Procès ministère de la Santé contre MABUCIG : Le dossier a été ouvert ce mardi 11 avril 2017

LEFASO.NET | Par Romuald Dofini • mercredi 12 avril 2017 à 23h53min

Ce mardi 11 avril 2017, a eu lieu au tribunal de grande instance de Bobo-Dioulasso, l’ouverture du procès qui oppose le ministère de la Santé à la Manufacture Burkinabè de Cigarette (MABUCIG) pour non-respect de la règlementation relative au conditionnement et à l’étiquetage des produits de tabac.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Procès ministère de la Santé contre MABUCIG : Le dossier a été ouvert ce mardi 11 avril 2017

Ce mardi matin, le tribunal de grande instance de Bobo-Dioulasso a connu une forte mobilisation du personnel de la MABUCIG contrairement aux autres jours. C’est une salle d’audience bondée de monde venu suivre ce procès. Ainsi, contre l’attente de l’avocat de la défense qui a demandé une fois de plus le renvoi du dossier pour dit-il « avoir reçu une nouvelle pièce du dossier ce matin », le parquet a décidé de retenir le dossier pour être jugé ce mardi 11 avril 2017.

Le procès du ministère de la Santé contre la MABUCIG pour non-respect de la règlementation relative au conditionnement et à l’étiquetage des produits de tabac ainsi ouvert n’ira pas loin. L’avocat de la défense, Me Idasso Rodrigue Bayala, a indiqué lors du procès que « la loi anti tabac est anti constitutionnelle ». De ce fait, il a demandé au tribunal de saisir le Conseil constitutionnel à cet effet. Une proposition accordée par le tribunal qui se donne cinq jours pour fixer une autre date pour la suite du procès. « Nous allons aller au Conseil constitutionnel », a affirmé ce dernier qui a ensuite appelé la population au calme car « les gens sont excités par ce dossier ».

Selon lui, le droit, ce n’est ni de l’excitation ni de la précipitation. « Ce procès n’est pas fait pour ACONTA (Association Afrique contre le tabac) seulement et pour aucune autre association », a-t-il laissé entendre. Pour lui, ce n’est pas dans la précipitation que l’on va gérer ce dossier ; et il reste serein quant au fond du dossier.
Salif Nikiéma, coordinateur de l’Association Afrique contre le tabac, quant à lui, reste confiant et souhaite que la loi anti tabac soit adoptée pour le bien-être de la population burkinabè. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés