Mission de la CODER chez Blaise Compaoré : La mise au point du chef de file de l’opposition

Communiqué de presse • mardi 18 avril 2017 à 00h52min

Suite à la récente mission des partis membres de la CODER à Abidjan (Côte d’Ivoire), le Chef de file de l’Opposition politique (CFOP) a été assailli de demandes d’explication, notamment au sujet des propos tenus par M. Ablassé Ouédraogo, Président du Faso Autrement.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Mission de la CODER chez Blaise Compaoré :  La mise au point du chef de file de l’opposition

Le CFOP tient d’emblée à souligner que les partis politiques qui se réclament de l’Opposition sont souverains, que leurs leaders politiques sont libres de leurs propos, et que ceux-ci, en aucun cas, ne sauraient engager le Chef de file de l’Opposition, encore moins l’Opposition politique dans son ensemble.

Si des citoyens ont donc un avis à exprimer, ou des explications à demander sur les propos du Président du Faso Autrement, ou d’un autre responsable de la CODER, qu’ils s’adressent directement à eux. Pas au CFOP.

Pour la compréhension des uns et des autres, il faut souligner que dans l’Opposition politique burkinabè, il y a deux groupes de partis :

-  1er groupe : les partis qui travaillent avec le Chef de file de l’Opposition.
Ils sont regroupés au sein de ce qu’on appelle « le Cadre de Concertation du Chef de file de l’Opposition ». Actuellement, 35 partis politiques qui se disent d’opposition, font partie de ce cadre.

-  2ème groupe : Les partis qui, tout en se disant d’opposition, ne travaillent pas avec le Chef de file de l’Opposition et ne sont donc pas membres du cadre.
Le Faso Autrement appartient à cette catégorie, tout comme d’autres partis politiques qui se disent d’opposition.

Cette situation existait hier et existe aujourd’hui, parce que la loi n’oblige pas un parti politique qui se dit d’opposition à travailler avec le Chef de file de l’Opposition. Le Chef de file n’est pas le Chef de l’Opposition. Il en est seulement le porte-parole, c’est-à-dire qu’il est le seul autorisé à exprimer une position commune arrêtée par l’ensemble de l’opposition, si celle-ci y parvient.

Pour revenir à la CODER en tant qu’ensemble, le CFOP informe les uns et les autres qu’au sein de l’Opposition burkinabè, les partis politiques sont libres de nouer des alliances. Un parti membre du cadre de concertation peut nouer une alliance avec un autre parti membre du Cadre, ou avec un parti d’opposition non membre du Cadre. La CFDC (présidée par l’UPC) est un exemple de coalition nouée entre des partis politiques appartenant tous au Cadre de Concertation. La CODER est un exemple de coalition nouée entre des partis membres du cadre et des partis d’opposition non membres du cadre. En effet, sur les sept partis qui constituent la CODER, trois sont membres du Cadre de Concertation du Chef de file de l’Opposition : l’ADF/RDA, le CDP et la NAFA. Les quatre autres n’en font pas partie.

Les positions prises par les coalitions n’engagent pas toute l’Opposition. Elles engagent les membres des coalitions concernées. Partant de cela, les actes posés ou les propos tenus par les membres de la CODER n’engagent ni le Chef de file de l’Opposition, ni l’Opposition politique dans son ensemble. Ils engagent la CODER.
Enfin, concernant la mission d’Abidjan, il faut préciser que cette mission est une initiative souveraine de la CODER. Ce n’est pas une mission initiée par le CFOP. La CODER n’a nullement besoin ni de l’autorisation, ni de l’avis du CFOP pour mener ses activités. Et le CFOP n’est pas la personne indiquée pour expliquer le bien-fondé ou pour faire le compte-rendu d’une mission effectuée par la CODER.


Lire aussi : Réconciliation nationale : La CODER a rencontré Blaise Compaoré à Abidjan



Le service de Communication du Chef de file de l’Opposition politique

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 18 avril à 07:48, par Omso
    En réponse à : Mission de la CODER chez Blaise Comparé : La mise au point du chef de file de l’opposition

    K CELUI KI A BESOIN D’EXPLICATIONS AU SUJET DES PROPOS TENUS PAR LE PRESIDENT ABLASSE OUEDRAOGO, C’EST AUSSI TRES SIMPLE ; K’IL AILLE S’ADRESSER PERSONNELLEMENT AU PRESIDENT ABLASSE ! MAIS OU EST LE PROBLEME A CELA ?
    SACHEZ SURTOUT K LE PRESIDENT ABLASSE EST DISPONIBLE A VOUS RECEVOIR SANS AMBIGUITE.

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 08:05, par verité no1
    En réponse à : Mission de la CODER chez Blaise Comparé : La mise au point du chef de file de l’opposition

    Merci pour cette mise au point !
    Le vieux Ablasse à été roulé dans la farine et ce n’est pas fini !
    Il va même dire que Blaise est le meilleur ancien président !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 08:36, par TOUDOU
    En réponse à : Mission de la CODER chez Blaise Comparé : La mise au point du chef de file de l’opposition

    Bien dit. Voilà qui est clair. Je comprends maintenant pourquoi le CFOP a refusé d’accepter Ablassé Ouédraogo comme membre du cadre de concertation du chef de file. Il parle au hasard. Il parait que lui et Gilbert se sont serrés les cols lors d’une réunion houleuse de la Coder tenue après qu"il ait tenu ses propos.

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 08:42, par Achille De TAPSOBA
    En réponse à : Mission de la CODER chez Blaise Comparé : La mise au point du chef de file de l’opposition

    Hommage à nos Martyrs du 30, 31 Octobre 2014 et 16,17 Septembre 2015

    Merci Président DIABRE pour votre clairvoyance et soyez bénis au Nom du SEIGNEUR . Vous êtes un chef exceptionnel. En effet, les activités menées par la Coder n’engagent que personnellement la Coder. Ni le Cfop ni le Brave Peuple ne sont concernés de près ou de loin par ces Ablasseries(toujours des propos à polémique). Aller croire aux frères Compaoré et leurs conglomérats à Abidjan que leurs seront absous(effacés) est archi-faux. N’y pensons pas un instant. Des gens sont morts par abus de pouvoir(autorisation signée par le conseil des ministres pour l’usage volontaire des armes), les responsables de ces atrocités seront traduits en justice pour répondre principalement de leurs actes. Le Brave Peuple ne réclame ni plus ni moins que la JUSTICE. Personne n’est au dessus de la loi. Nous sommes un État de droit régi par des règles et des lois. On ne construit pas un pays dans l’impunité. Si la Compaorose avait su renoncer à la modification de l’A37 au soir du 29 Octobre 2014, on allait faire l’économie de ces Martyrs(éviter tous ces Morts). L’entêtement stupide ouvre royalement la porte de la chute et l’humiliation (fuite en belle famille).

    Nous ne demandons qu’une seule chose que Blaise "le faiseur de paix" chez les autres et sa bande zélée viennent s’assumer entièrement devant la justice pour se repentir. Le pardon du Brave Peuple(surtout les familles des victimes) interviendra. Aucune réconciliation n’est possible sans justice.

    La vérité triomphera sur le mal ou l’impunité(le mensonge) un jour

    A nos Martyrs qu’ils se reposent en paix. Que justice leur soit rendue rapidement

    Justice pour Norbert Zongo
    Justice pour Thomas Sankara
    Justice pour Salifou Nebié
    Justice pour David Ouèdraogo
    Justice pour Boukary Dabo

    Victoire toujours au Brave Peuple
    Vive la démocratie au Faso
    Vive le Brave Peuple Burkinabé

    Que LE SEIGNEUR bénisse le BURKINA que nous aimons tous.Amen
    Paix et Succès à Tous les BURKINABES . Amen

    Achille De TAPSOBA le Bobolais

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 08:46, par YAAM SOBA
    En réponse à : Mission de la CODER chez Blaise Comparé : La mise au point du chef de file de l’opposition

    Zephirin DIABRE n’est pas un novice en politique ; il est conscient de ses choix !
    Le fait d’aller voir Blaise est une décision de la CODER et non du CFOP, donc il lui semble important de souligner cela surtout qu’il y a eu des déclarations de Blaise Compaoré qui indisposent le peuple !
    En plus Zephirin a en face des gens qui passent le temps a mentir et à ruser ; peut-il réalistement faire confiance ? Non !

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 08:49, par Zemosse
    En réponse à : Mission de la CODER chez Blaise Comparé : La mise au point du chef de file de l’opposition

    Mise au point confuse. Quand l’argument est claire, les mots pour l’exprimer viennent aisément et sont comprise par tous et non uniquement par celui qui écrit. Il faut souvent écrire en français facile pour la majorité des lecteurs.

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 09:43, par yerbanga joel
    En réponse à : Mission de la CODER chez Blaise Compaoré : La mise au point du chef de file de l’opposition

    je viens par la présente remercier pour la première fois aux chefs de files de l’opposition qui à mon avis compris qu’il ya des partis qui sont venus à l’opposition rien que pour semer du désordre. je suis très reconnaissant à Mr Zephirin Diabré d’éclairer cette lanterne au peuple burkinabé, parce que beaucoup de nos citoyens ne pouvaient comprendre ça, tellement Ablassé à tout melanger dans leurs tetes. MERCI ET MERCI encore au chef de file de l’opposition burkinabe. maintenant que c’est claire pour le tout monde, on attend ceux ont contribuer à endeuiller nos familles les 30 ET 31 octobre 2014 ;

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 10:42, par LE SAGE
    En réponse à : Mission de la CODER chez Blaise Compaoré : La mise au point du chef de file de l’opposition

    Merci mon PRÉSIDENT. Rester égale à vous mêmes et le Peuple vous suivra.
    2020 n’est pas loin. Vous êtes un modèle pour la politique en Afrique. Que DIEU vous guide et vous bénisse dans tout tout ce que vous faites pour ce pays.

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 11:13, par yaa siida
    En réponse à : Mission de la CODER chez Blaise Compaoré : La mise au point du chef de file de l’opposition

    l opposition actuelle risque même à la limite de se frapper. la logique aurait été que les insurgés géraient ensemble le pouvoir et laisser l opposition à ceux qui ont été déçus.

    Répondre à ce message

    • Le 18 avril à 14:03, par Django
      En réponse à : Mission de la CODER chez Blaise Compaoré : La mise au point du chef de file de l’opposition

      Yaasiida . Fondamentalement d’accord avec vous. L’après insurrection devrait concerner tout le Faso sans parti pris. Tout le monde devrait se donner la main pour sortir le pays de la misère d’avant et après insurrection. Le MPP a gagné pour nous sortir de la transition pour les 5 ans à venir. Les vraies élections pour 2020 après la stabilisation du pays . Cela allait éviter la peinture noire comme si les Uns et les autres pouvaient faire mieux. Tout le monde sait que l’article 37 a plongé le pays dans un gouffre économique depuis 2012. Tous les militants de tous les partis sont partout. Dans les marchés et administrations . Qui refuse de travailler parce que c’est le MPP au pouvoir. Donnons nous la main pour le bien être de notre pays

      Répondre à ce message

    • Le 19 avril à 04:22, par gbs
      En réponse à : Mission de la CODER chez Blaise Compaoré : La mise au point du chef de file de l’opposition

      Ce n’est pas possible dans la mesure ou les aligators du fleuve Cdp qui ont changer de cours d’eau ne peuvent pas changer. Les vieilles methodes decriees restent d’actualite. Quand ils ont eu leur pouvoir, ils ont vite fait d’oublier leur camarades de lutte d’hier. Comme quoi on ne peut enseigner que ce qu’on a appris. Un ministre distribue actuellement de l’argent dans les zones commerciales dans le but de boycotter le meeting de la maison du peuple. He politiciens. On ne peut pas construire une democratie avec dans des non democrates. Merci.

      Répondre à ce message

    • Le 19 avril à 12:55, par "LE VIEUX"
      En réponse à : Mission de la CODER chez Blaise Compaoré : La mise au point du chef de file de l’opposition

      MON TYPE, EST CE QUE L’UPC A ETE INVITE PAR LE MPP ???
      ON VOUS REPETE CHAQUE FOIS QUE LE MPP A CHOISI L’UNIR, LE PAREN, LE NTD, LE PDS...POUR FORMER LA MAJORITE CONTRE L’UPC.
      DANS CE CAS QUE VOULEZ-VOUS QUE L’UPC FACE AVEC 30% DE L’ELETORAT ?

      Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 11:42, par YIRMOAGA
    En réponse à : Mission de la CODER chez Blaise Compaoré : La mise au point du chef de file de l’opposition

    Voyez que Me Sankara a vu juste de laisser l’opposition actuelle, parce que trop minée par les Noél et Ablassé ? Comment un Me Sankara peut’il être dans ce milieu ? Depuis j’attirai l’attention sur Jeph qu’il a été rejoint par ses ennemis qui vont chercher à le détruir avant de s’occuper du MPP ? Il se rend compte à présent et c’est pas encore gâté ? Avec telle déclaration, les hommes sincères vont se démarquer de la CODER, un monstre qui sera , ou qui va se désintégrer par la faute d’Ablassé qui ne veut autre chose que d’entrer dans un Gouvernement ? Il n’est plus le président du monstre, pourquoi tien t-il à prendre la parole comme si l’actuel président est incapable ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 13:47, par Mechtilde Guirma
    En réponse à : Mission de la CODER chez Blaise Compaoré : La mise au point du chef de file de l’opposition

    À tous ces jeunes qui crient pour un oui ou pour un nom et à tous vents : « La patrie ou la mort nous vaincrons », laissez-moi vous dire une chose :

    Cette devise de votre adoré révolutionnaire est loin d’être un cri de ralliement. Ce qui nous interpelle et même de la réviser et de trouver une autre plus conciliante, plein d’espoir de changement et d’un monde nouveau, qui n’exclue pas le challenge, tout au contraire, une gageure.

    Avant de vous répéter une pensée, je vous fais un petit historique :

    À la deuxième guerre entre le Mali et le Burkina-Faso, le Mali est parti bombarder la ville de Ouahigouya. Sankara rétorqua et alla bombarder celle de Sikasso. Mais très vite il comprit que cela ne faisait que compliquer les choses. Alors sur les conseils bien avisés de ses aînés (qu’il maintenait en prison d’ailleurs comme ennemis de sa révolution), il prit tout de suite l’initiative du pardon. Personne ne broncha et n’exigea que le Mali vienne d’abord demander pardon au Burkina avant la réconciliation.

    Aussi comme je disais dans un autre post, en matière de stratégie de demande de pardon, la diplomatie africaine est tout autre :

    Cela commence par un esprit diplomatique (Moré) qui requiert toujours un protocole d’introduction, fait d’esprit d’humilité avec un « kabr, kabré » (pardon, pardon). Cela montre qu’on se présente avec un esprit apaisé et de bonnes intentions. Ce qui met à l’aise les deux parties et le reste suit. Tandis qu’aller avec des menaces, l’adversaire sera toujours (avec juste raison) sur la défensive. Donc un échec programmé.

    Dans la tradition moagha, la partie qui prend l’initiative de la demande de pardon (même bardée des glorioles de ses raisons les plus intimes), va chez son adversaire (dût-il être foncièrement rebelle et farouche) avec un balais et commence dès la porte à balayer (une façon de dire : balayons loin de nous ce différent qui nous oppose et nuit à la société toute entière). Ce dernier comprend tout de suite, et s’en va le relever (ce qui démontre à son tour sa prédisposition en toute humilité également). Alors, peut commencer le dialogue. Je dis bien le dialogue, car dialogue, cela veut dire beaucoup de choses (y compris la vérité, la justice et la réconciliation). C’est pourquoi, cette approche montre que l’acte est sous-tendu par l’esprit de la réconciliation. Autrement, l’autre prendra cela comme un piège ou tout au plus une provocation. Cette démarche a permis à la plupart des sociétés Ouest-africaines, d’établir un modus-vivendi d’une coexistence pacifique qui a inspiré la plupart du temps la tradition de la parenté à plaisanterie.

    En cela donc, Sankara n’a pas hésité à aller à « Canossa » s’humilier devant ceux qu’il traitait d’ennemis de la révolution pour s’inspirer de leur sagesse et quémander leur aide. En effet, le président Saye-Zerbo l’avait bien prévenu : « Il ne faut jamais gifler un homme qui a les mains liées ».

    Il en fut de même lorsque la famine frappa de nouveau le Burkina et que l’aide des pays dits « impérialistes » sautait le Burkina pour aller secourir des pays voisins. Alors que Sankara prêchait l’autosuffisance et fustigeait la politique de la main tendue contre les pays dits « impérialistes », il dût s’humilier de nouveau (sur RFI) et de la même façon diplomatique il leur fit remarquer qu’il ne comprenait que l’« aide saute le Burkina comme si la famine sautait aussi le Burkina ».

    Voyez donc qu’en toute chose, il faut de l’humilité, c’est pourquoi je pense que les bons politiques auraient dû garder le silence et observé. Les déclarations tambour-battant ont toujours fait échouer les dialogues. Que les enfants le fassent, en toute méconnaissance de cause, cela peut se comprendre, mais que des adultes qui ont des ambitions politiques se laissent piéger par de tels branle-bas, cela veut dire que le chien n’a pas changé sa manière de s’asseoir, et c’est dommage pour eux. Y’aurait-il donc une éducation à faire à leur niveau parce qu’« animal politique de raison » ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 14:17, par Zemstaaba
    En réponse à : Mission de la CODER chez Blaise Compaoré : La mise au point du chef de file de l’opposition

    Bien dit. Nous soutenons le cfop dans cette clarification. Ablasse et Gilbert sont des opportunistes qui veulent utiliser la reconciliation pour devenir ministres.ils se foutent éperdument des victimes.Je soupçonne meme le Mpp de les utiliser contre le cfop.

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 14:39, par Harouna.
    En réponse à : Mission de la CODER chez Blaise Compaoré : La mise au point du chef de file de l’opposition

    Zephirin Diabré, c’ est tellement evident que vous n’avez pas besoin de faire cette precision. Je Suis d’accord avec ceux qui disent que Zeph ne pourra jamais être president. Un peureux ne Peut pas gouverner. C’ est l’ UPC qui a besoin de la CODER et non le contraire. Ce sont tes tatonnements qui ont fait que le MPP nous commande actuellement .continue.

    Répondre à ce message

    • Le 18 avril à 16:17, par Hé oui !
      En réponse à : Mission de la CODER chez Blaise Compaoré : La mise au point du chef de file de l’opposition

      l’Evidence, c’est quoi pour vous ? Ce sont les amalgames que vous n’avez jamais vu ? Prenez vous en exemple. ZEPH est un responsable politique qui écoute aussi ce qui se dit dans la population. Si vous dites que c’est évident pour vous, on peut comprendre, mais n’affirmez pas pour tout le monde. vous êtes qui pour parler au nom des autres ??? En quoi clarifier une situation pour des gens qui n’ont pas compris est signe de "peur" ??? Je crois que c’est vous qui n’avez rien compris. C’est vous autres qui voyez le mal même là ou tout le monde vois le bien. Apprenez un peu à faire un raisonnement logique par rapport à ce que vous dites, si non ces affirmations gratuites sorties de nulle part n’engagent que vous et tous ceux qui vous ressemblent.

      Répondre à ce message

    • Le 18 avril à 20:32, par Kissi
      En réponse à : Mission de la CODER chez Blaise Compaoré : La mise au point du chef de file de l’opposition

      Vous ne savez pas faire une analyse. Zeph ne pouvait pas être élu car il n’avait pas de base électorale. Après Blaise il ne pouvait y avoir une transition qu’assure présentement les RSS. Et si Zeph ne change pas de stratégie , il ne gouvernera jamais le Faso. Car à ce rythme personne ne pourra battre ROCK ; Zeph n’a pas assez de cadres ni de bases électorale. Ceux qui s’excite sur les réseaux socios n’ont pas une hauteur de vue.

      Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 15:09, par Togssida
    En réponse à : Mission de la CODER chez Blaise Compaoré : La mise au point du chef de file de l’opposition

    En fait ce que les gens ne savent pas, c’est que le MPP veut utiliser l Coder pour affaiblir le CFOP. D’ailleurs quand Roch les a reçu, il a promis de financer leur fameux forum de réconciliation. Et il se murmure que le MPP a dealé avec la Coder pour que la Coder dénonce le meeting du 29 Avril. Attendez vous allez voir !

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 15:59, par freddy le loup
    En réponse à : Mission de la CODER chez Blaise Compaoré : La mise au point du chef de file de l’opposition

    Ces propos ont le mérite d’être assez clairs. Soyez vigilants avec ce monsieur (ablassé) roublard et inconstant dans ces agissements. politiquement nul et psychologiquement dérangé et instable. Et toujours notre cher Gilbert Noel Ouédraogo !! le plus grand traitre de tous les temps. Mieux que lui, il faut chercher du coté de la famille !!!!!!!!!!!(suivez mon regard) je me demande ce que les militants de l’ADF/RDA (s’il y en a toujours hormis sa famille) attendent pour le foutre à la porte du parti et prendre leur destin en main ?

    jusque là on observe, on l’écoute raconter ses bêtises à tort et à travers, pourquoi ne rejoint’il pas le "vendu" "l’indigne" qui est de l’autre coté ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 17:09, par zongo Lamoussa Claudine
    En réponse à : Mission de la CODER chez Blaise Compaoré : La mise au point du chef de file de l’opposition

    L’affaire devient sérieuse. Un conseil que j’ai à donner à l’opposition, il faut qu’elle soit unie pour faire de fortes mobilisations. Si non si le MPP se rend compte qu’elle est incapable de mobiliser, il va utiliser tous les moyens pour neutraliser l’opposition. Celui qui vous provoque, c’est le MPP et non le peuple qui souffre et qui cherche des solutions pour sortir de la crise. C’est le même jeu que le MPP a joué pendant la campagne pour amener ZEPH a dire publiquement qui n’a pas besoin du soutien du CDP. Alors qu’un soutien du CDP pouvait changer les choses.
    Laissons les dénominations CODER, CODEL et unissons nous, si non avec des stratèges comme les Salif, ils peuvent annuler l’espoir d’une victoire de l’opposition en 2020.

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 19:50, par Mechtilde Guirma
    En réponse à : Mission de la CODER chez Blaise Compaoré : La mise au point du chef de file de l’opposition

    Mon cher Danton,

    Faites bien des recherches et vous verrez que ces 60 ethnies vivent les mêmes valeurs à quelques nuances près si vous ne le savez pas. Et puis je viens de vous démontrer que Sankara les a bien utilisées. Il me semble qu’il était aussi révolutionnaire que vous non ?

    Bien, tant que nous nous contenterons d’utiliser le mimétisme européen et continuerons à vivre comme des Nassarsablessé (expression même de Sankara), nous ne sortirons jamais de l’auberge. Et allez au village et parlez aux villageois de république, il vous regarderont avec des yeux ronds. Les plus bavards vous diront : Vos histoires et vos politiques de Ouagadougou, ne nous regardent pas. Nous voulons la paix et de quoi nous nourrir, nous vêtir, et éduquer nos enfants. Remarquez bien que le corps électoral est constitué en majorité de villageois. Mon cher Danton, vous-même qui vitupérez souvent l’Occident et prônez nos valeurs, il faut donc savoir parler aux gens, aux villageois en langage intelligible. La CODER le tente et ce n’est peut-être pas encore parfait, parce que tout simplement c’est une question d’inculturation. Mais c’est déjà une esquisse que, moi, non seulement j’encourage mais que je salue. Il ne suffit donc pas d’utiliser des mots ronflants (propre précisément à une ethnie) comme Burkindlim pour croire qu’on dispose d’une science infuse pour faire vivre des valeurs républicaines !

    Qu’est-ce que je demande devant ces déclarations tonitruantes de la CEFOP après qu’elle ait reçu la CODER ? Simplement un peu plus de tact. Comme par exemple : « Pour le l’instant, en tout cas, nous observons ». C’est court, c’est net, cela ne l’engage pas à fond outre mesure. Mais c’est une marque de prudence, tout en se montrant de bonne foi pour la paix.

    Mais avec la déclaration qu’elle a faite, de deux choses l’une :

    Ou bien elle n’est pas très informée, comme vous, du legs culturel qui a construit le Burkina et que nous ont légué nos parents, ou alors, elle n’est pas intéressée par la paix et démontre que ses déclarations antérieures, en recevant la CODER, étaient simplement creuses, et sans fond de sincérité. D’une manière ou d’une autre, ce n’est pas mieux et il y a lieu de craindre le pire pour notre pays. En toute chose, il nous faut faire violence sur nous mêmes pour arriver à un résultat sérieux. Et zongo Lamoussa Claudine (internaute 16), tout justement l’explicite encore mieux que moi. Et Dieu merci, c’est bel et bien une femme qui a parlé en connaissance de cause.

    Moi j’ai foi avec l’aide de Dieu miséricordieux en la réconciliation.

    Répondre à ce message

    • Le 19 avril à 12:28, par Cody
      En réponse à : Mission de la CODER chez Blaise Compaoré : La mise au point du chef de file de l’opposition

      Madame, le CFOP se démarque de l’acte et de certaines paroles dites par certains leaders de la CODER (notamment Ablassé) lors de sa sortie à Abidjan. C’est tout. Vous êtes en train de faire un procès d’intention au CFOP !!! Par ailleurs, concernant Sankara, êtes vous sur de ce que vous dites ? C’est bien la première fois que j’entends ce que vous dites le concernant.

      Répondre à ce message

      • Le 19 avril à 16:50, par Mechtilde Guirma
        En réponse à : Mission de la CODER chez Blaise Compaoré : La mise au point du chef de file de l’opposition

        Cody, s’il y a eu des paroles mal placées contre le CFOP même, par certains leader de la CODER, je m’en excuse.

        Par contre concernant Sankara, j’ai bien nommé RFI et vous pouvez consulter ses archives, pour ne vous donner que cette preuve internationale, le seul quotidien privé burkinabé ayant été tout justement brûlé pour museler la presse.

        Mais il y a encore des souvenirs vivaces dans l’esprit des gens et surtout des victimes de la révolution.

        Moi-même qui vous parle, j’ai vécu toute la révolution de Sankara en esprit et en chair, avec des membres de ma famille ciblée, moi-même menacée, mon mari intimidé et enfermé à la gendarmerie avant d’être libéré et retenu comme conseillé diplomatique dans le ministère « Ersatz » des Affaires Étrangères de la Présidence.

        Tenez, votre cher président de l’A.N était lui Conseiller juridique. Il n’avait à l’époque que la maîtrise de l’École de droit de Ouagadougou.

        Bien je ferme ici la parenthèse pour ne l’ouvrir que lorsque j’écrirai mes mémoires.

        Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés