Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La voie de l’homme sage s’exerce sans luttеr.» Li Eul, dit Lao-Tseu

CEFISE-BENAJA : Un centre de ressources en éducation inclusive en devenir

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Rita Bancé/Ouédraogo • mercredi 19 avril 2017 à 17h39min
CEFISE-BENAJA : Un centre de ressources en éducation inclusive en devenir

L’atelier de restitution et de validation de l’étude menée par l’Institution des sciences de société(INSS) sur la transformation du Centre d’éducation et de formation intégrée des sourds et des entendants (CEFISE-BENAJA) en un centre de ressources pour le développement de l’éducation inclusive au Burkina Faso s’est tenue le 14 avril 2017 à Ouagadougou.

Afin d’accompagner la stratégie nationale de développement de l’éducation inclusive entrepris par le ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation (MENA) pour lutter contre l’exclusion des enfants handicapés et en situation difficile du système éducatif, l’ONG Light for the World a décidé d’aider le CEFISE à devenir un centre de ressources pour le développement de l’éducation inclusive pour le Burkina Faso.

Thérèse Kafando, directrice générale du centre CEFISE

Selon la directrice générale du centre, Thérèse Kafando, l’étude a été menée sur l’évaluation du niveau de contribution du CEFISE, c’est-à-dire sa place, son rôle et sa responsabilité dans le développement de l’éducation inclusive au Burkina.
Au cours de l’atelier, il s’est agi pour les participants de discuter des recommandations de l’étude et de déterminer les actions futures dont les réalisations contribueront à faire de CEFISE, le centre en éducation inclusive.
Visiblement très émue, la directrice n’a pas manqué de remercier le MENA, les différents partenaires pour leur accompagnement et leur soutien.

Awa Carole Congo, docteur en psycholinguiste

Quant à Awa Carole Congo, docteur en psycholinguiste, elle a précisé que l’étude a été menée dans la région du centre. « L’étude s’est accentuée par des entretiens et des enquêtes. De ces recherches, il est ressorti les forces et les faiblesses du CEFISE. Par rapport aux forces, il y a le fait que le CEFISE ait montré qu’il y a une possibilité pour l’enfant sourd d’aller à l’école, d’apprendre comme les enfants entendants et de s’insérer harmonieusement dans son milieu de vie… Les faiblesses se situent au niveau des ressources humaines et des ressources matérielles ; également au niveau des documents didactiques parce que ce sont les mêmes programmes qui sont enseignés aux entendants et aux sourds dans les mêmes conditions et dans les mêmes classes alors qu’ils n’apprennent pas de la même manière.

Donc, le CEFISE à des difficultés dans ce domaine bien que la directrice se soit impliquée dans la production d’un dictionnaire en langue de signes, dans la mise en place d’un site où les sourds peuvent aller consulter », a noté Awa Carole Congo.
Créé en 1988 par feu le pasteur Abel Kafando, le CEFISE est la première école privée inclusive au Burkina Faso spécialisée dans l’éducation, la formation socioprofessionnelle des personnes sourdes et entendantes. Les formations proposées sont : l’alphabétisation en langue des signes, l’hôtellerie, la restauration, la couture, le tissage-teinture, l’élevage, la menuiserie.

Ce centre ambitionne créer, entre autres, un cycle d’enseignement supérieur inclusif, une bibliothèque adaptée aux personnes handicapées. Il projette également ouvrir une classe spécifique transitoire pour l’encadrement des enfants polyhandicapés. En matière de ressources humaines, il y a des spécialistes en orthophonie, en audiologie et en en psychologie de l’éducation.

Rita Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Grève du SYNTSHA : « Que je sois au service ou non, des gens continuent de mourir », Dr Abou Dao, médecin spécialisé dans le traitement des cancers
Reprise du travail des greffiers : « Les négociations connaissent des avancées », selon le syndicat
Suspension de la rencontre gouvernement-syndicats : La réaction du gouvernement
Facilitation des procédures douanières : Savoir anticiper pour gagner en temps et en argent
Mouvement d’humeur des transporteurs des poids lourds : La police nationale les invite « à reprendre convenablement le service dans le respect des textes en vigueur »
Petit séminaire Notre Dame d’Afrique de Koudougou : Appel à mobilisation pour les 60 ans
Défenseurs des droits humains : « On demande seulement l’application des textes », plaide Florance Ouattara
Education : La CNSE lève son mot d’ordre
Fonction publique : Les contrôleurs et inspecteurs du travail accusent le ministre de les mépriser
Région du Centre-Est : La Maison de l’entreprise ouvre deux centres de facilitation des actes de construire
Sécurité routière : Le port du casque, un geste qui sauve
Ouagadougou : Un projet pour améliorer la mobilité urbaine
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés