle, des professionnels ont approché le leader du groupe en ma personne. Je suis entré en studio par la suite pour un single. Et pour un coup d’essai, cela a été un coup de bête. Un an et demi après, le mouvement est devenu plus grand, plus vaste. Les amis du même groupe m’ont emboîté le pas pour donner du tonus au mouvement.

Aujourd’hui, le mouvement "Couper-décaler" est devenu un mouvement majeur dans le monde entier. Il a franchi les frontières de la Côte d’Ivoire et s’est établi à New York (Etats-Unis) aux Caraïbes, etc. Cela a été un coup de maître.

S.P. : Aujourd’hui quelles relations établissez-vous entre les différents mouvements qui se succèdent et qui se ressemblent à deux doigts près ...

D.S. : Tout d’abord, je suis le concepteur du "Fouka-fouka", du "Couper-décaler", du "Décaler chinois". Cependant, l’élément moteur de tout ce mouvement est le "Couper-décaler sagacité". Ce dernier a engendré de nombreux dérivés tels que le "Faro-faro", "la Prudencia". Notre objectif par la création de ce vaste mouvement était de damer le pion aux musiques étrangères notamment congolaise, camerounaise et autres. Nonobstant cela, le Zouglou fait son petit bonhomme de chemin au plan local. Mais le "Couper-décaler" est aujourd’hui la tendance la plus en vogue.

S.P. : Quel est le bagage intellectuel et professionnel de Douk Saga ?

D.S. : J’ai fréquenté l’école comme tout le monde. Après le BEPC, j’ai suivi l’enseignement professionnel en apprenant l’informatique de gestion dans un lycée professionnel. Le BT, équivalent du Baccalauréat a sanctionné mon cursus scolaire.

Deux ans après le Bac, j’obtenais un BTS en informatique de gestion au lieu de trois ans normalement. J’ai travaillé durant près de six mois jusqu’à ce qu’intervienne le coup d’Etat de 1999. Après le coup d’Etat, l’incertitude commençait à planer avec les multiples licenciements abusifs. Il fallait prendre la clé des champs avant qu’il ne soit trop tard. C’est ainsi que le 12 juillet 2000 j’ai foulé les bords de la Seine. Je suis d’abord homme d’affaire avant d’être musicien. La musique nourrit le musicien qui se prend au sérieux et qui sait se vendre. En dehors de mes activités musicales, je fais de l’import-export. Je fais venir des grosses voitures, des cylindrés, des carrosses d’Europe pour les revendre en Afrique. J’ai un ami en Europe et bientôt j’ouvrirai une agence de location de voitures. Ce, enfin de diversifier mes activités.

La musique étant un phénomène de mode, il faut garantir ses arrières.

S.P. : Quels contenus significatifs renferment les termes "Couper-décaler", "Faro-faro", "Fouka-fouka" ?

D.S. : Au-delà de tous ces termes vit l’idée d’égayer les autres. Lorsqu’on est un concepteur, on a le devoir de mettre du baume dans le cœur des hommes et des femmes par son génie créateur. Dans des situations moroses, où l’on entend qu’il y a des attaques à Bouaké, à Korhogo, où ailleurs en Afrique, nous essayons toujours de faire passer la tristesse et les remords. Il n’y a pas de thèmes spécifiques pour déterminer ce qu’on fait. Tous ces mots sont conçus pour rompre avec la monotonie, baigner l’homme dans la joie, la gaieté.

Par exemple, le "Fouka-fouka" est né suite à la contemplation des gestes des hommes forts. En Europe, quand certains ont envie de se débarbouiller, ils se lèvent et font le mouvement auquel le "Fouka-fouka" a emprunté. Alors, de retour de Londres et après 10 jours de repos, les amis m’ont dit "Ah ! tu es fort". Et j’ai dit en faisant le geste : "A partir de maintenant, c’est le Fouka-fouka". C’est ainsi qu’est né le "Fouka-fouka ".

Un bon concepteur est toujours suivi. Il suffit que tu dises quelque chose pour que le mouvement fasse tache d’huile. Si Douk Saga dit à ses gars que c’est de cette manière qu’on danse, demain, la danse fera ravage. C’est la griffe de Douk Saga dira-t-on de la chose

S. : Entre vous et Molaré, cela n’a pas toujours été la pluie et le beau temps, qu’en est-il exactement ?

D.S. : Tout est venu d’une déclaration de Molaré dans la presse, où il disait que Douk Saga n’est plus son ami. C’était un coup de publicité sinon il n’y a jamais eu de palabre entre nous. Mais peut-être un coup de gueule de sa part, un coup de boutoir afin de se faire remarquer. Au sein de la "Jet Set", nous sommes une famille, une corporation quand bien même il y a parfois des petits différends . On se boude durant un temps et après ça passe. Nous n’avons pas besoin de nous asseoir sur la place publique ou de nous étaler dans la presse. Cela est ridicule. Nous avons toujours lavé le linge sale en famille dans l’amusement. On se rend ensemble dans les boîtes de nuit, on rigole et le courant passe. Donc, c’était un coup de publicité pour Molaré. Il est et demeure mon ami. Nous sommes tout le temps ensemble. Quand on est ami et qu’on est appelé à voir la personne tous les jours, à rire et à manger avec lui, on n’a pas besoin d’étaler nos problèmes dans les journaux.

D.P. : Sincèrement, n’est-ce pas une querelle de leadership entre vous et Molaré ?

D.S. : C’en est pas une. Molaré est venu à la musique, un an et demi après moi. C’est parce que j’ai maintenu le "Couper-décaler" au haut niveau, investi des sommes faramineuses dans la promo, qu’ils sont venus. Sinon, si le "Couper-décaler" était mort dès sa sortie, je ne pense pas qu’un membre de mon groupe allait chanter. Donc ce n’est pas une querelle de leadership. Je suis le leader charismatique du "Couper-décaler", le concepteur et le metteur en scène de cette danse. Mes amis donnent du tonus au mouvement afin qu’il soit toujours opérationnel. Et moi quand je venais dans la musique, je n’ai dit dans aucun journal que ce soit, que je venais pour faire de la concurrence. J’ai simplement apporté ma petite contribution à l’art musical en Côte d’Ivoire et cela s’est répandu dans le monde entier. Douk Saga est incontournable aujourd’hui quand on parle de "Couper-décaler" à travers le monde. Donc, je ne cherche pas d’ennemis. Quand je discute mon cachet, je le discute personnellement et quand les autres discutent le leur, Douk Saga n’est pas là pour donner des directives. Je ne vois pas d’animosité, ni de querelle encore moins de la concurrence dans cela. Je mène ma petite carrière comme je l’entends, comme je le veux. Je n’ai pas d’ennemis personnellement.

S.P. : En voyant votre montée fulgurante depuis l’an 2000 jusqu’à aujourd’hui et votre fortune, l’on s’interroge sur la manière d’acquérir assez d’argent ...

D.S. : Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre d’années pour se manifester. Je suis né d’une très grande famille. Ma mère n’est pas riche. Mais mes parents et mes grands-parents, etc. m’ont aidé à ne pas avoir une enfance difficile. Depuis l’âge de deux ans, j’étais à l’aise jusqu’à aujourd’hui. Ma grande famille m’a apporté tout le soutien moral et matériel qui se devait : chauffeur-maison, billet d’avion, jet à Paris avant même que je ne sois artiste. Cela veut dire que je suis précédé de la chance, du couvert de Dieu.

En effet, je suis seul et j’ai des ennemis partout. Des ennemis que je n’ai pas voulus. Je suis attaqué que ce soit dans le mouvement business, comme dans le mouvement show-biz. Je suis un cacique en fait. De tous ces faits, j’ai jusqu’à présent, la bénédiction de Dieu. A Paris, je faisais des affaires difficiles au début, mais c’est Dieu qui m’a toujours tiré d’affaire. Et comme ironie du sort, Dieu m’a donné une voix de "bouiller" qui me permet d’avoir l’argent tranquillement. Sinon Douk Saga est un frimeur, un bluffeur, un claqueur de sous, un gars de la Jet qui porte des habits chers, qui ne boit que du champagne, qui ne fume que du cigare, qui ne mange souvent que du caviar. Donc, un bluffeur, un "business man" qui se retrouve dans la musique, vous voyez que forcément ça marche : c’est le cataclysme. Je suis arrivé à la musique par le fait du hasard. Je ne suis pas venu à la musique parce qu’untel a chanté. C’est Dieu qui m’a pris, m’a mis en studio et le résultat est ce qu’on connaît. Aujourd’hui sur scène, je suis incontournable dans n’importe quel pays du monde. Je joue au Tchad, à Londres, à Genève, au Canada, partout. Ma philosophie sur la terre, c’est l’argent, la gloire, la femme. Si ma vie s’arrêtait aujourd’hui, je me dirais que je ne suis pas passé inaperçu dans le commun des vivants. Pendant des années, je peux dépenser au moins 300 000 FCFA par mois sans que j’ai des problèmes. C’est le minimum.

S.P. : A vous entendre, vous êtes entré dans le style du "faire le malin sauvagement" ?

D.S. : ça c’est le boucan. Moi, je ne suis pas un "faroteur" je suis un "boucantier". Le "faro", c’est celui qui fait le petit malin. Le boucantier c’est celui qui fait du bruit. Un homme qui se fait voir. Quand il est là, on sait qu’il est là. Je suis un "bruitiste". Je fais du "boucan" et je mange la vie. Parce que, si tu ne manges pas la vie, la vie va te manger (rires).

S.P. : Feriez-vous carrière dans la musique ?

D.S. : Je poursuivrai la musique jusqu’à mon dernier souffle. Si j’ai confié mes affaires à mes agents, c’est pour me consacrer à la musique. La musique pour moi est un canal de communication.

Ma première cassette a été produite par un studio. J’ai moi-même produit la dernière sortie un an et demi après le premier et intitulé "Route nationale" . A Abidjan, à Paris où ailleurs, j’en suis le producteur. Pour la troisième cassette, nous mettrons les structures en place pour la distribuer par nous-mêmes. C’est toute une étape. Je ne savais pas comment rentrer dans le show-business. J’avais l’argent pour me produire mais j’ai été produit. J’ai assuré la promo de mon premier album à hauteur de 25 millions de FCFA pendant 2 mois et demi. Puisque j’arrivais avec un mouvement que je devais installer, il fallait que je crée un mythe autour du mouvement.

Je devais m’identifier par rapport aux autres artistes. Un artiste qui attend de l’argent mais c’est lui qui donne. C’est ce qui a fait la notoriété du "Couper-décaler".

S.P. : Quelles sont vos appréhensions quand vous arrivez dans un pays pour faire le "show" ? Qu’est-ce qui vous frappe ?

D.S. : Il faut tout d’abord savoir que, tu sois à Abidjan ou à Paris, tu sens qu’à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso en particulier, au Burkina Faso en général, la fièvre du "Couper-décaler" est déjà montée. Par modestie, je crois qu’après Abidjan dans le show-business Ouagadougou est devenue la seconde capitale du show-business. Alors, quand on vient dans un pays qui s’y connaît déjà, on s’attend à une ferveur populaire. On est content de jouer devant les gradins remplis.

D’autre part, l’accueil des Ouagalais est chaleureux. Logiquement le concert devait avoir lieu le samedi dernier. Mais, il a été reporté au dimanche 5 juin 2005. Donc, pour ne pas trop se découvrir je reste discret avec mon staff. Cependant, j’ai découvert de grands maquis à Ouagadougou comme la Ligaze internationale. La Ligaze fait la même ambiance que les maquis d’Abidjan. C’est cool et on sent le mouvement. En ce qui concerne le show du dimanche, je suis venu pour travailler sauvagement avec le public. Je viendrai avec 2 millions de francs en coupure de 1000F pour tuer le public complètement. Celui qui paye un ticket, il ressort avec son argent.

Entretien réalisé par Daouda Emile OUEDRAOGO (ouedro1@yahoo.fr)
Sidwaya

Vos commentaires

  • Le 5 juin 2005 à 16:00 En réponse à : > Douk Saga, le créateur du "Couper-décaler" : "Le Molaré n’a pas été arrêté ..."

    aidez les^pauvres cest encore plus mieux

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2005 à 23:31, par cedric ottou En réponse à : meme si ya foye ,ya pa gras !

    slut a tous !
    je suis co8 du cameroun juste pour vous dire ke contrairement a ce ke tout le monde pense douk saga a bocou fait pour cote d’ivoire fo etre a abidjan,adjamé ou bouaké !pour se rendrre compte de la joie et la gaité ke le mouvement coupé decalé a emmené o peuple ivoirien ki vie une sorte de liberté "musicale" a travers ce mouvement !merci president douk saga premier,merci molaré merci lino vesacce merci kuyo junior ss oublie boro nsangi et toute la jet-set parisiene o grs complet}

    cedric ottou 8

    Répondre à ce message

    • Le 6 juin 2006 à 11:37, par lovagirl En réponse à : > meme si ya foye ,ya pa gras !

      salut doug saga merci pour se ke ta fait et j’espere tu va aller le plus loin possible et merci a tte la jet-7 ss oublié la saga cité.
      milka de la centre afrique 18ans france (lyon)
      0616865891

      Répondre à ce message

      • Le 14 juin 2006 à 17:37, par Kéla En réponse à : > C’est quoi ça ???

        toi là, du haut de tes 18 petits printemps, tu donnes ton numéro de telephone pourquoi même ???!!! Douk Saga a fait quoi pour toi, ? Il a fait quoi pour la côte d’Ivoire ? Est ce que tu connais la côte d’ivoire même ? Je sais pas comment ça se passe à Bangui la bas...Moi même je coupe, je décale mais bon c’est pas une raison pour donner de l’importance à des gens qui n’en n’ont pas !!!

        Kéla

        Répondre à ce message

        • Le 6 septembre 2006 à 14:28, par le boucantier En réponse à : on s’en fou de toi

          si toi tu ne l’aime pas pas la pein de parler mal a celui ou celle qui parle bien de lui et puis toi meme tua fais koi pour le pays lui au moin il a apporter un nouveau concepte ki a envoyer la joie au pays malgré kil y avais la guerre.donc si tu na rien a dire la ferme ta bouche pas la pein de foutre la merde au autre et pui moi douk saga c’est mon fan voila et puis si cela ne te plai pas voila mon numeros apelle moi et on va en decoudre toi tu est ki et tu fai koi pour ke lui douk saga face quelqe chose pour toi c’est a cose de vous aujour d’hui il est malade la .05118135 c’est mon fonne si tu est trop facher la apelle moi .

          Répondre à ce message

        • Le 11 octobre 2006 à 22:18, par Molah viscard En réponse à : Mouton de brousse

          Batard là c’est du presi tu parles comme çà ,toi meme tu es qui meme et puis tu apportes quoi a ce pays pour parler mal de ceux qui lui font du bien.Espece de clebard ,chien pourri cest le molah viscard ki te parl sauvage là

          Répondre à ce message

          • Le 13 octobre 2006 à 20:43, par evervess En réponse à : bête kom son anus

            cè evervess 2 koumcity depuis abidjan bêt là t es 1 fils 2 demon pr parler mal 2 lui resT ds ton koin é ne pal plus 2 lui cafard pouri

            Répondre à ce message

            • Le 19 octobre 2006 à 14:05, par ulrich En réponse à : > bête kom son anus

              sauvage de beninois qui a tuer douk saga .pourquoi tuer son prochain a cause d une femme .douk presi on ne cessera jammais de te pleurer adieu saga la sagacite .le coupe decale restera un mythe.repose en paix president

              Répondre à ce message

              • Le 22 octobre 2006 à 19:05, par marcory. En réponse à : >r.i.p douk saga le boucantier,le bluff-bluff,decale.

                C’est dommage que la jeunesse africaine jusqu’a present ne connait pas porter LA CAPOTE.
                le VIH/SIDA sent foue que tu est riche ou prauvre celebre ou non-celebre.
                Donc vraiment les jeunes africains evitons les rapports risquer notre vie en depent.
                A bon entendeur salut.

                Répondre à ce message

        • Le 21 octobre 2006 à 20:45, par Nodjiyam Evrard En réponse à : Jaloux

          Je ne sais pas pourkoi les jaloux ont leur place dans la société,il faut ê un invivant pour ne pas comprendre que le Grand douk Saga a améné du nouveau dans le mouvvement musical.Que tu le veuilles ou pas, c’est lui le GRAND.Qui te connait ?Qui a parlé de toi ?Connais-tu combien de personnes ont parlé de ce GRAND MONSIEUR ?

          Répondre à ce message

        • Le 21 octobre 2006 à 20:51, par Nodjiyam Evrard En réponse à : Jaloux

          Je ne sais pas pourkoi les jaloux ont leur place dans la société,il faut ê un invivant pour ne pas comprendre que le Grand douk Saga a améné de nouveau dans le mouvvement musical.Que tu le veuilles ou pas, c’est lui le GRAND.Qui te connait ?Qui a parlé de toi ?Connais-tu combien de personnes ont parlé de ce GRAND MONSIEUR ?

          Répondre à ce message

        • Le 28 octobre 2006 à 10:46, par Bakéro En réponse à : > C’est quoi ça ???

          Moi c bakero des arts 2puis le cameroun chèr ami kéla ne jamè fè critik á tn prchn k chacun a sa perception é sa manièr 2 participer aux bons oeuvres.Tu 2vè par ailleurs féliciter ce grd hom ki pu agayer des gens en détresse. Prsidnt douk à jamais gravé ds ns keur

          Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2006 à 13:49, par moctar njimoluh said lamine En réponse à : > Douk Saga, le créateur du "Couper-décaler" : "Le Molaré n’a pas été arrêté ..."

    je vousai connu lorsque vous avez sorti le son dans la site et sama interese je voudrai etre ton ami jai 15ans et je fais 5 eme je suis camerounais

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2006 à 17:13 En réponse à : > Douk Saga, le créateur du "Couper-décaler" : "Le Molaré n’a pas été arrêté ..."

    Tu reposeras en paix DOUK SAGA. C’est comme si tu savais que tu allais mourir.
    Au fait, tu étais entouré que de jaloux qui ne voulaient que ta disparition.
    Aujourd’hui, tu as disparu physiquement, mais tu resteras à jamais dans nos coeurs comme le créateur du ’décaller-couper’.
    Les jaloux ne pourront jamais te remplacer.
    Adieu DOUK SAGA.
    Morel depuis Bangui RCA
    13/10/2006

    Répondre à ce message

  • Le 16 novembre 2006 à 16:16, par Hermann En réponse à : > Douk Saga, le créateur du "Couper-décaler" : "Le Molaré n’a pas été arrêté ..."

    ce grand nom :<> en fait sache que tu resteras dans nos cœur,tu as fais ce que tu devais faire sur terre ,tu as crée le coupé-decalé,tu as fais bouger la jeunesse africaine et mondiale et aujourd’hui ou es tu ? qui poursuivra ton œuvre ?en fait nous te pleurons c’est pour celà je je te dirais:REPOSE EN PAIX Doukoure Amidou Stephane.C’est hermann depuis le Cameroun.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2006 à 17:49 En réponse à : > Douk Saga, le créateur du "Couper-décaler" : "Le Molaré n’a pas été arrêté ..."

    Douk Saga est un président qui ne mourra jamais dans nos coeurs et nos esprits, il a été le brise glace d’un concept apprécié par toute l’Afrique et au dela il nous a montré le chemin et nous le suivrons. Douk Saga peut reposer en paix car il y aura une succession très puissante, Marco de Lille très très fort J’ARRIVE, Abidjan na qu’a bien se tenir !!!Merci Douk Saga, merci président

    Répondre à ce message

  • Le 29 décembre 2006 à 13:42, par N’GONON Rodrigue alias Douk Saga En réponse à : A DIEU LE HEROS

    C’est avec un coeur serré que la jeunesse centrafricaine en général et les fanatiques du Couper Decaller ont appris la mort du Héros. Douk Saga dont j’incarne la personne, nous ne t’oublierons jamais, tu resteras gravé dans nos coeur. c’est vraiment une grosse perte pour la jeunesse africaine car tu a mis la joie dans nos coeurs, tu nous a souvent fait oublier nos soucis. A côté de nos frères Ivoiriens nous te pleurons c’est pourquoi j’ai pris l’initiative d’organiser une veillée avec mes pairs lors de ton enterrement. Douk Saga n’est pas mort mais il a changé de monde, on se verra un jour

    Répondre à ce message

    • Le 1er janvier 2007 à 16:32, par natacha En réponse à : > A DIEU LE HEROS

      nous pleurons tous notre héros.moi camerounaise ;ils nous a fait tous danser.sans lui,le coupé-décalé demeure mais ne sera plus jamais le meme.Paix à son AME.tout le peuple camerounais en france et partout dans le monde, te regretteras à tout jamais.Tu as été kelkun et tu le sera tjours dans nos coeurs.Tu est arrivé dans ta cité.

      Répondre à ce message

      • Le 31 janvier 2007 à 07:50, par Rodrigue IROMBI En réponse à : > A DIEU LE HEROS

        pour moi j’ais connu le coupé decalé grace a ma grande soeur Arlette tous ls jour el chantai souvant le dernier article de sont son Douk-Saga en fete. voila pourkoi j’ai apprecier. mais le jour k’il nous a kité cetait grave car la frique venait de perdre un heros national car il est venu mettre la joi dans le coeur des Ivoiriens et les Africains o nom du peuple Gabonaises ta music sera toujour marké en nous si bien ké les bonne chose ne dur jamais. ké Dieu le Pere benis et protège les Artistes d’Afrique et du monde entié

        Répondre à ce message

    • Le 12 février 2007 à 11:35, par miss abidjan En réponse à : > A DIEU LE HEROS

      douk saga était le créateur du coupé décalé aujourd’hui il nous a kité !!!tt le peuple pleure !! c kel afer seulemen !!!jeune homme,joli garcon bien abillé,joli garcon ki a la musik ds la po nous a kité !!!depui kil a kité notre monde les otres son du koupé décalé ne son pa oci bien ke ceux de douk saga !!mon frere ke ton ame repose en paix !!!a 31ans kommen peut on perdre la vi ?????,,a force de jouer avc l’argen ??,de jeter tt sela o public ???nn ???sa ma fé mal mon frere !!!tu es parti dan lo de la !!!tu reste gravé ds no keur !!!!KE TON AME REPOSE EN PAIX !!!

      Répondre à ce message

  • Le 17 janvier 2007 à 12:59 En réponse à : > Douk Saga, le créateur du "Couper-décaler" : "Le Molaré n’a pas été arrêté ..."

    Moi :DOUNIA Silas Valéry je vis à Bangui ,je crois que DOUK SAGA est bel et bien le racommodeur du peuple ivoirien car sa musique a uni tout le monde en Cote d’ivoire. Sa mort m’a frustré.

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2007 à 18:30, par Julie En réponse à : > Douk Saga, le créateur du "Couper-décaler" : "Le Molaré n’a pas été arrêté ..."

    plus on le lie plus on laime .je crois que Doug Saga est un exemple a tte la jeunesse africaine . vous savez quoi on dit tjrs que les bonnes choses ne durent jamais je ne lavais jamais crue mais maintenant je suis convaincue. ton existance a ete courte mais tu as marque enormement et a jamais lafrique et je crois quen bons afrcains ns devons exiger quon le decorre. repose en paix et srtt que Dieu taccepte ds sa grace et ds son amour... je taime

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Musique : Le slam burkinabè s’exporte avec Modibo Sangaré
FESPACO 2019 : La Chine offre 16 millions de francs CFA et 60 tablettes au comité d’organisation
Poésie : La marquisante au maquisard
Tourisme au sein de l’espace UEMOA : Vers la communautarisation des textes
Biens culturels africains : « Nous ne pouvons pas écrire notre histoire sans ces objets » (Pr Jean-Baptiste Kiethéga)
Festival warba de Zorgho : 48 heures pour magnifier la danse warba
Restitution des biens culturels africains : Le Burkina trace sa feuille de route
Musique : Eva 1er, désormais dans votre bac à disques !
Le FESPACO lauréat du prix "Miriam Makeba de la créativité artistique"
Restitution du patrimoine culturel africain : En attendant le lancement du processus par le gouvernement burkinabè
4e édition du Festival écran à ciel ouvert (FECO) : La sélection officielle dévoilée
Rencontres internationales de la photographie de Ouagadougou : Mahamoudou Naon sacré meilleur photographe
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés